Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Illusion, préjugé et sophisme de la cause unique

Illusion, préjugé et sophisme de la cause unique

Erreurs de jugement qui consistent à attribuer faussement une seule cause à un événement donné. Le préjugé de la cause unique est une tendance à croire qu'un phénomène complexe n'a qu'une seule cause. Le sophisme de la cause unique est la croyance qu'il n'y a qu'une seule cause pour un phénomène complexe donné, ce qui en fait au départ un sophisme fondé sur une hypothèse fausse. L'illusion de la cause unique est la croyance, fondée sur des témoignages, des preuves scientifiques biaisées, ou le renforcement collectif, qu'il n'y a qu'une seule cause pour un phénomène complexe. L'illusion part du préjugé de confirmation et l'omission de preuves pertinentes, la conclusion hâtive, et l'erreur quant aux causes. Entre autres exemples du préjugé, on voit la tendance à penser que des phénomènes complexes comme l'alcoolisme, l'autisme, le cancer, la maladie mentale, les conditions climatiques extrêmes, ou les récessions économiques sont dus à des causes uniques distinctes.

On peut faire remonter le préjugé aux premières tentatives de compréhension du monde où nous vivons. Il y a fort longtemps, les inondations ou les sécheresses, l'ouragan ou le calme plat, l'arrivée à bon port ou le naufrage étaient toujours attribués aux esprits ou aux dieux. Le développement de méthodes scientifiques modernes permettant de juger les affirmations causales à l'aune de la réalité a éliminé le divin comme cause des phénomènes naturels, sauf chez les fondamentalistes religieux purs et durs, qui continuent de voir la colère de Dieu ou les péchés de l'humanité derrière les désastres naturels. Malheureusement, la science n'a pas éliminé ce préjugé chez tous ceux qui reconnaissent pourtant que le fondamentalisme n'est qu'une religion primitive. Il se trouve encore des gens qui croient que la maladie mentale n'a qu'une seule cause, par exemple, et qui croient tenir les preuves à ce sujet. Ainsi, les scientologues croient détenir la preuve scientifique que toutes les maladies physiques et mentales sont dues à des engrammes. Un certain nombre de psychothérapeutes pensent que tous les problèmes psychologiques viennent de sévices subis durant l'enfance. Ceux qui affirment l'existence de causes uniques pour des choses comme la maladie mentale ou le cancer suivent souvent les mêmes méthodes. Ils inventent des explications, comme L. Ron Hubbard l'a fait pour ses engrammes, ou ils se fient à des anecdotes tirées de leur expérience personnelle, comme Freud ou Bettelheim. Ils laissent de côté toutes les fois où l'effet qu'ils disent reposer sur une seule cause est constaté justement en l'absence de cette cause. Ils laissent de côté toutes les fois où la cause en question est présente sans que l'effet qu'ils y relient impérativement se manifeste.

On ne peut que spéculer sur la valeur d'un tel préjugé. La loi du moindre effort explique sans doute en bonne partie pourquoi il est si répandu. Il est bien plus simple de penser qu'un événement complexe n'a qu'une seule cause plutôt qu'un grand nombre de causes, tout comme il est plus simple de chercher une cause unique à une multiplicité d'événements semblables (l'alcoolisme, le cancer) que de chercher une multiplicité de causes pour un grand nombre d'événements semblables. L'ignorance, la superstition et le préjugé d'intentionnalité ont façonné la pensée de nos ancêtres, qui croyaient qu'un être doté de volonté semblable à eux-mêmes causait naufrages, inondations, sécheresses, etc. La superstition et le renforcement collectif continuent de jouer un grand rôle à cet égard chez les fondamentalistes religieux.

Comme on l'a mentionné précédemment, ce ne sont pas que les religieux fondamentalistes superstitieux qui sont touchés par ce préjugé. Nombreux sont ceux qui, de nos jours, tiennent le stress comme seul responsable de beaucoup de problèmes physiques ou émotionnels. Nombreux sont ceux qui donnent une mauvaise alimentation comme source de toutes sortes de problèmes de santé, et qui préconisent la prise de suppléments comme solution. On accuse les vaccins de toutes sortes de troubles neurologiques. Beaucoup de scientifiques et de partisans de la science cherchent la cause unique de traits de personnalité qui leur permettra d'identifier, croient-ils, les criminels, les futurs meurtriers en série, les croyants au paranormal et les partisans des théories conspirationnistes. Certains scientifiques, à partir d'études sur des souris, sautent aux conclusions et appliquent à l'humain toutes sortes de conclusions sur les gènes et des comportements complexes. La recherche d'une cause unique semble se fonder sur pas grand-chose d'autre qu'un préjugé. Les conclusions relatives à des causes uniques et les sévices chez l'enfant, la maladie mentale, les déséquilibres neurochimiques, l'accès facile aux armes à feu, l'imagination hyperactive, la présence d'un gène ou deux chez des rongeurs ou chez l'humain, l'anomie, et ainsi de suite ne sont que des illusions fondées sur des erreurs semblables à celles qu'on a mentionnées précédemment.

Les conséquences néfastes de l'illusion de la cause unique se voient dans le mouvement antivaccination et les différentes thérapies dépourvues de fondement contre le cancer, entre autres choses.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)