Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

Tout sur les sciences, que ce soit la chimie, la biologie, l'astronomie etc.
Avatar de l’utilisateur
miraye
Messages : 322
Inscription : 15 nov. 2014, 04:38

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#26

Message par miraye » 04 mai 2017, 08:05

Nicolas78 a écrit : Ps edit : pour le sujet de la perte de mémoire après prise d'alcool. J'y croit pas tant qu'on est pas proche du coma en tout cas. Au quel cas je pense ça possible (jamais fait de coma éthylique).
Greem a écrit :
Et pour être précis, je ne doute pas que l'alcool puisse perturber notre attention et favoriser la perte de données mineures (ce sont des choses qui arrivent même en état normal, alors je veux bien admettre que l'alcool n'arrange pas les choses). En revanche, j'ai des doutes sur la véracité de ces fameux black-out qui ferait jusqu'à oublier* à une personne la quasi-totalité d'une soirée ou de ses actes.
Salut,

Je sais qu'un témoignage n'est pas une preuve mais perso j'ai déjà vécu un épisode de black-out suite à la consommation d'alcool. Suite au black out je me suis comme "réveillé" sauf que je ne dormais pas avant. J'étais consciente au milieu d'une soirée mais impossible de me souvenir de ce que javais vécu les 30 dernières minutes, je me suis renseigné, j'ai apparament continué à fonctionner normalement et je n'ai eut aucuns comportements embarrassants, je n'étais pas non plus proche du coma, c'est juste qu'il n'y avais pas d'informations sur cette partie de ma vie de disponible et que ce n'est pas revenu non plus après.

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#27

Message par Etienne Beauman » 04 mai 2017, 08:12

Greem a écrit :Merci ! Je remarque encore une fois que beaucoup d'études reposent sur des témoignages de jeunes, et que ce sont souvent des comportements répréhensibles qui sont oublié : le fait d'avoir endommagé une propriété, agressé quelqu'un ou conduit en état d'ivresse par exemple.

C'est curieux.
Biais de sélection :
Les questions qui reviennent le plus souvent parmi mes amis sensibles au phénomène c'est "mais qui m'a ramené ?" ou "mais on a fait quoi après la fermeture de tel bar ?"
Greem a écrit : l'alcool, c'est dégueulasse. Au mieux, c'est "pas très bon".
https://www.youtube.com/watch?v=pWdd6_ZxX8c
Cogite Stibon a écrit :Et sinon, vous en pensez quoi, de la video de Science Etonnante, du sujet qu'il aborde, et de l'angle sous lequel il le traite ?
Pas eu le temps de la mater encore.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
eatsalad
Messages : 4755
Inscription : 25 mars 2009, 10:43

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#28

Message par eatsalad » 04 mai 2017, 08:24

Perso, je ne parle pas aux gens qui ne boivent pas d'alcool, je les trouve louches !

:ivres: :boit:
"N’a de conviction que celui qui n’a rien approfondi."

Emil Michel Cioran

Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 292
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#29

Message par Vathar » 04 mai 2017, 08:24

Nicolas78 a écrit :Ps edit : pour le sujet de la perte de mémoire après prise d'alcool. J'y croit pas tant qu'on est pas proche du coma en tout cas. Au quel cas je pense ça possible (jamais fait de coma éthylique).
En revanche, et sans avoir rien à ne me reprocher durant une soirée, il m'arrive d'avoir plus de difficulté à me souvenir d'une soirée arrosé qu'une autre après plusieurs jours.
J'imagine qu'il existe des étude sur la façon d'on le cerveau stock les données [edit : souvenirs :lol: Je navigue entre ce forum et le forum d'un soft, dsl) quand il est sous influence de l'alcool non ?
J'ai écouté la vidéo d'une oreille distraite mais il ne me semble pas qu'il s'étende sur les souvenirs et la mémoire.

Le condensé serait plutôt : L'alcool influe sur nos capacités motrices et d'autres facteurs physiques, mais la perte d'inhibitions et l'attirance pour des comportements à risque est surtout due a un effet placebo.

Ou place t'on la mémoire dans ce résumé?

En outre. Un effet placebo ne pourrait-il pas provoquer une amnésie "honnête"? Le cerveau humain est largement capable d'un tel tour de passe passe.

Dans ma jeunesse, j'ai fait l'expérience du réveil en cellule de dégrisement. d’après les flics qui m'ont ramassé, j'étais encore conscient, mais plus vraiment cohérent et a priori infoutu de tenir debout (j'en tenais une sérieuse pour en arriver la). J'ai été ramassé a quelques rues de la soirée d'ou je m'étais "échappé" mais n'ai aucun souvenir de l'avoir quitté. J'ai quelques souvenirs fragmentaires du début de soirée. me rappelle vaguement être resté allongé sur la pelouse et peux meme me rappeler de certains morceaux joués par un ami DJ. D’après les autres invités, je n'ai rien fait de terrible mis à part vomir (50% sur le tapis, 25% sur mon sweater, 25% sur mon pantalon) mais pourtant, je n'ai plus aucun souvenir de la soirée au delà d'une certaine heure. Ce n'est pas un blackout binaire mais une dégradation progressive de la qualité de mes souvenirs.

Par contre je rejoins Greem sur le fait que j'aurais été bien incapable d’agresser qui que ce soit durant ma période amnésique. D’après mes ecchymoses à mon réveil, j'ai pourtant provoqué le sol en duel à plusieurs reprises, et probablement perdu.

La seule chose qui me dérange lorsqu'on parle de souvenirs c'est le coté subjectif de l'évaluation de ceux-ci. Pourquoi demander à un alcoolisé de se souvenir de choses banales qu'on ne mémorise pas plus lorsqu'on est sobre?

- tu te souviens d'avoir monté l'escalier jusqu'à ta chambre hier soir quand tu étais bourré?
- Bah non mais tu te souviens d'avoir monté l'escalier jusqu'à ta chambre hier soir quand tu n'étais PAS bourré?

A l'inverse, je me souviens très clairement d'autres expériences alcoolisées ou j'ai fait des trucs débiles, sachant pertinemment qu'ils étaient débiles, en me disant à ce moment "c'est pas grave, demain je dirai que j'étais bourré". J'étais pleinement conscient de ce que je faisais et projetais déjà d'utiliser ce joker pour me dédouaner au besoin.

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4062
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#30

Message par MaisBienSur » 04 mai 2017, 08:41

Greem a écrit : Alors pardonne moi, mais je doute que tu ais un laboratoire à toi tout seul dans la tête, donc a priori, tu es aussi apte que n'importe qui pour faire un cunnilingus ;)
Tu confirmes par cette seule phrase ma position sur le sujet.
Tout le monde se croit capable de pratiquer un cunnilingus, mais peux savent réellement donner du plaisir par ce moyen, il ne suffit pas de "jouer" de la langue :langue:

J'adore parler sexe avec toi et t'apprendre des trucs, mais effectivement, ce n'est pas le sujet ici, mais l'alcool, et là, ça a l'air plus ta spécialité. Sans rancune :a4:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.
Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Avatar de l’utilisateur
eatsalad
Messages : 4755
Inscription : 25 mars 2009, 10:43

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#31

Message par eatsalad » 04 mai 2017, 08:58

MaisBienSur a écrit : J'adore parler sexe avec toi et t'apprendre des trucs, mais effectivement, ce n'est pas le sujet ici, mais l'alcool, et là, ça a l'air plus ta spécialité. Sans rancune :a4:
Perso j adore faire l amour en etant bourré, mais je ne me souviens rarement de mes performances et ma partenaire non plus d'ailleurs hihihihi
"N’a de conviction que celui qui n’a rien approfondi."

Emil Michel Cioran

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 2576
Inscription : 16 févr. 2012, 08:19

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#32

Message par Cogite Stibon » 04 mai 2017, 09:16

Vathar a écrit :J'ai écouté la vidéo d'une oreille distraite mais il ne me semble pas qu'il s'étende sur les souvenirs et la mémoire.

Le condensé serait plutôt : L'alcool influe sur nos capacités motrices et d'autres facteurs physiques, mais la perte d'inhibitions et l'attirance pour des comportements à risque est surtout due a un effet placebo.

Ou place t'on la mémoire dans ce résumé?
De mémoire, la vidéo dis seulement un truc du genre "on a bien étudié l'impact de l'alcool sur les capacités physiques et la mémoire", avant d'enchaîner sur les questions de l'inhibition.

Moi ce que je me demande, c'est comment ils ont réussi à faire boire un mélange d'alcool et de tonic à des sujets, en leur faisant croire que c'était seulement du tonic. Et également si le barman savait ce qu'il servait (simple aveugle ou double aveugle)
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#33

Message par Etienne Beauman » 04 mai 2017, 09:26

Cogite Stibon a écrit :
De mémoire, la vidéo dis seulement un truc du genre "on a bien étudié l'impact de l'alcool sur les capacités physiques et la mémoire", avant d'enchaîner sur les questions de l'inhibition.

Moi ce que je me demande, c'est comment ils ont réussi à faire boire un mélange d'alcool et de tonic à des sujets, en leur faisant croire que c'était seulement du tonic. Et également si le barman savait ce qu'il servait (simple aveugle ou double aveugle)
Si l'alcool était du gin, de qualité et peu dosé, seul les amateurs de gin et probablement ceux de tonic ont pu percevoir la différence.
A nouvel an j'ai progressivement réduit la dose de gin ( celui là que je recommande aux amateurs) que je servais à un ami dans son gin tonic, car il les enchainais un peu trop vite, à la fin je ne lui servais plus que du tonic, il n'y a vu que du feu. :a2:
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 2576
Inscription : 16 févr. 2012, 08:19

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#34

Message par Cogite Stibon » 04 mai 2017, 09:38

Etienne Beauman a écrit :Si l'alcool était du gin, de qualité et peu dosé, seul les amateurs de gin et probablement ceux de tonic ont pu percevoir la différence.
A nouvel an j'ai progressivement réduit la dose de gin ( celui là que je recommande aux amateurs) que je servais à un ami dans son gin tonic, car il les enchainais un peu trop vite, à la fin je ne lui servais plus que du tonic, il n'y a vu que du feu. :a2:
Merci Etienne.

Je n'ai jamais bu que du gin bas de gamme, et j'en avais conclus trop rapidement que je n'aimais pas ça. J'essayerais le tien à l'occasion.
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#35

Message par Etienne Beauman » 04 mai 2017, 09:48

Cogite Stibon a écrit :Je n'ai jamais bu que du gin bas de gamme, et j'en avais conclus trop rapidement que je n'aimais pas ça.
Comme beaucoup de monde en France, oui.
Mais il parait que ça change les hipster s'y seraient mis. C'est un ami qui vit en Angleterre qui m'a convertit.
Pour le gin tonic remplace la rondelle de citron par une rondelle de concombre, c'est encore mieux.
Et sinon le top l'été quand tu peux glander dans le jardin c'est le Tom Collins à boire très très frais.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 11:59

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#36

Message par Greem » 04 mai 2017, 11:20

MaisBienSur a écrit : Tout le monde se croit capable de pratiquer un cunnilingus, mais peux savent réellement donner du plaisir par ce moyen, il ne suffit pas de "jouer" de la langue :langue:
Pour éviter le hors sujet, je t'ai répondu ici : viewtopic.php?f=4&t=13975
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

Avatar de l’utilisateur
Psyricien
Messages : 3426
Inscription : 31 oct. 2011, 13:27
Localisation : Un peu partout ...

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#37

Message par Psyricien » 04 mai 2017, 18:03

Greem a écrit :Et pour être précis, je ne doute pas que l'alcool puisse perturber notre attention et favoriser la perte de données mineures (ce sont des choses qui arrivent même en état normal, alors je veux bien admettre que l'alcool n'arrange pas les choses). En revanche, j'ai des doutes sur la véracité de ces fameux black-out qui ferait jusqu'à oublier* à une personne la quasi-totalité d'une soirée ou de ses actes.
Moi non-plus, jamais eu de pertes de mémoire.
Comme tu le dis des pertes de données mineur (faisant que le temps semble passer beaucoup plus vite). Mais jamais de trou noir.
Et pourtant, j'en est pris des bonnes !

Après j'imagine que cela dépend du sujet. Si j'avais à me prononcer, je pense que ça tient surtout de la personne.
Je n'irais pas dire que les black-out alcoolique sont des mythes, je pense que cela dépend surtout de la constitution du sujet (et de son entrainement).

A plus,
G>
Psyricien : La moyenne de 4 et 5 ça peut faire 3 ... Comprendra qui pourra !

Avatar de l’utilisateur
Psyricien
Messages : 3426
Inscription : 31 oct. 2011, 13:27
Localisation : Un peu partout ...

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#38

Message par Psyricien » 04 mai 2017, 18:06

MaisBienSur a écrit : Tout le monde se croit capable de pratiquer un cunnilingus, mais peux savent réellement donner du plaisir par ce moyen, il ne suffit pas de "jouer" de la langue :langue:

J'adore parler sexe avec toi et t'apprendre des trucs, mais effectivement, ce n'est pas le sujet ici, mais l'alcool, et là, ça a l'air plus ta spécialité. Sans rancune :a4:
Les deux se combinent très bien ;). Surtout qu'après avoir un peu trop abusé de la bouteille ... certains ne sont guère capable de faire autre chose qu'un cunni ... si il ont la chance de ne pas se tromper de coté :grimace:

G>
Psyricien : La moyenne de 4 et 5 ça peut faire 3 ... Comprendra qui pourra !

matador
Messages : 342
Inscription : 23 janv. 2011, 17:25

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#39

Message par matador » 04 mai 2017, 19:03

Psyricien a écrit :
MaisBienSur a écrit : Tout le monde se croit capable de pratiquer un cunnilingus, mais peux savent réellement donner du plaisir par ce moyen, il ne suffit pas de "jouer" de la langue :langue:

J'adore parler sexe avec toi et t'apprendre des trucs, mais effectivement, ce n'est pas le sujet ici, mais l'alcool, et là, ça a l'air plus ta spécialité. Sans rancune :a4:
Les deux se combinent très bien ;). Surtout qu'après avoir un peu trop abusé de la bouteille ... certains ne sont guère capable de faire autre chose qu'un cunni ... si il ont la chance de ne pas se tromper de coté :grimace:

G>
C'est presque poétique :mrgreen:

Ou de partenaire... ? :a5:

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4062
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: Alcool, hormones et décisions - crétin de cerveau

#40

Message par MaisBienSur » 09 mai 2017, 05:47

Psyricien a écrit : Surtout qu'après avoir un peu trop abusé de la bouteille ... certains ne sont guère capable de faire autre chose qu'un cunni ... si il ont la chance de ne pas se tromper de coté :grimace:

G>
Pourquoi se tromper de côté ?
L'anulingus n'est pas a délaisser, c'est comme pour tout, c'est une question de partenaire :a2:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.
Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit