Suivi

Nostradamus et Templier...


Postée par Jf... , Jun 27,1999,12:36 Index  Forum

J'ai trouvé ce message sur un site pseudo-historiquo-esotérique mais comme cela concernait Nostradamus et ses joyeuses prédictions, je me suis dit que ca valait la peine de le lire, surtout que c'était une tentative de réfutation de celles-ci, alors j'attends votre opinion sur la chose...

Il semblerait bien que nous allons en finir définitivement avec les prophéties de Michel NOSTRADAMUS. En tous cas, par la méthode philologique, un belge fait la démonstration imparable qu'il s'agit d'un faux parce que c'est un texte que Nostradamus a volé dans une abbaye cistercienne de Belgique. Ce texte a été écrit entre 1322 et 1328 par YVES de LESSINES, prieur de l'abbaye de Cambron. Le fait est sensationnel et tous ceux qui se sont fait valoir en «expliquant » les prophéties doivent se sentir bien ridicules.

Les prophéties de Nostradamus portent un titre bizarre : les Centuries.

Rudy Cambier démontre que les Centuries de Nostradamus ne sont pas des prophéties, mais une histoire écrite sous la forme d'énigmes (l'énigme est un genre littéraire qui a été fréquemment utilisé au Moyen-Age) et que Nostradamus n'a certainement pas rédigé les Centuries. Il a volé à l'abbaye de Cambron, en Belgique, un texte beaucoup plus ancien qu'il a publié sous son nom.
Cette affaire a déjà fait pas mal de bruit (8 pages entières de journaux et 3 émissions de radio et 4 de télévision)

Les Centuries ne sont pas banalement ce que tout le monde appelle "la plus grande prophétie de tous les temps". C'est beaucoup plus extraordinaire que cela ! C'est le récit de la chute de l'Ordre du Temple.

Il n'y a aucun mystère dans le travail de CAMBIER et on n'y trouve surtout pas un mot du galimatias esotérico-astrologique qu'on lit toujours au sujet de Nostradamus. C'est une étude philologique et historique rigoureusement scientifique du texte des Centuries. Sa méthode est celle qui est toujours utilisée pour l'étude de tous les textes anciens et qui est enseignée dans toutes les classes de lettres des universités et des écoles supérieures. C'est aussi la méthode qui est utilisée depuis peu pour la recherche et l'identification de criminels !

Après trois ans et demi de travail, il a accumulé plus de huit mille pages de notes et de brouillons et rédigé un livre. Mais le bonhomme, pourtant fort sympathique et qui reçoit bien tout le monde, refuse de le laisser publier par un éditeur. On commence à comprendre son attitude quand on apprend qu'on a été jusqu'à essayer de lui voler son manuscrit !

En fait, le livre de Rudy CAMBIER montre :
1) que le texte des Centuries dont un Provençal, le nommé Michel NOSTREDAME, alias Nostradamus, s'attribue la paternité, n'a pas été - comme on le prétend fautivement - écrit au milieu du 16ème siècle dans le Midi de la France, mais a été rédigé 230 ans plus tôt, entre 1323 et 1329 dans le domaine du parler picard en Belgique.

2) que c'est l'ouvre d'un moine cistercien, l'auteur affirmant lui-même qu'il est un dignitaire de l'abbaye de Cambron.

3) que si on le lit comme un texte des années 1300, le poème est d'une grande valeur esthétique et littéraire, alors que s'il avait été écrit vers 1550 (par Nostradamus), c'est du petit nègre.

3) que l'auteur se livre fréquemment a des jeux de mots ...
- bilingues allemand - français
flamand - français
picard - français
- trilingues grec - latin - flamand
etc ...
L'auteur n'est donc certainement pas un Provençal astrologue mal dégrossi, mais un moine bilingue flamando-picard fort cultivé et qui se présente d'ailleurs lui-même comme tel. En outre, il connaît suffisamment bien l'allemand, le grec et le latin pour se permettre de faire des jeux de mots en croisant six langues entre elles. Et en plus il connaissait peut-être l'arabe ! C'est loin d'être quelqu'un de banal.

5) qu'il ne s'agit nullement d'une prophétie, mais d'une histoire rapportant des faits précisément datés et souvent peu connus qui s'étalent entre la fin du 11ème siècle (la Querelle des Investitures et la Première Croisade) et les années 1320 (la fin de la querelle des Avesnes et des Dampierre).

6) qu'il est strictement impossible de trouver une seule allusion à un seul événement postérieur à 1329. Pourquoi Nostradamus écrivant entre 1550 et 1565 se serait-il arrêté à cette date bizarre ?

Rudy Cambier déclare dans ses interview qu'on n'a jamais compris qu'il s'agissait d'une histoire parce que ce texte n'a jamais été lu par quelqu'un qui connaissait le genre littéraire si particulier, méconnu et négligé qu'est l'énigme. Cette forme est très difficile à comprendre, mais elle a été cultivée par les meilleurs esprits du Moyen-Age. « Pour qui la connaît, il saute aux yeux que les Centuries sont composées de quatre mille vers qui sont autant d'énigmes à double ou triple ressort. »
Il explique que le texte des Centuries est composé de vers de dix syllabes suivant une métrique typique des plus anciennes chansons de geste. Compte tenu de l'époque à laquelle il écrivait, ce simple fait, dit-il, est déjà une indication très importante de la part du véritable auteur. En fait, si on lit les CENTURIES non pas comme une prophétie des années 1550 mais comme un récit templier des années 1320, tout le texte devient cohérent et intelligent.

«J'ai relevé, dit-il, plus de 180 quatrains qui font des allusions très précises aux Templiers, «à l'Ordre du Temple et à son trésor. Il est difficile d'y voir Nostradamus prophétisant «Napoléon ou Mao-tsé-tung. Près de 200 notations toponymiques se rapportent à la «Flandre et au Hainaut Occidental, entre la mer et une ligne Valenciennes - Mons - «Soignies, sans compter bien d'autres lieux en Belgique et dans le Nord de la France. En «outre, j'ai pu établir que beaucoup de noms de lieux qui mentionnent des sites du midi de la «France ne sont certainement pas les toponymes que portait le texte original. L'étude «philologique prouve surabondamment que Nostradamus a changé ces noms originaux pour « mentionner des lieux qui intéresseraient sa clientèle sud-française. etc. ... Il devient donc «difficile de soutenir que ce texte farci de picardismes et même de flamandismes a été rédigé «par un Provençal, s'appelât-il Nostradamus. Si nous parlons quelques instants de mon «travail, chacun comprendra que l'explicati

Reconnaissons qu'il fallait bien connaître l'histoire, les langues et la littérature du Moyen-Age pour découvrir le mystère des prophéties de Nostradamus. Rudy CAMBIER, qui est un monument d'érudition et un scientifique rigoureux, est quelqu'un de très ouvert et sympathique mais qui a de très grands problèmes de santé. En plus le monde des prophétiseurs et des ésotéristes templiers a réagi avec violence et sournoiserie. « D'une part les enragés, d'autre part les calomniateurs » dit-il. Je viens d'apprendre que, vu ces problèmes, une association sans but lucratif commençait à se mettre sur pied dans l'optique des travaux de Rudy Cambier et qu'elle accueillait volontiers toutes les bonnes volontés qui veulent collaborer dans cet esprit-là, sans autre condition.

Je peux encore ajouter que les articles de journaux qui ont paru sur la question sont fort intéressants et que je les ai obtenus de lui pour le prix de la photocopie (la note du copy center était jointe !). Je pense que si on y ajoute les frais de timbres, on pourrait se les faire envoyer. Et on peut même visiter (gratuitement) l'endroit où le Vieux Moine dit qu'il a lui-même enterré le trésor du temple : 21 tonneaux ! Il demande simplement de ne pas venir à l'improviste . pour qu'il ne soit pas en course ! Une vraie pâte, mais il a . 26 chiens.
Par expérience, je peux dire qu'il faut avoir lu le livre avant de visiter l'endroit et de suivre les chemins qu'ont suivi les Templiers qui emmenaient leurs trésors (une magnifique promenade de 4 heures), sinon on ne comprend rien. Et il faut recommencer. On peut se procurer son livre, tiré sur ordinateur (avec beaucoup de couleurs) en versant l'équivalent de 35 $ plus les frais d'envoi et 1 $ que coûte l'enveloppe spéciale de la Poste. C'est quasiment le coût de l'impression.
Je vais donner les renseignements qui figurent à la page 2 de son livre où il demande de lui faire part de ses commentaires et critiques :
Rudy CAMBIER
Blanc-Scourchet 6A
B - 7890 ELLEZELLES (Belgique)
Téléphone : 068 / 44 82 31
Compte n° 285 - 0341110 - 87 Banque SGB (Belg.) En mentionnant VOTRE adresse !