Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Richard M. Sternberg

Richard M. Sternberg

Le dessein intelligent constitue «l’une des mystifications les plus ingénieuses de l’histoire de la science...»

Partisan du dessein intelligent que certains de ses congénères considèrent comme un martyr. L’un d’entre eux, Ben Stein, a même coproduit un film dont il est la vedette, et où il affirme que les universitaires et scientifiques qui appuient le dessein intelligent font l’objet d’une persécution à grande échelle.

Un certain nombre de chercheurs et d’universitaires ont été privés de leur permanence ou de subventions – quand on ne les a pas carrément virés – parce qu’ils avaient osé évoquer la possibilité que le dessein intelligent soit possible. Le cas le plus flagrant est celui de Richard Sternberg, du Smithsonian, rédacteur en chef d’une revue qui a publié un article approuvé par des pairs sur le sujet. Il a perdu son emploi. 
Ben Stein (Newsweek, 14 avril 2008)
Richard Sternberg

Pourtant Sternberg travaille encore au Smithsonian (et on peut lui écrire là-bas, à sternberg.richard@nmnh.si.edu). Il n’a pas perdu son emploi, et il a démissionné de son poste de rédacteur en chef avant la publication de l’article sur le dessein intelligent.

Sternberg est surtout célèbre pour la controverse entourant ce fameux article. En 2001, il est devenu directeur et rédacteur en chef d’une modeste revue (tirée à 300 exemplaires) intitulée Proceedings of the Biological Society of Washington. En juin 2004, Proceedings a publié un article à la défense du dessein intelligent rédigé par Stephen C. Meyer, du Discovery Institute. «Ce numéro de Proceedings devait être le dernier dont s’occuperait Sternberg avant son départ. Il avait en effet déjà présenté sa démission en octobre 2003.»* On ne l’a clairement pas chassé en raison des ses convictions religieuses ni pour la publication de l’article de Meyer, puisqu’il avait démissionné avant sa parution.

Tout ce qui paraît dans Proceedings doit faire l’objet d’une approbation par des pairs, mais Sternberg a approuvé l’article de Meyer unilatéralement. Contrairement à la pratique éditoriale normale de la revue, personne d’autre n’a lu l’article avant sa publication. La Biological Society de Washington, choquée par le geste de Sternberg, a publié un communiqué.

Contrairement aux pratiques éditoriales typiques, l’article a été publié sans qu’aucun corédacteur en chef ne l’examine. Sternberg s’est occupé seul du processus de révision dans son ensemble. Le Conseil, formé de membres de la direction, de conseillers élus et d’anciens présidents, ainsi que les corédacteurs en chef auraient jugé l’article inapproprié pour Proceedings, puisque son sujet s’éloignait de façon importante du contenu presque exclusivement taxonomique pour lequel la revue s’est fait connaître au cours de ses 122 ans d’histoire. Pour cette même raison, nous ne publierons pas de réfutation de la thèse de cet article, soit la supériorité du dessein intelligent sur l’évolution à titre d’explication de l’émergence de la diversité des plans corporels au cours du Cambrien. Le Conseil a repris une résolution sur le dessein intelligent adoptée par l’American Association for the Advancement of Science rappelant qu’il n’y a aucune preuve scientifique crédible soutenant le dessein intelligent en tant qu’hypothèse falsifiable pour expliquer l’origine de la diversité biologique. Par conséquent, nous considérons que l’article de Meyer ne respecte pas les normes scientifiques de Proceedings.

Sternberg a répliqué: «À titre de directeur-rédacteur en chef, la prérogative de choisir le rédacteur qui travaillerait directement sur l’article me revenait. Comme j’étais celui des rédacteurs qui était le plus qualifié pour le faire, je me le suis attribué». Or c’est faux, selon Michael Shermer.

