Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Souvenirs réprimés

Souvenirs réprimés

Un souvenir refoulé est le souvenir d'un événement traumatique gravé dans notre inconscient, où il est sensé affecter de façon négative notre pensée consciente, nos désirs et nos actions.

Il est commun que l'on refoule consciemment des expériences désagréables. De nombreux psychologues pensent que le refoulement inconscient d'expériences traumatisantes tels les abus sexuels ou le viol est un mécanisme de défense qui comporte des effets négatifs. L'expérience désagréable est oubliée, mais n'est pas pardonnée. Elle demeure sous-jacente à notre conscience et pourrait causer une foule de problèmes psychologiques et physiques allant de la boulimie à l'insomnie, en passant par le suicide.

La théorie du refoulement inconscient du souvenir d'expériences traumatisantes est controversée. Il existe peu de preuves scientifiques à l'appui des théories voulant que les expériences traumatisantes soient habituellement refoulées inconsciemment ou que les souvenirs ainsi refoulés soient des facteurs significatifs de maladie mentale ou physique. La plupart des personnes n'oublient pas les expériences traumatisantes à moins qu'elles n'aient perdu conscience au moment de ces expériences. Personne n'a pu identifier un seul cas démontrant qu'une expérience traumatisante spécifique vécue durant l'enfance fut refoulée et que le souvenir refoulé de cet événement, plutôt que l'événement en soi, ait causé des désordres psychiatriques ou physiques spécifiques à l'âge adulte,

La force de la preuve scientifique du refoulement dépend de la définition du terme. Quand on utilise la définition étroite du refoulement intentionnel d'une expérience, il y a peu de doute que cela existe. Mais quand on parle d'un mécanisme de refoulement qui opère inconsciemment et défensivement pour bloquer les expériences traumatisantes, on tombe dans une zone beaucoup plus grise.
 
La preuve concernant le souvenir de traumatismes réels vécus par des enfants et des adultes indique que ces événements - tels les enlèvements Chowchilla, les tireurs fous dans les écoles primaires ou l'effondrement de passerelles dans un hôtel de Kansas City - restent généralement bien gravés dans les mémoires… l'amnésie complète de ces épisodes terrifiants est à peu près inexistante.
 

La psychologue Lenore Terr, qui défend la thérapie des souvenirs refoulés, prétend que le refoulement a lieu à la suite de traumatismes répétés et multiples, comme dans le cas d'un enfant subissant des mauvais traitements de façon chronique. Schacter note que « des centaines d'études ont démontré que la répétition d'une information mène à un souvenir amélioré, et non au refoulement de cette information ». Il note aussi que les personnes ayant vécu des traumatismes répétés durant une guerre, même les enfants, se rappellent généralement de ces expériences. Une personne qui souffre d'un grand traumatisme découvre souvent qu'elle ne peut la sortir de son esprit ou de ses rêves. La théorie de Lenore Terr est que l'enfant devient habile au refoulement afin d'éliminer les événements traumatiques de sa conscience, que l'oubli pourrait aider sa survie. Sa théorie du trouble de la personnalité multiple n'est cependant basée que sur de la spéculation; elle n'a pas de fondement scientifique.

Plus de psychologues acceptent le fait qu'il est très commun de refouler consciemment des expériences désagréables, même les abus sexuels, et de se rappeler spontanément ces événements longtemps après. La controverse tourne autour des souvenirs retrouvés à l'occasion d'une thérapie des souvenirs refoulés. Les critiques de cette dernière disent que beaucoup de thérapeutes n'aident pas les patients à recouvrer les souvenirs refoulés, mais suggèrent et même implantent de faux souvenirs d'enlèvement par les extraterrestres, d'abus sexuels et de rites sataniques.

 

 

Traduit par annevictoirerichard2003.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)