Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Joel D. Wallach

Joel D. Wallach

M.S., D.V.M. (Université de Missouri), et N.D.
(National College of Naturopathic Medicine)

Vétérinaire et naturopathe qui prétend (dans un enregistrement audio populaire intitulé “Dead Doctors Don't Lie” [“Les Médecins défunts ne mentent pas”]) que toutes les maladies viennent de carences en minéraux, que toutes les personnes mourant de causes naturelles souffrent d'une carence en minéraux, et qu'à peu près tout le monde peut vivre plus de cent ans en prenant quotidiennement des suppléments de minéraux colloïdaux provenant de certaines carrières de l'Utah. Selon Wallach, les minéraux contenus dans les aliments et la plupart des suppléments sont “métalliques” et, par conséquent, moins efficaces que les minéraux colloïdaux “à base de plantes”, ce qui n'a aucun sens. L'état colloïdal des particules minérales renvoie à leur taille, pas à leur efficacité. Wallach a acquis tout ce beau savoir à la ferme, en travaillant avec Marlin Perkins (qui a présenté à la télé américaine une émission sur la faune commanditée par une compagnie d'assurances), en pratiquant des autopsies sur des animaux et des êtres humains, et en lisant des articles du National Geographic, ainsi qu'un roman de James Hilton, The Lost Horizon, datant de 1934. Dans cette liste, les textes scientifiques brillent par leur absence.

Le docteur Wallach fait des affirmations catégoriques malgré le fait qu'en 1993, une équipe de chercheurs des Centers for Disease Control and Prevention d'Atlanta, en Géorgie, a publié les résultats d'une étude de 13 ans sur 10 758 Américains dans laquelle on constatait la consommation de vitamines et de suppléments minéraux n'entraînait pas de baisse du taux de mortalité. Même si les personnes qui prenaient des suppléments tendaient à fumer et à boire moins que les autres, même si elles mangeaient davantage de fruits et de légumes, et gagnaient davantage d'argent, elles ne vivaient pas plus vieilles. On ne signalait non plus aucun avantage pour les fumeurs ou les buveurs qui prenaient des suppléments, ni pour les personnes souffrant de maladies chroniques.

Avant tout, l'enseignement du docteur Wallach plaît parce qu'il donne de l'espoir à ceux qui craignent les médecins ou qui se méfient de la science. Il donne de l'espoir à ceux qui veulent vivre très vieux, à ceux qui souffrent de maladies pour lesquelles la médecine n'a pas encore trouvé de traitement, à ceux qui veulent éviter de contracter une maladie fatale, mais aussi à ceux qui veulent jouir d'une bonne santé sans se donner la peine de suivre un régime sain ou de faire de l'exercice. Il suffit simplement de boire un élixir magique de minéraux colloïdaux. Et attention, nous avertit ce brave docteur Wallach: inutile de prendre des minéraux sous forme de comprimés. Il faut des minéraux colloïdaux, et sous forme liquide. Avant sa brouille avec T.J. Clark & Co., l'élixir devait venir de carrières bien précises de l'Utah. Après que John H. Renner, M.D., président du Conseil national des États-unis contre les fraudes dans le domaine de la santé, a révélé les “inexactitudes, faussetés et mensonges absolus” dans le message de Wallach, T.J. Clark & Co. a “mis fin à ses relations d'affaires avec lui”*. Wallach a alors “revu son opinion “scientifique” et s'est immédiatement cherché de nouveaux partenaires”*.

L'enregistrement

L'enregistrement qui a valu sa célébrité au docteur Wallach, “Dead Doctors Don't Lie”, est également offert sous forme de vidéo et de livre. Sur l'étiquette de l'enregistrement, on indique que le docteur a été mis en nomination pour un prix Nobel. La chose est tout à fait vraie. Sa candidature pour le prix Nobel de médecine a été présentée par l'Association of Eclectic Physicians, pour “son travail remarquable et incessant dans le domaine des carences en oligo-élément sélénium et sa relation avec la genèse congénitale de la fibrose kystique”. L'Association of Eclectic Physicians est un regroupement de naturopathes fondé en 1982 par deux représentants de cette discipline, le docteur Edward Alstat et le docteur Michael Ancharski. Dans son livre Let's Play Doctor (“Jouons au médecin”, écrit en collaboration avec Ma Lan, M.D., M.S.), il affirme qu'on peut prévenir la fibrose kystique, qu'on peut la guérir entièrement à son stade précoce, qu'on peut très bien en soigner la forme chronique, et donner aux malades une espérance de vie normale (soit 75 ans). Si tout cela avait été vrai, il y aurait sans doute eu de quoi décerner un prix Nobel, mais ces affirmation étaient fausses et n'ont fait que tromper les parents d'enfants atteints de fibrose kystique.

On se rend compte que si les théories du docteur Wallach sont dangereuses, ce n'est pas vraiment parce les minéraux colloïdaux peuvent nuire à la santé de ceux qui en consomment ni parce que ces personnes jettent leur argent par les fenêtres en achetant un produit foncièrement inutile. Beaucoup des vertus qui leur sont attribuées ne s'appuient sur aucune étude contrôlée, mais présentent un caractère anecdotique ou même fictif. Le danger fondamental vient plutôt du fait que Wallach et ses amis naturopathes exagèrent tellement le rôle des minéraux pour la santé qu'ils vont finir par s'aliéner toute la communauté scientifique, même si, par hasard, ils finissaient par découvrir un lien réel entre les minéraux et la maladie. Il y a également le risque que des chercheurs de bonne foi se détournent de ce champ d'études simplement pour ne pas qu'on les croie toqués.

Le docteur Wallach prétend faussement qu'il y cinq groupes ethniques dans le monde dont l'espérance de vie oscille entre 120 et 140 ans: les Tibétains de la Chine occidentale, les Hunzas de l'est du Pakistan, les Géorgiens de l'ex-URSS, les Arméniens, les Abkhazes et les Azerbaïdjanais. Il mentionne également les habitants de Vilcabamba, en Équateur, et les riverains du lac Titicaca, au Pérou et en Colombie. Le secret de leur longévité? Le “lait de glacier”, une eau saturée de minéraux colloïdaux. Les peuples en question sont-ils au courant de leur bonne fortune? Le docteur Wallach ne cite aucune source scientifique à ce sujet, mais il est certain que de nombreux anthropologues et voyagistes aimeraient en savoir plus long là-dessus.

La publicité de “Dead Doctors Don't Lie”, invite l'auditeur à apprendre pourquoi l'espérance de vie moyenne d'un médecin n'est que de 58 ans. Dans son enregistrement, le docteur Wallach affirme, en effet, que “si l'espérance de vie de l'Américain moyen est de 75 ans, celle du médecin américain moyen n'est que de 58 ans!” Les médecins défunts ne sont peut-être plus en position de mentir, mais il y en a un de bien vivant qui ne se gêne pas triturer la vérité. Ou alors, il ne dit pas toute la vérité et rien que la vérité. Selon Kevin Kenward, de l'American Medical Association: “Deux cent dix mille fichiers portant sur des médecins aujourd'hui décédés permettent de constater que l'espérance de vie moyenne d'un médecin est de 70,8 années.” Mais où le docteur. Wallach a-t-il pris ses chiffres? La seule chose qu'il nous dit à ce sujet se rapporte à son dada plutôt macabre de collectionner les notices nécrologiques à propos des disciples d'Esculape dans les villes où il va répandre la bonne nouvelle sur ses minéraux colloïdaux. Sans doute fait-il un tri à la baisse.

Dans son enregistrement, il explique:

...je suis retourné sur les bancs d'école et je suis devenu médecin. C'est comme ça que j'ai obtenu mon permis de pratique mortifère [Rires]. On m'a permis d'utiliser sur des humains tout ce que j'ai appris à l'école vétérinaire en matière de nutrition. Et, sans que la chose ne m'étonne aucunement, ça a marché. J'ai passé 12 ans à Portland, en Oregon, comme généraliste, et ça a été fascinant.

Mais le docteur Wallach possède un diplôme en naturopathie, pas en médecine, comme il le laisse entendre. Il est peu probable que beaucoup de gens sachent la différence entre M.D. (Medical Doctor) et N.D. (Naturopathic Doctor). Il affirme également avoir fait des centaines d'autopsies sur des cadavres humains quand il travaillait comme vétérinaire à St. Louis. Comment un vétérinaire obtient-il d'effectuer des autopsies sur des cadavres humains?

Eh bien, encore une fois, pour résumer, sur une période d'environ douze ans, j'ai effectué 17 500 autopsies sur plus de 454 espèces d'animaux et 3000 êtres humains qui vivaient à proximité des zoos. J'ai ainsi découvert la chose suivante: tout animal et tout être humain qui décède de causes naturelles meurt d'une déficience nutritionnelle.

Pour accomplir un tel exploit, il faudrait effectuer six autopsies par jour, à raison de cinq jours par semaine pendant douze ans, en ne prenant que deux semaines de congé par année. Apparemment, Wallach a examiné tous ces cadavres sans négliger ses autres tâches pour autant, tout en poursuivant la rédaction de ses essais et de ses livres. Ce sont probablement tous ces minéraux qui lui ont permis de déployer une telle énergie.

Une charge et un panégyrique

Dead Doctors Don't Lie” du docteur Wallach est à la fois une charge contre la profession médicale et un panégyrique pour ses minéraux. La charge est acrimonieuse et en majeure partie gratuite, ce qui nuit à la crédibilité qu'on serait tenté d'accorder à son histoire sur les minéraux. Il ne donne pas l'impression d'être un scientifique objectif et impartial. Il adore ridiculiser les universitaires de “Haavaad” et les médecins qui se spécialisent en cardiologie parce qu'il souffrent de problèmes cardiaques congénitaux, avant de mourir très tôt d'une crise cardiaque. À plusieurs reprises, il s'abaisse sans hésiter à recourir à l'insulte. Les médecins, dit-il, s'adonnent fréquemment à de nombreuses pratiques qui seraient considérées illégales dans d'autres domaines. Un moment donné, il déclare que le médecin moyen gagne plus de 200 000 dollars par année en pots-de-vin. Cette affirmation ahurissante ne fait même pas broncher son auditoire. [L'enregistrement a été fait pendant l'une de ses conférences.] Il donne l'impression d'un excentrique rempli d'amertume, rejeté de tous, déterminé à prendre sa revanche contre la profession médicale qui a refusé de tenir compte de ses “recherches”.

Outre qu'il cite ses nombreuses études scientifiques et fait valoir ses années de recherche comme preuve que nous avons tous besoin de suppléments minéraux pour vivre en bonne santé, le docteur Wallach présente le document nº 264 du Sénat des États-unis. On y affirme que les sols des États-Unis ont perdu 85 % de leurs minéraux essentiels. Voilà la raison, dit le docteur Wallach, pour laquelle nous n'arrivons pas à obtenir assez de minéraux par notre alimentation. Il sort également une autre preuve de sa manche:

... pour vivre cent ans et plus, nous devons consommer 90 nutriments par jour... 60 minéraux, 16 vitamines, 12 acides aminés et trois acides gras... Une dizaine de maladies sont associées au manque de chacun de ces 90 nutriments, soit environ 900 maladies... L'American Medical Association a mené une étude en 1939, dans laquelle on concluait qu'il n'est plus possible d'obtenir toutes ses vitamines de la nourriture que l'on consomme.

Est-ce que l'association a mené d'autres études sur cette question depuis 1939? Si oui, pourquoi n'en parle-t-on pas? Et pourquoi, même si des suppléments minéraux sont nécessaires, ne peut-on pas les acheter au supermarché local? Parce qu'ils ne sont pas “colloïdaux”. Pendant sa conférence, il dit que les minéraux sous forme de comprimés ne sont pas assimilés du tout. Évacués immédiatement par le corps, ils se retrouvent tout droit dans les égouts. Mais pourquoi nos minéraux colloïdaux doivent-ils venir d'une carrière de l'Utah?

...le seul endroit où on peut les obtenir aux États-Unis, c'est dans une vallée préhistorique du sud de l'Utah dont le sol, selon les géologues, recelait 60 à 72 minéraux, il y a 75 millions d'années. L'herbe et les arbres de cette vallée ont absorbé tous les minéraux métalliques et les ont transformés en minéraux colloïdaux dans leurs tissus. Durant cette ère, une éruption volcanique a emprisonné la vallée sous une mince couche de boue et de cendres, pas assez épaisse ni assez lourde pour que ce qui se trouvait en dessous se transforme, sous la pression, en pétrole ou en charbon. Il régnait un climat très sec dans la vallée, si bien que ses végétaux ne se sont jamais fossilisés ni pétrifiés, autrement dit, ils ne se sont jamais transformés en pierre.

Aujourd'hui encore, si l'on fore jusqu'à cette vallée, on retrouve de l'herbe séchée. D'après les géologues, c'est de l'herbe de 75 millions d'années. On peut encore voir les brins d'herbe, les feuilles, les brindilles et les pommes de pin, l'écorce, et ainsi de suite. Nous broyons cette matière végétale en une poudre très fine qui rappelle de la farine de blé et nous la laissons tremper trois ou quatre semaines dans de l'eau de source, jusqu'à obtenir une gravité de 3,0, ce qui est très lourd. Il y en a 38 g par litre, et des analyses montrent qu'on y retrouve soixante minéraux colloïdaux. Ce produit est offert depuis 1926. C'est le seul produit nutritionnel bénéficiant d'un jugement d'accord d'une cour fédérale, ainsi que d'une approbation du Département américain de la santé permettant qu'il soit récolté et vendu à titre de supplément de nutritionnel. Tous ceux qui vendent des vitamines, ou des minéraux, et cætera, se contentent de respecter les normes d'étiquetage de la Food and Drugs Administration. C'est le seul produit qui bénéficie d'un jugement d'accord parce qu'il a passé tous les tests du gouvernement. C'est le seul qui est passée tous ces tests parce qu'il est efficace.

Et comment sait-on qu'il est efficace? Vous avez la garantie du docteur Wallach, ou votre argent vous sera remis! Peut-on lui faire confiance? Comment ne pas croire quelqu'un qui vous raconte des histoires à propos de Chinois qui vivent jusqu'à 250 ans ou d'une femme de 137 ans qui fume le cigare! Évidemment, c'est à vous de présumer que tout ce beau monde vit aussi longtemps parce qu'il prend des minéraux colloïdaux, car notre médicastre se garde bien de l'affirmer. Au cas où le lecteur ne serait toujours pas convaincu de la fiabilité de l'homme, ajoutons que, selon lui, on a découvert ces vingt dernières années le moyen de guérir l'arthrite, le diabète, et les ulcères. Ce sont des vétérinaires qui y sont parvenus, après avoir découvert la cause de la maladie d'Alzheimer des années auparavant. Une bonne nouvelle à annoncer au millions de personnes qui souffrent de ces maladies.

Ellen Coleman, diététiste professionnelle et chroniqueuse en matière de nutrition, voit les produits de Wallach d'un autre oeil: “Il n'existe aucune preuve de l'efficacité des produits contenant des minéraux colloïdaux. Ils ne sont pas mieux absorbés que le suppléments minéraux ordinaires”. James Pontolillo, chercheur scientifique, s'inquiète de ce que les produits contenant des minéraux colloïdaux puissent contenir des composés organiques toxiques.* La National Nutritional Food Association des États-unis croit que certains de ces produits “contiennent de l'aluminium ou des minéraux toxiques. D'autres comportent une forte teneur en sodium, tandis que ce que certains ne présentent aucune quantité décelable des minéraux figurant sur leurs étiquettes. Enfin, rien n'indique que les minéraux colloïdaux sont davantage biodisponibles que ceux que l'on trouve sous d'autres formes.”*

Le docteur Wallach n'en a pas moins lancé une petite industrie de vendeurs de produits minéraux, y compris certains projets de commercialisation à paliers multiples par Internet.

 

Voir également: Médecine parallèle, DHEA et Naturopathie.

 

Autres lectures:

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)