Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » L'effet Trivedi®

L'effet Trivedi®

Mahendra Trivedi

Marque de commerce déposée, dont le créateur, Mahendra Kumar Trivedi, se fait appeler Guru Ji par des milliers de personnes, qui voient en lui un grand maître éclairé. Employons l'abréviation ET pour parler de la puissante énergie correspondant à la marque. De la sorte, nous éviterons de recevoir de la part des suppôts du gourou des courriels nous menaçant d'être poursuivis ou frappés par des rayons maléfiques. D'un autre côté, Trivedi, sa fondation, son PDG et son conseiller juridique font eux-mêmes l'objet de tant de poursuites de la part d'anciens disciples affirmant avoir été victimes de sévices émotionnels et sexuels de la part du Grand Sage qu'ils doivent avoir d'autres chats à fouetter.

L'esprit du lecteur ayant été favorablement disposé, voyons ensemble comment le site Web de la Fondation Trivedi décrit l'ET. (Oui, notre gourou a créé une fondation à but non lucratif, comme le ferait sans doute Jésus s'il était parmi nous aujourd'hui.) L'ET est une énergie « inconnue ». Inconnue jusqu'en 1995, en fait, lorsque Trivedi en a appris l'existence de la bouche de l'Intelligence universelle. Il a appris également que le don qu'il avait reçu « devait servir au bien-être de tout le genre humain ». Le don en question, c'était la capacité de transmettre par la pensée « une énergie » pouvant « transformer tous les organismes vivants comme les plantes, les arbres, les graines, les bactéries, les virus, les champignons, les animaux, les cellules cancéreuses, les cellules du corps humain... tout. En outre, cette énergie peut transformer les matériaux inertes, comme les métaux, les céramiques, les polymères, et les produits chimiques, en modifiant leur structure atomique de façon permanente ».*

Que feriez-vous si vous découvriez que vous possédez le pouvoir de modifier la structure de tout ce qui vous entoure par la pensée? Le commun des mortels s'arrangerait sans doute pour devenir invisible, afin d'accomplir de noirs desseins sans craindre la loi des hommes. Mais pas Gourou Ji - oh, ça non! Il a préféré employer ses facultés au profit de l'humanité, ou du moins, pour son profit personnel et celui de ses proches. Fort heureusement pour nous, Trivedi possède un esprit sceptique, et il sait qu'il doit soumettre ses facultés à des épreuves rigoureuses pour prouver au monde qu'elles existent bel et bien.

... M. Trivedi s'est demandé pourquoi cette énergie ne se limiterait qu'aux humains. Il sentait que si elle était réelle, elle devait avoir un effet universel. Elle devait améliorer la productivité des récoltes, transformer les bactéries, les virus et les champignons, convertir les cellules cancéreuses en cellules bénignes, et rendre les métaux et polymères plus résistants. Étant donné sa nature sceptique, il s'est mis à la recherche scientifique. À l'aide de la technologie la plus perfectionnée dont disposait la science dans des conditions contrôlées [sic], il a commencé à cerner l'effet réel de son énergie, ses caractéristiques, son comportement et ses limites. Si elle pouvait modifier la structure atomique, rien ne lui était impossible. Il a compilé toute une série de succès, y compris près de 4000 études scientifiques soigneusement documentées sur sa capacité à changer la matière jusqu'au niveau atomique. Ces études ont démontré l'effet de cette énergie, capable de renforcer la matière vivante ou inerte, ce qui élimine toute possibilité d'effet Placebo [sic] ou psychologique. En conclusion, il a constaté que les possibilités en matière de mieux-être étaient sans limites, et que sa contribution serait essentielle à l'avancement de la science.*

Malheureusement, il est impossible de retracer ne serait-ce qu'une seule de ces 4000 études, censément parues dans des publications scientifiques réputées. Le seul document facilement accessible qui n'ait pas été rédigé par Trivedi ou l'un de ses suppôts relate les épreuves auxquelles le gourou a été soumis à l'Université Penn State. Voici les premières lignes du rapport, de la main du professeur Tania Slaweki :

Nous avons ménagé un accueil enthousiaste à Mahendra Trivedi quand il s'est présenté à nos laboratoires, car il avait été précédé de milliers de pages Web à propos de ses « expériences », qui « prouvaient » ses capacités uniques de transformation des matériaux. Notre équipe était vivement désireuse d'attester la vérité de ses affirmations. Nous avons travaillé l'esprit ouvert, en espérant ressortir de l'expérience impressionnés, voire « baba ». Ça n'a pas été le cas.
 
Rien, dans sa base de données, ne relevait de l'extraordinaire. Beaucoup de chiffres; rien de significatif.

Sans doute aurait-il mieux valu procéder différemment, en commençant par chercher à savoir ce qu'était la Fondation Trivedi. On en aurait appris ainsi davantage sur Trivedi même et son supposé effet. Chercher à attester la véracité d'affirmations susceptibles, en cas de confirmation, de bouleverser les connaissances scientifiques, n'est sans doute pas la bonne façon de faire les choses. Les scientifiques devraient plutôt se montrer « vivement désireux » de soumettre ces affirmations à l'épreuve du réel et de voir ce qui se passe alors. Ils devraient tenter de les réfuter. Si elles ressortent indemnes d'épreuves rigoureuses, correspondant aux normes les plus élevées du moment, peut-être sont-elles vraies. En l'occurrence, nos braves chercheurs de Penn State ont plutôt cherché à corroborer les affirmations de Trivedi, mais ont échoué dans leur tentative. C'est assez révélateur. Peut-être n'ont-ils pas découvert de preuves de l'ET parce qu'il n'existe pas, tout bêtement. Ou alors, les preuves possèdent quelque vertu magique qui les fait s'envoler dès qu'on les approche de trop près...

Quel genre d'épreuves ont été menées, et pourquoi à Penn State? Elles ont été menées là-bas parce que Rustum Roy y était professeur émérite à l'époque. Le professeur Roy est Indien. D'après Wikipédia, il a reçu un

baccalauréat en chimie physique de l'Université de Patna et, en 1944, une maîtrise de la même institution. Il a obtenu un doctorat en céramiques à Penn State en 1948, avant de devenir citoyen américain en 1961. Il a connu une longue carrière à Penn State en géochimie et en sciences des matériaux. Il a fondé le laboratoire des sciences des matériaux à Penn State et a publié des centaines de documents techniques. Roy a été membre de la National Academy of Engineering. Pour une publication scientifique dont il était rédacteur en chef, il a écrit un article sur la pertinence de la structure de l'eau relativement à l'homéopathie...
Mahendra Trivedi

À propos de son ET, Trivedi affirme entre autres choses qu'elle peut énergiser l'eau et lui conférer des propriétés curatives. Roy a longtemps cru que les potions homéopathiques pouvaient être efficaces, même si elles ne contiennent plus la moindre molécule de substance active. Comment? Par une modification de la structure de l'eau. (En passant, on va bientôt pouvoir se procurer de l'eau Trivedi par Amazon.com. Beaucoup de consommateurs lui accordent déjà cinq étoiles, y compris une dame qui raconte que sa nièce de sept ans lui a dit que l'eau goûtait « intelligent ». On dit qu'il s'agit d'eau potable purifiée, mais elle est très spéciale : « L'Eau TrivediTM possède une propriété vitale exclusive - elle emmagasine l'Énergie Universelle transmise par Mahendra Trivedi et la transmet à son tour aux personnes qui la consomment ». Pas étonnant qu'elle ait un goût!)

Malheureusement, les bénédictions et l'eau énergisée de Trivedi n'ont pas fait grand-chose pour Roy, qui était malade et vieillissant. Selon le professeur Slaweki :

Nous avons testé Trivedi gratuitement à plusieurs reprises, de juin à septembre 2009, après quoi il a passé un certain temps en Arizona et en Californie. Trivedi est revenu dans nos laboratoires à la mi-décembre pour voir Rustum. Peu après, Rustum a souffert d'un problème de santé après l'autre, mais plus particulièrement d'une douleur lancinante à la base de la colonne vertébrale. Aucun examen n'arrivait à cerner la source de la douleur. Il a continué de recevoir des « bénédictions » durant tout le mois de février, après quoi son enthousiasme envers Trivedi semble s'être refroidi, pour diverses raisons. Il a passé son quatre-vingt-sixième anniversaire, début juillet 2010, en fauteuil roulant, sous l'effet d'analgésiques. De plus en plus mal en point, il a demandé qu'on raye son nom du site Web de la Fondation Trivedi. Après plusieurs courriels insistants envoyés en son nom, la Fondation a obtempéré un temps, mais a réaffiché son appui initial après son décès. Rustum nous a quittés le 26 août 2010.

L'un des problèmes remarqués par Slaweki à propos des données du site Web, qui montreraient, entre autres choses, un meilleur rendement des récoltes énergisées par l'ET, c'est l'absence de données de contrôle. Le lecteur se rappelle sans doute ce qu'ont déjà affirmé d'autres gourous et adeptes de la pensée magique. Il se souvient peut-être que James Randi est déjà allé en Russie pour mettre à l'épreuve un homme qui racontait pouvoir changer la structure de l'eau pour lui conférer des propriétés curatives. Quand on a demandé au type de repérer les flacons contenant son eau miraculeuse parmi d'autres récipients remplis d'eau ordinaire - il a utilisé une baguette de radiesthésiste, comme le ferait n'importe quel scientifique - il a échoué sur toute la ligne. L'explication, selon lui, c'est que son eau spéciale avait énergisé toute l'eau ordinaire qui se trouvait à côté. Certains se souviendront aussi d'un autre gourou, le Maharishi Mahesh Yogi, créateur d'une autre marque de commerce, la Méditation Transcendantale®. Lui aussi affirmait stimuler la croissance des plantes grâce à son « Effet Maharishi ». Là encore, ses partisans affirmaient posséder des preuves scientifiques montrant que la méditation collective produisait des changements fondamentaux dans le monde matériel, et que ces changements finissaient par atteindre la société dans son ensemble et la transformaient pour le mieux. Les preuves, malheureusement, n'étaient pas à la hauteur de leurs aspirations. Ce que raconte Trivedi n'est que du réchauffé indigeste.

Une étude dont on claironne les résultats dans le site Web de la Fondation Trivedi vaut la peine qu'on s'y attarde. Elle s'intitule Breakthrough Research: Energy Transmission Killed Brain Cancer Cells! [Recherche de pointe - Des cellules cérébrales cancéreuses tuées par la transmission de pensée!] La réalité est un peu moins spectaculaire. L'auteur de l'article affirme : « Cette étude démontre que par l'Effet Trivedi®, on a réussi à tuer uniquement des cellules cancéreuses, tout en laissant les cellules saines intactes. (Tout au long du projet, M. Trivedi est resté dans l'ignorance à propos de la nature des cellules qu'il traitait.) » La page Web montre également une lettre de Garret L. Yount, Ph.D. adressée à Trivedi. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le signataire de cette missive pèse ses mots, et il a raison, car elle est adressée à l'homme qui a financé la recherche en question; s'il n'a pas au moins l'impression que ses affirmations sont corroborées, il pourrait bien ne plus se montrer aussi généreux. Dès la première ligne de sa lettre, M. Yount rappelle qu'il a mené une étude pilote. Dans un échange de courriels avec l'auteur du présent dictionnaire, M. Yount explique que « l'objectif d'une étude pilote n'est pas de mettre une hypothèse à l'épreuve, mais plutôt d'évaluer la possibilité d'une étude en bonne et due forme, ainsi que d'identifier les paramètres expérimentaux nécessaires à la conception d'une étude valide ». Il précise également que le comité d'éthique de son institution ne lui permet pas de nommer les praticiens avec lesquels il travaille « afin d'éviter des conflits d'intérêts ». On trouve en ligne une étude pilote sur le travail d'un praticien dans le domaine de la guérison énergétique par le professeur Yount et autres. Le nom du sujet de l'expérience demeure confidentiel, mais elle a été financée par la Fondation Trivedi, et l'on peut supposer qu'il s'agit de Trivedi même. (C'est peut-être une erreur. Nombreux sont ceux qui affirment posséder le pouvoir de guérir à l'aide d'une énergie spéciale, mais Trivedi ne semble vraiment pas du genre à financer la concurrence.) Quoi qu'il en soit, l'étude pilote en ligne n'affirme pas que la transmission de pensée tue les cellules cancéreuses :

Une viabilité décroissante des cellules en relation avec une dose croissante d'énergie a été mise en évidence au cours des premières expériences évaluant la dose-réponse. Dans la deuxième série d'expériences qui évaluaient le traitement à distance, toutefois, cet effet n'était pas apparent.
 
... Ces résultats constituent la première indication de dose-réponse dans un environnement contrôlé. Les données ne sont pas concluantes en raison de l'incapacité à reproduire la réaction cellulaire dans le cadre d'une répétition de l'expérience.

Dans sa lettre à Trivedi, Yount ne s'est pas arrêté à la nature non concluante des essais. Il préfère parler des « résultats intéressants » et fait sagement remarquer que ces résultats « laissent entrevoir » que le traitement énergétique « peut » induire l'apoptose des cellules cancéreuses à distance, tout en favorisant la viabilité des cellules saines. Le fait qu'une des séries d'expériences a donné des résultats positifs est effectivement intéressant, car si aucune des deux séries n'avait montré quoi que ce soit, on pouvait dire adieu à l'effet Trivedi, à son créateur et à son argent. Du moins, c'est une façon de voir les choses. L'enthousiasme de Yount vient sans doute davantage de la possibilité que des tests supplémentaires donnent des résultats encore plus positifs. Quoi qu'il en soit, la page Web disant que l'ET tue les cellules cancéreuses constitue une grossière exagération.

L'étude pilote dont il est question ici a été publiée dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine. Il s'intitule « Evaluation of Biofield Treatment Dose and Distance in a Model of Cancer Cell Death ». Il est signé par six chercheurs, et Yount est donné comme l'auteur principal. Nulle part n'y fait-on mention de Trivedi ou de son effet, mais comme la Fondation Trivedi a financé l'étude et que le terme « biofield » est souvent employé dans les études de médecine complémentaire pour désigner des énergies curatives, on peut sûrement penser que Trivedi s'est prêté à des expériences au California Pacific Medical Center, comme l'affirme le site Web de la Fondation. Qu'il ait bel et bien tué des cellules cancéreuses par la pensée ou grâce à une mystérieuse énergie, c'est une autre paire de manches.

Ceux et celles que pourraient attirer les promesses de Trivedi à propos de pouvoirs spéciaux transmis à distance ne s'intéressent probablement pas au fait que la science ne défend aucunement ses élucubrations. En général, ces gens préfèrent les témoignages. Et justement, ce type a fait afficher des milliers de témoignages radieux dans différents sites Web. À les en croire, Trivedi a guéri des malades de leurs allergies, de l'asthme, de l'arthrite, de l'autisme et du cancer. Il a rendu des pauvres hères riches et heureux. Il a aidé des gens à mieux dormir et à ne plus avoir peur dans le noir. Inutile de continuer; tous ces bobards sont dépourvus de crédibilité... D'accord, puisque vous insistez : il a aussi guéri des gens de leurs maladies mentales. Comme le disent ses suppôts en une magnifique demi-vérité : difficile à croire, impossible à réfuter.

Trivedi et ses suppôts sont si malins qu'il y a même un site Trivedi Scam [Arnaque Trivedi] dans lequel on explique comment l'ET n'est pas une arnaque, et un autre, Trivedi Fraud, qui fait exactement la même chose. L'un de ses suppôts écrit même dans BeliefNet. Il y demande au gourou ce qu'il répondrait aux sceptiques. La réponse :

Je suis un des hommes les plus sceptiques de la planète. Sceptique veut dire : « fondé sur des témoignages humains ». Qui peut décider de ce qui est réel ou non? 

Est-ce que ce n'est pas à chacun d'entre nous de le faire? Et que veut dire le Grand Sage quand il parle de ce qui est « fondé sur des témoignages humains »? Y a-t-il quoi que ce soit de fondé sur les témoignages de chimpanzés? On n'a jamais entendu le mot « sceptique » employé de la sorte, si bien qu'on ne peut pas dire ce qu'il signifie pour lui.

Soins pour la peau

Mais que les pouvoirs de Trivedi soient réels ou non, ces dames doivent savoir que Gourou Ji se soucie de leur épiderme. Sa fondation à but non lucratif vend plusieurs produits (portant le nom de son épouse) de soins pour la peau qui permettent aux acheteuses de garder une apparence jeune et saine durant leur cheminement vers la sainteté. Sceptique et attentionné... Par contre, j'aurais intérêt à tenir mon sac à main serré contre moi si le grand homme venait m'inviter à son programme mensuel de transformation de l'humanité.

En terminant, il faut souligner le fait que l'entreprise de conscientisation du Maître ne cesse de croître, et que sa Fondation embauche (désolé : les postes ne sont plus affichés. Le site ne donne plus que des liens vers d'autres sites exploités par Trivedi). Il faut du monde pour tenir à jour les nombreux sites Web et blogs qui lui sont consacrés, je suppose, pour créer des témoignages, des communiqués de presse grandiloquents, et envoyer des courriels menaçants à quiconque ose critiquer le Maître. La Fondation a besoin d'un gestionnaire en marketing en ligne : « Le candidat doit pouvoir analyser des données et produire des résultats tangibles à propos de la visibilité, du trafic et des conversions ». On cherche également un gestionnaire de contenu : « Nous recherchons un candidat dynamique et fortement motivé, possédant de bonnes habilités rédactionnelles et une expérience pertinente en gestion de contenu pour le Web, la rédaction et la révision, l'infographie, les blogs et la gestion de site ». Il faut aussi un créateur de contenu : « Il ou elle sera responsable de la création de contenu pour les blogs et les articles, et doit posséder une bonne compréhension de la structure des blogs et des produits connexes ». Avant d'envoyer votre curriculum vitae, jetez un coup d'œil au site Web Do Not Work For Trivedi [N'allez pas travailler pour Trivedi], tenu par un ancien employé de la Fondation qui en a gros sur la patate.

On croirait qu'avec tous ses pouvoirs sur la matière et les atomes, Trivedi préférerait transformer une banane ou une Lada usagée en jeune employé talentueux, mais il priverait ainsi trois personnes d'un travail totalement inutile. Ce qui serait cruel, même selon les normes de Gourou Ji.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)