Succube

Démon prenant une forme féminine pour s'unir aux hommes, souvent au cours de leur sommeil, pendant qu'ils rêvent. De par leur nature surnaturelle, les succubes ne connaissent pas la grossesse, mais accumulent la semence masculine pour la remettre aux incubes, qui la déposent au sein de femmes humaines pour des motifs diaboliques.

Le terme vient du latin sub «sous», et cubare «coucher». Au Moyen-Âge, on pensait que sorciers et sorcières héritaient d'une partie des pouvoirs du diable parce qu'ils étaient le fruit d'une union charnelle satanique.

Selon Carl Sagan, les récits de copulation avec des démons correspondent à un phénomène culturel répandu :

Dans la même classe que les incubes, on retrouve les djinns arabes, les satyres grecs, les bhuts hindous, les hotua poro samoans, les dussi celtes... (Sagan 1995, p. 124)

On croit encore aux démons, de nos jours, mais on n'entend plus parler d'incubes ni de succubes. Il s'en trouve pourtant des échos dans les récits d'enlèvements par des extraterrestres et les histoires d'enfants des étoiles. Aujourd'hui, les personnes qui se prétendent victimes de tels enlèvements affirment avoir été soumis à des sévices sexuels aux mains d'êtres d'un autre monde, comme on l'affirmait au Moyen-Âge. Heureusement, l'Église ne peut plus condamner au bûcher l'équivalent moderne des sorcières. En fait, ceux qui racontent avoir subi des indignités de la part d'extraterrestres sont plus susceptibles, de nos jours, de recourir aux services d'un agent littéraire qui leur dénichera un juteux contrat auprès d'un éditeur et des invitations à la télé, à des émissions de variétés.

 

Voir également: Paralysie du sommeil et Satan.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)