La maudite rectitude

Ici, on discute de sujets variés...
Zwielicht
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 4341
Inscription : 05 avr. 2004, 10:57

Re: La maudite rectitude

#101

Message par Zwielicht » 28 sept. 2010, 07:11

Fair a écrit :
Zwielicht a écrit :Les sites que tu cites ne sont pas homologués par aucun "gouvernement" comme "groupe féministe". C'est n'importe quoi.
Depuis quand homologue-t-on des blogues ou des forums de discussion? C'est pas si n'importe quoi que cela.
Tu disais que des féministes
Fair a écrit :... se présentent et sont perçues, entre autre par le gouvernement, comme des (groupe) féministes. Et en tant que groupes féministes elles sont écoutés et ont un certain pouvoir.
et tout de suite après tu nous lances ces liens vers ces quelques blogues. Donc je reformule ma question : montre-nous que ces groupes féministes, représentés par les blogues que tu cites, sont perçus par le gouvernement comme des groupes féministes.

Je vois que dans ton dernier message tu rectifies pour "sites importants pour les féministes aux US". Entre dire:
-groupe reconnu entre autres par le gouvernement comme légitimement féministe
et
-groupe important pour les féministes
il y a tout un monde. Donc je m'attends à ce que tu clarifies en n'escamotant pas ta première affirmation (celle du gouvernement).
Fair a écrit :Tout d'abord, la deuxième vague des féministes à commencé dans les années soixante (faite le calcul), de plus, vous n'avez qu'à observer les "leaders" de ces groupes. J'ai aussi travaillé dans le milieu communautaire fortement féministe pour constater que les femmes plus jeunes ne sont pas militantes en général.
Voilà, "rien qu'à voir".. D'abord tu mélanges ici "féminisme radical" et "féminisme de deuxième vague". Tu avais dit que les féministes radicales avaient toutes 45 ans ou plus, et là tu définis féministes radicales comme féministes de deuxième vague (donc de 45 ans et plus). Pas très habile. Mais si tu veux restreindre ton affirmation à une seule particularité chronologique, je n'ai rien à redire.
Fair a écrit :Principalement à la lecture de plusieurs sites depuis un an (il vous faudra faire le même travail que moi pour le constater).
C'est exactement ce que je pensais. Aucune source, juste des impressions. À propos, tu ne penses pas aussi qu'il y a des féministes sans site web ? Juste comme ça..
Fair a écrit :Il y a aussi le mouvement "Political lesbianism" qui a parmis ses membres plusieurs femmes ayant été agressées.
Ça n'a rien à voir avec l'affirmation lancée en l'air, non vérifiée, que tu as lancé.
anybody in the creation/evolution debate area knows that this is basically a spiritual war. The root of the problem is not a question of what is science or what is truth. [Laurence Tisdall]

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: La maudite rectitude

#102

Message par Kraepelin » 28 sept. 2010, 08:19

Les femmes font le choix de travailler à temps partiel

http://www.conseil-economique-et-social ... 261005.pdf
http://www.statcan.gc.ca/studies-etudes ... 08-fra.pdf

Au-delà du blabla idéologique, les femmes choisissent de travailler à temps partiel. Elles le font parfois pour simplement «profiter plus de la vie». Elles le font plus souvent pour aménager leur temps de travail avec d'autres obligations familiales. Mais, même dans ce cas, le fait de consacrer du temps aux besoins de la famille est un choix.

Lorsque ma femme a arrêté de travailler pour s'occuper de notre nouveau bébé, jamais elle ne m'a proposé de partager cette tâche de façon alternative (sauf le soir, bien sûr où je devais prendre la relève). Au contraire. Elle était très heureuse de son choix. Après des années, elle me remercies encore de lui avoir permis d'arrêter de travailler (puis de ne revenir qu'à temps partiel) pour avoir le plaisir de s'occuper de notre garçon lorsqu'il était jeune. Oppression de la femme? Laissez-moi rire!
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Cartaphilus
Modérateur
Modérateur
Messages : 5755
Inscription : 23 sept. 2008, 14:54
Localisation : France

Re: La maudite rectitude

#103

Message par Cartaphilus » 28 sept. 2010, 09:09

Je me permets une intrusion dans ce débat pour souligner une remarque qui n'a pas échappé à la vigilance de Zwielicht :
En évoquant les résultats aux examens universitaires, en cas de répartition égale entre candidats masculins et féminins, PhilippeL a écrit :Et il faudrait aussi que les hommes et les femmes soient d'égale compétence dans toutes les disciplines.
Je m'interroge : cette condition nécessaire est-elle remplie ? Ou bien existe-t-il des disciplines pour lesquelles l'un ou l'autre sexe serait avantagé ?

Merci par avance à PhilippeL d'éclairer ma lanterne.
Le sommeil de la raison engendre des monstres. Francisco de Goya.

Florence
Messages : 8663
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: La maudite rectitude

#104

Message par Florence » 28 sept. 2010, 09:10

Kraepelin a écrit :Les femmes font le choix de travailler à temps partiel

http://www.conseil-economique-et-social ... 261005.pdf
http://www.statcan.gc.ca/studies-etudes ... 08-fra.pdf

Au-delà du blabla idéologique, les femmes choisissent de travailler à temps partiel. Elles le font parfois pour simplement «profiter plus de la vie». Elles le font plus souvent pour aménager leur temps de travail avec d'autres obligations familiales. Mais, même dans ce cas, le fait de consacrer du temps aux besoins de la famille est un choix.
Dans l'immense majorité des cas, tu parles d'un choix ! La plupart du temps, c'est le choix entre faire une double journée de boulot (parce que Monsieur ne sait pas par quel bout on tient un chauffe-biberon, un balais, un cahier d'exercices scolaires ou une casserole, et qu'il n'envisage pas, lui, de diminuer son activité professionnelle pour être un peu plus actif à la maison et permettre à Madame d'avoir une vie en dehors du ménage et de la famille) ou de sacrifier toute perspective de carrière personnelle pour s'assurer que Monsieur et Juniors ne mangent pas que des plats précuisinés, que la maison ne ressemble pas au ruclon municipal ... et que Monsieur ne décide pas d'aller voir ailleurs si une minette n'est pas plus disposée qu'elle à le servir comme un pacha qu'il s'imagine être. :roll:
Lorsque ma femme a arrêté de travailler pour s'occuper de notre nouveau bébé, jamais elle ne m'a proposé de partager cette tâche de façon alternative (sauf le soir, bien sûr où je devais prendre la relève). Au contraire. Elle était très heureuse de son choix. Après des années, elle me remercies encore de lui avoir permis d'arrêter de travailler (puis de ne revenir qu'à temps partiel) pour avoir le plaisir de s'occuper de notre garçon lorsqu'il était jeune. Oppression de la femme? Laissez-moi rire!
Je te rappelle que le pluriel d'anecdote n'est pas "données scientifiques irréfutables" et que ton cas idéal n'est pas une généralité, ni au Québec, ni ailleurs.
Dernière modification par Florence le 28 sept. 2010, 10:40, modifié 1 fois.
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
Jonathan l
Messages : 2332
Inscription : 18 juil. 2007, 21:02
Contact :

Re: La maudite rectitude

#105

Message par Jonathan l » 28 sept. 2010, 10:25

Cartaphilus a écrit :Je me permets une intrusion dans ce débat pour souligner une remarque qui n'a pas échappé à la vigilance de Zwielicht :
En évoquant les résultats aux examens universitaires, en cas de répartition égale entre candidats masculins et féminins, PhilippeL a écrit :Et il faudrait aussi que les hommes et les femmes soient d'égale compétence dans toutes les disciplines.
Je m'interroge : cette condition nécessaire est-elle remplie ? Ou bien existe-t-il des disciplines pour lesquelles l'un ou l'autre sexe serait avantagé ?

Merci par avance à PhilippeL d'éclairer ma lanterne.
Je serais tenté de dire oui. Les cerveaux de la femme et de l'homme ne fonctionne pas de la même façon. Ce qui fait que les facultés de sciences sociale sont en majorité féminine, et que les facultés d'ingénieries sont en majorité masculine.
Cartaphilus a écrit : A propos de la "très grande majorité des gens qui croient en dieu" : 100 milliards de mouches ne peuvent se tromper ; la m...., c'est forcément bon.

