Saint

Du latin sanctus. Défunt ou défunte dont l'esprit est censé habiter au Ciel avec Dieu. Dans leur enveloppe charnelle, ces esprits sont censés avoir fait preuve de vertus héroïques, ou avoir vécu des vies exemplaires.

Certains de ces esprits sont reconnus officiellement comme saints par les autorités ecclésiastiques chrétiennes au bout d'un processus de canonisation. Différentes églises appliquent des critères distincts à ce sujet, et possèdent donc chacune leur propre canon (liste officielle) de saints.

De telles listes de saints favorisent les conversions, confèrent à la foi un certain aspect mythique et permettent d'obtenir des faveurs du grand patron par l'intermédiaire de ses subordonnés. On ne voue pas un culte aux saints; on les vénère, c'est-à-dire qu'on les admire et qu'on les recherche comme intercesseurs en raison de leur place élevée dans la hiérarchie. Les saints font en quelque sorte partie de la garde rapprochée du grand patron, et un simple mot de leur part aux autorités peut suffire pour voir son voeu accordé.

Un esprit logique trouvera pourtant inexplicable qu'un saint ou une sainte veuille intercéder pour les vivants. Tout d'abord, les saints n'ont rien à gagner de la sorte. Ils sont déjà en gloire, et cette gloire ne dépend aucunement d’autrui. Des créatures mortelles peuvent bien accorder des faveurs uniquement à ceux et celles qui les en prient, mais des êtres surnaturels n'ont aucune raison de favoriser uniquement ceux qui les supplient. En outre, il n'y a aucune raison pour que Dieu soit plus accessible aux prières d'un saint qu'à celles d'une personne sainte encore en vie. Et puis, pourquoi utiliser un intermédiaire lorsque l'on peut s'adresser directement à la source? Enfin, si Dieu ne veut pas entendre une personne indigne de lui, pourquoi écouterait-Il la prière d'un saint formulée au nom de cette personne? En principe, ni le grand patron ni ses subalternes ne devraient accorder d'attention à un tel à être. N'était de leur supposée utilité ici, sur Terre, les saints seraient superflus pour les humains.

Que l’intercession soit la caractéristique première de la sainteté est clairement indiqué par le fait que les candidats à la canonisation sont avant tout ceux et celles qui peuvent accomplir des miracles. Afin d'être canonisé, un bienheureux doit non seulement avoir mené une vie exemplaire, mais il doit aussi avoir accompli un miracle prouvant qu’il exauce les prières de ceux qui s'adressent exclusivement à lui. Ces miracles sont identifiés par des théologiens, qui recherchent un lien quelconque avec une supposée guérison miraculeuse. Par exemple, Katherine Drexel, riche héritière de Philadelphie entrée dans les ordres, a été canonisée parce que plusieurs guérisons ont été attribuées à son intercession. On dit entre autres qu'elle a joué un rôle clé dans la «guérison» de la surdité temporaire d'une jeune fille. Edith Stein, récemment canonisée, est censée avoir intercédé pour sauver la vie d'une jeune fille qui avait avalé une dose de toute évidence non mortelle de Tylenol. De son côté, Padre Pio était de son vivant un personnage controversé chez qui seraient apparus des stigmates.

Dans ses efforts pour fournir des modèles aux fidèles, que le pape Jean Paul II a ajouté plus de 450 noms au canon des saints durant son règne, soit environ 150 de plus que le nombre de ceux qui ont été canonisés au cours des 400 dernières années

 

St Georges
Saint Georges pourfendant le dragon.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)