De la possible existence de délires paraphréniques.

Ici, on discute de sujets variés...
Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

De la possible existence de délires paraphréniques.

#1

Message par StarKrunch » 31 juil. 2017, 15:03

Bonjour,

comme je l'ai dit en présentation, voilà un an que j'ai repris des études dans le domaine de la psycho., récemment nous avons étudié les différentes formes de délires névrotiques et psychotiques. Je me permet ici de vous rapporter une catégorie de troubles qui peut-être, à mon avis, applicable à certains individus fréquemment croisés sur le net, dans les domaines qui nous intéressent, il s'agit des délires paraphréniques ou imaginatifs.

Les délires de type paraphréniques ou délires imaginatifs sont des cas de fragmentation psychique partielle (sur fond de structure psychotique) entre un secteur délirant qui conserve une unité interne (l'idée délirante permet au sujet d'éviter temporairement la fragmentation psychique) et un secteur adapté à la réalité.

Ici le mécanisme principale est l'imagination : à partir d'intuitions initiales, le sujet réussit à construire un monde aussi luxuriant qu'imaginaire (mais qui constitue une réalité pour lui), la thématique étant souvent fantastique (science-fiction, mysticisme, filiation extraordinaire, contact avec des entités surnaturelles...).

Le secteur délirant assure le maintient de l'unité psychique en équilibrant les tensions sucitées par la réalité, le sujet peut donc trés bien ne jamais entrée dans le circuit des soins. Dans ce cas, les personnes fonctionnent professionnellement sans difficultés, à partir de leur secteur adaptatif et vivent leur délire de façon bien contenue la plupart du temps et souvent dans des collectifs, selon l'exemple canonique cité par les psychologue, du type "club des amis des martiens" (ca ne s'invente pas :lol: ).

Toutefois, en raison de la fragmentation déjà entamée, des évolutions vers une dissociation schizophrénique sont possible, lorsque le sujet se heurte à des circonstances trop "traumatiques" pour être absorbés par la construction psychique imaginaire. Ca c'est moins drôle.

Voilà, moi ça me fait penser à plein de gens ^^

Codialement.

Niko.
Dernière modification par StarKrunch le 01 août 2017, 06:32, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 7804
Inscription : 04 janv. 2013, 10:32

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#2

Message par Nicolas78 » 31 juil. 2017, 19:54

Salut,

Tu étudie en psycho en ou en psychanalyse ?
Ou les deux ?
Par fragmentation psychique, entend tu "dissociation" ?
C'est un synonyme dans le milieu ?

Avatar de l’utilisateur
Cadenas
Messages : 250
Inscription : 04 mai 2017, 09:49

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#3

Message par Cadenas » 31 juil. 2017, 21:55

L'enseignement de la psychologie clinique en France reste, il me semble, marqué par la psychanalyse mais je serai curieux de savoir comment cela a évolué depuis mes lointaines études dans ce domaine.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6244
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#4

Message par Kraepelin » 31 juil. 2017, 22:21

StarKrunch a écrit : Les délires de type paraphréniques ou délires imaginatifs sont des cas de fragmentation psychique partielle (sur fond de structure psychotique) entre un secteur délirant qui conserve une unité interne (l'idée délirante permet au sujet d'éviter temporairement la fragmentation et la dissociation psychique) et un secteur adapté à la réalité.
(...)
Toutefois, en raison de la fragmentation déjà entamée, des évolutions vers une dissociation schizophrénique sont possible, lorsque le sujet se heurte à des circonstances trop "traumatiques" pour être absorbés par la construction psychique imaginaire. Ca c'est moins drôle.
Où exactement suivez-vous vos cours de psychopathologie?
StarKrunch a écrit : Voilà, moi ça me fait penser à plein de gens ^^
La maladie mentales est très "démocratique". Elle frappe tous les sexes, toutes les races et toutes les religions.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#5