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: La maudite rectitude

#106

Message par BeetleJuice » 28 sept. 2010, 10:40

Jonathan a écrit : Ce qui fait que les facultés de sciences sociale sont en majorité féminine, et que les facultés d'ingénieries sont en majorité masculine.
La science sociale, comme son nom l'indique, fonctionne sur des base scientifique, donc bon...
De plus, la majorité des sociologues, anthropologues, ethnologues, archéologues, historiens, chercheur en psychologie, géographes... qui atteignent le niveau pour faire de la recherche sont des hommes (et la plupart des grandes figures de toutes ses disciplines sont aussi des hommes).
Donc c'est peut-être d'avantage une combinaison du développement de ses sciences au XXème siècle, en parallèle d'un début d'ouverture de la recherche au femme et d'une perpétuation du stéréotype qui veut que les femmes ne puissent pas faire de bonne scientifique, les reléguant à des sciences considérés comme moins technique, qui explique cela.

En clair, les sciences sociales se sont peut-être d'avantage ouverte à l'égalité de traitement, du fait de leur développement plus récent et de l'ancienneté du contrôle masculin sur les sciences dites "naturelles".
Cela dit, on est encore loin de la parité, même dans ces sciences là il me semble.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Jonathan l
Messages : 2332
Inscription : 18 juil. 2007, 21:02
Contact :

Re: La maudite rectitude

#107

Message par Jonathan l » 28 sept. 2010, 10:48

Par science sociale je voulais parlez de tout ce qui touche l'intervention. J'ai pas pensé à l'archéologie et autre, j'avais en tête les domaines comme l'intervention en déliquance, travail social etc. J'ai rencontré dans ma carrière 1 seul chercheur (anthropologue) et une dizaine de chercheure (anthropologue, sociologue). J'ai pas de stat officiel, mais sur le terrain ce que j'ai vu c'est une majorité de femme.
Cartaphilus a écrit : A propos de la "très grande majorité des gens qui croient en dieu" : 100 milliards de mouches ne peuvent se tromper ; la m...., c'est forcément bon.

Avatar de l’utilisateur
Jonathan l
Messages : 2332
Inscription : 18 juil. 2007, 21:02
Contact :

Re: La maudite rectitude

#108

Message par Jonathan l » 28 sept. 2010, 10:52

EN intervention en délinquance lorsqu'il y a un gars par groupe de 30 fille c'est bien. J'ai des collègues qui ont fait leur études au complet sans avoir d'homme dans leurs cours. J'ai des amis qui m'ont raconté avoir été les seul gars dans leurs cours et le dernier que je connais qui a fait son cours, dans toutes la promotion il y avait 3 gars. Il était seul dans son groupe.
Cartaphilus a écrit : A propos de la "très grande majorité des gens qui croient en dieu" : 100 milliards de mouches ne peuvent se tromper ; la m...., c'est forcément bon.

Florence
Messages : 8663
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: La maudite rectitude

#109

Message par Florence » 28 sept. 2010, 10:52

Jonathan l a écrit :Je serais tenté de dire oui. Les cerveaux de la femme et de l'homme ne fonctionne pas de la même façon. Ce qui fait que les facultés de sciences sociale sont en majorité féminine, et que les facultés d'ingénieries sont en majorité masculine.
Il semble en effet que le cerveau de certains hommes fonctionne toujours selon le mode "Par décret [divin/céleste/génétique/évolutioniste/machiste/all of the above], les rôles des hommes et des femmes sont fixés de toute éternité" :roll:
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
Jonathan l
Messages : 2332
Inscription : 18 juil. 2007, 21:02
Contact :

Re: La maudite rectitude

#110

Message par Jonathan l » 28 sept. 2010, 10:54

Florence a écrit :
Jonathan l a écrit :Je serais tenté de dire oui. Les cerveaux de la femme et de l'homme ne fonctionne pas de la même façon. Ce qui fait que les facultés de sciences sociale sont en majorité féminine, et que les facultés d'ingénieries sont en majorité masculine.
Il semble en effet que le cerveau de certains hommes fonctionne toujours selon le mode "Par décret [divin/céleste/génétique/évolutioniste/machiste/all of the above], les rôles des hommes et des femmes sont fixés de toute éternité" :roll:

J'ai failli ajouté contrairement à ce que voudrait nous faire croire certaines féministes. Mais tu viens de prouver mon point.
Cartaphilus a écrit : A propos de la "très grande majorité des gens qui croient en dieu" : 100 milliards de mouches ne peuvent se tromper ; la m...., c'est forcément bon.

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: La maudite rectitude

#111

Message par BeetleJuice » 28 sept. 2010, 11:11

Par science sociale je voulais parlez de tout ce qui touche l'intervention. J'ai pas pensé à l'archéologie et autre, j'avais en tête les domaines comme l'intervention en déliquance, travail social etc. J'ai rencontré dans ma carrière 1 seul chercheur (anthropologue) et une dizaine de chercheure (anthropologue, sociologue). J'ai pas de stat officiel, mais sur le terrain ce que j'ai vu c'est une majorité de femme.
De ce que j'en sais, la majorité des publications de livre ou dans des revues à comité de lecture que j'ai pu voir, pour l'anthropologie, la sociologie, l'archéologie, la géographie et l'histoire sont le fait des hommes.
Après, comme vous c'est un point de vue subjectif, cela dit, l'intervention, comme vous dites, n'est pas vraiment du domaine de la recherche, mais plutôt de ses applications, donc on ne peut pas vraiment qualifier ça de science sociale, au même titre que le génie génétique n'est pas non plus une discipline de la génétique.

D'ailleurs, d'une certaine manière, ça montrer bien qu'il y a quand même des femmes ingénieurs, vu que le boulot de psychologue n'est jamais que celui de l'ingénieur psychologue (à savoir celui qui réutilise les connaissances de la recherche en psychologie)

:mrgreen: Bon je => []
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Florence
Messages : 8663
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: La maudite rectitude

#112

Message par Florence » 28 sept. 2010, 11:14

Jonathan l a écrit :
Florence a écrit :
Jonathan l a écrit :Je serais tenté de dire oui. Les cerveaux de la femme et de l'homme ne fonctionne pas de la même façon. Ce qui fait que les facultés de sciences sociale sont en majorité féminine, et que les facultés d'ingénieries sont en majorité masculine.
Il semble en effet que le cerveau de certains hommes fonctionne toujours selon le mode "Par décret [divin/céleste/génétique/évolutioniste/machiste/all of the above], les rôles des hommes et des femmes sont fixés de toute éternité" :roll:

J'ai failli ajouté contrairement à ce que voudrait nous faire croire certaines féministes. Mais tu viens de prouver mon point.

Tout à fait. Je suis une féministe enragée qui ne souhaite qu'émasculer la gent masculine. Pas du tout une personne qui a pâti, et qui voit encore bien des filles pâtir (dans des pays industrialisés et démocratiques, pas en Afghanistan) de la résistance de certains hommes à la progression féminine dans leur chasse gardée, justifiée par le dogme de la moindre capacité/affinité/adéquation féminine pour divers domaines d'activités, qu'elles soient sportives, professionnelles ou académiques.
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Messages : 983
Inscription : 18 févr. 2008, 09:02
Localisation : France RP
Contact :

Re: La maudite rectitude

#113

Message par Sylvain » 28 sept. 2010, 11:28

J'ai failli ajouté contrairement à ce que voudrait nous faire croire certaines féministes. Mais tu viens de prouver mon point.
J'espère que c'est de l'humour.
En ce qui concerne les études, j'ai indiqué plus haut une expérience qui montre que le sexe de la personne qui est notée influe sur la note qu'elle va recevoir pour une même copie. Donc dire que le choix des études dépend uniquement de l'anatomie et pas de la société est faux. C'est Freud qui disait que le destin c'est l'anatomie.
Plein de choses déterminent les choix dans les orientations en général on retombe dans un clivage droite gauche où la droite dit que ce qui détermine une personne c'est la génétique (d'où le discours de Sarkozy sur la détection des enfants violents dès la crèche), et un discours de gauche où on met l'accent sur l'éducation permettant de compenser les inégalités.
On revoit ici des interventions comme ça où on a les femmes auraient un rôle défini ou des aptitudes particulières...
Je n'imaginais pas lire des choses d'un si faible niveau ici, mais puisque ça a l'air de vous intéresser, quand il aura terminé ici, on vous enverra notre président.

A+
Combien d'entre vous croient en la télékinésie ? Levez ma main...

Il n'y a pas de théorie de l'évolution. Juste une liste d'espèces que Chuck Norris autorise à survivre.

Avatar de l’utilisateur
Fair
Messages : 859
Inscription : 05 mai 2010, 18:27
Localisation : Canada (Québec)

Re: La maudite rectitude

#114

Message par Fair » 28 sept. 2010, 11:34

Zwielicht a écrit :il y a tout un monde. Donc je m'attends à ce que tu clarifies en n'escamotant pas ta première affirmation (celle du gouvernement).
Mon "affirmation" est simplement que le gouvernement ne fait pas la différence entre des féministes (ou groupes de féministes) radicales ou modérées. Pour eux ce sont des groupes féministes.
Fair a écrit :D'abord tu mélanges ici "féminisme radical" et "féminisme de deuxième vague".
La 2eme vague a écrit :À partir du milieu des années 1960 et pendant les années 1970, un nouveau féminisme fait surface, et rejette cet objectif d'égalité dans le système. Pour les féministes de cette deuxième vague, aucune égalité entre les sexes ne peut être obtenue à l'intérieur du présent système "patriarcal", sinon quelques compromis temporaires qui seraient perpétuellement menacés. Pour la plupart, la solution est donc de renverser ce système, le patriarcat, et d'instaurer de nouvelles valeurs et de nouveaux rapports entre les sexes. L'heure est à la révolution, à pointer du doigt la phallocratie, aussi les différentes appellations utilisées pour nommer le renouveau féministe y font écho: féminisme radical, mouvement de libération des femmes, néo-féminisme, féminisme marxiste.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Troisi%C3% ... A8me_vague
Je comprend que tu veuilles défendre ton point de vu et que tu ne croira rien de ce que je dis sans preuves, mais il faudrait que tu te documente un peu plus sur le sujet.

Pour ce qui est de mes liens, si tu ne comprend pas le féminisme radical (tu trouves que c'est n'importe quoi), et ce que ce groupe en particulier pense des hommes en général, tu n'as qu'à discuter de cela avec Florence.
Florence a écrit :...parce que Monsieur ne sait pas par quel bout on tient un chauffe-biberon, un balais, un cahier d'exercices scolaires ou une casserole, et qu'il n'envisage pas, lui, de diminuer son activité professionnelle pour être un peu plus actif à la maison et permettre à Madame d'avoir une vie en dehors du ménage et de la famille) ou de sacrifier toute perspective de carrière personnelle pour s'assurer que Monsieur et Juniors ne mangent pas que des plats précuisinés, que la maison ne ressemble pas au ruclon municipal ... et que Monsieur ne décide pas d'aller voir ailleurs si une minette n'est pas plus disposée qu'elle à le servir comme un pacha qu'il s'imagine être.

Tout à fait. Je suis une féministe enragée qui ne souhaite qu'émasculer la gent masculine. Pas du tout une personne qui a pâti, et qui voit encore bien des filles pâtir (dans des pays industrialisés et démocratiques, pas en Afghanistan) de la résistance de certains hommes à la progression féminine dans leur chasse gardée, justifiée par le dogme de la moindre capacité/affinité/adéquation féminine pour divers domaines d'activités, qu'elles soient sportives, professionnelles ou académiques.
Moi je ne me reconnais pas dans cette description, pas plus que j'y reconnais les femmes dans mon entourage. Et vous Zwielicht? Êtes-vous ce genre d'homme?
10 years ago we had Steve Jobs, Bob Hope and Johnny Cash.
Now we have no jobs, no hope ans no cash.
Please don't let Kevin Bacon die !

Avatar de l’utilisateur
Fair
Messages : 859
Inscription : 05 mai 2010, 18:27
Localisation : Canada (Québec)

Re: La maudite rectitude

#115

Message par Fair » 28 sept. 2010, 11:52

Hello,

On s'inquiète depuis 15 ans du taux de décrochage chez les hommes mais aucune solution concrète n'a été apporté.

Au contraire, chez les femmes, le "problème" des notes, de l'éducation et bientôt de l'emploi, du revenu, de la femme qui sacrifie sa carrière pour rester à la maison, s'améliore grandement :

http://www.canoe.com/infos/quebeccanada ... 13804.html

Bon là c'est le temps de le dire : Bravo les femmes / filles!

A+ :a1:
10 years ago we had Steve Jobs, Bob Hope and Johnny Cash.
Now we have no jobs, no hope ans no cash.
Please don't let Kevin Bacon die !

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: La maudite rectitude

#116

Message par Kraepelin » 28 sept. 2010, 14:18

Déterminants psychologiques de l'engagement paternel.
Florence a écrit : Dans l'immense majorité des cas, tu parles d'un choix ! La plupart du temps, c'est le choix entre faire une double journée de boulot (parce que Monsieur ne sait pas par quel bout on tient un chauffe-biberon,
J'aime ton exemple parce que la recherche a précisément démontré le contraire. Dans une intéressante revue des recherches sur la question des déterminants de l'engagement paternel, Geneviève Turcotte (2001) et son équipe ont montré que la compétence pratique du père, les souvenirs qu'il avait des relations avec son propre père, le sentiment de compétence qu'il avait de s'occuper d'un bébé ou son désir de s'occuper du bébé n'étaient pas des facteurs déterminants du niveau d'engagement du père dans les soins du bébé. En fait, rien de ce qui se passe dans la tête du père ne semble d'avoir d'influence déterminante. Pourquoi? Parce que c'est ce qui se passe dans la tête de la mère qui est déterminant. Si la mère trouve important que le père soit engagé et croit qu'il puisse développer les compétences, alors et alors seulement le père a de fortes chances d'être engagé dans les soins primaires du bébé. Si le père ne veut pas, mais que la mère veux, il a plus de chance d'être engagé que si c'est lui qui veut et que la mère ne veut pas. Plus amusant, l'alibi que trouvent les mères qui ne veulent pas pour justifier la mise à l'écart du père est à peu près toujours la même : «Il s'y prend mal!». Et les mères qui ne veulent pas que les pères soient trop engagés dans les soins, il y en a des masses. Deux études américaines (Pleck 1982, Quinn & Staines, 1979) ont montré que la plupart des pères qui désiraient d'engager n'y étaient pas encouragés par leur conjointe. Les auteurs proposent comme explication que l'engagement des pères bouleverse la dynamique du pouvoir dans la famille., que certaines femmes se sentiraient menacées dans leurs prérogatives.
Florence a écrit : Je te rappelle que le pluriel d'anecdote n'est pas "données scientifiques irréfutables" et que ton cas idéal n'est pas une généralité, ni au Québec, ni ailleurs.
Tu déplaces la question. Ce que je voulais faire ressortir dans cet exemple, c'est que soigner un bébé n'est pas une épouvantable corvée dont les femmes chercheraient à se débarrasser si elles le pouvaient. Sur ce point, je ne crois pas que tu me contredises. Or, ce point est critique pour expliquer le "choix" des femmes de prendre de congés de maternité puis de travailler à temps partiel. Et si c'est un choix, arrêtez de me dire que c'est une preuve que les femmes sont économiquement opprimées en occident.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: La maudite rectitude

#117

Message par Kraepelin » 28 sept. 2010, 14:29

BeetleJuice a écrit : La science sociale, comme son nom l'indique, fonctionne sur des base scientifique, donc bon...
De plus, la majorité des sociologues, anthropologues, ethnologues, archéologues, historiens, chercheur en psychologie, géographes... qui atteignent le niveau pour faire de la recherche sont des hommes (et la plupart des grandes figures de toutes ses disciplines sont aussi des hommes).
Donc c'est peut-être d'avantage une combinaison du développement de ses sciences au XXème siècle, en parallèle d'un début d'ouverture de la recherche au femme et d'une perpétuation du stéréotype qui veut que les femmes ne puissent pas faire de bonne scientifique, les reléguant à des sciences considérés comme moins technique, qui explique cela.

En clair, les sciences sociales se sont peut-être d'avantage ouverte à l'égalité de traitement, du fait de leur développement plus récent et de l'ancienneté du contrôle masculin sur les sciences dites "naturelles". Cela dit, on est encore loin de la parité, même dans ces sciences là il me semble.
En Sciences pures, les filles ne sont pas encore toujours majoritaires. Par contre, en médecine, en pharmacie, en ergothérapie, en psychologie et dans la plupart des facultés dont le nombre d'élèves est limité à l'entrée, les femmes sont une écrasante majorité au Québec. Si je suivais le raisonnement bidon de pan-pan et de Zwielicht, je serais obligé de conclure que ce sont les hommes qui sont "opprimés" dans la société québécosie.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: La maudite rectitude

#118

Message par Kraepelin » 28 sept. 2010, 14:36

Fair a écrit :
Florence a écrit :...parce que Monsieur ne sait pas par quel bout on tient un chauffe-biberon, un balais, un cahier d'exercices scolaires ou une casserole, et qu'il n'envisage pas, lui, de diminuer son activité professionnelle pour être un peu plus actif à la maison et permettre à Madame d'avoir une vie en dehors du ménage et de la famille) ou de sacrifier toute perspective de carrière personnelle pour s'assurer que Monsieur et Juniors ne mangent pas que des plats précuisinés, que la maison ne ressemble pas au ruclon municipal ... et que Monsieur ne décide pas d'aller voir ailleurs si une minette n'est pas plus disposée qu'elle à le servir comme un pacha qu'il s'imagine être.

Tout à fait. Je suis une féministe enragée qui ne souhaite qu'émasculer la gent masculine. Pas du tout une personne qui a pâti, et qui voit encore bien des filles pâtir (dans des pays industrialisés et démocratiques, pas en Afghanistan) de la résistance de certains hommes à la progression féminine dans leur chasse gardée, justifiée par le dogme de la moindre capacité/affinité/adéquation féminine pour divers domaines d'activités, qu'elles soient sportives, professionnelles ou académiques.
Moi je ne me reconnais pas dans cette description, pas plus que j'y reconnais les femmes dans mon entourage. Et vous Zwielicht? Êtes-vous ce genre d'homme?
Moi je rencontre massivement les futurs nouveaux papas dans le programme de périnatalité et les gars comme ça sont une espèce en vois de disparition. Pourtant, on fait encore les chaudes gorges à leur sujet comme s'ils dominaient la société. En fait, au Québec, pour documenter l'oppression des femmes il faut aller soit dans le passé soit dans d'autres pays. Cet état de fait faisait dire à une militante syndicale bien connue qu'on avait si peu d'exemples concrets d'oppression des femmes au Québec, que le mouvement foministe était obliger d'enl «importer de l'étranger»
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

PhilippeL
Messages : 990
Inscription : 28 mai 2005, 09:42

Re: La maudite rectitude

#119

Message par PhilippeL » 28 sept. 2010, 20:06

Zwielicht a écrit :
PhillipeL a écrit :Et il faudrait aussi que les hommes et les femmes soient d'égale compétence dans toutes les disciplines.
Dans quel domaine un homme est-il de moindre compétence qu'une femme ?
Dans mon champ d'études, l'administration, il y a un débat sur l'importance accordée notamment dans les programmes de MBA au développement des "hard skills" par rapport aux "soft skills". On dit que les femmes auraient des "soft skills" (communication, développement des relations, réflexivité, etc.) plus développées que les hommes*. La gestion des ressources humaines me semble être une discipline de l'administration où les "soft skills" sont justement très sollicitées.

*Transformation and Feminisation: The Masculinity of the MBA and the ‘Un-development’ of Men

Ça reste toujours très sensible de comparer les compétences cognitives des sexes. Mais pour que mon affirmation initiale ("Et il faudrait aussi que les hommes et les femmes soient d'égale compétence dans toutes les disciplines.") reste pertinente, il ne suffit que d'identifier un métier où par exemple, la force physique supérieure de l'homme est un critère important de compétence.

Avatar de l’utilisateur
mao
Messages : 380
Inscription : 10 nov. 2008, 00:14
Localisation : Longueuil

Re: La maudite rectitude

#120

Message par mao » 28 sept. 2010, 21:50

Wow juste le titre, sous entend cette propagande plus ou moins subtile :
1 - L'homme est un être inférieur en intélligence;
2 - La femme est faite pour vivre dans la civilisation, l'homme dans la jungle, ou au tiers monde;
3 - Le monde doit privilégier la femme coute que coute;
4 - Il faut que l'homme devienne une femme (Transformation and feminisation).


Je sais j'en ai beurré un peu épais, mais à peine.
Ne vous fiez pas aux sacrificateur des Baal ni en ceux de l'éternel.
Ne faite confiance qu'au Crapaud Hypno.
Il saura prendre les bonnes décisions pour nous et choisira votre destin.

Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Messages : 983
Inscription : 18 févr. 2008, 09:02
Localisation : France RP
Contact :

Re: La maudite rectitude

#121

Message par Sylvain » 29 sept. 2010, 09:10

Bonjour,
4 - Il faut que l'homme devienne une femme (Transformation and feminisation).
Oui pour moi on retrouve ça dans le phénomène de l'épilation/rasage du corps de l'homme (bien aidé il faut le dire par les marchands de rasoirs...).
http://www.braun.com/fr/male-grooming/a ... oming.html
En plus alors que le rasage engendre des problèmes tels que micro-coupures ou poils incarnés pouvant créer des risques d'infection* le titre de la page est :
Pourquoi prendre soin de votre corps?

A+

* l'oms recommande de ne pas effectuer de rasage du pubis lors d'accouchement pour éviter des risques de transmissions de virus.
Combien d'entre vous croient en la télékinésie ? Levez ma main...

Il n'y a pas de théorie de l'évolution. Juste une liste d'espèces que Chuck Norris autorise à survivre.

Florence
Messages : 8663
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: La maudite rectitude

#122

Message par Florence » 29 sept. 2010, 09:18

Sylvain a écrit :Bonjour,
4 - Il faut que l'homme devienne une femme (Transformation and feminisation).
Oui pour moi on retrouve ça dans le phénomène de l'épilation/rasage du corps de l'homme (bien aidé il faut le dire par les marchands de rasoirs...).
http://www.braun.com/fr/male-grooming/a ... oming.html
En plus alors que le rasage engendre des problèmes tels que micro-coupures ou poils incarnés pouvant créer des risques d'infection* le titre de la page est :
Pourquoi prendre soin de votre corps?

A+

* l'oms recommande de ne pas effectuer de rasage du pubis lors d'accouchement pour éviter des risques de transmissions de virus.

Je vois la scène:

Sage-Femme: Monsieur, Monsieur ! vous ne pouvez pas entrer en salle d'accouchement !
Mari: Pourquoi ?
S-F: Votre épouse nous a dit que vous vous rasiez intégralement, on a peur d'une contamination ...

Ok, je :arrow:
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Messages : 983
Inscription : 18 févr. 2008, 09:02
Localisation : France RP
Contact :

Re: La maudite rectitude

#123

Message par Sylvain » 29 sept. 2010, 09:41

l'oms recommande de ne pas effectuer de rasage du pubis lors d'accouchement pour éviter des risques de transmissions de virus.
Pour les femmes... :ouch:

A+
Combien d'entre vous croient en la télékinésie ? Levez ma main...

Il n'y a pas de théorie de l'évolution. Juste une liste d'espèces que Chuck Norris autorise à survivre.

Florence
Messages : 8663
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: La maudite rectitude

#124

Message par Florence » 29 sept. 2010, 10:00

Sylvain a écrit :
l'oms recommande de ne pas effectuer de rasage du pubis lors d'accouchement pour éviter des risques de transmissions de virus.
Pour les femmes... :ouch:

A+
J'avais compris, mais de la façon dont vous aviez écrit votre message, le gag était irrésistible ... :mrgreen:
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Messages : 983
Inscription : 18 févr. 2008, 09:02
Localisation : France RP
Contact :

Re: La maudite rectitude

#125

Message par Sylvain » 29 sept. 2010, 12:41

Ce fil est tellement fait de mélanges d'un peu tout que je m'y perds un peu, c'est pour cela que j'ai voulu préciser.
A l'heure où en France on en est à gérer les problèmes de burqa ou de niqab j'ai du mal à apprécier les subtilités du féminisme québécois.

A mon avis d'ailleurs, vous devriez penser à sortir ce sujet de ce fil et en faire un redico. Ça clarifierait peut-être des positions qui semblent caricaturales et dont je ne sais pas si c'est de la provocation pour faire de l'anti rectitude ou si c'est sérieux.

A+
Combien d'entre vous croient en la télékinésie ? Levez ma main...

Il n'y a pas de théorie de l'évolution. Juste une liste d'espèces que Chuck Norris autorise à survivre.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit