Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Toucher thérapeutique

Toucher thérapeutique

Médecine parallèle dans laquelle le praticien déplace ses mains au-dessus du champ d'énergie du patient de manière à rediriger le flux de chi ou de prana pour favoriser la guérison. Le toucher thérapeutique (TT) part du principe que tout être vivant possède un "champ d'énergie vitale" qui s'étend au-delà de la surface du corps et produit une aura. Comme ce champ d'énergie peut connaître des déséquilibres, décentrages, blocages ou autres perturbations, les praticiens du TT pensent pouvoir lui redonner son intégrité en faisant des mouvements qui ressemblent à un massage dans les airs, quelques centimètres au-dessus du corps des malades. Ils croient aussi pouvoir leur transférer une partie de leur propre champ d'énergie. De la sorte, on permettrait au corps de se guérir lui-même.

Dolores Krieger

À défaut de fondements scientifiques, le TT possède une histoire. Il a été créé par une infirmière et un théosophe. Dolores Krieger, Ph.D., inf. aut., et un membre de la faculté de soins infirmiers de l'université de New York commencèrent à pratiquer le TT au début des années 1970. Elle était convaincue que les paumes des mains étaient des chakras, capables de canaliser l'énergie curative. Elle a écrit Therapeutic Touch: How to Use Your Hands to Help and to Heal (1979), ainsi que plusieurs autres titres sur la TT. Dora Kunz, présidente de la Société de théosophie des États-Unis, également guérisseuse intuitive, lui a servi de mentor. Le TT semble pratiqué avant tout par des infirmières, quoique toutes sortes de "thérapeutes" de médecines parallèles et de non-initiés s'y adonnent aussi.

Tous reconnaissent qu'on n'a jamais pu détecter objectivement le champ d'énergie entourant l'être humain, mais ajoutent que c'est uniquement parce que la technologie actuelle est inadéquate. Seul les personnes aux sens exercés seraient capables de le déceler et d'en évaluer l'intégrité. Malgré le caractère éminemment métaphysique de ce bel exemple de charlatanisme, les partisans du TT se réclament de la science, en particulier de la physique quantique. Dans une demande de subvention pour l'étude du toucher thérapeutique sur les grands brûlés, on peut lire: "D'après la théorie quantique, l'ensemble de la réalité est composée de champs d'énergie, et plus de 99 % de l'univers n'est que du vide". De la plume d'un autre tenant du TT, on apprend que

Les principes sur lesquels sont fondés cette technique incluent le paradigme einsteinien d'un univers complexe, semblable à un champ d'énergie (c'est-à-dire l'existence d'une énergie vitale circulant à l'intérieur et tout autour de nous). De plus, si la vie se caractérise par un échange de différentes qualités d'énergie, on peut penser que tout d'obstacle à la circulation de cet énergie - au sein d'un organisme ou entre cet organisme et son milieu - est contraire aux tendances de la Nature et, par conséquent, malsain. Par le toucher thérapeutique, on tente de corriger de tels déséquilibres pour restaurer l'intégrité du champ d'énergie. Ainsi, le praticien du TT facilite les propres processus de guérison du patient plus qu'il ne le "guérit", en manipulant doucement son flux énergétique et en le rajustant dans son ensemble. Par l'atteinte d'un équilibre total entre l'esprit et le corps, on obtient une véritable approche holistique (Rebecca Witmer, "Hands that Heal: The Art of Therapeutic Touch", Healing Arts, 1995).

Examinons un peu ces hypothèses et les conclusions qu'on prétend en tirer. Einstein n'a pas créé un paradigme qui comprenait le concept d'une "énergie vitale circulant à l'intérieur et tout autour de nous". Il a peut-être écrit à propos d'échanges de quantités d'énergie. Nombreux sont les physiciens qui ont discuté de la transformation d'énergie mécanique en énergie électrique, mais "la vie se caractérise par un échange de différentes qualités d'énergie" ne leur dirait sûrement rien. Quoi qu'il en soit, cela n'empêche pas Mme Witmer de conclure que tout obstacle à la circulation de l'énergie au sein d'un organisme ou entre cet organisme et son milieu est contraire aux tendances de la Nature et, par conséquent, malsain. D'emblée, le raisonnement semble dépourvu de toute logique. "Si la vie se caractérise par un échange de différentes qualités d'énergie, on peut penser que tout d'obstacle à la circulation de cet énergie (…) est (…) malsain." Et si la vie ne se caractérise pas ainsi?

Il y a bel et bien des obstacles contraires à la Nature au sein des organismes vivants: une obstruction des voies respiratoires ou des artères n'a rien de très sain pour le pauvre type qui en est victime. Mais un malade en possession de toutes ses facultés mentales exigera plutôt qu'on retire de toute urgence ces obstacles bien matériels, et ne voudra pas entendre parler de mystiques prêts à lui imposer les mains pour remettre d'aplomb son champ d'énergie. D'autre part, le milieu dans lequel vivent la plupart des hommes ou des animaux renferme une foule d'obstacles. Sans être particulièrement saine, la chose tout à fait naturelle. Et de toutes façons, qu'est-ce que ça signifie contraire aux tendances de la Nature et, par conséquent, malsain? En quoi les ouragans, les tornades, les volcans, les inondations et les tremblements de terre sont-ils contraires aux tendances de la Nature? Comment pourraient-ils aller à son encontre, puisqu'ils en font partie? Le lion qui dévore une gazelle viole-t-il les lois de la Nature?

Pourquoi une telle popularité?

Toucher thérapeutique

On peut se demander pourquoi des infirmières, spécialistes d'une grande intelligence, à la formation rigoureuse, sont attirées par quelque chose comme le TT. La réponse nous est fournie par Mme Witmer.

Ceux et celles qui pratiquent le toucher thérapeutique parlent volontiers du bien-être personnel qu'ils en tirent. Entre autres, la capacité du TT de réduire le taux d'épuisement professionnel chez le personnel de soins de santé est bien documenté.

Le praticien du TT possède des dons inconnus des médecins: des dons secrets, mystiques, que lui seul peut mesurer. Ces dons lui valent une grande reconnaissance. Il ne fait de tort à personne, car il ne touche même pas ses patients, et les agresse encore moins en employant des médicaments ou des instruments chirurgicaux. Il œuvre au sein d'un grand réseau de pairs dont l'enthousiasme fait écho au sien, et qui lui offrent un très grand renforcement collectif. De nombreux malades sont prêts à jurer qu'ils vont mieux grâce à lui. Dans de telles conditions, qui ne se sentirait pas stimulé, revitalisé?

Comment peut-on considérer satisfaisants le toucher thérapeutique ou d'autres faux traitements comme l'homéopathie et la magnétothérapie? Dans de nombreux cas, c'est une question d'erreur régressive. La plupart des témoignages qu'on nous propose ne font l'objet d'aucun suivi, et ne reposent que sur l'impression immédiate. Autant le thérapeute que le malade se laissent tromper par un sentiment de mieux-être temporaire, attribuable à l'attente suscitée chez le patient, et qu'on prend pour une guérison permanente. Ou alors, on accorde au TT tout le crédit d'un traitement concurrent (une opération chirurgicale ou la chimiothérapie, par exemple). N'oublions pas que les sentiments associés à la maladie ou aux traumatismes physiques sont complexes, et ne concernent pas uniquement la douleur, mais aussi les émotions et les désirs. Un patient peut se sentir angoissé, effrayé, ou rempli d'espoir et optimiste. L'intervention fortement empathique de n'importe quel thérapeute - et les praticiens du TT sont universellement admirés pour leur empathie - peut avoir un effet profond sur ces sentiments. Il est possible qu'un patient se sente mieux, mais ce sentiment n'aura rien à voir avec une véritable guérison. On a pu démontrer qu'une psychothérapie de soutien chez les malades atteintes du cancer du sein permettait une amélioration de l'humeur et des traitements anti-douleurs, mais ne modifiait en rien le pronostic (Goodwin 2001). Des thérapies comme le TT ont sans doute un effet semblable sur l'humeur, sans pouvoir faire quoi que ce soit contre le mal lui-même. Une meilleure humeur passe peut-être pour une meilleure santé, mais on pourrait obtenir le même résultat avec un bon film des frères Marx.

 

 

Lectures suggérées:

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)