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 02:09

Kraepelin a écrit : Où exactement suivez-vous vos cours de psychopathologie?
Bonjour (Emile) Kraepelin (tient, tient, ça me dit quelque chose ce pseudo :lol: ),

je suis ces cours dans le cadre de la formation licence-master en psychologie de l'institut d'enseignement à distance de l'Université Paris 8. C'est un cursus à distance concernant les cours magistraux, par contre il faut régulièrement y aller (notamment à partir de la deuxième année) pour des TD, TP, et autre rassemblement pédagogiques ; et nous passons les partielles en amphithéâtre en juin-septembre, normalement comme les autres étudiants. C'est une formation qui délivre le diplôme de psychologue et qui est parfaitement reconnue par l'éducation nationale française. Là, j'ai validé ma première année en juin, me voilà donc parti pour la deuxième année à partir d'octobre. J'ai mon emplois de biologiste à côté, donc comme 99% des gens qui suivent cette formation, il me faut me coller aux cours aprés la journée de boulot, c'est pas toujours facile et demande beaucoup de discipline... ;) .
Dernière modification par StarKrunch le 01 août 2017, 03:03, modifié 1 fois.

Florence
Messages : 8660
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#6

Message par Florence » 01 août 2017, 02:26

StarKrunch a écrit : ...... J'ai mon emplois de biologiste à côté, donc comme 99% des gens qui suivent cette formation, il me faut me coller aux cours aprés la journée de boulot, c'est pas toujours facile et demande beaucoup de discipline... ;) .
When we consider our functioning as a musician, that is, what we do in order to be a musician, we find we are considering more than just the operation of our hands. The musician has three instruments: the hands, the head and the heart, and each has its own discipline. So, the musician has three disciplines: the disciplines of the hands, the head and the heart. Ultimately, these are one discipline: discipline. Discipline is the capacity to make a commitment in time. If the musician is able to make a commitment in time, to guarantee that they will honor this commitment regardless of convenience, comfort, situation and inclination of the moment, they are on the way to becoming effectual. An effectual musician is a trained, responsive and reliable instrument at the service of music. (Robert Fripp, The Road to Graceland)

Ce texte, bien que centré sur la musique, s'applique à toute entreprise humaine. Trop de gens croient (et surtout enseignent) que la discipline consiste à obéir aux ordres et à se modeler sur les dictats de l'époque ...
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#7

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 02:43

Nicolas78 a écrit :Salut,

Tu étudie en psycho en ou en psychanalyse ?
Ou les deux ?
Par fragmentation psychique, entend tu "dissociation" ?
C'est un synonyme dans le milieu ?
Il n'y a pas de cursus en psychanalyse, cette dernière étant considérée comme une prise en charge psychothérapeutique possible en psychologie parmis d'autres (comme les TCC, les thérapies de soutient, thérapies systémiques....), mais pas comme une science à part entière. Donc oui, nous avons des cours sur la psychanalyse, et pour répondre à la question de Cadenas, la psychologie française reste imprégnée par l'approche psychanalytique mais certainement beaucoup moins qu'avant, ces dernières années d'autres prises en charge ont montré leur efficacité, notamment en des domaines où la psychanalyse n'est plus efficace (on s'est enfin fait à l'idée semble-t-il qu'il était impossible de psychanalyser des autistes, n'en déplaise à certains intégristes lacaniens....). La parution en France, du "Livre noir de la psychanalyse" a remis les pendules à l'heure concernant les limites de la psychanalyse en terme thérapeutique et tacler comme il faut certaines approches psychanalytiques qui relèvent plus de l'escroquerie mentale que d'autre chose (je pense notamment à un célèbre psychanalyste français dont les séances duraient 10 minutes et pouvaient avoir lieu dans un taxi, sur un trottoirs, le tout à 400 francs de l'époque par séance, soit un prix exorbitant pour une efficacité thérapeutique plus que douteuse...).

Par contre me concernant, je m'intéresse effectivement à la psychanalyse. Et dans l'optique, si jamais je réussissait à aller au bout de mon cursus, d'embrasser la carrière la carrière de psychologue, je souhaiterai également pratiquer l'activité de psychanalyste. Sans être d'une obédience particulière, je suis de ceux qui pensent que dans ce domaine il y a du bon à prendre chez Freud, Jung, Lacan, le querelle de clocher me gavent et mon expérience de scientifique m'a souvent montré que les visions transversales sont les plus efficaces.

Si l'on s'en tient aux règles posées par Freud, la seule condition pour être psychanalyste est d'avoir été psychanalysé (certains s'en passent allégrement cependant), notamment dans le cadre d'une analyse didactique, c'est à dire une analyse qui forme aux techniques psychanalytiques. Je me suis donc lancé dans une analyse voilà 2 ans 1/2, à la base car j'en ai ressenti le besoin, et puis j'ai trouvé cette approche intéressante et j'ai choisi de pousser l'aventure plus loin. J'ai également suivi un cursus de 6 mois en hypnose Ericksonienne, comme la psychanalyse, ce sera peut-être une approche que je pourrais proposer en tant que psychologue, sans que mon activité ne soit uniquement centré là-dessus, je considère cela comme des outils aux services du psychologue.

Pour répondre à ton autre question, la fragmentation psychique est le fruit de la dissociation et du replis autistique : la dissociation est l'abolition des relations (plus ou moins harmonieuses) existant entre affects, sentiments, pensées, comportement...., le replis autistique est le replis sur le monde intérieur et la rupture des relations avec la réalité et avec Autrui. Ce replis est une défense contre l'échec de la relation fusionnelle avec autrui. Ces deux paramètres sont omniprésents et puissants dans le cas des schizophrénies, désorganisant complétement le comportement et le fonctionnement psychique, la fragmentation est alors complète, voir multiple. Le cas des délires paraphréniques est particulier dans le sens où la fragmentation est partielle et limitée à un secteur du psychisme. L'intuition délirante de base, nourrit par des interprétation et l'imagination, permet de constituer une idée délirante qui organise le psychisme et limite l'angoisse de morcellement, c'est à dire l'angoisse de perdre l'unité du Moi comme expliqué précédemment. Mais comme précisé plus haut, une des caractéristiques des sujets souffrant de ce trouble est la possibilité de traverser l'existence sans décompensation (apparition de troubles) si les conditions sont adéquates.

Désolé, j'ai fait un peu long, mais j'espère avoir répondu à tes questions ;).

Niko.
Dernière modification par StarKrunch le 01 août 2017, 04:41, modifié 5 fois.

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#8

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 02:47

Kraepelin a écrit :
StarKrunch a écrit : Voilà, moi ça me fait penser à plein de gens ^^
La maladie mentales est très "démocratique". Elle frappe tous les sexes, toutes les races et toutes les religions.
J'aurais du préciser, sur Youtube, certains groupes FB, mais pas forcément ici ni dans la vie de tous les jours.

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la possible existence des délires paraphréniques.

#9

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 04:34

J'ai modifier le titre de mon topic, "récurrence" je trouve que cela sous-entendait une observation régulière de ce type de pathologie, alors que ce n'est pas forcément le cas (le comportement de certains provocateurs ne doit pas être confondu avec la pathologie décrite ici).

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 3385
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#10

Message par LoutredeMer » 01 août 2017, 05:07

StarKrunch a écrit : J'ai également suivi un cursus de 6 mois en hypnose Ericksonienne
Salut Starkrunch,

Est-ce que tu pourrais en dire plus sur l'hypnose Ericksonienne? en particulier, peut-elle jouer un role dans la manipulation mentale à long terme? :

- Est-il possible d'induire durablement de faux souvenirs par ce moyen?

- Est-il possible d'effacer de vrais souvenirs par ce biais?

- Est-ce un moyen de soigner une fragmentation psychique par réversibilité ou suggestion, ou du moins d'annuler l'induction de faux souvenirs et l'effacement des vrais?

