Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Anthroposophie

Anthroposophie

Rudolf Steiner (1861-1925) et les écoles Waldorf

Les écoles Waldorf mettent en oeuvre les théories pédagogiques de Steiner, selon lesquelles l'enfant passe par trois stages… au cours du premier stage, qui s'étend de la naissance à l'âge de sept ans, l'esprit habitant le corps de l'enfant s'adapte à son environnement, et les premières classes des écoles n'offrent qu'un contenu éducatif minimal. L'apprentissage de la lecture ne commence pas avant la deuxième ou la troisième année. Durant le second stage, qui va de sept à quatorze ans, l'enfant s'intéresse surtout à l'imagination et au rêve; on lui enseigne alors la mythologie. À l'âge de quatorze ans commence le troisième stage; on croit alors qu'un corps astral est attiré par le corps physique, ce qui déclenche la puberté.Boston

L'Autrichien Rudolf Steiner (1861-1925) a dirigé la section allemande de la Société de théosophie de 1902 à 1912, avant de la quitter pour fonder la Société d'anthroposophie. Il a peut-être troqué la sagesse divine pour la sagesse de l'Homme, mais l'une des principales raisons pour lesquelles il a rompu avec les théosophes était qu'ils n'accordaient pas une place spéciale à Jésus et au Christianisme. Steiner n'en eut pas moins aucune difficulté à accepter certains concepts hindouistes comme le karma et la réincarnation. En 1922, Steiner avait établi ce qu'il appelait la Communauté des chrétiens, qui comportait une liturgie et des rites propres aux anthroposophes. La Société anthroposophique et la Communauté des chrétiens existent encore de nos jours, mais comme entités distinctes.

Rudolf Steiner

Ce n'est pas avant d'atteindre la quarantaine, au moment ou le dix-neuvième siècle tirait à sa fin, que Steiner s'est senti attiré par l'occultisme. Steiner était un véritable esprit universel, intéressé, entre autres, par l'agriculture, l'architecture, l'art, la chimie, le théâtre, la littérature, les mathématiques, la médecine, la philosophie, la physique et la religion. Sa thèse de doctorat, à l'Université de Rostock, portait sur la théorie de la connaissance de Fichte. Il a écrit de nombreux ouvrages et a donné une foule de conférences portant des titres comme La Philosophie de l'activité intellectuelle (1894), La Science de l'occulte (1913), Enquêtes sur l'occultisme (1920), Comment connaître les mondes supérieurs (1904) et L'Illusion ahrimanienne (1919). Cette dernière conférence décrit sa "vision extralucide" de l'apport de divers esprits à l'histoire humaine, et se lit comme les mémoires de Daniel Paul Schreber. Il a également été très attiré par les idées mystiques de Goethe, dont il a publié les œuvres sur plusieurs années. Une bonne partie de ce qu'a écrit Steiner semble reprendre Hegel. Il pensait que la science et la religion voyaient juste, mais pas de façon globale. Marx s'est trompé: c'est véritablement l'esprit qui fait avancer l'histoire. Steiner a même parlé de la tension entre la recherche du communautaire et l'expérience de l'individualité, qui ne constituaient pas vraiment une contradiction, selon lui, mais représentaient plutôt deux pôles enracinés dans la nature humaine.

Steiner s'intéressait à un nombre phénoménal de choses, mais à l'approche du vingtième siècle il s'est concentré surtout sur l'ésotérique, le mystique et l'occulte. Deux idées théosophiques l'attiraient avant toute autre: 1) il existe une conscience spirituelle qui donne un accès direct à des vérités supérieures; 2) la fange du monde matériel entrave l'évolution spirituelle.

Steiner a peut-être rompu avec la Société de théosophie, mais il n'en a pas abandonné son mysticisme éclectique pour autant. Il voyait dans l'anthroposophie une "science spirituelle". Convaincu que la réalité est essentiellement de nature spirituelle, il désirait former l'individu de façon à ce qu'il puisse dépasser le monde matériel et apprendre à saisir le monde spirituel grâce à un soi supérieur. Il enseignait l'existence d'une espèce de perception spirituelle indépendante du corps et des sens. Apparemment, c'est ce sens spécial qui lui a permis de comprendre le monde occulte.

Selon Steiner, il y avait des êtres humains sur Terre depuis la création de la planète. Ils étaient d'abord apparus sous forme d'esprits, pour passer ensuite par diverses stades et en arriver à leur forme présente. L'humanité vivait actuellement sa période post-Atlantide, qui avait commencé avec la submersion progressive de l'Atlantide en 7227 avant Jésus-Christ… La période post-Atlantide se divisait en sept époques, la présente étant l'époque européenne-américaine, censée durer jusqu'en 3573. Après elle, les humains regagneraient les pouvoirs de clairvoyants qu'ils possédaient apparemment avant la Grèce antique.

C'est cependant dans le domaine de l'éducation que Steiner a eu le plus d'influence, et ce, de façon durable. En 1913, à Dornach, près de la ville suisse de Bâle, il a fait construire son Goetheanum, une "école des sciences spirituelles", qui servirait de précurseur aux écoles Steiner ou Waldorf. Le nom de "Waldorf" vient de ce que Steiner a ouvert un établissement pour les enfants des travailleurs d'une fabrique de cigarettes Waldorf-Astoria à Stuttgart, en Allemagne, en 1919. Le propriétaire de la fabrique, qui avait invité Steiner à prononcer une série de conférences pour ses travailleurs, fut apparemment si impressionné par l'homme qu'il lui a demandé d'ouvrir une école. La première école Waldorf des États-unis a été créée en 1928. Aujourd'hui, selon les adeptes de Steiner, il existe 600 écoles du genre, comptant quelque 120 000 étudiants, dans 32 pays. On croit qu'il y a 125 écoles Steiner en Amérique du Nord. On retrouve même un Collège Rudolf Steiner non accrédité, qui offre des baccalauréats en études anthroposophiques et en éducation Waldorf, ainsi qu'une maîtrise en éducation Waldorf.

Steiner a créé son programme d'études à partir de concepts apparemment dictés par son intuition au sujet de la nature du monde et des enfants. Il croyait que chacun de nous est constitué d'un corps, d'un esprit et d'une âme. Selon lui, les enfants passent par trois phases de sept ans, et le système d'éducation doit se plier à chacune de ces phases. De 0 à 7 ans, l'esprit doit s'adapter à son existence dans le monde matériel. À ce stade, les enfants apprennent avant tout par imitation. La matière scolaire doit rester minimale durant ces années. On raconte aux enfants des contes de fées, et on leur montre l'alphabet et l'écriture dès la première année, mais ils n'apprennent à lire qu'à partir de la deuxième.

Toujours selon Steiner, la deuxième phase de la croissance se déroule sous le signe de l'imagination et de la fantaisie. De 7 à 14 ans, l'enfant apprend le mieux par l'acception de l'autorité et l'émulation. Durant cette période, il n'a qu'un seul enseignant, et l'école devient une "famille", dont les enseignants sont les "parents".

De 14 à 21 ans, le corps astral est attiré dans le corps physique, ce qui produit la puberté. Les idées anthroposophiques ne font pas nécessairement partie du programme des écoles Steiner, mais apparemment, ceux et celles qui s'occupent d'établir ces programmes y croient. Les écoles Waldorf laissent la formation religieuse aux soins des parents, mais on y retrouve habituellement une certaine tendance spirituelle, fondée sur une perspective chrétienne.

Malheureusement, comme elles ne font pas dans le fondamentalisme chrétien et l'interprétation littérale de la Bible, certains prétendent souvent qu'elles encouragent le paganisme, et même le satanisme. C'est sans doute parce qu'elles mettent l'accent sur la Nature et les rythmes naturels, y compris les festivals, les mythes, les cultures anciennes et différents rituels non chrétiens. (L'arrondissement scolaire unifié de Sacramento a abandonné son projet de transformation de l'école élémentaire Oak Ridge en établissement d'enseignement spécialisé Waldorf après que de nombreux parents ont formulé des plaintes, et qu'au moins un enseignant a parlé de satanisme. L'arrondissement a décidé de réserver le programme Waldorf à un autre endroit, et PLANS, Inc., un groupe critique à l'égard des écoles Waldorf, le poursuit en cour fédérale pour non-respect du principe de la séparation entre l'église et l'état.)

Certaines des idées mises en valeur par les écoles Waldorf ne viennent pas de Steiner, mais sont néanmoins conformes avec celles du maître. Par exemple, elles ne recommandent pas la télévision en raison du contenu qu'on y retrouve habituellement, et parce qu'elle ne favorise pas l'imagination. C'est là chose propre à attirer certains parents, puisqu'il est difficile de trouver quoi que ce soit de positif pour les jeunes enfants à la télé. L'auteur des présentes lignes est bien d'accord avec le fait que lorsqu'ils sont tout jeunes, les enfants devraient apprendre à se faire des amis, à parler, à écouter, à interagir avec la nature et les gens, au lieu de se retrouver plongés dans un état relevant de l'hypnose devant un écran cathodique. On peut présumer que les enseignants de la méthode Waldorf découragent également les jeux vidéo pour l'image déshumanisante qu'ils donnent de la violence, mais aussi parce qu'ils étouffent l'imagination.

Les écoles Waldorf n'encouragent pas non plus l'utilisation de l'ordinateur par de jeunes enfants. Les avantages de l'informatique dans la formation des jeunes restent apparemment à démontrer, même s'il semble y avoir un consensus généralisé à ce sujet dans le monde de l'éducation, où l'on dépense des milliards chaque année pour acquérir le matériel dernier cri, et ce pour des élèves qui savent à peine lire ou écrire, et encore moins penser de façon critique ni faire preuve d'un minimum d'habiletés sociales ou verbales. D'un autre côté, les écoles Waldorf sont peut-être aussi gagas des arts que les écoles publiques le sont de la technologie. Ce que l'on considère superflu au public est vu comme essentiel par les écoles Waldorf, par exemple, le tissage, le tricot, la musique, la sculpture sur bois et la peinture.

L'un des volets les plus inusités du programme scolaire porte sur ce que Steiner appelait l'"eurythmie", un art du mouvement qui s'efforce de rendre visible ce qui correspond, croyait-il, aux formes et aux gestes intérieurs du langage et de la musique. Selon la foire aux questions d'un site dédié à l'enseignement Waldorf, "elle laisse souvent perplexe les parents peu familiarisés avec notre forme d'éducation, [mais] les enfants répondent aux rythmes simples et aux exercices qui les aident à renforcer et à harmoniser leurs corps et leurs forces vitales. Plus tard, les élèves plus avancés s'exercent à des représentations eurythmiques de la poésie, du théâtre et de la musique, ce qui leur permet d'acquérir une perception plus approfondie de la composition et de l'écriture. L'eurythmie améliore la coordination et renforce la capacité d'écoute. L'enfant qui se voit lui-même comme un orchestre et qui doit acquérir une relation claire avec autrui au sein de l'espace se renforce également sur le plan social".

La conséquence la plus intéressante de la pensée de Steiner au sujet de l'éducation a sans doute été sa tentative d'instruire les handicapés physiques et mentaux. Il croyait que c'est l'esprit qui saisit la connaissance, et cet esprit devait être le même pour tous, sans égard aux différences mentales ou physiques.

La plupart de ses critiques s'accordent à dire que Steiner était un homme remarquable, honnête et admirable. Contrairement à de nombreux "gourous", il semble avoir obéi à une morale stricte, n'a pas tenté d'envoûter ses disciples, et a conservé toute sa fidélité à son épouse. On a remis en question son envergure morale par des accusations de racisme, mais une longue apologie a été rédigée pour le défendre. Steiner, qui croyait à la réincarnation et au passage des âmes par différents niveaux, y compris des niveaux raciaux, situait les races africaines sous les races asiatiques, les races européennes étant au sommet de la hiérarchie. Les défenseurs de Steiner renvoient à des écrits tels que sa Philosophie de la liberté, où l'on trouve des passages vagues et apparemment contradictoires semblables à celui-ci:

 Un groupe ethnique constitue un tout, et chacun de ses membres est marqué des signes caractéristiques de ce groupe. La physionomie et le comportement de chacun sont conditionnés et imprégnés par le caractère ethnique. Lorsqu'on cherche à comprendre tel ou tel trait, telle ou telle manière d'être d'un homme, on est ramené de l'individu à l'espèce. C'est elle qui nous explique la forme que revêt une tendance observée chez un individu.
 
Mais l'homme se libère de cette emprise de l'espèce. Appréciée à sa juste valeur, elle cesse d'être une entrave à la liberté humaine, et ne doit pas le devenir sous l'effet d'une quelconque institution artificielle. L'être humain développe certaines qualités et accomplit certaines fonctions selon des mobiles qui lui sont propres. Les traits typiques de l'espèce chez lui ne sont que des moyens grâce auxquels il arrive à exprimer son entité personnelle. Les qualités spécifiques données par la nature lui servent de base, et il les façonne d'après les tendances de son être le plus intime. Dans les lois de l'espèce, on cherchera en vain la source des manifestations de cet être intime.  * 

Sans aucun doute, Steiner a beaucoup fait dans bien des domaines, mais comme philosophe, scientifique et artiste, il dépasse rarement la moyenne et demeure fort peu original. Quant à ses idées spirituelles, elles semblent bien moins crédibles, et n'ont certainement rien de scientifiques. Certains de ses principes en éducation, cependant, demeurent intéressants. Il avait raison de dire qu'il est dangereux d'éduquer de jeunes cerveaux au sein d'écoles dépendant du gouvernement. L'éducation financée par l'état peut mener à un programme au service de l'état, c'est-à-dire axé sur ses politiques économiques et sociales. L'éducation ne cherche alors plus à répondre aux besoins de l'enfant, mais aux besoins économiques de la société. La concurrence qui sous-tend la majeure partie de l'éducation publique peut bénéficier à la société, mais sans doute pas à tous et chacun. Une éducation où la coopération et les bons sentiments, plutôt que la concurrence et le ressentiment, marquent les relations essentielles entre élèves pourrait être plus avantageuse pour leur développement intellectuel, moral et créatif.

Steiner a également fait preuve d'avant-gardisme par sa compréhension du sexisme :

 Si la situation sociale des femmes est souvent indigne d'elles, c'est qu'elle est déterminée, sous bien des rapports, par l'idée générale que l'on se fait des besoins et des devoirs naturels de la femme, et non point, comme ce devrait être, par ses qualités individuelles. Les occupations de l'homme s'orientent d'après ses aptitudes et ses goûts personnels, celles de la femme dépendent du seul fait qu'elle est femme. La femme doit être esclave de l'espèce, du typique féminin. Discuter si "de par sa nature" la femme est prédisposée à tel ou tel métier, c'est maintenir la question féministe au stade le plus élémentaire. Laissons à la femme le soin de juger ce qu'il est dans sa nature de vouloir.* 

D'autre part, il est vraisemblable que certaines des idées les plus bizarres de l'anthroposophie, comme les corps astraux, l'Atlantide, les Aryens, les Lémuriens, etc. soient transmises par le système d'éducation Waldorf, même si les théories philosophiques de Steiner ne font pas partie du programme qu'il destinait aux enfants. Est-il si difficile de défendre l'amour et la fraternité sans avoir recours à des fantasmes cosmiques quelconques? Lorsqu'on cherche à critiquer le mal que représente une vie entièrement consacrée à la recherche de biens matériels, sans égards pour autrui ou la planète, pourquoi s'appuyer sur un mysticisme échevelé? Pourquoi faut-il attribuer à l'absence de vie spirituelle le mal que l'on voit autour de soi? On pourrait aussi bien dire qu'une trop grande spiritualité en est à l'origine: les tenants de la vie spirituelle se soucient si peu de la vie matérielle qu'ils n'en font pas assez pour rendre notre monde meilleur. En outre, qu'est-ce qui interdit de raconter des histoires, de danser, de chanter, de faire de la musique, de créer des œuvres d'art et d'étudier la chimie, la biologie et la physique? Enfin, pourquoi serait-il impossible d'étudier le monde naturel sans qu'on considère la chose, soit comme un moyen d'obtenir un boulot assuré et d'acquérir des richesses matérielles, soit comme une façon d'harmoniser son âme avec le cosmos?

On ne doit pas bourrer le crâne de nos enfants d'idées matérialistes ni métaphysiques. Il faut les aimer, et leur apprendre à aimer. On doit leur permettre de grandir dans une atmosphère conviviale. On ne doit pas les typer selon la vieille théorie des tempéraments. Il faut leur offrir ce qu'il y a de mieux dans la nature, l'art et la science, de façon à ce qu'ils évitent de tout ramener à leur âme ou à leur future carrière. Malheureusement, la plupart des parents, semble-t-il, se prononceraient contre un tel type d'éducation.

 

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)