Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Kevin Trudeau

Kevin Trudeau

«La recherche montre qu'on peut associer trois caractéristiques à la force de persuasion: l'autorité apparente, l'honnêteté et la sympathie.»
Robert Levine
«C'est une question d'argent. L'industrie pharmaceutique ne veut pas qu'on vive en bonne santé.»
Kevin Trudeau

 


 

L'Office de protection des consommateurs de l'état de New York met à la disposition de ceux qui suivent les conseils de Trudeau un numéro sans frais où ils apprendront que celui-ci vend leurs coordonnées à des télévendeurs et des entreprises qui expédient de la publicité importune.
 
Certains des clients de Trudeau se sont plaints d'avoir reçu des comptes surprise pour son bulletin et ses programmes d'achats à rabais (2005-10-28)
 
Trudeau continue d'avoir maille à partir avec la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis. Elle accuse Trudeau d'avoir «faussement affirmé» dans des publireportages que le programme d'amaigrissement qu'il décrivait dans son dernier livre «est facile, peut être suivi de chez soi, et permet en fin de compte au lecteur de manger tout ce qu'il veut». En réalité, il nécessite «un régime strict», des injections quotidiennes d'un médicament d'ordonnance pour la perte de poids qui n'a pas reçu l'approbation de la Food and Drugs Administration, et «des restrictions alimentaires permanentes».* On peut lire le communiqué de presse de la FTC du 14 septembre 2007  ici.

 


 

(cliquez pour agrandir)

Auteur de Natural Cures They Don't Want You to Know About et de Debt Cures They Don't Want You to Know About. On l'a déjà vu dans des publireportages où il racontait, entre autres affirmations contestables, que des cellules alcalines ne peuvent devenir cancéreuses, et qu'on peut guérir le cancer en changeant le pH de cellules cancéreuses pour qu'elles deviennent alcalines. Il a vanté les mérites de Robert Barefoot dans un autre publireportage faisant la promotion du calcium de corail, et il a affirmé de façon erronée qu'une étude du JAMA montrait que le calcium de corail a guéri de nombreux cas de cancer en phase terminale (Barrett 2004). Trudeau et Barefoot prétendent que le calcium de corail et l'eau alcaline peuvent neutraliser l'acidité du sang. Toutefois, le Dr Gabe Mirkin formule à ce sujet la mise en garde suivante:

Quiconque raconte que certains aliments ou suppléments alimentaires rendent l'estomac ou le sang acide ne comprend rien à la nutrition.
 
On n'a pas à se soucier de l'acidité ou de l'alcalinité des aliments que l'on ingère puisqu'aucun d'entre eux ne peut changer l'acidité de quoi que ce soit dans le corps, sauf l'urine. L'estomac est un milieu si acide qu'aucun aliment ne peut en changer l'acidité. Ni les agrumes, ni le vinaigre ni des vitamines comme l'acide ascorbique ou l'acide folique ne peut changer l'acidité de l'estomac ou du sang. Le contenu de tout un flacon de comprimés de calcium ou d'antiacides ne pourrait changer l'acidité de l'estomac que quelques minutes.
 
Les aliments qui quittent l'estomac sont tous acides. Ils passent ensuite dans les intestins, où les sécrétions du pancréas neutralisent les acides stomacaux. Peu importe ce qu'on mange, dans l'estomac, les aliments sont toujours acides, et dans les intestins, toujours alcalins.
 
On ne peut changer l'acidité de quoi que ce soit à l'intérieur du corps, sauf l'urine. Le flux sanguin et les organes maintiennent l'acidité à l'intérieur d'une fourchette très étroite. Tout ce qui pourrait changer l'acidité du corps pourrait rendre malade et même s'avérer mortel (Mirkin 2003).

On ne peut remettre en question les titres de compétence de Kevin Trudeau en matière de marketing, mais on peut se poser des questions à propos de ses compétences en nutrition.

Au début des années 1990, d'après le Wall Street Journal, Trudeau a passé presque deux ans en prison. En 1990, il a reconnu sa culpabilité dans une affaire de vol devant un tribunal d'état du Massachusetts relativement à 80 000 $ en faux chèques qu'il avait déposés à la banque. Dans l'exposé sur la détermination de la peine, on pouvait lire qu'il s'était fait passer pour un médecin afin de rehausser sa crédibilité auprès des représentants de la banque. En 1991, il a également plaidé coupable à des accusations de fraude par cartes de crédit devant le tribunal de district fédéral de Boston. Il avait, entre autres choses, utilisé à ses propres fins les numéros de cartes de crédit de certains des clients qui s'étaient inscrits aux cours d'amélioration de la mémoire qu'il offrait à l'époque (Barrett 2004).

Dans ce dernier cas, il a fraudé American Express de 122 735,68 $ US, ainsi que d'environ 5 000 $ plusieurs autres banques, y compris la Chemical and Citibank. On trouvera ici l'acte d'accusation.

On suppose que Nutrition for Life International Inc. (NFLI) connaissait le passé de Trudeau lorsqu'elle l'a pris comme associé. La NFLI, une entreprise de commercialisation à paliers multiples spécialisée dans la vente de trucs comme des capsules de cartilage de requin et autres suppléments alimentaires tout aussi bons pour la santé a fait faillite en 2003*, non sans avoir auparavant rendu Trudeau et quelques autres investisseurs très riches.

En moins de 10 mois, Kevin Trudeau et son entreprise de marketing ont persuadé quelque 15 000 personnes de se fendre de plus de 1000 $ chacune afin de profiter de l'incroyable occasion qui s'offrait à elles de vendre divers produits.
L'associé d'affaires de M. Trudeau, particulièrement satisfait de ce rendement, a déjà accordé au recruteur de 32 ans tellement d'options d'achat d'actions que son profit potentiel a déjà atteint plus de 11 millions de dollars US (Emshwiller 1996).

La NFLI, dont l'action a déjà valu 35 $ US au NASDAQ, a atteint un chiffre de ventes de 32 millions de dollars US en 1995. C'est alors que le ciel lui est tombé sur la tête.

Le 23 août 1996, un recours collectif a été entamé devant le tribunal de district du comté de Harris, au Texas, au nom d'acheteurs d'actions ordinaires et de titres d'achat d'actions ordinaires de la Nutrition for Life International, Inc. (NFLI) durant la période du 11 janvier 1995 au 16 juillet 1996 inclusivement. Selon la poursuite, la NFLI, certains de ses cadres et administrateurs, le syndicataire chef de file de son offre du 11 juillet 1995 d'actions et de titres d'achat d'actions, ainsi qu'un de ses principaux agent de marketing et de distribution, Kevin Trudeau, et le Trudeau Marketing Group Inc., auraient enfreint différentes lois du Texas en présentant faussement ou en omettant certaines informations concernant l'entreprise, ses activités de marketing, ses ventes et ses revenus au cours de la période concernée. En août 1997, à la suite d'une entente avec la partie adverse, l'entreprise acceptait de verser 2 millions de dollars en espèces aux particuliers qui avaient acheté des actions ordinaires et des titres d'achat d'actions au cours de la période concernée. L'entreprise acceptait également d'assumer les frais juridiques des plaignants jusqu'à concurrence de 600 000 $.*

Malgré tout, il y a encore des gens qui font du recrutement pour NFLI, et Trudeau continue de s'adonner à ses activités, même si, en 1998, il a signé une entente avec la FTC prévoyant

(a) le versement de 500 000 $ en recours à certains consommateurs; (b) l'interdiction, à l'avenir, de faire de fausses représentations relativement à des produits; (c) le dépôt de 500 000 $ dans un compte de garantie bloqué ou en cautionnement d'exécution (Barrett 2004).

Apparemment, Trudeau a passé outre, car en 2003, la FTC a lancé une injonction préliminaire dans laquelle on précisait qu'il

affirme, dans des envois de publipostage direct et des publireportages, que le calcium de corail est efficace dans le traitement ou la guérison du cancer et autres maladies. L'injonction préliminaire interdisait à Trudeau de lancer de telles affirmations. Le tribunal lui a ordonné de mettre fin à toute activité de marketing relative au calcium de corail, tout en se réservant le droit d'imposer des mesures de redressement additionnelles.

En 2004, on a déclaré Trudeau coupable d'outrage au tribunal pour n'avoir pas respecté l'injonction préliminaire. Il a alors signé une autre entente avec la FTC qui

lui interdit, de façon générale, de figurer dans des publireportages au sujet de produits, services ou programmes destinés au public, ainsi que d'en produire et d'en présenter, à l'exception de publireportages de nature véridique sur des publications d'information. Il ne peut en outre présenter d'affirmations à propos de maladies ou d'avantages éventuels pour la santé relativement à tout genre de produits, services ou programmes dans les médias, y compris les imprimés, la radio, Internet, la télévision, de même que par publipostage, peu importe le format employé et la durée du message. Trudeau a accepté ces conditions, ainsi que l'obligation qui lui est faite de verser à la FTC la somme de deux millions de dollars en règlement des accusations voulant qu'il ait faussement prétendu que le calcium de corail peut guérir le cancer et d'autres maladies graves, et qu'un supposé analgésique appelé Biotape peut guérir les douleurs graves ou les soulager de façon permanente (Communiqué de presse de la FTC).

Après la signature de l'entente, Trudeau n'en a pas moins figuré dans des publireportages. Récemment (le 25 juillet 2005), il s'est payé une pleine page de publicité dans le magazine Newsweek pour son livre Natural Cures.

Kevin Trudeau

Comment expliquer le succès de Trudeau? Il nargue la FTC et semble renier chacune des ententes qu'il signe avec elle. Dans Newsweek, sa publicité affirmait qu'il avait vendu plus de 1,5 million d'exemplaires de Natural Cures. À peine trois semaines plus tard (le 8 août 2005), il racontait dans un communiqué de presse, qu'il en avait vendu trois millions d'exemplaires. On peut facilement comprendre comment il parvient à défier les autorités gouvernementales. Les amendes qu'on lui impose ne sont que menue monnaie comparées à ce qu'il gagne grâce à ses très grandes habiletés en matière de marketing. Il peut aussi se payer des avocats comme David Bradford, de chez Jenner & Block, à Chicago, pour le défendre en le présentant comme un «défenseur des consommateurs» persécuté par un gouvernement corrompu qui tente d'étouffer la libre expression. (Bradford a obtenu d'un tribunal fédéral américain une ordonnance temporaire contre l'Office de protection des consommateurs de l'état de New York, qui tentait de dissuader des réseaux de télévision et de télévision par câble de diffuser les publireportages de Trudeau au sujet de son livre.) Le New York Times a expliqué que d'après le représentant juridique de la FTC, les livres étaient exclus de l'entente empêchant Trudeau de présenter des affirmations à propos de maladies ou d'avantages éventuels pour la santé. Les livres sont protégés par le premier amendement à la Constitution des États-Unis. De toute évidence, la publicité sur les livres est également exclue de l'interdiction de la FTC.

Mais on peut quand même se former une assez bonne idée de la raison pour laquelle il y a tant de gens qui sont prêts à croire le message de Trudeau et à acheter ses produits. Tout d'abord, il s'adresse au marché particulier de ceux qui se méfient du cartel des médecins, de l'industrie pharmaceutique et du gouvernement. Dans ce segment de la population, on est également très friand de tout ce qui est «naturel». Il paraît également particulièrement sincère aux yeux de ceux qui ignorent les bases de la nutrition et de la biologie. Il vend de l'espoir à des gens portés sur la pensée magique, qui croient qu'il existe peut-être un remède miracle que la communauté scientifique ne connaît pas encore. Il vend de l'espoir à des gens qui sont malades, mais qui craignent la chirurgie ou la prise de médicaments pour le reste de leurs vies. Il se présente bien, regarde son public-cible droit dans les yeux et lui jure qu'il raconte la vérité. Il a même réussi à tirer parti de ses anciennes condamnations. Ainsi, à calcompnutrition.com, on peut lire:

Kevin Trudeau est en passe de devenir le principal défenseur des consommateurs de la nation. Après avoir fait personnellement l'expérience de l'appât du gain, Kevin a plaidé coupable à diverses accusations de fraude au cours de sa jeunesse [il avait 28 ans] et a passé presque deux ans en prison, comprenant que «l'amour de l'argent» est la source de tous nos maux. Il a ensuite réformé sa vie, et s'est donné pour mission personnelle, au sein de sa nouvelle entreprise, de «transformer de façon positive l'ensemble de la personne».*

Kevin Trudeau est une véritable machine à persuader. Il y a peu de temps, avant de devenir le plus grand vendeur au monde de cures naturelles, il se présentait comme «la plus grande sommité au monde sur l'amélioration de la mémoire».* Il racontait que ses méthodes pouvaient guérir les lésions cérébrales, faire passer la vitesse de lecture au-delà de 10 000 mots la minute et développer une mémoire photographique.* Il a déjà conseillé aux visiteurs de son site Web de jeter un coup d'œil à son nouveau livre Lose 30 Pounds in 30 Days - The Weight Loss Secret «They» Don't Want You to Know About (Perdez 30 livres en 30 jours - Le secret pour perdre du poids qu'on veut vous cacher).

Le lecteur qui croit encore qu'il doit prendre des suppléments de calcium juste au cas où Robert Barefoot aurait malgré tout raison ferait bien de comparer le coût du calcium de corail que vend Trudeau et celui qu'on retrouve sur les rayons de n'importe quelle pharmacie. Le calcium de Barefoot coût environ dix fois plus cher (plus de 20 $ US par mois, comparativement à 2 $ par mois).* En outre, si vous achetez le livre de Trudeau, on vous conseillera, pour en apprendre plus long sur les produits naturels dont on est censé parler dans l'ouvrage, de visiter son site Web. Faites-le, et vous y lirez que pour obtenir le fin mot de toute l'histoire, il faut s'abonner à NatureCures.com pour 9,95 $ par mois, ou 999 $ à vie. L'adhésion à vie vaut bien mieux, évidemment, puisque quiconque suit tous les conseils de Trudeau atteindra sans doute les 150 ans. Comme Trudeau le dit lui-même dans un de ses publireportages: «C'est une question d'argent». Dans ce cas, prenez garde: ses prix sont sujets à changement.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2014 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2014 Les Sceptiques du Québec, inc. (version française)