Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Psychophotographie

Psychophotographie

(Thoughtography)

Terme popularisé par le Dr Jule Eisenbud, psychiatre, dans son livre à propos de Ted Serios, chasseur d'un hôtel de Chicago, qui prétendait faire apparaître des images sur un film Polaroïd par la puissance de sa pensée.

Depuis la parution du livre d'Eisenbud, The World of Ted Serios: Thoughtographic Studies of an Extraordinary Mind (1966), d'autres ont prétendu pouvoir égaler ses exploits. Eisenbud pensait que Serios faisaient ces photographies mentales par psychokinèse, et que quelques-unes d'entre elles résultaient de voyages astraux.

Charlie Reynolds et David Eisendrath, tous deux magiciens amateurs et photographes professionnels, ont révélé l'imposture de Serios après avoir passé une fin de semaine avec lui et Eisenbud. Serios disait qu'il avait besoin de placer un petit tube devant la lentille de l'appareil photographique pour mieux se concentrer, mais on l'a surpris en train d'y glisser quelque chose. Il s'agissait probablement d'une petite image photographique, que l'appareil capterait, mais que Serios mettrait sur le compte de ses capacités paranormales plutôt que ses talents de prestidigitateur. Les deux hommes ont publié un article sur la supercherie dans le numéro d'octobre 1967 du magazine Popular Photography. Les pouvoirs de Serios ont commencé à s'estomper peu après, et on n'a essentiellement plus entendu parler de lui ces trente dernières années.

Bien après que Serios eut replongé dans l'anonymat, Uri Geller s'est mis lui aussi à recourir à un subterfuge pour produire des psychophotographies. À l'aide d'un 35 mm sur l'objectif duquel il laissait le bouchon, il prenait des photos de son front. Il affirmait ensuite que la pellicule avait été impressionnée directement par son esprit. Les images venaient sans doute de son esprit, mais par des voies plus tortueuses. James Randi, prestidigitateur et grand dénonciateur de fraudes, affirme que la psychophotographie se fait grâce à un dispositif optique qui se dissimule facilement dans la main (Randi 1982, p. 222ff.; 1995, p. 233) ou par l'utilisation d'un film déjà impressionné. Des gens pourtant intelligents mais ignorant de la photographie sont susceptibles de se faire duper par de tels clichés, ou encore par des photographies de monstres préhistoriques ou de fées, tout comme l'a été Sir Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes.

 

Voir également: Photographie psychique.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)