Ufologie

(Objets Volants Non Identifiés)

L’hypothèse sociopsychologique postule que toutes les observations dites d’ovni ont pour origine la perception d’un phénomène connu, naturel ou artificiel, qui n’a pas pu être identifié correctement en raison des conditions d’observation et de l’influence de facteurs socioculturels.
 
…21 années d'étude du phénomène ovni n'ont apporté aucune nouvelle connaissance scientifique… la poursuite de ces études ne peut donc probablement pas se justifier par l'espoir de faire avancer la science.
soucoupe volante

Un ovni est un objet volant non identifié qui a été identifié comme étant un vaisseau spatial extraterrestre. Ces objets incluent des météorites, des satellites, des oiseaux, des aéronefs, des lumières, des ballons météo, et à peu près tout ce qu'on retrouve dans le spectre visible. Jusqu'à maintenant, cependant, aucun de ces objets n'a pu être formellement identifié comme un engin extraterrestre, du moins selon les normes du bon sens et de la science. Autrement dit, il n'y a pas deux expériences ufologiques identiques et il n'existe aucune évidence physique d'un appareil extraterrestre ou de l'atterrissage d'un tel appareil.

Il existe autant de photographies d'ovnis que de photographies du monstre du Loch Ness, et elles sont de même qualité : floues ou fausses.* D'autres preuves physiques, comme de supposés débris d'écrasements, ou des traces d'atterrissage, ou des implants dans le nez ou le cerveau de victimes d'enlèvement par des extraterrestres, se sont révélées d'origine très terrestre (et parfois encore, fausses). Les causes principales de la croyance aux ovnis sont les nombreux témoignages, l'incapacité à distinguer la science et la science fiction, la prédisposition à faire confiance à des hommes incompétents qui racontent des histoires fantastiques, la tendance à rejeter toute évidence contraire comme étant le résultat d'une conspiration visant à cacher la vérité, et le désir d'être en contact avec l'autre monde. En un mot, la croyance aux ovnis se rapproche de la croyance en Dieu.

“ L'ufologie est la mythologie de l'ère spatiale. Au lieu des anges… nous avons maintenant… des extraterrestres. C'est le produit de l'imagination créatrice. Elle sert une fonction à la fois poétique et existentielle. Elle cherche à donner à l'homme des racines universelles. Elle est l'expression de notre faim de mystères… de notre espoir d'un sens transcendantal. Les dieux de l'Olympe se sont transformés en voyageurs de l'espace, nous transportant en rêve vers d'autres royaumes. ”

Le Dr. J. Allen Hynek, astronome, partisan des ovnis et créateur de l'expression “ rencontre du troisième type ”, définit un ovni comme étant :

la perception rapportée d'un objet ou d'une lueur vu dans le ciel ou sur le sol, dont l'apparence, la trajectoire, et le comportement dynamique et luminescent général n'évoquent pas une explication logique ou conventionnelle et qui mystifie non seulement le témoin original, mais reste non-identifié après une étude poussée de toute l'évidence disponible par des personnes techniquement qualifiées pour identifier une source probable, s'il y a lieu.

Ces mots étranges semblent vouloir dire que quand vous voyez quelque chose qu'une personne intelligente ne peut expliquer de façon rationnelle, alors vous avez vu un ovni. Les témoins de tels phénomènes affirment souvent que ce qu'ils ont vu ne peut être expliqué par les lois de la physique. Ils prétendent avoir été témoin d'une violation d'une loi de la nature, c'est-à-dire d'un miracle.

Ce que Hynek considère comme “ toute l'évidence disponible ” peut ne représenter qu'une faible proportion de ce dont aurait besoin un sceptique. Par exemple, l'évidence mise de l'avant par les ufologues se compose généralement

  • de témoignages de gens qui prétendent avoir vu des extraterrestres ou des vaisseaux extraterrestres;
  • de faits sur le type de personnes qui fournissent ces témoignages;
  • de l'absence de témoignages contradictoires ou de preuves physiques permettant d'expliquer les observations par des moyens conventionnels (ballon météo, supercherie, météorite, etc.) ou de discréditer les témoins; et
  • de supposées faiblesses dans les arguments des sceptiques. Ce dernier point est tout à fait non pertinent, pourtant il joue un rôle disproportionné en ufologie.
comète

L'attaque des arguments ou des motifs de l'adversaire, plutôt que la présentation d'évidence positive pour défendre son propre point de vue, est une tactique fort répandue chez les défenseurs de l'origine extraterrestre des ovnis. Bien sûr, il n'y a rien de mal à attaquer les arguments d'un adversaire et à en exposer les faiblesses. Mais la réfutation ne peut se substituer aux preuves. C'est une erreur de croire que parce que les arguments de ses adversaires ont des failles, nos propres raisons sont valides. Nos propres arguments peuvent être tout aussi déficients, ou plus encore.

Une autre tactique des ufologues consiste à affirmer que le sceptique ne peut prouver que ce qui a été vu n'était pas un vaisseau extraterrestre. On est sensé déduire de ce fait qu'il s'agissait donc probablement d'une vaisseau spatial. Ce type de raisonnement est connu sous le nom de argumentum ad ignorantiam. Une proposition ne devient pas vraie ou raisonnable du fait qu'une proposition contraire ne peut être démontrée. Cette tactique se manifeste de deux façons: premièrement, on affirme qu'il ne peut y avoir d'explication logique parce qu'un certain scientifique, ou pilote, ou colonel de l'Armée, ou Ph. D, n'en peut imaginer aucune. Deuxièmement, on mentionne l'absence d'évidence contraire : pas de contre-témoignage ou d'autres témoins oculaires, pas de preuves qu'il n'y avait pas d'extraterrestres. On remarque ici aussi une erreur de logique : le fait qu'un génie quelconque ne puisse imaginer une explication pour un phénomène donné ne garantit en aucun cas qu'une telle explication ne puisse exister. Il ne s'agit pas de choisir entre

  • nous savons que cette explication conventionnelle est correcte, ou alors
  • nous devons conclure qu'il s'agit d'extraterrestres.
Photo d'ovni

Il semble plus raisonnable de croire que si nous ne pouvons expliquer ces observations, c'est parce que nous n'avons pas accès à toute l'évidence. Si nous avions toute cette évidence, nous serions probablement capables d'expliquer ces phénomènes par des moyens conventionnels.

Plusieurs ufologues pensent que si des témoins oculaires comme Whitley Strieber, Betty et Barney Hill, ou d'autres supposés “ enlevés ” ne sont pas fous, ils ne peuvent se tromper et donc leurs témoignages doivent être considérés comme de véritables témoignages d'enlèvement. Pourtant, il semble évident que la plupart des gens sains, bons et honnêtes peuvent se tromper sur de nombreux sujets et qu'on ne peut toujours se fier à eux.

Les ufologues préfèrent suivre leur logique incorrecte plutôt que d'accepter les conclusions du Project Blue Book, le rapport de l'US Air Force qui affirme “ qu'après vingt-deux ans d'enquête… aucun des objets non-identifiés rapportés et évalués ne représente une menace à notre sécurité nationale. ” Les ufologues ne sont pas plus impressionnés par le Condon Report. Edward U. Condon était le directeur d'une équipe de recherche scientifique chargée par l'Université du Colorado d'enquêter sur le phénomène ovni. Dans son rapport, Condon en venait à la conclusion que “ …21 années d'étude du phénomène ovni n'ont apporté aucune nouvelle connaissance scientifique… la poursuite de ces études ne peut donc probablement pas se justifier par l'espoir de faire avancer la science. ”

Les ufologues prétendent que le gouvernement, et en particulier la CIA, ment et dissimule les preuves de contacts avec des extraterrestres. Cependant, à part une méfiance générale envers le gouvernement et le fait que certains officiels ont effectivement menti ou déformé la réalité lors de commentaires publics, rien ne permet d'étayer ces théories de conspiration. La CIA, depuis 1950, semble montrer peu d'intérêt pour les ovnis.

La plupart des ovnis sont éventuellement identifiés comme étant des canulars ou des phénomènes astronomiques, des avions, des satellites, des ballons ou d'autres phénoménes naturels. Selon des études effectuées par l'armée de l'air américaine, moins de 2 % des ovnis restent non identifiables. Il est plus que probable qu'avec plus d'informations, ces 2 % pourraient également être identifiés comme des phénomènes terrestres. L'entêtement des ufologues à rejeter les explications logiques vient probablement du fait qu'ils ne veulent pas entendre ces explications.

En terminant, précisons que les ovnis ne sont presque jamais observés par des astronomes amateurs ou professionnels, qui pourtant surveillent le ciel de façon soutenue…

 

 

 

Audio: La chronique sceptique de Pierre Cloutier (23 mai 2008, Passion FM).
 
  

 


 

Les ovnis et les illusions du cerveau, par Jacques Lecomte.
(Extrait du Québec Sceptique no 22, page 30, hiver 1992.)

 

L'observatoire zététique

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2016 Les Sceptiques du Québec (version française)