L’article de Meyer... traite moins de taxonomie (la branche de Sternberg) que de paléontologie, pour laquelle bien des membres de la société auraient été mieux qualifiés que lui pour porter un jugement. (En fait, au moins trois de ses membres sont des experts sur les invertébrés du Cambrien dont discutait l’article.)*

Sternberg dit qu’il a été encouragé à publier l’article par un chercheur du Musée national d’histoire naturelle dont il tait le nom.*

Les partisans du dessein intelligent ont manipulé l’histoire à leur avantage en affirmant que la communauté scientifique, toujours prompte à réclamer que leur théorie soit soumise au système d’examen par des pairs, se met à hurler lorsque la chose se fait, et exige alors qu’on retire les articles publiés.* En vérité, l’article a bien été publié dans une revue au contenu approuvé par des pairs, mais sans recevoir cette approbation auparavant. Il a été publié sans examen sur une initiative du rédacteur en chef, qui a démissionné avant même la publication.

Sternberg était agent de recherche associé bénévole du Musée national d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution lorsque toute la controverse a commencé. Il a voulu poursuivre le Smithsonian pour discrimination religieuse, mais l’Office of Special Counsel des États-Unis a rejeté sa cause. Grâce à une page en regard de l'éditorial du Wall Street Journal que s’est payée David Klinghoffer, agrégé supérieur de recherches du Discovery Institute, Sternberg a acquis le statut d’un mythe, martyrisé pour sa foi par d’infâmes persécuteurs darwinistes.

Des politiciens républicains et partisans du dessein intelligent, le Républicain Mark Souder et le Sénateur Rick Santorum, sont partis en croisade pour le Discovery Institute, et Souder a fait une déclaration non officielle dans laquelle il soutenait les affirmations de Sternberg au sujet d’une prétendue discrimination religieuse.

Le rapport a été commandé par Souder en tant que président du sous-comité sur la réforme gouvernementale de la Chambre des représentants. C’est le personnel du sous-comité qui l’a rédigé, mais il a été publié par Souder à titre individuel, sans l’approbation officielle du Comité, qui ne l’a jamais accepté de façon formelle. Malgré cela, le Discovery Institute et d’autres partisans du dessein intelligent ont souvent répété que le rapport soutenait officiellement les prétentions de Sternberg.*

Le rapport Souder était non officiel et il a été discrédité, mais il n’en est pas moins devenu une carte maîtresse entre les mains du Discovery Institute et de Ben Stein dans leur campagne pour faire croire que Sternberg était victime de discrimination.

Il est atterrant de constater que la vérité ne semble pas importer beaucoup aux yeux des gens du Discovery Institute ou de Ben Stein. Heureusement pour eux, ils s’adressent à un public qui affiche le même mépris pour les faits. En guise d’exemple, voyons le blog d’un jeune internaute qui s’appelle Adam Winters, et qui se vante d’être chrétien par la grâce de Dieu et baptiste par conviction. Son blog s’intitule On the Shoulders of Giants (Sur les épaules de géants) et voici un extrait de ce qu’il dit au sujet du film Expelled: No Intelligence Allowed.

À l’origine de ce documentaire, il y a la démission apparemment forcée de Richard Sternberg de son poste de rédacteur en chef de la revue scientifique associée au Smithsonian, Proceedings of the Biological Society of Washington, en 2004, après qu’il eut publié un article citant le créationniste Stephen C. Meyer et proposant que le dessein intelligent puisse constituer une explication légitime de l’univers.*

Au moins quatre erreurs de fait dans une seule phrase. Félicitations, M. Winters! Si l’histoire se répète, vos erreurs croîtront et se multiplieront, et se répandront aux quatre coins de la terre, où il y aura moult pleurs et grincements de dents.

 

Note du traducteur :

Dans son numéro du 26 juin 2008, l’hebdomadaire culturel montréalais Voir parlait en ces termes d’Expelled: No Intelligence Allowed.

Dans ce documentaire tape-à-l’œil au montage dynamique, l’acteur Ben Stein, qui narre le tout d’un ton cynique et ennuyant, recueille les témoignages délirants de scientifiques ayant perdu leur emploi pour avoir appuyé la théorie du dessein intelligent. En quoi consiste cette théorie? À envoyer paître Darwin et sa sélection naturelle au profit d’une thèse qui n’est pas très loin de celle du créationnisme. Risible et malhonnête.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)