Tarot

"Le tarot est l'une des plus merveilleuses inventions de l'humanité. En dépit des protestations des philosophes, ce jeu de figures dans lesquelles la destinée se reflète comme dans un miroir aux multiples facettes demeure si vivant, et exerce une attirance si forte sur l'esprit imaginatif, qu'il est à peu près impossible aux critiques austères, qui parlent au nom d'une logique exacte mais inintéressante, d'espérer un jour en abolir l'usage."
Grillot de Givry
 

Jeu de cartes servant surtout, de nos jours, à dire la bonne aventure. Il y a quelques années, le tarot aurait été associé avant tout aux romanichels, mais aujourd'hui, il connaît une grande faveur parmi les occultistes et les adeptes du Nouvel-Âge de tous les horizons.

carte de tarot

Le tarot moderne vient de l'Italie du quinzième siècle et d'un jeu de cartes du même nom, semblable au triomphe. Le jeu traditionnel comprend deux séries de cartes ou lames, le grand arcane (22 figures comme le Fou ou le Mat, le Diable, la Tempérance, l'Ermite, le Soleil, l'Amoureux, le Bateleur, le Pendu et la Mort), et le petit arcane (où l'on retrouve les rois, dames, cavaliers et valets de bâtons, d'épées, de coupes et de deniers*). Les romanichels n'ont commencé à utiliser le tarot divinatoire qu'au vingtième siècle. De nos jours, de nombreux jeux différents servent à la cartomancie. La signification des figures et nombres des lames varie grandement d'un praticien à l'autre, et bien d'entre eux établissent des liens entre les cartes et la kabbale, l'astrologie, le Yi-King, l'Égypte ancienne et d'autres concepts occultes et mystiques du genre.

Les plus vieilles cartes à jouer que nous ayons viennent de la Chine du dixième siècle, mais les quatre suites du tarot et les cartes à jouer modernes sont probablement apparentées à un jeu arabe du quatorzième siècle [Decker]. Selon de Givry, dans le jeu des 52 cartes à jouer ordinaires, le trèfle correspond aux bâtons (et ferait présager des nouvelles), le pique, aux épées (pour le malheur et la mort), le cœur, les coupes (annonciateur de bonheur), et le carreau, les deniers (qui correspondent à l'argent). Decker rapporte que les maillets de polo représentés sur les cartes arabes ont été transformés en bâtons par les Européens, qui n'étaient guère familiarisés avec ce sport à l'époque.

Habituellement, on fait appel à une diseuse de bonne aventure pour lire les lames du tarot, mais nous vivons à l'ère de la libre entreprise et du Nouvel Âge. Maintenant, n'importe qui peut s'acheter un jeu et suivre les instructions qu'on y joint pour découvrir son soi réel et atteindre son plein potentiel. La nature du lien censé exister entre des cartes à jouer et la destinée individuelle demeure un profond mystère, il va sans dire, mais il semble qu'on puisse l'expliquer par une forme de magie...

Il faut reconnaître que l'idée, romantique à souhait, qu'on puisse lever le voile sur les mystères de l'existence à l'aide d'un jeu de hasard chargé de symboles archétypaux présente un puissant attrait, d'autant plus qu'on doit, à cette fin, faire appel à une autorité possédant le don de clairvoyance. Plonger son regard dans une carte à jouer pour y trouver son avenir ou un reflet de son âme n'est pas vraiment susceptible de tenter d'austères critiques, mais un tel mysticisme visionnaire possède son charme. Des siècles de progrès dans les sciences et les connaissances n'ont rien changé à la popularité de conseillers occultes comme le tarot, le ouija, l'astrologie, le Yi-King, la chiromancie, l'iridologie, la réflexologie, les tâches d'encre, la graphologie, les ennéagrammes, la boule de cristal, les feuilles de thé, etc. Le besoin d'être guidé, conseillé, rassuré, peut très bien remonter à un manque à cet égard au cours de l'enfance, car c'est durant cette période de la vie qu'on désire le plus recevoir des conseils et être rassuré, se faire dire qu'on peut être maître de sa propre destinée. Et si tous ces adultes qui cherchent le secours des sciences occultes représentaient des générations d'enfants qu'on n'a pas guidés, mais tyrannisés, qu'on n'a pas rassurés, mais effrayés, à qui on n'a pas montré à régir leur existence pour qu'ils demeurent dans la dépendance et l'insécurité? Quoi qu'il en soit, certaines des cartes du tarot sont très jolies, et bien de ceux qui y ont recours jurent qu'ils sont arrivés à mieux se connaître en laissant les images stimuler leur imagination. Les cartes les ont aidés à créer des interprétations d'eux-mêmes qui ont donné un sens à leurs vies.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)