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#11

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 06:24

LoutredeMer a écrit :
StarKrunch a écrit : J'ai également suivi un cursus de 6 mois en hypnose Ericksonienne
Salut Starkrunch,

Est-ce que tu pourrais en dire plus sur l'hypnose Ericksonienne? en particulier, peut-elle jouer un role dans la manipulation mentale à long terme? :

- Est-il possible d'induire durablement de faux souvenirs par ce moyen?

- Est-il possible d'effacer de vrais souvenirs par ce biais?

- Est-ce un moyen de soigner une fragmentation psychique par réversibilité ou suggestion, ou du moins d'annuler l'induction de faux souvenirs et l'effacement des vrais?
L'hypnose Erichsonienne, c'est tout le contraire de cela ;) . C'est une hypnose à visée thérapeutique qui est définie comme étant respectueuse de l'écologie interne de la personne, c'est à dire respect de ses croyances, valeurs, vécus, interdits, potentialité....le but n'étant donc pas de manipuler la personne, c'est donc le contraire de l'hypnose de spectacle qui fonctionne à base d'injonction dont l'objectif est de provoquer un comportement ou une réaction qui peut aller à l'encontre de ce que peut accepter le sujet hypnotisé. De toute façon, souvent lors des premières séances afin de rassurer le sujet, une fois le sujet en état hypnotique, on place ce qu'on appel des fusibles. Le rôle de ces fusibles est de permettre une sortie rapide de l'état hypnotique si le sujet est confronté à des situations qui se heurtent à des valeurs, des interdits, des croyances....donc typiquement, si l'hypnotiseur impose une injonction inacceptable pour le sujet, celui-ci sortira directement de son état hypnotique.

En hypnose Ericksonienne, la manipulation mentale est absolument exclue, par conséquent l'induction de faux souvenirs également et l’effacement de souvenirs également, aussi douloureux soit-il. Par exemple, si ces derniers sont à l'origine d'un trouble, le rôle de l'hypnotiseur sera d'amener le sujet à l'époque où ont été généré ces troubles puis de travailler avec lui afin que celui-ci revive la situation d'abord telle quelle, puis selon une nouvelle perspective en état hypnotique afin d'amener le sujet à intégrer l'expérience à son parcourt de vie sans que celle-ci ne génère plus de trouble, ce qu'on appel la résilience en psychologie. L'hypnose ericksonienne utilise des métaphores ayant un sens symbolique pour le sujet afin de lui permettre d'opérer des changements positifs, l'utilisation de métaphores est la base du travail dans ce type d'hypnose. Cela sous-entend une capacité d'élaboration mentale du sujet, ce qui fait qu'elle peut-être inefficace pour certaines personnes et j'en viens à ta dernière question, non l'hypnose ericksonienne ne peut pas guérir une fragmentation psychique. Tout simplement car les sujets psychotiques ne sont pas hypnotisables.

Vue la publicité déplorable, toutes les conneries du style "hypnose de rue" (peut-être dangereux, on en reparlera peut-être), les charlatans dans les émissions télévisés qui se prennent souvent des bides avec des sujets pas du tout hypnotisés au final, je me garde souvent d'évoquer ce sujet, je n'ai pas envie d'être associer de prés ou de loin à ce genre de dérives.

Niko.

Florence
Messages : 8660
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#12

Message par Florence » 01 août 2017, 06:54

StarKrunch a écrit :[
En hypnose Ericksonienne, la manipulation mentale est absolument exclue, par conséquent l'induction de faux souvenirs également et l’effacement de souvenirs également, aussi douloureux soit-il.

Exclue ou interdite ? Et si seulement interdite, les garde-fous que tu mentionnes sont-ils suffisants, penses-tu ?
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 3385
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#13

Message par LoutredeMer » 01 août 2017, 07:15

StarKrunch a écrit : En hypnose Ericksonienne, la manipulation mentale est absolument exclue, par conséquent l'induction de faux souvenirs également et l’effacement de souvenirs également, aussi douloureux soit-il.
D'accord, merci pour la réponse.

Connais-tu à ton niveau d'études des moyens par lesquels quelqu'un pourrait avoir effacé certains souvenirs d'un enfant entre 6 et 14 ans?

Par exemple, si ces derniers sont à l'origine d'un trouble, le rôle de l'hypnotiseur sera d'amener le sujet à l'époque où ont été généré ces troubles puis de travailler avec lui afin que celui-ci revive la situation d'abord telle quelle, puis selon une nouvelle perspective en état hypnotique afin d'amener le sujet à intégrer l'expérience à son parcourt de vie sans que celle-ci ne génère plus de trouble, ce qu'on appel la résilience en psychologie. L'hypnose ericksonienne utilise des métaphores ayant un sens symbolique pour le sujet afin de lui permettre d'opérer des changements positifs, l'utilisation de métaphores est la base du travail dans ce type d'hypnose. Cela sous-entend une capacité d'élaboration mentale du sujet, ce qui fait qu'elle peut-être inefficace pour certaines personnes et j'en viens à ta dernière question, non l'hypnose ericksonienne ne peut pas guérir une fragmentation psychique. Tout simplement car les sujets psychotiques ne sont pas hypnotisables.
Et ça fonctionne vraiment? A-t-on des statistiques de guérison?

Sinon, y a t il d'autres moyens que l'hypnose ericksonienne pour arriver à un résultat positif?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6244
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#14

Message par Kraepelin » 01 août 2017, 08:12

S tarKrunch a écrit :En hypnose Ericksonienne, la manipulation mentale est absolument exclue, par conséquent l'induction de faux souvenirs également et l’effacement de souvenirs également, aussi douloureux soit-il.
C'est pourtant une des "clefs" de l'hypnose Éricksonnienne. Pensez simplement au cas célèbre d'Erickson "The February Man" où le psychiatre change le souvenir de son patient (à la demande de ce dernier, soulignons le).
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#15

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 08:35

Kraepelin a écrit :
S tarKrunch a écrit :En hypnose Ericksonienne, la manipulation mentale est absolument exclue, par conséquent l'induction de faux souvenirs également et l’effacement de souvenirs également, aussi douloureux soit-il.
C'est pourtant une des "clefs" de l'hypnose Éricksonnienne. Pensez simplement au cas célèbre d'Erickson "The February Man" où le psychiatre change le souvenir de son patient (à la demande de ce dernier, soulignons le).
De mon point de vue, la manipulation mentale n'est pas la clef de ce type d'hypnose puisque le sujet participe activement à la construction des métaphores thérapeutiques ciblant sa problématique. Dans l'exemple que vous citez, si on veut être un peu plus précis, Erickson modifie la perception et l'approche qu'à le patient de son souvenir, son vécu de l'expérience et c'est une technique souvent utilisée pour permettre au sujet d'assimiler et de gérer (dans le sens ne plus subir) la charge traumatique de l'expérience. Je n'ai pas lu ce livre, la connaissance que j'en ai a été acquise dans le cadre d'un cours consacré à cet ouvrage et à sa thématique. Ce qu'il faut comprendre c'est que dans le cas de l'approche ericksonienne, le thérapeute n'est qu'un guide qui accompagne le sujet dans son expérience hypnotique, c'est le sujet qui construit et met en place les éléments qui lui permettront de guérir. La fonction première du thérapeute est de faire entrer le sujet en état d'hypnose et de l'accompagner ; alors effectivement c'est lui qui propose les métaphores que le sujet utilisera ou non, il faut bien comprendre que dans ce type d'hypnose, le sujet conserve la liberté d'accepter ou de refuser les directions que propose le thérapeute. C'est pour cela que je trouve que le terme de manipulation mentale n'est pas vraiment adapté à cette prise en charge psychothérapeutique, mais ce n'est que mon avis ;)

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#16

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 08:50

LoutredeMer a écrit : Et ça fonctionne vraiment? A-t-on des statistiques de guérison?

Sinon, y a t il d'autres moyens que l'hypnose ericksonienne pour arriver à un résultat positif?
Oui ça fonctionne, mais ça ne guéri ni le cancer, ni le sida... ;). Dans un grande majorité des cas, les gens viennent consulter pour un problème ponctuel, il s'agit de thérapies courtes ciblées sur un problématique précise, psychologique ou psychosomatique, en relation avec des addictions, des épreuves difficilement vécues (deuil, maladie, séparation conflictuelle....). Pour l'instant il n'existe pas de statistique, ça viendra peut-être, pour l'instant il faut se contenter de témoignage. Ca reste un outils qui sera efficace pour certains et totalement inefficace pour d'autres, un des avantages est dans un cas comme dans l'autre, il n'y a pas d'effets secondaires si la sortie de l'état hypnotique se fait selon certaines règles. ca reste une méthode de traitement et comme toute, ca marchera pour certains et pas pour d'autres.

D'autres moyens?? Tout dépend du problème, reste dans tout les cas la psychiatrie avec ses avantages et ses inconvénients...mais avant d'en arriver là, ça vaut le coup d'aller consulter quelques psychologues ou psychothérapeutes, ça peut éviter d'en arriver à une prise en charge uniquement médicamenteuse.

Sinon, non je ne connais pas de moyen d'effacer les souvenirs d'un enfant, à part lui permettre de s'en construire d'autre.... ;)

C'est un sujet qui m'intéresse je ne refuse jamais d'en parler, mais par rapport au sujet du topic, on a fait une belle digression.... :a2:
Dernière modification par StarKrunch le 01 août 2017, 09:25, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#17

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 09:08

Florence a écrit :
StarKrunch a écrit :[
En hypnose Ericksonienne, la manipulation mentale est absolument exclue, par conséquent l'induction de faux souvenirs également et l’effacement de souvenirs également, aussi douloureux soit-il.

Exclue ou interdite ? Et si seulement interdite, les garde-fous que tu mentionnes sont-ils suffisants, penses-tu ?
Exclue et interdite, on est pas au cirque ;). Oui ces garde-fous sont efficaces, sauf si tu tombes sur un pervers qui utilise l'hypnose pour assouvir des désirs innavoués et qui oubliera volontairement les fameux fusibles.....Bien que l'on peut pratiquer tout seul, je vais faire un tour de temps en temps chez mon hypnotiseur pour faire un petit nettoyage au niveau tensions accumulés. Il filme systématiquement toute les séances qu'il pratique, histoire d'avoir des preuves à apporter, si jamais une patiente commence à imaginer qu'elle s'est faite violer pendant une séance, ce qui au demeurant est impossible dans le cadre de l'approche et du protocole thérapeutique que j'ai succinctement décrit.

Avatar de l’utilisateur
Cadenas
Messages : 250
Inscription : 04 mai 2017, 09:49

Re: De la possible existence de délires paraphréniques.

#18

Message par Cadenas » 01 août 2017, 09:32

Ce n'est pas tant l'enseignement de la psychanalyse comme thérapie qui me gène, c'est plutôt que tout le discours diagnostique de psychologie clinique semble contaminé par le modèle psychanalytique (première et deuxième topique). Il semble très compliqué de parler de psychose à un clinicien français sans qu'il ne déborde dans des "angoisse de morcellement du moi" ou autre... La composante physiologique a longtemps été minimisé dans l'enseignement (alors que par exemple, les facteurs génétiques de l'autisme sont importants).

