Theratest

En septembre 1999, dans le résumé de son rapport final sur le Listen et autres appareils Interro (et par conséquent, sur divers détecteurs d'humidité sur l'épiderme comme le Mora, le Vega, le Theratest et le Dermatron), la Commission des plaintes en matière de soins de santé de la Nouvelle-Galles du Sud déclare : « Le Listen ne repose sur aucune base scientifique, défie toute logique et ne présente aucune valeur pour le diagnostic de problèmes de santé ». Cette conclusion n'a pas été rendue publique.
Cheryl Freeman, Skeptic, printemps 2001
 

« Appareil bioélectrique hautement perfectionné qui mesure les très faibles impulsions électriques circulant le long des méridiens du corps en passant par les points d'acuponcture à la surface de l'épiderme », dixit John Goodwin, qui affirme se servir du Theratest pour son travail de « praticien isopathique ».* D'après Goodwin, l'appareil peut détecter la présence de toxines dans le corps en mesurant leur aura ou leur champ d'énergie. (Goodwin crée ensuite des préparations homéopathiques à partir de ces toxines, à l'aide desquelles il promet de désintoxiquer quiconque se présente chez lui à la recherche d'un traitement. *) Il croit que les poisons, les bactéries et les virus émettent des auras spécifiques, détectables par le Theratest.

Machine Theratest

Peut-on vraiment faire confiance à Goodwin en ce qui a trait aux auras et aux champs d'énergie? Il pense que les auras sont produites par la force vitale qui se trouve dans toutes choses, et dit que « la médecine scientifique peut capter l'énergie subtile qui circule dans le corps par la cardiographie ou l'encéphalographie ». Pas du tout. La science a abandonné toute croyance en une force vitale (le vitalisme) il y a plus d'un siècle. Les impulsions électriques que mesurent les électrocardiogrammes résultent de l'activité chimique et électrique du muscle cardiaque. L'électro-encéphalogramme, pour sa part, montre l'activité électrique du cerveau. On peut supposer que M. Goodwin et ses collègues captent plutôt l'activité électrique épidermique, puisqu'ils mesurent leur fameuse force vitale par les mains et les pieds de leurs sujets. Autrement dit, leur appareil est essentiellement un galvanomètre détourné de son utilisation réelle. On pourrait aussi bien recourir à un pendule ou une baguette de sourcier.

Quoi qu'il en soit, voici ce qu'un autre utilisateur du Theratest, Michelle Glassbrook (une naturopathe du Queensland, en Australie) nous apprend sur son bidule :

Il y a des milliers d'années, on a découvert que l'énergie parcourt des lignes le long du corps humain, et des méthodes technologiques modernes comprenant l'électronique, la thermographie et la radioactivité nous ont permis de les mesurer et de les cartographier. Le long de ces lignes se trouvent divers points présentant des caractéristiques électriques uniques qui les distinguent de la peau qui les entoure.
 
C'est sur ces points électromagnétiques précis des mains et des pieds du patient que je place les électrodes du Theratest. Ainsi, je suis en mesure de déterminer l'état de divers organes comme le foie, le cœur, les poumons, l'estomac, etc. Les points correspondant aux organes malades sont souvent sensibles et présentent une faible résistance électrique.
 
Cette méthode diagnostique est très précise, et j'utilise les résultats que me donne l'appareil pour parler des effets de la génétique et de la faiblesse énergétique sur certains organes, mais aussi pour prédire la maladie avant même qu'elle ne se déclare.
Albert Abrams

Leurs diplômes de biologie, Goodwin et Glassbrook l'ont trouvé au fond d'une pochette-surprise. La véritable histoire de la science montre que les experts n'acceptent plus l'idée d'une énergie subtile ou d'une force vitale suivant des lignes (les méridiens du corps). Notre instrumentation mesure l'énergie électrique, par une hypothétique force vitale. On n'apprendra rien sur l'état des organes en mesurant les réactions galvaniques des mains ou des pieds. En d'autres termes, le Theratest n'est que le dernier rejeton d'une longue lignée de bidules pseudo-scientifiques inventés par des charlatans qui font la promotion de diverses formes de médecine énergétique. Parmi les grands noms de la profession, on retrouve celui du Dr Albert Abrams (1863-1924), affectueusement surnommé le « porte-étendard des charlatans du vingtième siècle ».*

Abrams avait baptisé sa pratique radionique. Il se disait capable de déceler les énergies ou vibrations (radiations) caractéristiques émises par les tissus sains ou malades de toute créature vivante. Il a inventé des appareils censés mesurer cette énergie, et créé un système d'évaluation de ces vibrations en tant que signe de santé ou symptôme de maladie. On n'a jamais validé scientifiquement l'idée que les organes malades vibrent d'une façon particulière ni qu'ils produisent des radiations, des auras ni quoi que ce soit du genre, et jamais on n'a établi qu'un appareil quelconque pouvait à la fois mesurer des énergies occultes et guérir en même temps par l'émission de vibrations, de pulsions électriques ou de radiations, mais la croyance relative à la médecine énergétique demeure très présente.

Un autre naturopathe australien emploie le Theratest dans sa pratique. Hans Kupka, allemand d'origine, a présenté son appareil aux Australiens en 1981 en prétendant s'en servir pour diagnostiquer et traiter les allergies. Un article du Sydney Morning Herald montre Hans-Joachim Kupka en train d'utiliser un programme informatique lié à son appareil pour déterminer quelles préparations homéopathiques sont nécessaires au patient.Reinhold Voll D'après l'article, il serait possible de modifier l'appareil, utilisé depuis 28 ans en Allemagne, pour qu'il puisse dire aussi quand il faut recourir à des antibiotiques. Kupka ne mentionne pas qui est l'inventeur du bidule, mais ce pourrait très bien être Reinhold Voll (1909-1989), un médecin allemand qui a créé un appareil électronique pour détecter les points d'acuponcture. Dans un site Web consacré à l'histoire des appareils pseudo-scientifiques employés en médecine, on apprend qu'en 1953, Voll « a créé une approche systématique pour l'évaluation de l'organisme par la mesure de la résistance électrique de la peau ». Il a créé un dispositif compliqué et encombrant, « le premier système de dépistage électro-dermique au monde ». Les différentes incarnations de ce genre d'appareils portent toutes sortes de noms (dont le très joli Meridian Stress Assessment). On parle aussi beaucoup d'électro-acuponcture selon Voll (EAV). L'historique que fait le Dr Steven Barrett des machines à « diagnostics » est par contre moins laudateur :

Les premiers appareils du genre ont été créés par Reinhold Voll, un médecin de l'Allemagne de l'Ouest qui a commencé à s'adonner à l'acuponcture dans les années 1950. En 1958, il a combiné la théorie de l'acuponcture chinoise avec la réaction électrodermale pour produire son système EAV. Le Dermatron en a été le premier modèle à transistors. Quelques années plus tard, l'un de ses disciples (un autre médecin allemand nommé Helmut Schimmel) a fait passer le nombre de points de diagnostic de 850 à 60, a apporté quelques modifications mineures à l'appareil, et a ainsi accouché du premier Vegatest. Parmi toutes les déclinaisons du produit qui vont suivre, on retrouve les appellations suivantes : Accupath 1000, AcuGraph, Asyra, Avatar, BICOM, Bio-Tron, Biomeridian, Computron, CSA 2001, Diacom, DiagnoMètre, Eclosion, e-Lybra 8, ELAST, Interro, Interactive Query System (IQS), I-Tronic, Kindling, LISTEN System, MORA, Matrix Physique System, Meridian Energy Analysis Device (MEAD, MSAS, Oberon, Omega Acubase, Omega Vision, Orion System, Phazx, Prognos, Prophyle, Punctos III, SpectraVision, Syncrometer, Vantage, Victor-Vitalpunkt Diagnose, Vistron, Vitel 618, et ZYTO.

Les praticiens qui utilisent ces appareils ne leur font jamais passer d'épreuves scientifiques. Ils croient, en toute bonne foi, peut-on supposer, qu'ils font bien ce qu'ils sont censés faire. En revanche, un groupe de chercheurs britanniques a effectué des tests pour l'un d'eux -- il y en avait plus de 500 sur le marché national, à l'époque (2001) -- et a établi qu'il était parfaitement inutile dans la détection d'allergies. Rien d'étonnant à cela, puisqu'il ne s'agissait de rien d'autre que d'un galvanomètre lié à un programme informatique qui ne fait que dégobiller des diagnostics et des traitements valant la même chose que les messages de petits biscuits chinois et les chroniques astrologiques des journaux de fin de semaine. On en rirait si ce n'était pas si dangereux.

 

 

En complément de programme:

Quelques bidules pseudo-médicaux et les miracles qu'on leur attribue.

 

ADR Energy Stimulators -- « En déposant le disque directement sur la partie du corps touché par la maladie, ou sur le point d'acuponcture qui y correspond, on obtient un soulagement tout en favorisant le processus de guérison... [Le disque] neutralise tout effet négatif des champs électromagnétiques sur les organismes vivants. »

 

Advance Bio-Photon Analyzer -- « Un appareil perfectionné employant les énergies subtiles... qui peut créer des remèdes isopathiques auto-harmonisés et personnalisés en moins de 40 secondes... »

  • Permet la transmission d'ondes et de solutions énergétiques pour des « séances à distance », soit seul, soit en conjonction avec Rife, Clark et d'autres systèmes.
  • Contribue à réduire le stress que subit le système énergétique de votre organisme.
  • Neutralise les résidus énergétiques imprégnés de stress qui peuvent contaminer vos aliments.
  • Agit comme antidote et neutraliseur des effets énergétiques des toxines et produits chimiques présents dans les produits domestiques qui peuvent affaiblir votre organisme (comme les produits domestiques de nettoyage).
  • Neutralise les énergies nocives de votre environnement, y compris dans les édifices, l'eau, le sol, les serres, les fermes et les terres agricoles.
  • Constitue un outil indispensable pour les praticiens du Feng Shui.
  • Constitue un instrument essentiel pour les professionnels des sciences énergétiques.

 

Système Barr à piles hydro-électriques

« Le système Barr à piles hydro-électriques est conçu pour renforcer la tendance naturelle à l'autoguérison du corps humain. L'appareil génère un très faible courant électrique qui passe par diverses solutions ayant pour effet d'en accroître l'action. On dit également que le système puise à même cette puissance que la médecine vibrationnelle actuelle découvre peu à peu. » On dit également qu'il s'agit d'une niaiserie pseudo-scientifique.

Selon son inventeur, le naturopathe Bruce Barr, « Des éléments vibratoires comme l'or, l'argent, le camphre, etc. sont employés séparément, selon les renseignements recherchés. Si plus d'une solution est indiquée, il est possible d'acheter un flacon supplémentaire (no 141) pour chacune. Il faut refaire le plein de produits chimiques dans l'appareil tous les 30 jours. »* L'expression « élément vibratoire » n'a aucun sens en médecine. Selon Brian Dunning :

À l'origine de l'utilisation de piles hydro-électriques en thérapie nouvelâgeuse on retrouve Edgar Cayce, célèbre médium américain du début du XXe siècle. Surtout réputé pour ses diagnostics médiumniques, il s'était attiré une communauté d'adeptes qui se maintient encore aujourd'hui. L'Association for Research and Enlightenment de Virginie, qui affirme regrouper des dizaines de milliers de membres, continue de faire la promotion des traitements physiques et spirituels de Cayce. Parmi ceux-ci, on retrouve l'utilisation de la pile hydro-électrique. Il suffit de mélanger les produits chimiques nécessaires dans un seau pour se constituer une pile de faible intensité, puis de mélanger les « remèdes » spéciaux, de l'or, de l'argent, de l'iode, etc., dans un second récipient. [Barr vend des solutions d'or, de camphre, d'iode, d'argent, de fer, et de ce qu'il appelle du « GoldenSeal ».] Un fil fait une boucle dans ces « remèdes » et le patient s'applique des électrodes à l'épine dorsale. Il faut le faire 30 minutes par jour, et selon Cayce, des mois, voire des années sont nécessaires avant d'obtenir des résultats. Il s'agirait « d'introduire des vibrations énergétiques et médicinales directement dans l'organisme ». Aucun début d'hypothèse ne vient expliquer comment le tout pourrait être utile à quoi que ce soit.

On repère habituellement les charlatans à leurs précautions oratoires. Barr, par exemple, commercialise ce qu'il appelle la Trousse de recherche Barr sur la sclérose en plaques pour environ 500 $ US. Mais il avertit l'acheteur : « Le présent système est offert à ceux qui désirent effectuer des recherches sur les préceptes d'Edgar Cayce à propos de la sclérose en plaques. Nous l'offrons à des fins de recherche personnelle seulement, et ne faisons aucune affirmation de nature médicale à propos de son application. Il n'est pas destiné à remplacer des soins médicaux de qualité ». [Nous soulignons.]

 

Dynamizer

Invention du Dr Albert Abrams (1863-1924), « porte-étendard des charlatans du vingtième siècle » et fondateur de la radionique, ancêtre de l'énergie subtile et de la médecine vibrationnelle. L'appareil est censé transmettre des vibrations bénéfiques aux organes et tissus malades, de façon à leur redonner la santé.

 

Pierre du Graal

« Les forces supérieures de l'univers nous ont donné la pierre du Graal afin de nous aider à atteindre l'éveil et la transformation spirituelle. » Quelle chance!

 

Harmonizer

L'appareil aide « à réharmoniser les parties affaiblies et désharmonisées de l'organisme que l'on retrouve fréquemment en cas de maladie » Et les poules se soumettent à des traitements d'orthodontie.

 

PAP-IMI (Pap-Ion Magnetic Inductor)

Invention de William Nelson. L'appareil projette des ondes électromagnétiques censées réparer les cellules endommagées. Comment? On s'en fout...

 

Rife Frequency Generator

... parmi les nombreux imitateurs d'Abrams, on retrouve Royal Raymond Rife (1888-1971), un Américain qui disait que des bactéries causaient le cancer. Au cours des années 1920, il a affirmé avoir inventé un puissant microscope qui pouvait détecter les microbes vivants par la couleur de l'aura de leur taux vibratoire. Son machin est censé générer des ondes radio de la même fréquence-*

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)