La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 232
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar Vathar » 05 févr. 2017, 10:27

LoutredeMer a écrit :meme s'il n'y a pas introduction volontaire, la region anale a bien été visée. Affaire à suivre...


J'ai quand même envie de dire "Mais bien sur" ...

On croirait entendre les gens qui arrivent aux urgences avec un objet logé dans l'anus et qui disent "J'étais tout nu dans ma salle de bain et je suis tombé dessus en sortant de la baignoire."

Le pantalon de l'interpellé est tombé par hasard au mauvais moment et ils lui enfoncé leur matraque dans le ... par accident?

J'admets ne pas avoir vu la vidéo mais je reste quand même sacrément dubitatif.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 05 févr. 2017, 10:53

Vathar a écrit :J'ai quand même envie de dire "Mais bien sur" ...

On croirait entendre les gens qui arrivent aux urgences avec un objet logé dans l'anus et qui disent "J'étais tout nu dans ma salle de bain et je suis tombé dessus en sortant de la baignoire."

Le pantalon de l'interpellé est tombé par hasard au mauvais moment et ils lui enfoncé leur matraque dans le ... par accident?

J'admets ne pas avoir vu la vidéo mais je reste quand même sacrément dubitatif.

Oui il y a de quoi douter. Mais on ne peut pas s'avancer à des certitudes pour l'instant. Ce qui me choque le plus, je le répète, c'est que l'accusation de "viol" ait été transformée après 3 jours en "violences volontaires", malgré le constat médical qui lui, ne peut pas etre mis en doute. Je crois que nous sommes tout à fait dans le thème du fil.
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

mcmachin
Messages : 1588
Inscription : 10 juin 2015, 20:43

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar mcmachin » 05 févr. 2017, 14:25

LoutredeMer a écrit :Oui il y a de quoi douter. Mais on ne peut pas s'avancer à des certitudes pour l'instant. Ce qui me choque le plus, je le répète, c'est que l'accusation de "viol" ait été transformée après 3 jours en "violences volontaires"

En quoi ça te choque ?
Selon toi, le caractère vicelard de l'agression a été "adouci" par cette nouvelle sémantique ?
Je comprends pas trop, se faire insérer une matraque dans le cul serait plus souffrant (physiquement et psychologiquement) et plus grave que de se faire casser une dizaine de dents par la matraque en question ?
Les 2 sont horribles on est bien d'accord.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 05 févr. 2017, 14:49

mcmachin a écrit :Selon toi, le caractère vicelard de l'agression a été "adouci" par cette nouvelle sémantique ?

Il ne s'agit pas de sémantique mais de droit et de législation :

ma source que tu aurais du lire a écrit :le viol en réunion par les 4 policiers requalifié en violences volontaires.[...] Le parquet de Bobigny a annoncé dimanche l'ouverture d'une information judiciaire pour violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique,

Ca veut dire que ca change de catégorie...


Je comprends pas trop, se faire insérer une matraque dans le cul serait plus souffrant (physiquement et psychologiquement) et plus grave que de se faire casser une dizaine de dents par la matraque en question ?

Dans un cas il y a viol tel que défini et pas dans l'autre. Il ne s'agit pas de placer un mesureur de souffrance, mais de définir les catégories de délits.
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 232
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar Vathar » 05 févr. 2017, 15:07

mcmachin a écrit :Selon toi, le caractère vicelard de l'agression a été "adouci" par cette nouvelle sémantique ?


En France, la peine maximale pour viol est de 20 ans d'emprisonnement, contre 7 ans pour violences. L’agression sexuelle tend à se trouver entre les deux (jusqu’à 10 ans).

Bref, pour la victime, ce qui est fait est fait, mais pour les agresseurs, ça fait clairement une différence.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 05 févr. 2017, 15:16

@ Vathar
Voila.

@ mcmachin
J'ai l'impression d'etre claire, que c'est évident et je ne suis pas loquace en ce moment. Je vais donc préciser ma pensée puisqu'il le faut :

- il est fort probable que la matraque ne se soit pas trouvée vers ou dans l'anus par hasard (10 cm de plaie et section du sphyncter).

- cela ressemble à un viol vu la région touchée, sous réserve de confirmation

- on peut cependant envisager que le policier ne visait pas cette région mais que dans la bousculade la matraque s'est retrouvée là :mrgreen: . On peut aussi envisager que le pantalon s'est retrouvé baissé jusqu' aux mollets du jeune homme par hasard parce que l'élastique était usé. :mrgreen:

- les statistiques de viol sont une chose, les stats de violences volontaires en sont une autre

- Rien ne laisse penser que cette requalification de l'acte n'a pas déjà été faite pour d'autres agressions.cela provoquerait donc des statistiques faussées, et menerait à la sous-estimation du nombre de viols.

- cette requalification pourrait etre la manifestation d'une volonté soit :

. de protéger les policiers
. d'alléger les statistiques du viol
. d'adoucir ou d'alléger l'acte du viol
. de traduire un tabou sur les agressions effectives de viol, en cachant, ou euphémisant ou en transformant.
. de je ne sais pas

en tout cas c'est vraiment une sale histoire
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 05 févr. 2017, 15:27

Aux dernières nouvelles, ce serait "violences aggravées".
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 232
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar Vathar » 05 févr. 2017, 15:46

LoutredeMer a écrit :- cette requalification pourrait etre la manifestation d'une volonté soit :

. de protéger les policiers
. d'alléger les statistiques du viol
. d'adoucir ou d'alléger l'acte du viol
. de traduire un tabou sur les agressions effectives de viol, en cachant, ou euphémisant ou en transformant.
. de je ne sais pas


J'ai vraiment plus pensé à l'axe "protection policière/loi du silence" qu'à un désir d'alléger les statistiques. Ceci dit, ce n'est que mon opinion et reste donc subjectif au possible.

mcmachin
Messages : 1588
Inscription : 10 juin 2015, 20:43

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar mcmachin » 05 févr. 2017, 17:03

Vathar a écrit :J'ai vraiment plus pensé à l'axe "protection policière/loi du silence" qu'à un désir d'alléger les statistiques. Ceci dit, ce n'est que mon opinion et reste donc subjectif au possible.

oui, ô combien subjectif.
Blague à part, l'agression en question me paraît plus tomber sous le coup de la loi pour "violences aggravées", bien que je ne sois pas juriste.
Dans le sens où il s'agit d'un acte de cruauté (plus ou moins immonde qu'un autre, ça dépendra des sensibilités).
A priori l'objectif des flics était d'infliger des sévices, et cela uniquement, pas de se faire du bien.
Rien à voir selon moi avec le viol (au sens où on l'entend généralement).
Sinon, je maintiens à ce compte-là que la pénétration d'une matraque dans une bouche pour éclater des chicots devrait être également qualifiée de viol, ainsi, bien sûr, que les fouilles anales à la douane.

mcmachin
Messages : 1588
Inscription : 10 juin 2015, 20:43

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar mcmachin » 05 févr. 2017, 17:09

LoutredeMer a écrit :cette requalification pourrait etre la manifestation d'une volonté soit :

. de protéger les policiers
. d'alléger les statistiques du viol
. d'adoucir ou d'alléger l'acte du viol
. de traduire un tabou sur les agressions effectives de viol, en cachant, ou euphémisant ou en transformant.
. de je ne sais pas

Bin lève les yeux.
On peut évoquer le complot russe, également.

en tout cas c'est vraiment une sale histoire

Rassure-moi c'est pas une blague graveleuse ?

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 05 févr. 2017, 17:51

mcmachin a écrit :Blague à part, l'agression en question me paraît plus tomber sous le coup de la loi pour "violences aggravées", bien que je ne sois pas juriste.
Dans le sens où il s'agit d'un acte de cruauté (plus ou moins immonde qu'un autre, ça dépendra des sensibilités).
A priori l'objectif des flics était d'infliger des sévices, et cela uniquement, pas de se faire du bien.
Rien à voir selon moi avec le viol (au sens où on l'entend généralement).

Désolée de te décevoir machin :mrgreen: mais :

...Mais, au vu des éléments de l'enquête, le juge d'instruction a estimé que «les éléments constitutifs de la qualification de viol» étaient suffisamment établis pour le policier «soupçonné d'avoir porté les coups de matraque», explique le parquet de Bobigny.

un policier a été mis en examen pour viol et trois autres pour violences volontaires ce dimanche soir.

Le policier mis en examen pour viol a l'interdiction de paraître en Seine-Saint-Denis. Lui et deux autre policiers se sont également vus interdire d'exercer l'activité de fonctionnaire de police

http://www.leparisien.fr/aulnay-sous-bo ... 657876.php
http://www.20minutes.fr/societe/2009111 ... mis-examen

Voila qui semble satisfaisant pour l'instant. Attendons de voir les condamnations maintenant.
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

mcmachin
Messages : 1588
Inscription : 10 juin 2015, 20:43

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar mcmachin » 05 févr. 2017, 18:33

Ca ne me déçoit pas du tout.
Les fonctionnaires de justice ont leurs raisons, effectivement la mise en examen pour viol me paraît moyennement appropriée, mais bon là, sur des sujets de ce genre, c'est peut-être plus du pinaillage qu'autre chose.

Mais pour te retourner la politesse, c'est plutôt toi que ça devrait décevoir, car dans ce cas de figure, nul complot de l'élite patriarcale pour minimiser le nombre de viols a priori. Ce serait plutôt l'inverse même, si complot il y a.

Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 232
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar Vathar » 05 févr. 2017, 19:59

mcmachin a écrit :Blague à part, l'agression en question me paraît plus tomber sous le coup de la loi pour "violences aggravées", bien que je ne sois pas juriste.
Dans le sens où il s'agit d'un acte de cruauté (plus ou moins immonde qu'un autre, ça dépendra des sensibilités).


Je ne suis pas juriste non plus, mais je crois me rappeler que la définition légale d'un viol varie d'un pays à l'autre, et couvre dans certains pays la pénétration sous contrainte de tout orifice.

Le code pénal n'est pas particulièrement explicite à ce sujet mais Wikipedia redirige sur un article Français plus explicite qui indique que :

Le viol est un crime. Il est défini par le code pénal comme « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise. » Tout acte de pénétration sexuelle est visé : buccale, vaginale, anale, par le sexe, par le doigt, par un objet.


La source semble fiable. un site gouv-fr à vocation d'information pour les femmes victimes de violence.

A priori l'objectif des flics était d'infliger des sévices, et cela uniquement, pas de se faire du bien.


La recherche de plaisir de l'aggresseur n'est heureusement pas un critère pour qualifier le crime. Imaginez les lignes de défense loufoques si c'était le cas. (c'est pas un viol monsieur le juge; c'était un mauvais coup et j'y ai pris aucun plaisir)

En outre, l'agresseur retire généralement une forme de satisfation d'un tel acte de cruauté, Sadisme quand tu nous tiens ...

Sinon, je maintiens à ce compte-là que la pénétration d'une matraque dans une bouche pour éclater des chicots devrait être également qualifiée de viol, ainsi, bien sûr, que les fouilles anales à la douane.


Je me suis fait mettre à poil une fois par la douane Colombienne. Me suis-je rendu coupable d'exhibition?

mcmachin
Messages : 1588
Inscription : 10 juin 2015, 20:43

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar mcmachin » 06 févr. 2017, 07:47

Vathar a écrit :En outre, l'agresseur retire généralement une forme de satisfation d'un tel acte de cruauté, Sadisme quand tu nous tiens ...

Peut-être, mais est-ce un plaisir lié à la sexualité ? Je suis pas psychanalyste perso..

Vathar a écrit :
Sinon, je maintiens à ce compte-là que la pénétration d'une matraque dans une bouche pour éclater des chicots devrait être également qualifiée de viol, ainsi, bien sûr, que les fouilles anales à la douane.


Je me suis fait mettre à poil une fois par la douane Colombienne. Me suis-je rendu coupable d'exhibition?

Non, ce que je veux dire avec mon exemple bidon, c'est que la pénétration d'une matraque dans une bouche pour casser des chicots n'est pas un acte d'ordre sexuel. Pourtant il y a bien pénétration orale. Ce serait donc un viol, d'après la définition du code pénal français que tu as citée.
Juste pour dire que les définitions ont leurs limites (et même celles du code pénal).
Normal, c'est le langage qui est fait comme ça.

Bon, après j'arrête de pinailler, d'autant plus que mon exemple est tiré par les cheveux.

Mais d'après wiki le viol est avant tout une agression sexuelle.
Je pense que ça engage les motivations profondes de l'agresseur, tu vois on va pas accuser un gamin de 5 ans d'agression sexuelle s'il tripote sa petite camarade sans le consentement de cette dernière, disons que ça me paraîtrait chelou. De même que si un chien te mord les couilles, on parlera pas d'agression sexuelle, on dira juste qu'un chien t'a mordu les couilles. Au pénal on juge les intentions. Bon ok, on ne va certainement ni juger le chien, ni juger le gosse.

Pour ce qu'on peut en imaginer, les flics se sont livrés à un acte de barbarie, et leur unique motif était de donner une bonne leçon au pauvre mec. Je pense même que ça mériterait de prendre plus cher en justice que si l'agression avait été motivée pas des instincts sexuels, mais après, ça n'engage que moi.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 06 févr. 2017, 08:25

mcmachin a écrit :Ca ne me déçoit pas du tout.
Les fonctionnaires de justice ont leurs raisons, effectivement la mise en examen pour viol me paraît moyennement appropriée, mais bon là, sur des sujets de ce genre, c'est peut-être plus du pinaillage qu'autre chose.

C'est bien . Allez, une pensée pour le jeune homme et sa famille.


Mais pour te retourner la politesse, c'est plutôt toi que ça devrait décevoir, car dans ce cas de figure, nul complot de l'élite patriarcale pour minimiser le nombre de viols a priori. Ce serait plutôt l'inverse même, si complot il y a.

Je suis au contraire satisfaite de la retenue du "viol" comme le l'ai dit. Par contre comme je l'ai dit aussi, j'attends le jugement. Comme le rapporte Vathar, le viol est un crime alors que les violences volontaires sont un délit. Ce qui devrait affecter le jugement.

Ma liste est conditionnelle et à choix multiple. Tu ne peux pas isoler un élément, je n'ai pas pris parti. Prenons les options "protection des policiers", "adoucir ou alléger le viol" et "traduire un tabou en cachant ou en euphémisant". Ou supposons d'autres causes que je n'ai pas su voir. Maintenant on fait une recherche simple sur Google et oh surprise! :( on découvre un fait similaire à Drancy en Seine Saint Denis le 17 janvier 2017. Une interpellation aussi. Mais une retenue de "violences volontaires" cette fois.

Est-ce par l’opération du Saint-Esprit que M. Alexandre T. s’est retrouvé avec une « plaie ouverte profonde de 1,5 centimètre » au niveau de l’anus ? C’est la question que s’est posée son avocate et c’est celle qui a semblé occuper les débats pendant trois heures, lundi 16 janvier, au tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

un médecin a constaté la blessure du jeune homme de 28 ans et lui a délivré dix jours d’interruption totale de travail. Son ADN a même été retrouvé à l’extrémité du bâton télescopique de défense utilisé par le policier.


Il n'est pas question de viol mais de violences volontaires : "Un policier municipal jugé pour violences volontaires avec arme".


Le délibéré sera rendu le 20 février. Le procureur [...] requiert six mois de prison avec sursis et une interdiction professionnelle d’un an. ! Pour viol avec matraque ! :evil:
http://www.lemonde.fr/police-justice/ar ... 53578.html


Meme événement en moins d'un mois dans deux communes du département de Seine Saint Denis... :shock:
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 06 févr. 2017, 08:38

Il y a 7 mois :

Publié le 20/06/2016 à 07:36, Mis à jour le 22/06/2016 à 11:10
Seine-Saint-Denis : le policier a mis sa matraque dans l'anus du suspect
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

mcmachin
Messages : 1588
Inscription : 10 juin 2015, 20:43

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar mcmachin » 06 févr. 2017, 08:44

LoutredeMer a écrit :C'est bien . Allez, une pensée pour le jeune homme et sa famille.

C'est possible de compatir sans le crier un peu à tout le monde ? Je veux dire, ça doit être possible.

Ma liste est conditionnelle et à choix multiple. Tu ne peux pas isoler un élément, je n'ai pas pris parti.

J'ai pas isolé un élément, je me suis contenté par contre d'une remarque ironique (j'avoue) pour te signifier que j'y voyais comme un souci d'exhaustivité, sans compter que tes points 2,3 et 4 veulent dire sensiblement la même chose (s'ls ont bien une signification) mais vu que t'écoutes rien à ce qu'on te dit dès qu'on effleure du doigt ce genre de sujet, bah tu comprends pas grand-chose, normal.

Prenons les options "protection des policiers", "adoucir ou alléger le viol" et "traduire un tabou en cachant ou en euphémisant". Ou supposons d'autres causes que je n'ai pas su voir. Maintenant on fait une recherche simple sur Google et oh surprise! :( on découvre un fait similaire à Drancy en Seine Saint Denis le 17 janvier 2017. Une interpellation aussi. Mais une retenue de "violences volontaires" cette fois.

[i]Est-ce par l’opération du Saint-Esprit que M. Alexandre T. s’est retrouvé avec une « plaie ouverte profonde de 1,5 centimètre » au niveau de l’anus ? C’est la question que s’est posée son avocate

C'est complètement con.
Le procureur a demandé "violences volontaires", ça veut dire ce que ça veut dire. VOLONTAIRES.
Va pas te faire embrouiller par la rhétorique des avocats, surtout dans leurs déclarations publiques.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 06 févr. 2017, 08:49

mcmachin a écrit :C'est complètement con.
Le procureur a demandé "violences volontaires", ça veut dire ce que ça veut dire. VOLONTAIRES.
Va pas te faire embrouiller par la rhétorique des avocats, surtout dans leurs déclarations publiques.

Est-ce que tu vas enfin comprendre que le viol est un crime alors que violences volontaires sont un délit?

Est- ce que tu as lu que 6 mois avec sursis sont requis et que le policier pourra a nouveau exercer au bout d'un an car c'est jugé en "violences volontaires" et non en "viol"?? Tu ne comprends pas qu'il y a quasiment impunité là?
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

mcmachin
Messages : 1588
Inscription : 10 juin 2015, 20:43

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar mcmachin » 06 févr. 2017, 09:04

LoutredeMer a écrit :Est-ce que tu vas enfin comprendre que le viol est un crime alors que violences volontaires sont un délit?

Fais-moi plaisir, relis un peu le fil en remettant les choses dans leur contexte stp.

Est- ce que tu as lu que 6 mois avec sursis sont requis et que le policier pourra a nouveau exercer au bout d'un an car c'est jugé en "violences volontaires" et non en "viol"?? Tu ne comprends pas qu'il y a quasiment impunité là?

Bah si, mais comme d'hab quoi.
Notons encore une fois que concernant le dernier fait divers, le mec est a priori accusé de "violences volontaires aggravées", et j'en suis bien aise a priori. Chuis pas un fervent légaliste mais vu comme marche la société, j'espère que le flic va pendre bien cher, si ça peut te faire plaisir de l'entendre.
Après, si tu veux dénoncer la tolérance des magistrats quant aux agissements dégueux de certains flics ouvre un fil.Tout le monde sera d'accord avec toi, j'imagine.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 06 févr. 2017, 09:14

mcmachin a écrit :Fais-moi plaisir, relis un peu le fil en remettant les choses dans leur contexte stp.

Je ne vois pas de quoi tu parles

Notons encore une fois que concernant le dernier fait divers, le mec est a priori accusé de "violences volontaires aggravées", et j'en suis bien aise a priori. Chuis pas un fervent légaliste mais vu comme marche la société, j'espère que le flic va pendre bien cher, si ça peut te faire plaisir de l'entendre.

Non, tu ne comprends toujours pas. Il ne prendra pas cher. Tu as tout l'historique de l'affaire ici.

C'est requalifié en "violences aggravées" en fait et c'est passible du tribunal correctionnel, comme un vol de mobylette quoi...

Le viol, lui, est passible de la cour d'assises.

C'est pas du tout pareil...

Le procureur a requis 6 mois avec sursis et l'interdiction d'exercer pendant un an...

Donc non, il ne prendra pas cher...

Toi compris là?
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

mcmachin
Messages : 1588
Inscription : 10 juin 2015, 20:43

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar mcmachin » 06 févr. 2017, 09:31

LoutredeMer a écrit :Non, tu ne comprends toujours pas. Il ne prendra pas cher. Tu as tout l'historique de l'affaire ici.

C'est requalifié en "violences aggravées" en fait et c'est passible du tribunal correctionnel, comme un vol de mobylette quoi...

Ok, j'avais pas suivi. Les violences aggravées, suivant leur "degré", peuvent être jugées en cours d'assise.

Mais ok, ça scandalise sûrement tout le monde.
Révolution !!! (votez Macron)

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 2970
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar LoutredeMer » 06 févr. 2017, 09:51

mcmachin a écrit :Ok, j'avais pas suivi. Les violences aggravées, suivant leur "degré", peuvent être jugées en cours d'assise.

Dans ce cas (Drancy, 2015) j'en doute... Ce sera jugé comme violence délictuelle (ITT > 8 jours, 10 jours en ce qui concerne la victime) et non comme violence criminelle : "Les violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente avec circonstances aggravantes sont punies d'une peine de 15 ans de réclusion criminelle. (art. 222-10 du Code pénal). " A moins bien sur que ce ne soit le cas pour le jeune de Drancy, mais cela aurait déjà été exposé et le procureur n'aurait pas requis ce que l'on sait (sursis).

Et les violences délictuelles relèvent bien de la compétence du Tribunal correctionnel et non des Assises.
http://www.sba-avocats.com/avocat-penal ... aires.html
Spoiler: Afficher
Les violences delictuelles
Les violences délictuelles sont celles dont le niveau de gravité est sérieux soit en raison du niveau d'ITT qu'elles ont entraîné pour la victime, soit du fait qu'elles ont été accompagnées d'une ou plusieurs des circonstances aggravantes prévues par le Code pénal.

Sont ainsi automatiquement considérées comme délictuelles les violences ayant causé à la victime une ITT supérieure à 8 jours (art. 222-11 du Code pénal).

[... ]
Les peines encourues
Les violences délictuelles simples, c'est à dire ayant occasionné une ITT supérieure à huit jours et commises sans circonstance aggravante sont punies d'une peine maximale de trois ans d'emprisonnement et 45 000€ d'amende. (art. 222-11 du Code pénal)

Lorsque les violences ont été accompagnées d'une ou plusieurs circonstances aggravantes ces peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et 75 000€ d'amende. (art. 222-12 du Code pénal)

Enfin, lorsque les violences ont entraîné une mutilation ou une infirmité permanente sans circonstance aggravante les peines passent à 10 ans d'emprisonnement et 150 000€ d'amende. (art. 222-9 du Code pénal)

Juridiction compétente
Les violences délictuelles relèvent de la compétence du Tribunal correctionnel.


Cela dit, comme il y a eu récidive à Aulnay, peut etre vont-ils un peu plus marquer le coup.
Les boniments et l'hypocrisie sont deux supports des fausses croyances

Au lecteur : j'aime parfois pratiquer l'humour noir en évoquant des situations absurdes. Ne les reproduisez pas chez vous..

Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 232
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar Vathar » 06 févr. 2017, 10:21

mcmachin a écrit :Non, ce que je veux dire avec mon exemple bidon, c'est que la pénétration d'une matraque dans une bouche pour casser des chicots n'est pas un acte d'ordre sexuel. Pourtant il y a bien pénétration orale. Ce serait donc un viol, d'après la définition du code pénal français que tu as citée.
Juste pour dire que les définitions ont leurs limites (et même celles du code pénal).
Normal, c'est le langage qui est fait comme ça.


My bad. Je tombe victime de la loi de Poe, désolé. Je ne parlais pas au premier degré, et je suis assez d'accord. Il y a heureusement une part d’interprétation nécessaire.

J'imagine qu'on pourrait exclure la dimension sexuelle d'une agression si un objet quelconque finit sa course dans la bouche d'une victime lors d'une rixe, mais lorsqu'on enfonce quelque chose dans l'anus ou le vagin d'une victime, il est plus dur de nier le coté intime des sévices.

Pour ce qu'on peut en imaginer, les flics se sont livrés à un acte de barbarie, et leur unique motif était de donner une bonne leçon au pauvre mec. Je pense même que ça mériterait de prendre plus cher en justice que si l'agression avait été motivée pas des instincts sexuels, mais après, ça n'engage que moi.


Une bonne leçon en jouant sur un ressenti intime, quelque chose qui touche a un tabou sexuel : la pénétration anale masculine, encore perçue comme l'apanage des homosexuels. Ce n'est pas pour rien qu'on utilise encore "enculé" comme une insulte.

Bref, je suis bien d'accord que nous pinaillons ici.

Davidindian
Messages : 715
Inscription : 02 janv. 2017, 18:53

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar Davidindian » 06 févr. 2017, 11:01

Pour ma part, je décris chaque fois le viol comme: le non-respect de l'égalité homme-femme
En 5 ou 6 mots.
Ht
David
''Nous sommes tous les feuilles d'un même arbre et les gouttes d'un même océan." :a6:

Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 232
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: La culture du viol, la réalité et les mots pour la décrire.

Messagepar Vathar » 06 févr. 2017, 12:08

Et je décris le gâteau au chocolat comme un empilement d'os de suricates recouverts d'un coulis d'emmental parfumé à la moutarde et à l'ananas. Ça n'en fait pas une description pertinente pour autant.
Dernière édition par Vathar le 06 févr. 2017, 12:41, édité 1 fois.


Revenir vers « Sujets de société »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit