Trépanation

«Un génie est celui qui connaît de façon innée la différence entre un oui et un non.»
Dr Bart Huges
 

Opération qui consiste à pratiquer une ouverture dans la boîte crânienne. Selon John Verano, professeur d'anthropologie à l'université de Tulane, la trépanation est la plus ancienne des pratiques chirurgicales, et on la retrouve encore, dans un contexte cérémoniel, chez certaines tribus africaines. On a découvert en France un crâne trépané qu'on a daté d'environ 5000 ans avant notre ère. Quelque 1000 crânes semblables venant du Pérou et de la Bolivie remontent à une période s’étendant de 500 ans avant notre ère au XVIe siècle.

Bart Huges (né en 1934), diplômé d'une école de médecine, mais qui n'a jamais pratiqué, sinon sur lui-même, croit que la trépanation permet d’atteindre un niveau supérieur de conscience. Il raconte comment son désir de devenir psychiatre s'est vu contrecarré par un échec à l'examen d'obstétrique, ce qui fait qu’il n'a jamais pratiqué la médecine. En 1965, au bout de quelques années passées à essayer le LSD, le cannabis et d'autres drogues, le Dr Huges s'est rendu compte qu'il obtiendrait l'illumination en se perforant le crâne. Pour ce faire, il a employé une perceuse électrique, un scalpel et une seringue hypodermique (pour s'administrer un anesthésique local). L'opération lui a pris 45 minutes. Et comment se sent-on quand on a atteint l'illumination? «Je me sens comme lorsque j'avais 14 ans», dit Huges.

Comment le Dr Huges a-t-il pu en arriver à une idée aussi folle? L'intuition lui en est d'abord venue quand il a appris qu'en se tenant sur la tête suffisamment longtemps, on pouvait finir par planer. Il a fini par se convaincre qu'en réduisant de façon permanente la pression de la boîte crânienne, il ferait s'accroître le flux sanguin se rendant au cerveau et obtiendrait le but recherché. Grâce à un peu de mescaline, il a bien vite saisi les tenants et aboutissants de la question. «J'ai vu comment on pouvait attribuer un niveau de conscience plus élevé à une augmentation du volume du sang dans le cerveau.» Comment un fait aussi simple a-t-il pu échapper aux scientifiques et aux mystiques pendant tant de milliers d'années?

Dans le passé, la trépanation servait soit à faire baisser la pression que subissait le cerveau en raison d'une maladie ou d'un choc, soit à laisser sortir les esprits malins. Seule la première raison est demeurée acceptée en médecine, la seconde ayant disparu là où la connaissance scientifique a détrôné la démonologie. Huges n'a pas encore réussi à convaincre les masses, mais il s'est néanmoins gagné quelques disciples, qui ont fini par faire prendre l’air à leurs idées. La plus célèbre est sans doute Amanda Fielding, d'Oxford, en Angleterre, qui non seulement a survécu à l'opération – entièrement filmée – qu'elle a effectuée sur elle-même, mais qui est également devenue candidate au Parlement britannique. Elle a d'ailleurs reçu le suffrage de 40 des électeurs de la circonscription de Chelsea en 1978, en promettant des trépanations gratuites, offertes par le Service national de santé.

Fielding soutient que le trou qu’elle s’est perforé dans la tête permet à davantage d’oxygène de parvenir à son cerveau, ce qui l’aide à atteindre un état de conscience plus élevé. Et c'est plus sûr que le LSD, explique-t-elle, apparemment convaincue qu'il s'agit là de ses deux seules options. Elle affirme avoir maintenant plus d'énergie et d'inspiration, tout en planant de façon naturelle et permanente. D'après elle, la trépanation permet de mieux lutter contre la névrose et la dépression, tout en prémunissant l’heureux trépané contre l'alcoolisme et la toxicomanie. Vraiment, Amanda possède une grande ouverture d’esprit.

Faut-il absolument le dire? La trépanation est une opération risquée, qui peut causer des lésions au cerveau et entraîner de l'infection. En outre, selon Sugey Restituyo, beaucoup de trépanés «ont plus tard affirmé avoir eu des contacts avec des extraterrestres et ont rejoint le mouvement raélien»*.

 

Voir aussi:

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)