Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Mythes, bouche-à-oreille et ragots populaires : séparons ici le vrai du faux.
Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 3836
Inscription : 23 févr. 2012, 07:01

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar spin-up » 12 févr. 2014, 06:13

Faut pas amalgamer l'education sexuelle a l'ecole et la lutte contre les stereotypes genrés, ca n'a rien a voir.
Et faut pas non plus sous estimer l'effet négatif du sexisme ordinaire sur la reussite et le parcours scolaire.

Amelie14

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Amelie14 » 12 févr. 2014, 06:25

Je ne dis pas que le genre n'existe pas, je me demande si c'est dans le cadre scolaire que cela doit se faire, à partir de quel âge et comment cela sera enseigné.

On est d'accord Spin-Up, je ne suis pas dehors avec ma banderole non plus :mrgreen:

Il est quand légitime de se poser des questions, non ?

Vous avez des enfants ? si oui vous n'iriez pas chercher des informations ?

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 3836
Inscription : 23 févr. 2012, 07:01

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar spin-up » 12 févr. 2014, 06:44

Amelie14 a écrit :Je ne dis pas que le genre n'existe pas, je me demande si c'est dans le cadre scolaire que cela doit se faire, à partir de quel âge et comment cela sera enseigné.

Dans le cadre scolaire: Oui, les environnements parentaux ne sont pas tous égaux.
A partir de quel age: Pour lutter contre le sexisme, je ne vois pas pourquoi il faudrait attendre un age minimum.
Comment ce sera enseigné: Comme dit précédemment les instits ne sont pas des militants queer/LGBT, et il ne s'agit pas d'education sexuelle.

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar BeetleJuice » 12 févr. 2014, 07:02

Je ne vais pas réagir sur tout, mais juste apporter un éclaircissement.

Il n'y a pas de théorie du genre, c'est un abus de langage politique et journalistique pour parler d'un champs d'étude de science sociale et de neurosciences.
Ce qu'il y a, c'est des études du genre (genders studies en anglais et vous noterez le pluriel à studies), c'est à dire différentes études dans différents domaines qui prennent pour point de départ l'exploration d'une thématique au travers du prisme du genre. Par exemple, en Histoire, qui est le sujet que je connais le mieux, il y a beaucoup d'étude qui visent à étudier la place des femmes ou des hommes dans l'histoire, l'évolution des stéréotypes, des identités...

Il n'y a pas de théorie unifiée du genre, il y a des études du genre qui ont abouti à la constatation pluridisciplinaire, partagée par les sciences sociales et une partie des sciences étudiant la biologie de l'humain que le genre, c'est à dire l'identité sexuelle (non pas le sexe, mais la manière de se sentir et se revendiquer comme homme ou femme) est essentiellement un produit culturel chez l'humain et repose beaucoup sur des stéréotypes partagés au sein d'une communauté et en partit imposé.

En clair, on nait avec des organes sexuels différenciés et des corps un peu différent, mais l'essentiel des comportements liés à l'identité sexuelle sont sociaux. Vos propres comportement en tant que femme sont essentiellement le fait d'un apprentissage. C'est parce que votre entourage vous a reconnu comme fille à votre naissance que cette identité vous a été attribuée et que vous l'avez faites votre, de la même manière que vous avez appris votre prénom, votre comportement vis à vis de votre famille....

L'identité, toute forme d'identité confondue (sexuelle, sociale, nationale...) est largement une construction sociale.

Cette constatation part à la base de recherches effectivement militantes, qui sont assez liées au mouvement féministe. Mais passé les recherches militantes, on s'est aperçu que c'était effectivement un champs d'étude fertile qui continue encore aujourd'hui d'être investigué, même si c'est un peu moins populaire comme thème de recherche.

Parler de théorie du genre est donc un abus de langage qui sert essentiellement les intérêts de ceux qui sont contre l'idée que l'identité soit sociale (pour un tas de raison, mais essentiellement par conservatisme), parce que ça leur permet:

-de surfer sur la confusion entre le terme théorie tel qu'il est employé dans le langage courant et qui est synonyme d'hypothèse et théorie, tel qu'il est employé dans le langage scientifique et qui désigne une hypothèse validée par les faits (par exemple, la théorie de la relativité, qui n'est pas hypothétique, mais bien prouvée.)
C'est une technique qu'emploie régulièrement ceux qui attaquent des conclusions scientifiques pour discréditer ces dernières en prétendant que la conclusion "n'est qu'une théorie", laissant entendre pour le grand public que c'est juste une hypothèse sans preuve, alors que si un scientifique appelle quelque chose théorie, c'est que c'est du solide.
L'un des cas les plus connus de cette manipulation est l'utilisation faites du terme par les créationnistes, qui prétendent que l'évolution n'est qu'une théorie, sous-entendant qu'on n'en a aucune preuve, alors que c'est évidement totalement faux.

-de simplifier le débat en le ramenant à une seule entité pour en faire une cible attaquable. Combattre "la théorie du genre" ça permet de faire des slogans faciles et d'attribuer la défense de cette théorie à un groupe d'opposant. Alors que s'il était dit qu'il s'agit d'une constatation partagée par plusieurs sciences de manière transversale au travers d'étude multiple sur les identités dans les sociétés humaines, ça devient plus difficile de s'opposer parce qu'il faudra alors s'opposer à plus d'une science à la fois et à des dizaines d'études sur le sujet.
C'est d'ailleurs pour ça que ce que les opposants appellent "théorie du genre" n'est pas vraiment définit, parce que le but c'est surtout de désigner un ennemi pour convaincre les gens comme vous, qui s'inquiètent et non de réellement avoir un débat scientifique.

-de rendre difficilement audible le discours d'en face, parce que le discours des antis est du coup très simple alors que celui qu'il qualifie abusivement de théorie du genre est complexe car éclaté sur plusieurs discipline et recouvre un très vaste champs d'étude, donc demande beaucoup de vulgarisation alors que les antis n'ont qu'à dire qu'on s'attaque au bon sens.

Tout ça est d'autant plus pernicieux que le "bon sens" donne à penser que les identités sexuelles sont déterminées par la biologie et qu'on nait femme ou homme, alors que c'est bien plus complexe que ça et que la réalité sur le sujet est, comme souvent en science, contre-intuitive.
D'où le succès des antis d'ailleurs, qui profitent de cette confusion pour appuyer une vision de la société conservatrice en s'appuyant sur le "bon sens" de ceux qui s'inquiètent, souvent parce qu'ils sont mal informés sur ce que disent réellement les sciences au sujet du genre et des identités.

Cela dit, pour ne pas jeter des pierres toujours sur les même, il y a beaucoup de reproche à faire aussi de l'autre coté, parce qu'il y a aussi une utilisation de la confusion par certains groupes qui défendent des visions du genre qui déforment tout ou partie des conclusions des études sur le genre afin d'avancer des idées qui relève du politique en leur donnant une caution scientifique.

D'où la complexité de ce débat et le fait que la majorité de la population soit prit au dépourvu, comme d'habitude, car mal informée sur la réalité scientifique et donc s'abreuvent souvent d'idées reçus, d'évidence qui n'en sont pas et de croyances, subissant les rumeurs qu'inventent chaque camps et qui rendent encore plus confus le débat.




Pour ce qui est de la question sur la scolarité, ce qui se passe, c'est qu'une fois qu'on a mit en évidence que l'essentiel de la construction de l'identité sexuelle est liée à la société et reposent beaucoup sur des stéréotype, il est apparu légitime pour l'école, dont l'une des missions est de former des citoyens responsables (oui, l'école ne sert pas qu'à apprendre un métier, c'est aussi une introduction à la société et à la citoyenneté), de s'occuper en partie de cette question en essayant, dans la limite du possible et en n'oubliant pas que sa principale mission reste quand même de former les jeunes professionnellement, de permettre la construction chez l'enfant d'une identité sexuelle qui ne soit justement pas basé sur les stéréotypes qui nuisent à l'égalité entre les êtres humaines.

Il ne s'agit donc pas d'apprendre la sexualité ou d'élever les garçons et les filles dans l'idée qu'il n'y aurait pas de différences entre eux (comme le disent abusivement certain antis) mais d'éviter que ces derniers construisent une identité sexuelle (c'est à dire leur manière de se voir comme garçon ou fille et de voir l'autre sexe) qui reposent sur des stéréotypes sexistes, comme l'idée que les femmes seraient faites pour rester à la maison ou qu'un homme ne peut être qu'un homme s'il est viril, montre ses muscles et traitent les femmes comme des objets.

Rien de plus, rien de moins pour ce qui est du genre. La question de l'éducation sexuelle est un autre débat, même si certains la mettent abusivement dans le même sac parce qu'il y a derrière tout ça des groupes qui promeuvent des idéologies et qui trouvent dans cette confusion un terrain d'attaque contre l'école, puisque ça inquiète les parents si on leur parle de la sexualité de leurs enfants.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Pepejul » 12 févr. 2014, 09:45

On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar BeetleJuice » 12 févr. 2014, 10:01

Je ne suis pas sûr que de telles images soient utiles pour dédramatiser le débat, elles amalgament tous les opposants comme étant des réactionnaires alors qu'une partie de l'opposition est plus crédule que conservatrice.
A la base, il y a quand même une constatation scientifique contre-intuitive mais qui a un impact fort sur la manière dont on perçoit l'identité, donc c'est normal que ça provoque des remous quand certains se servent de ce caractère contre-intuitif pour avancer un discours politique, voir religieux sous couvert de bon sens ou de progrès selon le camps et en capitalisant sur la paresse intellectuelle de la majorité qui s'informe très peu sur le sujet, mais est prompt à réagir comme si elle savait réellement.

On ferra sans doute plus de progrès en désamorçant les discours outranciers plutôt qu'en créant artificiellement un bloc unitaire des antis qui serait tous des fachos.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Pepejul » 12 févr. 2014, 10:09

j'ai dit "images parlantes POUR les antis".... j'aurais dû mettre aussi les affiches originelles qui ont donné lieu à la création de celles-ci.


C'est évidemment en schématisant et en extrémisant les propos, les images et les idées que ce "débat" est devenu si tendu... vous avez tout à fait raison de le préciser.
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 3910
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar unptitgab » 12 févr. 2014, 10:24

Bonjour, sans reprendre l'intégralité de ton exposé fort juste Beetlejuice, j'ai eu la chance de passer mon adolescence en Nouvelle-Calédonie donc de voir d'autres conceptions de la famille, essentiellement chez les Kanaks et les Wallisiens. Le fait de voyager de rencontrer d'autres cultures permet de voir que justement la place de l'homme et de la femme n'est pas universelle et que donc il n'y a aucun bon sens ou loi naturelle. Certes les conversions au christianisme ont emmené des similitudes avec l'occident, mais les habitudes plus anciennes restes présentes.
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar BeetleJuice » 12 févr. 2014, 10:35

C'est évidemment en schématisant et en extrémisant les propos, les images et les idées que ce "débat" est devenu si tendu... vous avez tout à fait raison de le préciser.


En fait, c'est même pire que ça, parce que ça permet à certain groupe d'avancer certaines de leurs idées de manière plus ou moins masquée et c'était d'ailleurs le but de ces groupes que le débat s'envenime.

Pour l'extrême-droite, notamment catholique, l'attaque en règle contre l'école au travers de la polémique sur l'enseignement de la "théorie du genre" fait passer l'idée que l'école laïque s'éloigne des "bonnes valeurs", pervertit l'esprit des enfants pour imposer un modèle de société perverti.
C'est une tactique classique de l'extrême-droite que de dire que la société est en danger de perversion et de prétendre que seul le retour à un socle de valeur forte est la solution, valeur que l'extrême-droite et notamment l'extrême-droite religieuse définira, ces derniers ayant une vision des sociétés figée.
Ca marche d'autant mieux ici que ça touche aux questions de l'enfance, donc ça inquiète facilement les parents, surtout dans une époque où l'enfant est devenu l'objet de toutes les peurs et de tout les fantasmes.

Je pense que c'est pour ça qu'il aurait mieux valu ne pas présenter les antis comme un groupe de réactionnaire, parce que ça crée un effet de groupe qui donne du grain à moudre à ce noyau d'extrême-droite, vu que c'est lui le mieux organisé et le plus à même de fournir un ensemble idéologique à un mouvement qui, à la base, repose surtout sur une forme d'inquiétude et un fond de conservatisme, voir d'intolérance quand même moins important que ceux qui mettent de l'huile sur le feu. Plus on va les amalgamer, plus on donnera de force aux conservateurs, parce que c'est eux qui détiennent les clés de l'idéologie qui rassemblent les gens.

Mais bon, pour ça il aurait fallu que les média fassent, pour une fois leur boulot en apportant de l'information et non juste en rapportant le conflit, que les politiques ne fassent pas un concours de petites phrases....bref, ce qui n'arrive évidement jamais. Au final, ça sera comme d'habitude, on va attendre le pourrissement du mouvement, ça finira par s’essouffler et il restera une rancoeur dans tous les camps qui nourrira ceux qui précisément font de la politique sur la rancoeur populaire, à savoir, en France, le FN. :?
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Kraepelin » 12 févr. 2014, 10:51

spin-up a écrit :Faut pas amalgamer l'education sexuelle a l'ecole et la lutte contre les stereotypes genrés, ca n'a rien a voir.
Et faut pas non plus sous estimer l'effet négatif du sexisme ordinaire sur la reussite et le parcours scolaire.

Sans doute! Mais il ne faudrait pas sous-estimer non plus le caractère "constructif" des stéréotypes. Je sais que cette notion, cette approche qui valorise les stéréotypes n'est pas très répendue dans la sphère politique, mais en clinique elle fait du chemin.

Nous sommes tellement habitués à dénoncer les stéréotypes sur la base des aliénations auxquelles ils peuvent donner lieu, que l'on oublie que les stéréotypes remplissent aussi une fonction dont certaines personnes peuvent avoir plus besoin que d'autres. C'est comme dans l'opposition entre le "chimique" et le "naturel". Le naturel est automatiquement assimilé au bon et le chimique au mauvais dans l'imaginaire culturel, alors que la réalité est bien plus complexe.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 3910
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar unptitgab » 12 févr. 2014, 11:05

Kraepelin a écrit :Sans doute! Mais il ne faudrait pas sous-estimer non plus le caractère "constructif" des stéréotypes. Je sais que cette notion, cette approche qui valorise les stéréotypes n'est pas très répendue dans la sphère politique, mais en clinique elle fait du chemin.

Nous sommes tellement habitués à dénoncer les stéréotypes sur la base des aliénations auxquelles ils peuvent donner lieu, que l'on oublie que les stéréotypes remplissent aussi une fonction dont certaines personnes peuvent avoir plus besoin que d'autres. C'est comme dans l'opposition entre le "chimique" et le "naturel". Le naturel est automatiquement assimilé au bon et le chimique au mauvais dans l'imaginaire culturel, alors que la réalité est bien plus complexe.

Y aurait il de bons ou de mauvais stéréotypes ou bien dépendent ils uniquement d'une position dans une société donnée ce qui pour certains pourrait les rassurer? Est ce du même ordre que des personnes déprimées qui trouvent une forme de mieux dans la religions parce qu'elles peuvent trouver des réponses à leur mal être et un cadre?
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 3836
Inscription : 23 févr. 2012, 07:01

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar spin-up » 12 févr. 2014, 11:10

Kraepelin, tu pourrais développer (ou donner de la lecture) sur la fonction des stereotypes?

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar BeetleJuice » 12 févr. 2014, 11:44

Kraepelin, tu pourrais développer (ou donner de la lecture) sur la fonction des stereotypes?


Un stéréotype est une norme sociale réglant le comportement, donc essentielle à la construction des identités des individus. Kraepelin a raison de rappeler que même si ce terme est connoté négativement dans le langage courant, il ne l'est pas forcément dans une approche plus scientifique.

Après, toute la question est de savoir quel stéréotype ont veut véhiculer. Dans une société qui promeut l'égalité entre tous les membres adultes, vouloir déconstruire les stéréotypes créant une infériorité de statut pour une catégorie de population peut se défendre et construire d'autres stéréotypes promouvant cette égalité suit le même chemin.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 3836
Inscription : 23 févr. 2012, 07:01

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar spin-up » 12 févr. 2014, 12:12

BeetleJuice a écrit :Après, toute la question est de savoir quel stéréotype ont veut véhiculer. Dans une société qui promeut l'égalité entre tous les membres adultes, vouloir déconstruire les stéréotypes créant une infériorité de statut pour une catégorie de population peut se défendre et construire d'autres stéréotypes promouvant cette égalité suit le même chemin.

Oui justement, c'est le coeur de ma question. Est ce que les stereotypes ciblés pour promouvoir l'égalite femme/homme font partie des stereotypes utiles ou constructifs?

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar BeetleJuice » 12 févr. 2014, 12:31

Est ce que les stereotypes ciblés pour promouvoir l'égalite femme/homme font partie des stereotypes utiles ou constructifs?


Je pense que ça dépend grandement de la société qu'on veut. Un stéréotype c'est un modèle, donc il est toujours utile, seulement ça dépend de la société.
Un stéréotype sexiste est utile dans une société qui repose sur des rôles définit pour chaque sexe et une infériorité de l'un sur l'autre, mais nuisible dans une société qui promeut l'égalité et pas ou peu de rôle sexué.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Chanur
Messages : 1438
Inscription : 14 déc. 2013, 05:58

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Chanur » 12 févr. 2014, 13:39

Ce qui est curieux, c'est que c'est pas un scoop, quand même que l'identité de genre est une construction. :roll:
Simone de Beauvoir écrivait déjà ça en 1949 : "On ne naît pas femme, on le devient."
Le fait que je sache que quelque chose est vrai n'est pas une preuve. :chat:

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 3910
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar unptitgab » 12 févr. 2014, 13:45

Simone de Beauvoir cette salope pro avortement, mais enfin Chanur elle ne pouvait qu'avoir tort.
Pour les non comprenant, c'est de l'ironie
Dernière édition par unptitgab le 12 févr. 2014, 13:50, édité 1 fois.
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Pepejul » 12 févr. 2014, 13:48

Pourquoi mettez-vous tous un D à la fin de Tort ?

Ai-je tort de le signaler ? :mrgreen:
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Amelie14

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Amelie14 » 12 févr. 2014, 13:50

Merci BeetleJuice pour ta réponse, elle est éclairante en tout point.
A part la partie sur l'égalité fille/garçon dans les comportements sexuels, le reste pour le moment parait clair.
J'ai d'ailleurs retrouvé des cours d'instruction civique, où certains étaient abordés.
Je dois donc patienter et attendre de voir les fiches d'activités.

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 3910
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar unptitgab » 12 févr. 2014, 13:52

Pepejul a écrit :Pourquoi mettez-vous tous un D à la fin de Tort ?

Ai-je tort de le signaler ? :mrgreen:

Merci Pepe voila qui est corrigé, dois être un peu tordu.
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar BeetleJuice » 12 févr. 2014, 14:06

Amelie a écrit :A part la partie sur l'égalité fille/garçon dans les comportements sexuels, le reste pour le moment parait clair.


Vous pouvez me citer le passage qui vous pose problème, parce que je ne vois pas exactement de quoi vous parlez ?

Je dois donc patienter et attendre de voir les fiches d'activités.


C'est effectivement la meilleure chose à faire, ça et s'informer sur ce qu'est le genre et comment on l'aborde du point de vue scientifique et comment l'école entend l'aborder d'un point de vue pédagogique. Pour ça, je pense que passer par les enseignants est prématuré, il faut leur laisser le temps de s'approprier le programme et le matériel.

De toute manière, si jamais il y a quelque chose qu'ils jugent abusifs, ils seront sans doute les premiers à s'en plaindre.

Par contre, j'aurais du mal à vous proposer des ouvrages de vulgarisations accessibles sur la question, vu que je n'ai abordé la question que du point de vue de l'étude de l'Histoire, au travers d'étude sur l'histoire des femmes et l'évolution de leur place dans la société et des définitions de la féminités.
C'est intéressant, mais sans doute moins intéressant dans votre cas qu'une étude de sociologie ou de psychologie sur la construction sociale du genre, qui vous aiderait sans doute à comprendre mieux de quoi il est question.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 3910
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar unptitgab » 12 févr. 2014, 14:32

Amélie parce qu'il y aussi sur certain site des confusions, les fiches techniques sont adressées aux enseignants, donc des adultes afin de fournir des perspectives, ensuite c'est leur boulot de prof de mettre cela à porté des enfants à qui ils enseignent. Quoique certain politiques disent les professeurs des écoles maternelles bossent pour préparer des cours et ne font pas de la garderie.
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

Amelie14

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Amelie14 » 12 févr. 2014, 15:17

BeetleJuice a écrit :
Amelie a écrit :A part la partie sur l'égalité fille/garçon dans les comportements sexuels, le reste pour le moment parait clair.


Vous pouvez me citer le passage qui vous pose problème, parce que je ne vois pas exactement de quoi vous parlez ?
Dans l'ABCD de l'égalité. Le ministère de l'Education n'a jamais fait référence à ce rapport, qui n'a aucune valeur dans l'Hexagone. Aucune mention n'est d'ailleurs faite de la sexualité dans les modules du programme ABCD, élaboré par les ministères des Droits des femmes et de l'Education nationale et consultable en ligne.
Ce qui m'inquiète c'est tout ce que l'on retrouve dans les autres pays. Pour le moment c'est une année "test" dans 10 académies. J'espère qu'il y aura une limite et que cette année test permettra de bien encadrer. Ensuite je le redis, on ne doit pas faire d'éducation sexuelle dès la maternelle. Cela doit rester à mon sens des approches de la tolérance et d'acceptation.


Je dois donc patienter et attendre de voir les fiches d'activités.


C'est effectivement la meilleure chose à faire, ça et s'informer sur ce qu'est le genre et comment on l'aborde du point de vue scientifique et comment l'école entend l'aborder d'un point de vue pédagogique. Pour ça, je pense que passer par les enseignants est prématuré, il faut leur laisser le temps de s'approprier le programme et le matériel.

De toute manière, si jamais il y a quelque chose qu'ils jugent abusifs, ils seront sans doute les premiers à s'en plaindre.

Par contre, j'aurais du mal à vous proposer des ouvrages de vulgarisations accessibles sur la question, vu que je n'ai abordé la question que du point de vue de l'étude de l'Histoire, au travers d'étude sur l'histoire des femmes et l'évolution de leur place dans la société et des définitions de la féminités.
C'est intéressant, mais sans doute moins intéressant dans votre cas qu'une étude de sociologie ou de psychologie sur la construction sociale du genre, qui vous aiderait sans doute à comprendre mieux de quoi il est question.

Cela m'aurait intéressé c'est dommage.

Qui a des enfants ici ? comment vous réagiriez ?

Amelie14

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Amelie14 » 12 févr. 2014, 15:18

unptitgab a écrit :Amélie parce qu'il y aussi sur certain site des confusions, les fiches techniques sont adressées aux enseignants, donc des adultes afin de fournir des perspectives, ensuite c'est leur boulot de prof de mettre cela à porté des enfants à qui ils enseignent. Quoique certain politiques disent les professeurs des écoles maternelles bossent pour préparer des cours et ne font pas de la garderie.

A 3ans c'est limite de la garderie oui.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Théorie du genre ou "Gender", mythe ou réalité ?

Messagepar Kraepelin » 12 févr. 2014, 15:19

Salut Beetlejuice

C'est toujours un plaisir de te lire.
BeetleJuice a écrit : Il n'y a pas de théorie unifiée du genre, il y a des études du genre qui ont abouti à la constatation pluridisciplinaire, partagée par les sciences sociales et une partie des sciences étudiant la biologie de l'humain que le genre, c'est à dire l'identité sexuelle (non pas le sexe, mais la manière de se sentir et se revendiquer comme homme ou femme) est essentiellement un produit culturel chez l'humain et repose beaucoup sur des stéréotypes partagés au sein d'une communauté et en partit imposé.
Ta description me semble assez juste (même si ta terminologie est remplie de jugements de valeur).
BeetleJuice a écrit : En clair, on nait avec des organes sexuels différenciés et des corps un peu différent, mais l'essentiel des comportements liés à l'identité sexuelle sont sociaux. Vos propres comportement en tant que femme sont essentiellement le fait d'un apprentissage. C'est parce que votre entourage vous a reconnu comme fille à votre naissance que cette identité vous a été attribuée et que vous l'avez faites votre, de la même manière que vous avez appris votre prénom, votre comportement vis à vis de votre famille....
L'identité, toute forme d'identité confondue (sexuelle, sociale, nationale...) est largement une construction sociale.
Oui, "l'homosocialus" est un être principalement culturel!
BeetleJuice a écrit : Parler de théorie du genre est donc un abus de langage qui sert essentiellement les intérêts de ceux qui sont contre l'idée que l'identité soit sociale (pour un tas de raison, mais essentiellement par conservatisme), parce que ça leur permet:
Premièrement, la confusion existe des deux côtés de la barricade. Il y a toutes sortes de sens et de contresens associés à l'expression "théorie des genres". Deuxièmement , ici, c'est toi qui entretiens une vision un peu stéréotypée des personnes qui s'opposent aux militants queers. On peut trouver que les queers «dérapent solide» sans être un apôtre des inégalités sociales, un misogyne ou un homophobe.
BeetleJuice a écrit : -de simplifier le débat en le ramenant à une seule entité pour en faire une cible attaquable. Combattre "la théorie du genre" ça permet de faire des slogans faciles et d'attribuer la défense de cette théorie à un groupe d'opposant.
En effet, mais n'est-ce pas le cas de toutes les campagnes politiques, y compris celles des militantes anticapitalistes, féministe et LGBT? La droite a-t-elle vraiment le monopole de la simplification à outrance et des slogans caricaturaux? La bêtise est-elle toujours de droite? ;)
BeetleJuice a écrit :Alors que s'il était dit qu'il s'agit d'une constatation partagée par plusieurs sciences de manière transversale au travers d'étude multiple sur les identités dans les sociétés humaines, ça devient plus difficile de s'opposer parce qu'il faudra alors s'opposer à plus d'une science à la fois et à des dizaines d'études sur le sujet.
Là c'est toi qui simplifies trop! Qu'il y est un certain consensus en sciences sociales sur le fait que l'identité sexuelle soit en grande partie culturelle, je te l'accorde, mais au-delà de cette observation, les théories et les écoles de pensées s'affrontent.
BeetleJuice a écrit : Tout ça est d'autant plus pernicieux que le "bon sens" donne à penser que les identités sexuelles sont déterminées par la biologie et qu'on nait femme ou homme, alors que c'est bien plus complexe que ça et que la réalité sur le sujet est, comme souvent en science, contre-intuitive.
D'où le succès des antis d'ailleurs, qui profitent de cette confusion pour appuyer une vision de la société conservatrice en s'appuyant sur le "bon sens" de ceux qui s'inquiètent, souvent parce qu'ils sont mal informés sur ce que disent réellement les sciences au sujet du genre et des identités.
Et quel reproche faut-il faire aux queers qui avancent leur idéologie en prétextant lutter contre l'homophobie? N'y a-t-il pas là aussi une certaine forme d'hypocrisie politique?
BeetleJuice a écrit :Cela dit, pour ne pas jeter des pierres toujours sur les même, il y a beaucoup de reproche à faire aussi de l'autre coté, parce qu'il y a aussi une utilisation de la confusion par certains groupes qui défendent des visions du genre qui déforment tout ou partie des conclusions des études sur le genre afin d'avancer des idées qui relève du politique en leur donnant une caution scientifique.
BON, enfin je le reconnais notre BeetleJuice …

BeetleJuice a écrit :Pour ce qui est de la question sur la scolarité, ce qui se passe, c'est qu'une fois qu'on a mit en évidence que l'essentiel de la construction de l'identité sexuelle est liée à la société et reposent beaucoup sur des stéréotype, il est apparu légitime pour l'école, dont l'une des missions est de former des citoyens responsables (oui, l'école ne sert pas qu'à apprendre un métier, c'est aussi une introduction à la société et à la citoyenneté), de s'occuper en partie de cette question en essayant, dans la limite du possible et en n'oubliant pas que sa principale mission reste quand même de former les jeunes professionnellement, de permettre la construction chez l'enfant d'une identité sexuelle qui ne soit justement pas basé sur les stéréotypes qui nuisent à l'égalité entre les êtres humaines.
Oui, l'école à un mandat éducatif plus profond que la simple instruction. Mais cette éducation doit être relativement consensuelle, c’est-à-dire reposant sur un certain consensus social. Ce n'est pas toujours le cas. Il y a des professionnels de l'éducation qui s'autoproclament parfois «avant-garde éclairé de la classe ouvrièrede l'éducation» et qui décident à eux seuls de la culture de notre société doit changer de cape dans le sens qu'ils ont décidé. C'est dans ces cas que des parents disent «minute papillon». Ils ne le font pas toujours de façon très articulée, mais même si leur discours n'est pas aussi fignolé, ils n'en ont pas moins raison. Les parents ont le droit de s'opposer à des campagnes de propagandes qui ciblent le coco de leurs chérubins.
BeetleJuice a écrit :Il ne s'agit donc pas d'apprendre la sexualité ou d'élever les garçons et les filles dans l'idée qu'il n'y aurait pas de différences entre eux (comme le disent abusivement certain antis) mais d'éviter que ces derniers construisent une identité sexuelle (c'est à dire leur manière de se voir comme garçon ou fille et de voir l'autre sexe) qui reposent sur des stéréotypes sexistes, comme l'idée que les femmes seraient faites pour rester à la maison ou qu'un homme ne peut être qu'un homme s'il est viril, montre ses muscles et traitent les femmes comme des objets.
On peut aussi entretenir des stéréotypes sexuels qui ne sont pas aussi réducteurs et stupides que ceux que tu viens de décrire là!
Lorsque je soigne une jeune femme qui présente une dépression post-partum et que je dois rencontrer son conjoint pour lui expliquer la nature de la maladie et le rôle positif qu'il peut jouer pour aider la mère et l'enfant, j'exploite sans vergogne un très large spectre de stéréotypes. Je le fais pour la simple et bonne raison que les stéréotypes puisent dans la banque du «déjà connu» du monsieur et de la madame et qu'ils permettent une communication rapide et efficace où chacun sait ce qu'il doit faire pour favoriser le retour à la santé de maman sans que bébé ne souffre trop de carences en attendant les résultats.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes


Revenir vers « Légendes urbaines et idées reçues »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit