sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Peut-on réellement lire dans les pensées des gens? Qu'en pensez-vous?
Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 20290
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar Jean-Francois » 17 déc. 2014, 09:07

ideacogito a écrit :Peut-on se recentrer sur le vrais sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?


On vous l'a dit: il n'y a aucune raison de le faire.

Vos monologues poético-confus ne sont pas des contre-arguments bien solides.

Jean-François
"False facts are highly injurious to the progress of science, for they often endure long; but false views, if supported by some evidence, do little harm, for every one takes a salutary pleasure in proving their falseness." (C. Darwin)

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 17 déc. 2014, 12:13

Me 17 dec 2014
Bonjour,
Je répond à LouV.
http://www.youscribe.com/catalogue/tous ... ie-1918108
T.R.I.P et non trip.
T pour transmission
R pour réceptivité
I pour interaction
P pour psychisme
Je voulais un sigle facile à mémorisé. Il y a eu : C.I.P.O le nom d'un arbre en Afrique puis T.R.I.P qui sans les points correspond au sans de voyage trip.
Le postulat et hypothèse que je propose porte sur des interactions de réceptivité et de transmission des percepts psychique sans même que nous en ayons conscience, nous y serions très habitué.
Percept psychique ---> remémoration , imagination prospective, etc., non issus en temps réel des capteurs sensoriels.
Percept sensoriel ---> milieu ambiant en temps réel acheminé par les capteurs sensoriels.
points théorique suivant.
Il est 17 h 15 par chez moi.

Avatar de l’utilisateur
LouV
Messages : 1086
Inscription : 28 oct. 2013, 09:39

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar LouV » 17 déc. 2014, 13:02

D'accord, je vous remercie pour cet éclaircissement (je pensais qu'il s'agissait d'un sigle répandu et déjà connu).
Par contre, votre texte comporte des passages malheureusement totalement opposés à la démarche qui est prônée ici.
5/ Partie du texte qui expliquerait qu'il n'y a pas de technologies en sciences exactes permettant de mettre en évidence cette "transmission, réceptivité et interaction", qu'il n'est pas nécessaire d'attendre une évolution des sciences dites exactes pour aborder le sujet, qu'il s'agirait d'une exception qui confirme le principe que l'on ne doit se baser que sur ce qui est démontrable et indéniable.
(...)
10/ Aucun texte officiel ne précise que cette capacité n'est pas réelle, il aurait pu être écrit : "Ce que nous percevons en nous-même, ce qui s'y forme reste notre pensée personnelle qui n'est ni perçue, ni observée, ni dirigée, ni censurée."
Il n'est pas fait mention non plus de coordination de pensée à pensée.
5/ : pourquoi faire de ce principe une exception ? Pourquoi devrait-il bénéficier d'un traitement de faveur ?
Par ailleurs, on n'est pas obligé de disposer de "technologies" pour mettre en évidence un phénomène de télépathie. A partir du moment où des gens affirment ressentir tel ou tel phénomène relevant de la télépathie, on peut les écouter pour établir dans quelles circonstances ils pensent être réceptifs, et faire des observation pour voir si dans ce type de circonstances, ils font mieux que le hasard. L'observation humaine rigoureuse et le sens des statistiques suffisent.

10/ Aucun texte officiel ne dit que la télépathie / TRIP n'existe pas... parce qu'il n'est pas possible d'affirmer une inexistence, comme je vous l'ai expliqué plus haut.
Tout comme il n'y a pas de texte officiel pour dire que le Père Noël ou les gnomes voleurs de chaussettes n'existent pas. (Exemple outrancier, je sais)
La seule position officielle qui pourrait éventuellement être avancée est : on n'a pas suffisamment de preuves pour affirmer que cela existe.

Pour revenir sur ces deux illustrations connues du scepticisme, sur lesquelles j'aimerais avoir votre avis :
Le dragon dans le garage de Carl Sagan et Ann Dryuand
La théière de Russell
Si je reprends votre exemple, je peux dire :
5/ Aucune technologie ne peut détecter le dragon dans mon garage car il est invisible, intangible, et n'émet pas de chaleur. / Aucun téléscope n'est assez puissant pour vérifier si une théière est bien en orbite entre la Terre et Mars.
10/ Aucun texte officiel ne précise que les dragons invisibles ne sont pas réels. Il n'est pas fait mention non plus de recherche sur les théières en orbite.
Voyez-vous où cela nous pose souci ?

Donc, pour revenir au coeur du sujet :
ideacogito a écrit :Le postulat et hypothèse que je propose porte sur des interactions de réceptivité et de transmission des percepts psychique sans même que nous en ayons conscience, nous y serions très habitué.

Vous les avez posés, ok. Maintenant, comment comptez-vous prouver qu'il y a au moins des raisons valables de s'interroger sur l'existence de ce phénomène ?
Parce que sinon, toutes les questions que vous pourrez vous poser sur les possibles implications en droits humains resteront inutiles.
Tout comme de spéculer "sur ce que cela signifierait si des dragons se cachaient réellement dans des garages dans le monde entier, et que nous humains, venions juste de le comprendre".

Voilà, il va vous falloir justifier pas mal de choses si vous voulez gagner un peu de crédibilité ici.

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 17 déc. 2014, 14:17

Merci pour cette évaluation LouV et équipe, il semble que je ne suis pas habituer à verbaliser par écrit mes raisonnements.
Je n'ai rien contre le fait que l'on puisse me reprendre surtout si je fais des progrès significatif.
Une évaluation de nos capacités cognitives en matière de compréhension de raisonnement ainsi que celle de construire un raisonnement compréhensible, me convient.

1er exercice.
De Carl Sagan – pas de lien connu avec Françoise Sagan – était astrophysicien.
Le dragon dans le garage de Carl Sagan et Ann Dryuand

Imaginez que, en dépit de l’échec de tous les tests, vous souhaitiez être scrupuleusement ouvert d’esprit. Ainsi vous ne rejetez pas catégoriquement le fait qu’il y ait un dragon cracheur de feu dans mon garage. Vous suspendez simplement votre jugement. Pour l’instant, l’évidence semble aller fortement à l’encontre, mais si jamais de nouvelles données apparaissaient, vous seriez prêt à les examiner pour voir si cela pourrait vous convaincre.
Sûrement que ce n’est pas très fairplay de ma part d’être offensé de n’être pas cru, simplement parce que vous avez rendu le verdict : « non prouvé ».

http://www.journaldelascience.fr/cervea ... 3-70145393

Si nous sommes convaincu.es que cela n'existe pas alors cette réceptivité reste inhibé et nous en serions influencé au niveau de nos association d'idée et de l'inspiration ?

Si la vie psychique est autarcique il s'agit alors de nos contenus mémoriels intime et rien d'autre.

La théière de Russell
... alors toute hésitation à croire en son existence deviendrait un signe d’excentricité et vaudrait au sceptique les soins d’un psychiatre à une époque éclairée, ou de l’Inquisiteur en des temps plus anciens. 

Il s'agit d'une remise en cause du dogme actuel « la télépathie n'existe pas » qui vaudrait au sceptique les soins d’un psychiatre à une époque éclairée, ou de l’inquisiteur en des temps plus anciens. Galilée en fit les frets.

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 20290
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar Jean-Francois » 17 déc. 2014, 15:26

ideacogito a écrit :Je n'ai rien contre le fait que l'on puisse me reprendre surtout si je fais des progrès significatif


Apprenez donc à faire une citation correcte. Dans le cas de la théière, vous omettez la première partie de la phrase ce qui n'est pas négligeable:
"Cependant, si l’existence de cette théière était décrite dans des livres anciens, enseignée comme une vérité sacrée tous les dimanches et inculquée aux enfants à l’école, alors toute hésitation à croire en son existence deviendrait un signe d’excentricité et vaudrait au sceptique les soins d’un psychiatre à une époque éclairée, ou de l’Inquisiteur en des temps plus anciens."

Ce qui est en italiques provient de votre message.

Si on tient compte du contexte, l'interprétation de cette phrase peut difficilement être la vôtre:
Il s'agit d'une remise en cause du dogme actuel « la télépathie n'existe pas » qui vaudrait au sceptique les soins d’un psychiatre à une époque éclairée, ou de l’inquisiteur en des temps plus anciens. Galilée en fit les [frais]


Russell vise surtout les religions basées sur des textes anciens ("cette théière" à la place de "Dieu") mais cela peut être valable pour des superstitions comme la croyance en la télépathie ("cette théière" remplaçant "la télépathie"). En d'autres termes, si on tient à faire ce genre de parallèle un peu daté (en occident du moins), il faut considérer les croyants en la télépathie comme du côté des inquisiteurs.

Après tout "la télépathie n'existe pas" est moins un dogme qu'une constatation assez solidement étayée par les faits. Considérez-vous que "le soleil se lève à l'est" ou "1+1=2" sont des dogmes?

Les sceptiques demandent que des arguments soient offerts quand on leur affirme quelque chose d'extraordinaire. Vos messages ont visiblement pour but de convaincre les sceptiques que la télépathie "c'est vrai" et la télépathie c'est vraiment pas ordinaire. Si vous n'avez pas d'argument, de raison pour supporter que vous croyiez en la réalité de la télépathie, le pire qui puisse arriver c'est que les sceptiques finissent par se désintéresser de vos allégations et vous envoient prêcher vos idées ailleurs si vous insistez trop pour que l'on vous croit sur parole.

Galilée aurait sans doute apprécié un tel traitement :lol:

Jean-François
"False facts are highly injurious to the progress of science, for they often endure long; but false views, if supported by some evidence, do little harm, for every one takes a salutary pleasure in proving their falseness." (C. Darwin)

Avatar de l’utilisateur
LouV
Messages : 1086
Inscription : 28 oct. 2013, 09:39

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar LouV » 17 déc. 2014, 15:35

Merci pour votre réponse.
ideacogito a écrit :1er exercice.
De Carl Sagan – pas de lien connu avec Françoise Sagan – était astrophysicien.
Le dragon dans le garage de Carl Sagan et Ann Dryuand
[citation du texte]
[lien vers cet article]
Si nous sommes convaincu.es que cela n'existe pas alors cette réceptivité reste inhibé et nous en serions influencé au niveau de nos association d'idée et de l'inspiration ?
Si la vie psychique est autarcique il s'agit alors de nos contenus mémoriels intime et rien d'autre.

Hum, je ne comprends pas du tout le lien entre votre citation, l'article et ce que vos dites ensuite.

Je précise déjà que cette expérience intéresse sincèrement pas mal de participants, mais pas pour prouver ce dont vous parlez.

Dans l'article, le mot "télépathie" est défini comme "un échange d'informations entre deux personnes au cours duquel aucune interaction sensorielle n'a lieu". En ce sens, si on se sert d'un ordinateur pour faire le relais, on peut en quelque sorte obtenir de la "télépathie" qui corresponde à cette définition. Mi
Cependant, vous conviendrez que cela n'est la télépathie telle qu'on la conçoit en général, et telle que semble concevoir votre manifeste ? Le journaliste a surtout utilisé ce mot car il claque bien, et parce qu'on a peu d'équivalent ; notez aussi qu'il l'a écrit entre guillemets.
Cette expérience ne contredit en rien le fait que "Ce que nous percevons en nous-même, ce qui s'y forme reste notre pensée personnelle qui n'est ni perçue, ni observée, ni dirigée, ni censurée."
En effet, la télépathie dans sa conception habituelle (et je pense la vôtre) postule que ce phénomène arrive naturellement et spontanément, sans usage de machine.

Il y a énormément de recherches sur le fonctionnement du cerveau, qui ont souvent comme question : "Quand je fais l'action X / que je pense à Y / que je ressens l'émotion Z, quelle partie du cerveau est activée ?". Ce n'est pas évident à déterminer car cela ne correspond pas souvent à une seule zone bien délimitée.
Les machines pour mesurer ces activités du cerveau se sont grandement améliorées.

Les équipes scientifiques ont procédé dans cet ordre :
1) déterminer au préalable quelle(s) zone(s) du cerveau s'activent lorsqu'on pense "bonjour" / "au revoir"
2) l'homme chausse des électrodes qui mesurent l'activité de son cerveau, et qui sont reliées à l'ordinateur. C'est ce qui permet à la machine de savoir à quoi pense la personne. Sans cet appareil, les pensées ne peuvent être transmises directement à l'ordinateur.
3) programmer l'ordinateur selon ces instructions : "si tu détectes les signaux indiquant que le cerveau pense "bonjour" (les zones correspondantes du cerveau s'activent), envoie à l'application informatique à l'autre bout du monde le signal "bonjour""
4) l'application envoie au cerveau de l'émetteur des flashs qui permettent de reconstituer le message.

Nul besoin que les pensées puissent sortir de notre cerveau pour la réussite de cette expérience. Ce qui est capté, c'est son activité électrique (qui ne "sort" pas spontanément du cerveau), la mesure étant transmise, encodée, puis retransmise à quelqu'un d'autre via stimulation magnétique.
Les pensées ne sont à aucun moment sorties de la tête des gens ; les machines se sont juste chargées de faire du téléphone arabe.
(C'est d'ailleurs le principe du téléphone tout court : notre voix a été encodée, le signal codé voyage et notre interlocuteur reçoit une reconstitution approximative de notre voix, il ne reçoit notre "vraie" voix.)

Cette expérience n'est donc pas pertinente pour discuter de la possibilité que nos pensées ne soient pas limitées à notre cerveau.

ideacogito a écrit :[i]La théière de Russell
... alors toute hésitation à croire en son existence deviendrait un signe d’excentricité et vaudrait au sceptique les soins d’un psychiatre à une époque éclairée, ou de l’Inquisiteur en des temps plus anciens.

Il s'agit d'une remise en cause du dogme actuel « la télépathie n'existe pas » qui vaudrait au sceptique les soins d’un psychiatre à une époque éclairée, ou de l’inquisiteur en des temps plus anciens. Galilée en fit les frets.

Désolée, mais aucun rapport.
Russell parle ici de la religion, qui justement exige de croire à quelque chose sans preuve (ce qui pour l'instant est plutôt votre position par rapport à la télépathie).
La position actuelle n'est pas "la télépathie n'existe pas" comme je vous le répète ; elle est "il n'y a pas de preuves suffisantes pour dire qu'elle existe, donc en attendant que nous en ayons, agissons comme si elle n'existait pas".
La partie que je vous conseillais de lire était plutôt la première, qui montre qu'il est absurde que vous nous demandiez de considérer sérieusement votre hypothèse, alors que dans votre point 5 vous dites qu'il n'est pas possible de mettre en évidence le Trip.

Et je vous conseille vivement d'éviter les références à Galilée, qui sont un sacré cliché maintes fois entendu ici.
- Galilée, lui, avait des preuves justement. Et il n'a pas été persécuté par des scientifiques, mais par des religieux.
- Galilée a été persécuté, mais il ne suffit pas d'être persécuté pour être comme Galilée. Il faut aussi avoir raison.

Mireille

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar Mireille » 17 déc. 2014, 16:07

Bonjour LouV,

Super ton explication pour idéacogito. Toi et 86lw aviez raison ce n'est pas Sumad. Il y a aussi d'autres textes d'écrit d'un certain chaussel21, c'est probablement idéacogito.

Je reviens là où tu le cites
idéacogito a écrit :Si nous sommes convaincu.es que cela n'existe pas alors cette réceptivité reste inhibé et nous en serions influencé au niveau de nos association d'idée et de l'inspiration ?
Je me pose aussi la même question, si on est parfaitement convaincu de la non-existence de quelque chose est-ce qu'alors la partie de notre cerveau qui s'occupe d'amener à notre conscient de l'info n'inhiberait pas naturellement certains détails ?

Mireille

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar Mireille » 17 déc. 2014, 16:28

LouV,

Tu regarderas ses autres essais sur YouScribe sous son pseudo de chaussel21s, tu vas retrouver tous ces termes qu'ils utilisent ici et un peu plus.

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 17 déc. 2014, 16:56

Mercredi 17 Décembre 2014
20h50 - 22h45 (Durée : 1h55)
Les enfants loups, Ame et Yuki
La relève est assuré ! je continu à le visionner.
oui, c'est bien moi chaussel21
Je cherche toujours mon vocabulaire, j'en essaye beaucoup.
encore l'évaluation que vous soyez sûr de ce que je suis, en devenir.
Ma grammaire est difficile et il faut que je m'adapte.

Mireille

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar Mireille » 17 déc. 2014, 17:14

ideacogito a écrit :oui, c'est bien moi chaussel21
Ca va permettre à LouV de mieux vous comprendre.

Il est 16 h 13 ici au Québec
Bonne soirée et bon dodo ideacogito.

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 3915
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar unptitgab » 17 déc. 2014, 17:23

Mireille a écrit : Je me pose aussi la même question, si on est parfaitement convaincu de la non-existence de quelque chose est-ce qu'alors la partie de notre cerveau qui s'occupe d'amener à notre conscient de l'info n'inhiberait pas naturellement certains détails ?

Plein de gens sont persuadés de ne pas être affectés par l'abus d'alcool pourtant nous devenons tous un peu chiant voir très chiant après deux bouteilles de vin.
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 17 déc. 2014, 17:52

à jeudi à tous et toutes.
excellent scénario de ce film d'animation Japonais de l'année 2012.
L'entraide intergénérationnel y était présente, juste esquissée.

Merci pour le paradoxe des différences d'heure je n'osais pas le demander.

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 18 déc. 2014, 16:42

Essai de formulation :? :
J'ai pris le risque de poser les composantes de mon âme, mon cœur et mon esprit sur toute chose, surtout ce que je préfère plus et beaucoup moins sur ce que je préfère moins.
:a1:
J'ai du discernement et je n'ai pas aimer l'usage de la malice et je ne me suis pas exercé, j'ai commencé à apprendre à m'en défendre par le raisonnement sans hostilité, sans colère
:(
Mes connaissances en grammaire et prosodie ne sont pas à la hauteur des sujets que je comprends et écrit à chaque prise de conscience - nouvelle compréhension s'ajoutant à toutes les sciences que j'explore toujours.
images/icons/earth.gif
Je l'avais déjà fait en 2006.
En 2010 j'ai fait de même en texte, essais et infographie affective & intellectuelle avec Facebook comme un journal de bord. https://www.facebook.com/Luc.Vegan.Chausse

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 18 déc. 2014, 17:25

http://erss.irit.fr:8080/graph/prox-synonyme-fr/
Nos carte mentales peuvent-elles être en 4D ? comme sur ce site qui est lié cnrtl.fr.
http://www.cnrtl.fr/antonymie/sot
Le même principe pour réaliser
Autres composantes permettant de construire des raisonnements complémentaires.
à vous. :mefiance: 8=) <--> confiance !

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 20 déc. 2014, 04:18

de 1985 à 2015
Sciences Cognitives.
cogniticien autodidacte - raisonnement Bayésien.
D'un problème qui pourrait être résolu pour moi et d'autres.
"Malentendant.e.s et malvoyant.e.s" quant aux contenus intellectifs dû à une inhibition des aires auditives et visuelles quant à la virtualité de la représentation et de la remémoration.
La synthèse visuelle, l'orthographe, un plan, etc., mais aussi la synthèse vocale de la lecture silencieuse, du raisonnement, etc., sont peu accessible, peu tangible en comparaison de ce que nous apportent nos perceptions sensorielles.
L'extériorisation est donc la seule façon pour nous de nous entendre (phonation) et de voire nos raisonnement par l'écriture, ce que l'on nomme (textes et images), ce à quoi l'on se réfère (URL sites Internet), etc.
Il nous serra possible de nous entraîner à une désinhibition de notre virtualité intellective et à une plus grande facilité dans les communications sociales de tous les jours.
Pouvez-vous me confirmer ce que vous avez compris et ce que vous connaissez déjà ?
[Corroboration ; corrélation ; confirmation]

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18620
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Ce que j'ai compris

Messagepar Denis » 20 déc. 2014, 04:46


Salut Ideacogito,

Vous demandez :
Pouvez-vous me confirmer ce que vous avez compris et ce que vous connaissez déjà ?

Moi, j'ai surtout compris que votre danse des idées manque autant de cohésion que de lignes directrices.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 20 déc. 2014, 05:51

Sujet du message: réceptivité psychique, suite de l'évolution
humaine ? Message Publié: 22 Mai 2006, 04:28
Avatar de l’utilisateur Forum les sceptiques du Québec

Inscrit le: 19 mai 2006, 05:09
Messages : 6
Localisation : France Bordeaux
Voici un nombreux essais reformulation sur sujet à éclaircir et je précise ce n'est pas le seul sujet de réflexion que je voudrais aborder :
Reformulation et précision. Date 20 décembre 2014 (ce n'est plus le même texte qu'à l'époque)
Bref exposé quant aux raisons de préparer un communiqué officiel si ce qui suit s'avérait fondé :

D'une exception pour ce sujet quant au principe précisant que l'on ne doit pas se baser sur ce qui n'est pas scientifiquement démontrable "Académie des disciplines scientifiques appliquées & recherche fondamentale.

Six (quatorze) années après le début du 21 siècle l'on ne peut dire et écrire :
Paradoxe de raisonnement à résoudre :
<< Il ou elle est mal entendant et mal voyant "d'un niveau de coordination en synthèse sensoriel" même si la vue et l'audition sont au niveau de communication enseigné (phonation/audition, écriture/lecture et audio-visuel) >>.

Ce qui ne paraissait qu'être superstition ; croyance ; impression et illusion imaginaire, etc., correspondrait dans ce cas à une réelle capacité d'accéder aux contenus psychiques à l'insu sans l'intention d'être décelé (contes et légendes).

Cette réceptivité si elle est "inhibé" n'empêche pas d'en être influencé nous faisant alors participer, inconsciemment, à des interactivités subconsciente des [intellections - idéations - percepts sensoriels - organisme]

Une telle capacité est toujours définie non réelle par les "Instances" Officielles Nationales, Internationales via les Académies des sciences écrites et enseignées ne contenant pas son enseignement écrit théorique et pratique, ce qui serait alors cause d'inhibition car seul nos percepts sensoriels et mémoriels associés forme actuellement notre conscience.

Référence sociale portée par les État - Constitution et ministères mentionnant la possibilité de choisir La Charte Universelle des Droits et libertés décrites, référence dont il ne faudrait pas se séparer surtout si cette capacité s'avère réelle --> article 18/ la liberté de penser.

Il y aurait un pourcentage "d'initié" d'environ 30 à 40% tout âge, toutes origines, tout groupes sociaux et tout secteurs d'activités dominant sur 60 à 70 % des populations dont l'inhibition a été et est conditionné et maintenu, ce qui est constatable sur le plan sensoriel - audiovisuel.

Les interprétations d'asociabilité, de paranoïa et d'orientation en psychiatrie ou/et d'isolement sociale, etc., serait une des nombreuses stratégies quant aux possibilités de faire taire et de rendre non crédible tout témoignage ainsi que de limiter l'évolution des sciences sur ce sujet.

Le fait de repousser à plus tard ne fait qu'empirer les choses alors que les nombreuses raisons invoquées officieusement deviennent apparents jours après jours ainsi que les manières de limiter les consciences "morale et éthique" ce qui nous rendrait malgré nous des "complices passifs" puisque cette capacité est encore défini non réel.

De plus le pourcentage de "nouveaux" augmentant, les tentatives d'imposer des "maîtres" au niveau même de la pensée personnelle et de la vie privée nous fait régresser en tant que civilisation au même niveau que les périodes historiques de "totalitarisme" dont l'origine serait déjà l'accès à la vie psychique à l'insu sans l'intention d'être décelé.

Se coordonner de cette manière serait imprudente puisque n'émanant pas des instances officielles Nationales, Européennes et Internationales dont le concept de Démocratie, est vraiment un objectif de paix.

En résumé, la nécessité de préparer un "communiqué officiel" dans toutes les langues s'avère être la seule possibilité de solutionner cette problématique plus que millénaire quant à ce sujet et titre T.R.I.P.
_________________
Perspectives de la "conscience" humaine.
Nos appréhensions les plus légère à plus importantes ne seraient-elles pas une limitation de nos possibles physiques, sensorielles, psychique et intellectuel !?!
C'est bien au niveau de l'idéation que se forme malgré soi des contenus que nous ne percevions pas assez consciemment.
Depuis ma capacité à percevoir mes percepts psychiques s'améliore progressivement et de façon significative.
Formulation améliorable.

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5241
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar richard » 20 déc. 2014, 06:08

Salut à toi, ideacogito! Je serais toi je reprendrais mon traitement que visiblement tu as arrêté sans en référer à ton médecin. Si je puis me permettre, retourne vite le voir. Je te dis ça en toute amitié, même si je ne te connais que par ce forum.
:hello: A+

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 20 déc. 2014, 06:37

Bonjour,
vous avez bien fait de bloquer la façon que j'ai de ce sujet.
Dans l'idéal l'on devrais converser textuellement avec Skype et non sur le forum, j'en prend conscience
Ma mémoire auditive étant inhibée je ne peux y faire appel, tout au plus de brève mémoration depuis peu, "la méthode fut un peu brusque me dit ma raison qui chancelait."

"j'ai compris que votre danse des idées manque autant de cohésion que de lignes directrices."

Très vrais, je doit faire des progrès pour mieux poser une ligne directrice d'un sujet.
Pour cela je dois m'exercer à plus de cohésion en ordonnant les idées entre elles.
Il s'agit de la description du dialogue de Wikipedia.
Pour éviter la danse des idées l'utilisation de carte heuristique pour extérioriser un sujet pour ensuite raisonner par écrit afin de se relire en groupe ou seul.e et d'améliorer le sens du sujet que l'on veut porter ?

Je pensais plus par réflexe cognitif avec des structures plus bayésiennes sans le savoir.
Depuis ce sujet et mes recherches parallèles cela à eu l’avantage de m'ouvrir à plus de contenus psychiques cognitifs mais c'est encore inhibé pour l'orthographe visuel et l'épellation auditive.

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 20 déc. 2014, 07:03

Je vais donc prendre des cours par correspondance via Skype.
pour ce post "doit-on tenir compte d' un mind reading" Je pourrais me relire, que le post soit effacé ou non.
Pour cela sélectionner imprimer en début de page puis imprimer au forma PDF.
Ce peut-il que parfois l'on écrive comme nous parlons ?

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 3915
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar unptitgab » 20 déc. 2014, 08:14

Ideacogito essayez de procéder avec méthode, une seule interrogation à la fois, pour ce sujet.
Premier questionnement le mind reading réalité ou illusion?
Une fois que la réponse est établie la suite peut venir.
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5241
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar richard » 20 déc. 2014, 09:07

Mais tu ne vois pas qu'il n'a pas toute sa raison!

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 20 déc. 2014, 09:22

"Premier questionnement le mind reading réalité ou illusion?
Une fois que la réponse est établie la suite peut venir.
"

1/ cette capacité n'existe pas.
Pendant les 28 année de ma vie, l'hypothèse ne c'était pas formé.
Dilemme non résolut, les apparences parfois correspondent, en tant que hasard et coïncidence qui sorte de l'habituel à l'hypothèse qui devient vraisemblable.

2/ cette capacité existe
Dans ce cas le première élément qui serait à poser sont une transmission/réceptivité de par le corps entier comme une antenne parabolique.

Prémisses.
Pour résoudre les doutes faut-il raisonner en tenant compte de principe ou axiome tel que : Erroné/exacte ; tenant et aboutissant ; teneur et porté d'une formulation ; avantage/inconvénient ; etc. ?

De la même manière que l'on apprend à différencier une fiction de la réalité le fait de poser une hypothèse n'implique pas de la considéré fondée ou non ?
à vous modérateurs.
Dernière édition par ideacogito le 20 déc. 2014, 10:19, édité 1 fois.

Mireille

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar Mireille » 20 déc. 2014, 10:14

richard a écrit :Mais tu ne vois pas qu'il n'a pas toute sa raison!
Richard, tu fais vraiment pic pic là ...

ideacogito
Messages : 38
Inscription : 05 déc. 2014, 10:17
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: sujet : Doit-on tenir compte d'un mind reading ?

Messagepar ideacogito » 20 déc. 2014, 10:25

Bonjour Mireille.
http://www.courrierinternational.com/ar ... il-mechant
En effet l'orientation vers le bestiaire des pathologies en psychiatrie n'est pas très heureux et constructif

Il n'est pas nécessaire de faire la "chasse au Troll" non plus que de s'exercer à contrarier l'intellect et l'affect de ceux et celle qui veulent s'informer et partager leur réflexion.

LouV a-t-elle commencer l'analyse de YouScribe et Facebook ? https://www.facebook.com/Luc.Vegan.Chausse/notes
bon repas de milieu de journée.

http://erss.irit.fr:8080/graph/prox-synonyme-fr/ directement à la source à Toulouse France.
Harmoniser est une aide précieuse.
je ne l'avais pas vérifié car j'étais influencé par "c'est du vol, tu nous vole, etc".
http://www.la-psychologie.com/manipulation.htm

Il s'agit parfois de contenu sensoriel de la mémoire du passé qui nous influence dans les associations d'idées et intellection du présent, point de télépathie.

Point suivant.


Revenir vers « Télépathie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit