Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Triskaïdékaphobie

Triskaïdékaphobie

Peur irrationnelle du chiffre 13.

Treizième avenue

On considère le chiffre 13 comme particulièrement malchanceux, contrairement à l'Égypte et à la Chine anciennes. Treize convives ont pris part à la dernière Cène. Bien des meurtriers tristement célèbres, comme Charles Manson, avaient des noms formés de 13 lettres. Évidemment, des millions de braves types qui ne feraient jamais de mal à une mouche ont aussi 13 lettres à leur nom, comme l'acteur Robert Redford. Pour autant que l'on sache, personne ne s'est donné la peine d'étudier combien de réunions de 13 personnes se sont terminées sans effusion de sang. Seules les sorcières, sans doute dans un esprit d'opposition aux superstitions chrétiennes, se réunissent parfois par groupes de 13.

Certains pensent que le chiffre 13 doit sa mauvaise réputation à Loki, dieu scandinave du Mal, dont l'arrivée inopinée au banquet des dieux (des 12 dieux) de Valhalla a déclenché une foire d'empoigne.

Aux États-Unis, certaines villes n'ont pas de 13e Avenue (mais pas Sacramento, dont la 13e Avenue et la 13e Rue se croisent), et certaines édifices n'ont pas de 13e étage (ce qui ne veut pas dire que tout ce qui vient après le 12e tient par l'effet du Saint-Esprit).

Les Égyptien de l'Antiquité considéraient que le treizième stade de la vie était la mort, soit l'après-vie, ce qui, dans leur esprit, correspondait à quelque chose de favorable. La treizième carte du tarot représente la Mort, c'est-à-dire la transformation. Les cultures utilisant un calendrier lunaire qui comporte 13 mois ne voient rien de sinistre dans le chiffre.

Selon un sondage Gallup de 1996, seulement 9% des Étasuniens sont superstitieux à propos du nombre 13.*

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)