J'ai bien des réserves sur l'hypnose dite Ericksonienne, ou plutôt les bases sur lesquelles elle est généralement enseignée (le "milton model", c'est à dire la PNL de mes amis Bandler et Grinder). Quand on lit directement les écrits d'Erickson (les collected papers) ou quand on voit les rares vidéos qu'il reste de lui, on s'aperçoit que ses méthodes sont bien plus dirigistes qu'on veut bien le penser. Et si on pense que l'hypnose peut induire de faux souvenirs (comme la fameuse "épidémie de satanisme" aux USA), les techniques qu'il utilise sont parfaitement susceptible d'en induire (ce qui n'implique pas nécessairement que ce soit volontaire). Il existe aussi des amnésies spontanées post-séance qui ont fait l'objet de peu de recherche à ma connaissance.
Ceci étant dit les faux souvenirs sont très loin d'être une spécialité de l'hypnose. Il existe de multiples façons d'en induire, volontairement ou non, le Dr Julia Shaw a encore publié l'année dernière un ouvrage sur la question (The Memory Illusion). J'aurai bien aimé le lire, mais j'ai tellement de livre sur ma pile en ce moment...

Pour aller plus loin sur l'hypnose, je compte bien démarrer un sujet sur la question bientôt, car c'est mon grand sujet d'intérêt en ce moment. J'espère que les plus sceptiques du forum me pousseront à me poser les questions auxquelles je n'ai jamais pensé. :a4:

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la possible existence de délires paraphréniques.

#19

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 09:43

Cadenas a écrit : le Dr Julia Shaw a encore publié l'année dernière un ouvrage sur la question (The Memory Illusion). J'aurai bien aimé le lire, mais j'ai tellement de livre sur ma pile en ce moment...
Je vois qu'on a le même soucis, je l'attend avec impatience ce bouquin. :D

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la possible existence de délires paraphréniques.

#20

Message par StarKrunch » 01 août 2017, 10:00

Cadenas a écrit :Ce n'est pas tant l'enseignement de la psychanalyse comme thérapie qui me gène, c'est plutôt que tout le discours diagnostique de psychologie clinique semble contaminé par le modèle psychanalytique (première et deuxième topique). Il semble très compliqué de parler de psychose à un clinicien français sans qu'il ne déborde dans des "angoisse de morcellement du moi" ou autre... La composante physiologique a longtemps été minimisé dans l'enseignement (alors que par exemple, les facteurs génétiques de l'autisme sont importants).
C'est présent car tout n'est pas à balancer dans la psychanalyse, elle permet effectivement de décrire certains troubles, il ne faut pas envisager cela comme une "contamination".....Euh, au contraire, la composante physiologique a longtemps été la seule a être envisager, et encore actuellement les thèses organicistes ont leurs défenseurs, il a fallut attendre Charcot en consœur, pour que l'on admette justement l'effet de facteur inorganique.

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 7804
Inscription : 04 janv. 2013, 10:32

Re: De la possible existence de délires paraphréniques

#21

Message par Nicolas78 » 01 août 2017, 10:44

Salut StarKrunch,

Ton parcours est interessant.
En plus (bon à part la partie études :lol: ) tu tes intéressé à des truc cool, asses proche des sujets qu'on aborde ici.
J'ai été longtemps adepte, plus ou moins, de la psychanalyse. Je me suis aussi intéressé à l'hypnose Ericksonienne.
Malheureusement, l'hypnose marche trés mal sur moi (ca me fait rire en fait :s , mais je sais que ca marche et que c'est du sérieux).
J'ai fait pas mal d'années de thérapies.
Tout (sauf un) les psychanalystes m'on fait peur, et m'on paru avoir autant voir plus besoin d'aide que moi. La psycho en revanche m'a bien aidée. Finalement, j'ai pris un peut de recul sur tout ça, y compris la psychologie, que je trouve très fragile et pas assez proche des études en sociologies (avis très perso).
Heureusement quand même que la neurosciences c'est imposée un peut.

C'est pour ça que je te posait la question sur la dissociation.
La dissociation est un truc tout à fait réelle et sérieux (même si pas forcement grave).
Mais certains troubles dissociatifs sont amha plus des construction sociales (comme une forme de mythologie) que de vraies troubles (je pense aux personnalités multiples).
Malgré ça, je me demande comment sont les gens qu'on diagnostique ainsi.

Parcontre, j'aimais trop entendu parlé de "fragmentation psychique".
C'est peut-être une nouvelle notion.
Et t'elle liée à la fuite psychique, c'est ca ?
J'adhère en la théorie de la fuite (celle qui précédé les TSPT par exemple) et à la notion de refoulement, mais pas trop quand elle est trop "psychanalytique"...quoi que, c'est aussi intéressant, mais amha ca complique trop les choses.
On peut commencer à expliquer tout ça neurologiquement aussi.
Aprés, à mes yeux, le multi-front reste indispensable dans cette discipline
Pour le moment la pratique est trop fragile, pour laisser tout cela sans concurrence.
Meme si la concurrence est "dépassée".
Ma confiance est trés limité :lol: tout en etant fascinée et intéressées.

En tout cas, la psychanalyse, je la rejette pas non plus. Je trouve aussi qu'il y à des choses interessantes dedans. D'ailleurs, la psycho moderne en à gardée quelques notions (dans le monde entier) qui semble être tout à fait réelles ou s'imposant faute de mieux dans des domaines plus modernes (même si, en fait, la psychanalyse à aussi pompée sur des pratique encore plus anciennes de psycho).
Freud à dit bcp de conneries, mais pas que (sinon il n'aurait pas eu autant de succés, on n'en à pas autant en inventant tout, il fait aussi decouvrire ou reprendre quelques trucs réels ou indispensable non pas pour expliquer mais pour décrire, au moins :lol: )
M'enfin, on sais pas trop si il à aidé ou pas.
Surement les deux. Très surement.

Ceci-dit, je suis heureux de voir que tu à du recul sur tout ca. Mais t'y intéresse.
Une discipline d'on on connait les forces et les limites, c'est la garantit d'une "bonne" maitrise :)
Moi je pourait pas :lol:
Je ne pourrait m'empêcher de pousser les patients dans leurs retranchement tout en leur disant que l'humanité n'y comprend pas grand chose et qu'une thérapie n'est pas aussi efficace qu'un pansement sur une blessure.
Les bobos de la tète sont surement les plus flippants, non pas par leurs gravité, mais par notre incapacité à les comprendre entièrement et mécaniquement, et à la capacité des patients à tout à fait comprendre ce problème de fond.
Consciemment ;)
Alors même que s'imaginer sois-même comme un simple mécanisme sans âme est angoissant (pour certains). Ca l'est moins quand cela touche à la santé.

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4061
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#22

Message par MaisBienSur » 01 août 2017, 11:38

LoutredeMer a écrit : Connais-tu à ton niveau d'études des moyens par lesquels quelqu'un pourrait avoir effacé certains souvenirs d'un enfant entre 6 et 14 ans?
C'est pour Elizabeth Keen ? (Blacklist) :a4:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.
Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 3385
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: De la récurrence des délires paraphréniques.

#23

Message par LoutredeMer » 02 août 2017, 05:53

MaisBienSur a écrit : C'est pour Elizabeth Keen ? (Blacklist) :a4:
Oui c'est ça. On s'est téléphoné la semaine derniere ;)

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3312
Inscription : 04 août 2011, 17:23
Localisation : Règlement: règlement

Re: De la possible existence de délires paraphréniques.

#24

Message par PhD Smith » 02 août 2017, 17:59

Dans les délires paraphréniques, ne trouve-t-on pas la phréronologie ? Les deux ont la même racine :crasne:
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
StarKrunch
Messages : 65
Inscription : 17 nov. 2013, 12:46

Re: De la possible existence de délires paraphréniques.

#25

Message par StarKrunch » 03 août 2017, 01:52

PhD Smith a écrit :Dans les délires paraphréniques, ne trouve-t-on pas la phréronologie ? Les deux ont la même racine :crasne:
Bonjour PhD Smith,

que je sache, non, il n'y a pas de lien direct.

Cordialement.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit