Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

Mythes, bouche-à-oreille et ragots populaires : séparons ici le vrai du faux.
Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#151

Message par Etienne Beauman » 06 janv. 2012, 15:21

J'ai survolé juste le premier lien à la recherche d'une grosse connerie de dite, ça a pas trainé :
""If it can prevent one death, I think that's a good argument to keep it.""
Ouais bah moi sauf votre respect I think it's total bullshit!
Mettre un flic par foyer sauverai bien plus d'une vie, qu'est qu'on attend ?
C'est un sophisme : l'appel à l'émotion.
Comment peux tu te référer à des gens qui raconte n'importe quoi ? :ouch:
Si ça sauve des vies ça doit pouvoir s'estimer (je te demandes pas le nombre exact une fourchette fera l'affaire) selon une méthodologie rigoureuse.
Tu peux citer plein de gens qui pensent comme toi ça ne changera rien, c'est encore un sophisme : mélange d'argument d'autorité et d'appel au nombre.
Tu affirmes que cela sauve des vies.
Combien ?
Et comment as tu obtenu ce nombre ?
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#152

Message par Etienne Beauman » 06 janv. 2012, 15:24

Du dictionnaire sceptique : "L'appel à l'autorité est un sophisme lorsque l'autorité mentionnée n'en est pas vraiment une."
Bah oui mon malin, et depuis quand le chef de la police est expert en analyse sociologique ?
Sur quelles démonstrations chiffrées tes "experts de la police" s'appuient pour affirmer que le registre a sauvé des vies ?
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4154
Inscription : 16 janv. 2004, 12:47
Localisation : L10n

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#153

Message par Invité » 06 janv. 2012, 15:50

Etienne Beauman a écrit :Bah oui mon malin, et depuis quand le chef de la police est expert en analyse sociologique ?
Le chef de police est expert en opérations policières et on parle d'armes à feu en circulation. :ouch:

Tes ridicules parties de ping-pong à la "truthers en mode maniaco" sont lassantes.

Aller simple dans mes ignorés. :arrow:

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#154

Message par Etienne Beauman » 06 janv. 2012, 16:15

Invité a écrit : Tes ridicules parties de ping-pong à la "truthers en mode maniaco" sont lassantes. :grimace:
C'est pas du ping-pong, t'es pas foutu de renvoyer une balle. :roll:
Qui refuse de répondre à des questions simples ?
Qui affirme que quelque chose agit sans montrer les effets de l'action ?
Mon attitude c'est du scepticisme face a une affirmation gratuite, un expert se prononce sur une expertise montrant des faits recueillis selon un protocole explicite que d'autre experts pourront analyser pour vérifier les biais. T'as même pas un chiffre a donné. "Le registre a sauvé des vies, le registre a sauvé des vies." C'est de la pensée magique. C'est de la pure croyance. Où sont les faits ? Quel est le protocole ?
C'est toi qui te dandine, par manque d'argument. C'est toi qui réclame qu'on te montre une absence, tu renverses la charge de la preuve, tu affirmes sans preuve, tu crois sur parole ceux qui vont dans ton sens et te bouche les oreilles sur les arguments te montrant tes insuffisances. C'est pas moi que t'ignores c'est l'exercice de la pensée critique. :ouch:
Le chef de police est expert en opérations policières et on parle d'armes à feu en circulation. :ouch:
Non ! On parle pas d'arme à feu en circulation, on parle de l'influence d'un registre sur la prévention d'un nombre de mort.
C'est pas le chef des chômeurs qui produit les expertises du chômage, c'est pas le chef des consommateurs qui produit les expertises de la consommation, etc. le chef de la police il est légitime pour commenter les expertises, mais pas pour les faire.
T'en peux plus de nous sortir des arguments en bois pour défendre un truc intenable.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4154
Inscription : 16 janv. 2004, 12:47
Localisation : L10n

Recours judiciaire

#155

Message par Invité » 06 janv. 2012, 16:30

Recours judiciaire.

Les derniers recours du gouvernement québécois, seraient d'ordre constitutionnels, pour au minimum récupérer les données qui concernent le Québec.
M. Dutil expliquera cependant ce que le gouvernement québécois entend faire s'il y avait une adoption du projet de loi C-19, qui vise l'abolition du registre et la destruction de ses données du système d'enregistrement.

"Ça va plus loin que la position que vous connaissez, a dit cette source. Il y a des groupes d'Ottawa qui viendront demain pour appuyer la position du ministre."

Le gouvernement québécois est engagé depuis des semaines dans un bras de fer avec le gouvernement fédéral, qui souhaite abolir le registre des armes d'épaule et détruire les données qu'il contient.

La semaine dernière, l'Assemblée nationale s'était unanimement prononcée en faveur d'un recours juridique visant le maintien du registre et la préservation de ses données.

M. Dutil a déjà exprimé le souhait de rapatrier les données à propos des inscriptions québécoises, afin de mettre en place un équivalent provincial. Le ministre avait aussi évoqué la possibilité de transporter le débat devant les tribunaux.

(...)
En plus de l'option de réclamer une injonction, Mme Rathjen a évoqué la possibilité de contester la future loi C-19 en vertu de la constitution canadienne.

http://www.droit-inc.com/article6751-Re ... ra-en-Cour
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Néanderthal
Messages : 51
Inscription : 22 déc. 2006, 14:45
Localisation : Paris

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#156

Message par Néanderthal » 06 janv. 2012, 17:15

Bonsoir,

"ça sauve des vie" n'est jamais étayé d'aucuns chiffres. Combien ? Encore une fois, il serait étonnant que ce n'est pas sauvé une poignée de vie. Ce que j'avance, c'est que le coût surpasse le résultat, et que le personnel et les fonds destinés au fichier des armes longues, serait mieux employés et sauverait certainement plus de vie en étant mieux employés. La majorité des crimes par armes à feux sont le fait de personnes déjà connu des services de police et à l'aide d'armes de poing non enregistrées ou volées. On se trompe de cible.

Et le "même si cela ne sauve qu'une vie, ça vaux le cout" est un argument qui m'énerve.

Dans ce cas fermons toutes les piscines, ça sauvera des vies. Interdisons les sports d'hivers ça sauvera des vies. interdisons les randonnées en forêts ça sauvera des vies. Après tout ce n'est pas indispensable. On peut s'en passer ! Non ? ça vaux le cout là ?

"A non ça on peux pas interdire parce nous, on va à la piscine, on va au ski, en forêt. alors que les armes on en a pas et qu'on s'en fout de la liberté des autres"

En gros c'est ce qu'on entends quand on possède des armes.

Ben non , on peux pas s'en passer parce que c'est juste de la liberté. ça m'énerve que l'on gaspille de l'argent et de l'énergie à faire suer des honnêtes gens(la grande majorité des citoyens) au lieu de coller au fesses des malfrats (la minorité).
Je notais plus haut que l'on demande à un possesseur d'armes de signaler son déménagement sous 30 jours, mais que l'on ne demande pas la même à un multirécidiviste.
Celui qui demanderais ce contrôle pour un malfrat passerais pour un facho méprisant la liberté. Chercher l'erreur.

Excuser ce post un peu plus rude qu'à l'habitude,
Cordialement,
Philippe

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4154
Inscription : 16 janv. 2004, 12:47
Localisation : L10n

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#157

Message par Invité » 06 janv. 2012, 17:31

Néanderthal a écrit :"ça sauve des vie" n'est jamais étayé d'aucuns chiffres.
Bonjour.

Publié dans la Revue Canadienne de Criminologie et de Justice pénale. Vol 53 no. 1
L'EFFET DES LOIS EN MATIÈRE DE CONTRÔLE DES ARMES À FEU SUR LES HOMICIDES AU CANADA, 1974-2004

Étienne Blais, Ph.D.
Professeur, École de criminologie, Université de Montréal

Marie-Pier Gagné, M.Sc. et Isabelle Linteau
Étudiantes aux études supérieures, École de criminologie, Université de Montréal

Le gouvernement canadien a promulgué les lois C-51 (1977), C-17 (1991) et C-68 (1995) dans le but d'accroitre le contrôle des armes à feu et ainsi de prévenir les homicides y étant associés. Sur la scène politique, l'efficacité de ces lois a été débattue à maintes reprises. Pour leur part, les évaluations réalisées jusqu'à présent comportent de nombreuses limites qui remettent en question la crédibilité de leurs résultats. À l'aide d'analyse de séries chronologiques multiples, l'objectif de cet article est d'évaluer l'effet des trois plus récentes législations canadiennes en matière de contrôle des armes à feu tout en surmontant les limites identifiées dans la littérature scientifique. Nos résultats démontrent que les lois C-51 et C-68 furent suivies de diminutions significatives des homicides commis par armes à feu variant entre 5 et 10 % selon les provinces. Les réductions s'observent principalement auprès des homicides commis à l'aide de fusils de chasse et de carabines. Aucun effet de déplacement tactique n'est observé. Enfin, les résultats suggèrent que l'efficacité des lois est attribuable à une diminution de l'accessibilité et de la disponibilité des armes à feu plutôt qu'au durcissement des peines prévues par les lois.

http://www.ccja-acjp.ca/fr/rcc2/rcc53r1.html
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#158

Message par Kraepelin » 06 janv. 2012, 18:15

Invité a écrit :
Kraepelin a écrit :Invité,

Ad opulum est un sophisme.
Ben woyons donc, c'est pas du tout ça de l'ad-populum.

Tu fais un raisonnement qui est similaire à celui de ceux qui nient les changements climatiques et qui disent que l'opinion des climatologues sur les changements climatiques c'est de l'ad-populum.
Pas du tout! Et je suis surpris que tu ne fasses pas la différence. Dans le cas du climat, les climatologues sont des experts qui expriment une opinion à partir de données empiriques qu'ils sont capâble d'analyser. Dans le cas du registre, il ne sagit pas toujours d'experts et même lorsqu'il semble s'agir d'experts, ils n'expriment pas une opinion en fonction de données empiriques. Celà devient alors un argument d'autorité et à cause du nombre, un argument Ad populum.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4154
Inscription : 16 janv. 2004, 12:47
Localisation : L10n

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#159

Message par Invité » 06 janv. 2012, 18:37

Kraepelin a écrit :Dans le cas du registre, il ne sagit pas toujours d'experts et même lorsqu'il semble s'agir d'experts, ils n'expriment pas une opinion en fonction de données empiriques. Celà devient alors un argument d'autorité et à cause du nombre, un argument Ad populum.
Données empirique ?
Revue Canadienne de Criminologie et de Justice pénale - Blais, Gagné, Linteau a écrit :Nos résultats démontrent que les lois C-51 et C-68 furent suivies de diminutions significatives des homicides commis par armes à feu variant entre 5 et 10 % selon les provinces.
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#160

Message par Kraepelin » 06 janv. 2012, 20:56

Invité a écrit :
Revue Canadienne de Criminologie et de Justice pénale - Blais, Gagné, Linteau a écrit :Nos résultats démontrent que les lois C-51 et C-68 furent suivies de diminutions significatives des homicides commis par armes à feu variant entre 5 et 10 % selon les provinces.
référence complete S.V.P.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4154
Inscription : 16 janv. 2004, 12:47
Localisation : L10n

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#161

Message par Invité » 06 janv. 2012, 21:08

Kraepelin a écrit :référence complete S.V.P.
J'ai donné la référence 3 messages plus haut.

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#162

Message par Etienne Beauman » 06 janv. 2012, 21:14

Nos résultats démontrent que les lois C-51 et C-68 furent suivies de diminutions significatives des homicides commis par armes à feu variant entre 5 et 10 % selon les provinces.
Notre débat porte uniquement sur le registre mis en place dans le cadre de la loi C-68 (qui a en plus plusieurs volet, même si on avait eu une accélération franche de la baisse du nombre d'homicide après cette loi cela n'aurait pas été aisé de déterminer le rôle de chacun dans l'affaire) pas sur la loi C-51 mis en place presque vingt ans plus tôt!
Il y a un monde entre "furent suivies" et "furent la cause" ! c'est le monde entre corrélation et causalité.
C'est plutôt curieux comme résumé... que veut dire cette phrase exactement ? mystère.
Si quelqu'un est abonné et a accès au détail ça pourrait être intéressant de savoir comment ils auraient vu ce qu'Invité nous dit qu'on peut pas voir :lol:
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#163

Message par Kraepelin » 06 janv. 2012, 23:28

Invité a écrit : Données empirique ?
Revue Canadienne de Criminologie et de Justice pénale - Blais, Gagné, Linteau a écrit :Nos résultats démontrent que les lois C-51 et C-68 furent suivies de diminutions significatives des homicides commis par armes à feu variant entre 5 et 10 % selon les provinces.

Je viens de finir de lire le mémoire de maitrise d’isabelle Linteau à l’origine de l’article. Les autres signataires sont le directeur de thèse et une autre étudiante qui a fait une recherche semblable.

Commentaires:

1) Assez curieusement, elle ne donne pas les résultats pour l’effet des variables tierces prises isolément. En fait, elle ne divulgue même pas ses résultats bruts dans son mémoire. C’est très inusité.

2) Je comprends qu’elle compare les résultats de différentes combinaisons de variables tierces avec la variable indépendante et fait un dénombrement des significations pour l’ensemble de ses calculs. Je crois comprendre ce qu’elle voulait faire, mais je me demande ce que vaut un semblable procédé. J’aurais aimé mieux qu’elle isole les variables affectives et en neutralise l’effet pour ne laisser que la mesure de l’effet de sa variable indépendante. Mais les données ne s’y prêtaient peut-être pas.

3) Aussi, sa période d’analyse se termine en 2006. La thèse était de 2010. Les résultats de SC que je donne dans mon premier message vont jusqu’à 2010

4) Plus grave, sa période de calcul pour l’effet de sa variable indépendante commence en 1998. Le registre est pourtant entré en vigueur en 2001 (permis obligatoire) et 2003 (enregistrement obligatoire). La baisse significative pour les armes de chasse est pourtant survenue justement entre 1998 et 2003. Et la chercheuse ne trouve de résultats significatifs que pour les armes de chasse, justement. Si elle avait pris la bonne période (2003 à 2010) ses résultats auraient été très différents.

Cette erreure est d'autant plus surprenmante que l'auteur précise elle même dans sa récentions que ce genre d'erreur invalide les résultats:
Spécification inadéquate du début de l’intervention
Afin de capter adéquatement l’effet d’une loi, la période expérimentale d’une série doit
débuter non pas à partir du moment où cette loi est adoptée, mais bien lorsque ses
dispositions deviennent effectives (Shadish et coll. 2002). Par exemple, la Loi C-51 fut
adoptée en 1977, mais ses dispositions n’ont été appliquées qu’à partir de 1978 (voir
l’annexe 1). La période expérimentale doit donc débuter en 1978 et non pas en 1977.
Ainsi, la spécification du début de l’intervention est inadéquate dans les études qui ne
respectent pas ce principe. Tel qu’il figure au tableau I, trois études (incluant quatre
évaluations) présentent une telle menace (Sproule et Kennett, 1988; Ministère de la
Justice, 1996; Labalette, 2004).
Je me demande ce qu’en diront les spécialistes dans les prochains mois et les prochaines années.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#164

Message par Etienne Beauman » 07 janv. 2012, 00:59

Salut Kraepelin,
Plus grave, sa période de calcul pour l’effet de sa variable indépendante commence en 1998. Le registre est pourtant entré en vigueur en 2001 (permis obligatoire) et 2003 (enregistrement obligatoire). La baisse significative pour les armes de chasse est pourtant survenue justement entre 1998 et 2003.
Ça c'est de la prévention ! :lol:

Je me demande ce qu’en diront les spécialistes dans les prochains mois et les prochaines années.
Tu m'intrigues : il est courant que des thèses soient revues par des spécialistes ou tu penses que comme cette thèse est citée par les défenseurs du registre* que des spécialistes vont s'y intéresser ?

As tu pu interpréter correctement la phrase du résumé ? 5 à 10 % (attribué au registre seul ou à l'ensemble des mesures) de baisse à partir de quand et sur quelle période ?

Enfin si je me réfère à ce tableau et au graph relatif aux carabines et fusils de chasse :
Image
La baisse entre 1998 et 2003 ne me semble pas plus significative que celle entre 1984 et 1989 ou celle entre 1991 et 1995, est ce qu'elle explique ces baisses similaires par des facteurs spécifiques à ces périodes, ou est ce qu'elle esquive la question ?

*ce que je présume, c'est peut être une trouvaille originale d'Invité.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#165

Message par Kraepelin » 07 janv. 2012, 08:48

Etienne Beauman a écrit : Tu m'intrigues : il est courant que des thèses soient revues par des spécialistes ou tu penses que comme cette thèse est citée par les défenseurs du registre* que des spécialistes vont s'y intéresser ?
Le chapitre II du mémoire est un article qui a été publié dans la revue de criminologie. C'est plutôt cet article qui pourrait faire l'objet d'une critique.
Etienne Beauman a écrit : As tu pu interpréter correctement la phrase du résumé ? 5 à 10 % (attribué au registre seul ou à l'ensemble des mesures) de baisse à partir de quand et sur quelle période ?
Cette affirmation vient du mémoire de Gagné (2008) et a été greffée à l'article de Linteau. Le Mémoire de Gagné n'est pas disponible sur Internet. Ce que je comprends, c'est que Gagné aurait mesuré l'effet combiné de plus d'une loi. Mais, impossible d'avoir le détail de son calcul.
Etienne Beauman a écrit : Enfin si je me réfère à ce tableau et au graph relatif aux carabines et fusils de chasse :
Image
La baisse entre 1998 et 2003 ne me semble pas plus significative que celle entre 1984 et 1989 ou celle entre 1991 et 1995, est ce qu'elle explique ces baisses similaires par des facteurs spécifiques à ces périodes, ou est ce qu'elle esquive la question ?
Je comprends qu'elle compare le segment entre 1998 et 2006 avec tout le segment entre 1974 et 1998. C'est le problème des segmentations.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#166

Message par Etienne Beauman » 07 janv. 2012, 09:36

Merci Kraepelin,

Donc au deux question combien ? et comment on a calculé cet estimation ? on a toujours pas de réponse.
Bon bah je reste sceptique alors... si la méthodologie justifiant le choix des segments n'est pas béton ça ressemble plus a du "bricolage pour la cause".
Je pense que l'absence d'augmentation des homicides par arme d'épaule dans les années qui vont suivre la destruction du registre enterra la thèse que le registre était efficace en terme de prévention, j'ai toujours pas compris comment la tenue d'un registre pouvait empêcher un meurtre ? :hausse:
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#167

Message par Kraepelin » 07 janv. 2012, 11:29

Etienne Beauman a écrit :Merci Kraepelin,

Donc au deux question combien ? et comment on a calculé cet estimation ? on a toujours pas de réponse.
Bon bah je reste sceptique alors... si la méthodologie justifiant le choix des segments n'est pas béton ça ressemble plus a du "bricolage pour la cause".
Je pense que l'absence d'augmentation des homicides par arme d'épaule dans les années qui vont suivre la destruction du registre enterra la thèse que le registre était efficace en terme de prévention, j'ai toujours pas compris comment la tenue d'un registre pouvait empêcher un meurtre ? :hausse:
Autant que je puisse en juger, la méthodologie de base de Linteau semble assez bonne. C'est le segment qui est incohérent avec ses propres principes.

Le registre aurait pu avoir un effet préventif. Il est une telle source d'irritation pour certains propriétaires que ceux-ci sont portés à se débarrasser de leurs armes. En diminuant le nombre d'armes, le registre aurait pu diminuer le risque. Si ça n'a pas marché, c'est probablement parce que ceux qui se sont débarrassés de leurs armes étaient ceux qui, premièrement, respectaient le plus les lois et, deuxièmement, qui avaient le moins d'armes en leur possession. Donc, ceux les moins à risque de les utiliser de façon criminelle.

Comprenons nous bien, je suis pour la règlementation des armes à feu. Aussi, au prix que ça à couté j'aurais bien aimé que cette loi diminue les homicides. Mais j'étais sceptique dès le départ et je constate, qu'en effet, ça n'a pas marché.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4154
Inscription : 16 janv. 2004, 12:47
Localisation : L10n

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#168

Message par Invité » 07 janv. 2012, 12:44

Le témoignage du criminologue Étienne Blais au Parlement du Canada sur les effets de la loi C-68 et du registre.
M. Étienne Blais:
Monsieur le président, distingués membres du comité, bonjour.

Permettez-moi d'abord de me présenter. Je suis Étienne Blais, criminologue et professeur agrégé à l'École de criminologie de l'Université de Montréal. J'ai été embauché en raison de mon expertise dans les domaines des méthodes de recherche et de la prévention du crime.

Depuis mon entrée en fonction, en 2006, j'ai développé un programme de recherche sur la prévention des crimes et traumatismes liés aux armes à feu. Depuis le début de ma carrière, j'ai eu l'occasion de publier plusieurs articles avec comité de pairs et de donner plusieurs conférences sur la question du contrôle des armes à feu au Canada.


Avant de présenter ma position sur le projet de loi C-19, j'aimerais rappeler que la problématique des blessés par armes à feu va bien au-delà de celle de la criminalité, voire des violences associées aux groupes criminels. Sur les quelque 800 décès annuels que l'on associe aux armes à feu, 75 p. 100 sont des suicides. De plus, environ 85 p. 100 des suicides par arme à feu impliquent des armes longues. Dans bien des cas, les suicides impliquent des personnes souffrant de troubles mentaux ou qui se trouvent en situation de crise momentanée.

Les suicides sont bien souvent commis au domicile de la victime. Plusieurs études démontrent que l'accès à une arme à feu au domicile augmente le risque de suicide en général. C'est également le cas des homicides commis entre conjoints. La présence d'une arme à feu au domicile augmente le risque d'homicide conjugal. Dans ces cas d'homicides et de suicides, l'arme à feu représente le facilitateur parfait qui permet d'actualiser les pensées suicidaires ou homicidaires. C'est d'ailleurs dans l'optique de prévenir ces suicides et homicides que s'inscrivent certaines des dispositions de la loi C-68, Loi concernant les armes à feu et certaines autres armes, et ses règlements, notamment lorsqu'on parle d'aviser l'actuel conjoint ou le conjoint des deux dernières années de l'intention d'achat du conjoint ou de l'ex-conjoint et de l'enregistrement de toutes les armes à feu.

Dans le cadre de mes recherches, je me suis justement intéressé à l'effet de ces lois sur les taux d'homicides et de suicides. Les résultats de mes études ont été publiés dans des revues, avec comités de pairs, ou présentés lors de conférences scientifiques, également avec comités de pairs. Dans l'une de ces études, mes collègues et moi avons évalué l'effet des lois C-51, C-17 et C-68 sur les taux d'homicides et de suicides au Canada entre 1974 et 2004.

Tout d'abord, nos résultats démontrent que l'adoption de la loi C-68 fut associée à une baisse significative des homicides commis par arme à feu, et plus précisément les homicides impliquant des armes longues. Cette baisse varie entre 5 p. 100 et 10 p. 100, selon les provinces. En nombre, cela correspond à la prévention d'environ 50 homicides par année au Canada.

L'effet préventif de la loi est d'autant plus probable que la baisse des homicides par arme longue n'est pas compensée par une hausse des homicides commis par d'autres méthodes. De surcroît, cette baisse s'observe uniquement pour les homicides commis par arme longue. Les homicides commis à l'aide d'autres armes, tels les couteaux et les objets contondants, ne bougent pas. Cela signifie que la baisse qui est attribuable à la loi C-68 l'est bel et bien et qu'elle n'est pas attribuable à d'autres facteurs ou mesures de prévention mises en place pour prévenir ces homicides.

Deuxièmement, la loi C-68 fut associée à une baisse significative des suicides par arme à feu. Encore une fois, il n'y a pas d'augmentation ni de baisse du nombre de suicides commis par d'autres méthodes. Cela suggère que la baisse des suicides par arme à feu n'est pas compensée par une hausse des suicides commis par d'autres méthodes et que la baisse n'est pas attribuable à d'autres mesures de prévention du suicide. Nous estimons à environ 250 le nombre de suicides prévenus par année au Canada depuis l'introduction de la Loi sur les armes à feu en 1998.

Récemment, nous avons réalisé d'autres évaluations qui viennent consolider nos conclusions voulant que la loi C-68 ait permis de réduire les homicides et les suicides.] Ces récents résultats suggèrent même que la loi C-68 a permis de prévenir les homicides conjugaux. Les effets de la loi C-68 se seraient principalement manifestés à partir de 1998, de manière graduelle, soit au fur et à mesure que les dispositions de cette loi furent appliquées.

Maintenant, plusieurs études ont été réalisées sur l'effet des lois canadiennes en matière de contrôle des armes à feu. Pourquoi considérer nos résultats? En quoi nos résultats sont-ils plus crédibles que ceux des autres études?

Premièrement, nous tenons compte d'autres facteurs, tels que la proportion de jeunes hommes, la consommation de bière, le nombre de policiers par habitant, les taux d'incarcération et le taux de chômage, pour ne nommer que quelques autres facteurs concomitants.

Deuxièmement, nous employons des méthodes statistiques permettant d'obtenir des estimés valides.

+ -(1125)

Troisièmement, nous distinguons les homicides en fonction de l'arme utilisée et de la relation entre les parties. Toutefois, le principal avantage de nos études réside, à mon avis, dans l'emploi de la province comme unité d'analyse, ce que ne font pas plusieurs études.

Par exemple, dans notre dernière étude, nous tenons compte des divers taux d'homicide des six provinces canadiennes et de la région de l'Atlantique pour la période de 1974 à 2006. Cela nous permet d'avoir un échantillon de 231 observations. Il s'agit d'un échantillon suffisamment grand pour détecter les effets des lois. Un simple échantillon de 30 ou de 35 observations serait complètement insuffisant, faute de puissance statistique.

De plus, cela nous permet de tenir compte du champ de compétence provinciale en matière d'application des lois. Les lois entrent en vigueur au même moment dans l'ensemble du Canada, mais ce sont les provinces qui ont la responsabilité de les appliquer. Ainsi, toute évaluation des lois en matière de contrôle des armes à feu au Canada doit tenir compte de cette réalité.

Enfin, employer les provinces comme unité d'analyse permet de tenir compte des variations dans les taux de criminalité entre celles-ci. Le Canada en soi n'est pas représentatif des problématiques vécues dans les provinces.

En conclusion, les résultats de nos études démontrent que le projet de loi C-68 a permit de prévenir 300 décès par année. Sur la base des données sur les coûts directs et indirects des décès par arme à feu, on estime à plus de 400 millions de dollars par année les coûts épargnés grâce à la prévention de ces 300 décès. Ce montant se compare avantageusement aux 63 millions de dollars annuels consacrés au fonctionnement du Programme canadien des armes à feu, et aux 9,1 millions de dollars consacrés aux activités d'enregistrement, selon le rapport de la GRC.

Sur la base de nos résultats, nous croyons que le retrait du registre des armes à feu risque de compromettre la santé et la sécurité des Canadiens. L'obtention d'un permis de possession d'arme à feu et l'enregistrement des armes à feu sont deux mesures nécessaires et complémentaires. Ces mesures permettent de lier chaque arme à feu à son propriétaire...

Le vice-président (M. Randall Garrison):
Monsieur Blais, votre temps s'est en fait écoulé.

Source
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Jordan
Messages : 1541
Inscription : 24 oct. 2009, 11:07
Localisation : Montréal

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#169

Message par Jordan » 07 janv. 2012, 13:08

Invité, les données contenues dans ta dernières citations rejoignent celles que j'ai postées plutôt dans le mémoire des gens de la Santé publique du Québec.


Je répète: le registre a permis de sauver des centaines de vies depuis son entrée en vigueur...
Lighthouses are more helpful then churches.

Benjamin Franklin

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#170

Message par Kraepelin » 07 janv. 2012, 13:37

Invité, Jordan

Répéter continuellement qu'ont a des preuves et ne pas les donner clairement pour qu'elles soient vérifiées relève du Ad noseam, un sophisme.

Si Blais a des chiffres, qu'il nous permet de les vérifier. Pour les homicides, nous avons vu que les seuls chiffres vérifiables reposent sur un calcul de segmentation erronée. Pour les suicides, les chiffres de statistiques Canada montrent que la diminution des suicides par arme à feu est accompagnée d'une augmentation des suicides par asphyxie. Glogalement l'augmentation ne suffit pas à combler la diminution, mais la baisse générale des suicides n'est pas plus forte que celle des autres pays occidentaux durant la même période. Pourquoi croit-il que le registre est la cause, j'aimerais bien qu'il l'explique. Il ne le fait pas.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#171

Message par Etienne Beauman » 07 janv. 2012, 13:54

Il est une telle source d'irritation pour certains propriétaires que ceux-ci sont portés à se débarrasser de leurs armes.
Ok je comprends cet argument, une personne qui n'a pas d'arme chez elle et moins susceptible de s'en servir dans un mauvais jour.
Mais c'est un effet ponctuel presque anecdotique, ça n'a aucune conséquence sur le long terme.
La loi n'étant mise en place qu'une fois il y a aucune raison de penser que ceux qui ne se sont pas débarrassée de leur arme la première année le fasse par la suite, soit ils choisissent l'illégalité soit il la font enregistrée.
Tout d'abord, nos résultats démontrent que l'adoption de la loi C-68 fut associée à une baisse significative des homicides commis par arme à feu, et plus précisément les homicides impliquant des armes longues.
Image
C'est très contestable.
De 1998 à 2004 il y a une baisse des homicides des armes longues mais une hausse des homicides à arme de poing !
A partir de 2004 il faut vraiment vouloir y croire très fort pour parler de baisse en ce qui concerne les armes longues.
Encore une fois, il n'y a pas d'augmentation ni de baisse du nombre de suicides commis par d'autres méthodes.
Si c'était vrai cela ne l'est plus, cela confirmerait au mieux le caractère ponctuel de l'effet :
le nombre de suicide entre 2004 et 2008 est stable.
Donc soit le nombre de suicide par arme longue est stable lui aussi, soit s'il diminue le nombre de suicide par une ou plusieurs autres méthodes augmente.
Sur la base des données sur les coûts directs et indirects des décès par arme à feu, on estime à plus de 400 millions de dollars par année les coûts épargnés grâce à la prévention de ces 300 décès.
:shock:
Un homme qui tue sa femme d'un coup de fusil ou qui se suicide coute en moyenne 1.3 million de dollars ?! :fume:
On nous prend carrément pour des cons.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Jordan
Messages : 1541
Inscription : 24 oct. 2009, 11:07
Localisation : Montréal

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#172

Message par Jordan » 08 janv. 2012, 19:02

Sur le site de la GRC, un tableau présente le nombre de personnes qui se sont fait retirer leur armes d'épaules pour cause de problêmes mentaux, de comportements violents etc... On y fait également références aux non renouvellement de permis de port d'armes pour les mêmes raisons. Ne s'agit il pas de bon exemples de vie potentiellement sauvées grâce au registre?
Quand le registre permet de retirer une arme des mains d'un cinglé ou d'un violent, n'est ce pas un service à rendre à la population du pays?
Lighthouses are more helpful then churches.

Benjamin Franklin

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#173

Message par Etienne Beauman » 08 janv. 2012, 19:48

Salut Jordan,

J'aimerais bien que tu expliques quelle est le diagnostique qui établit qu'un homme est trop fou pour posséder un fusil de chasse mais pas assez pour qu'on lui enlève sa tronçonneuse ?

Un cinglé ou un violent comme tu dis est dangereux pour la société, avec ou sans arme, si on estime qu'un individu n'est pas apte à vivre en société, il faut l'interner en plus de lui enlever son fusil.
Une société qui punit préventivement n'est pas saine.
Qu'on retire le droit d'avoir une arme à celui qui a utilisée son arme en dehors du cadre pour lequel il est censée s'en servir me semble normale, pas de problème non plus en cas de menace de mort, ou de violence conjugale mais il y a pas besoin de registre pour cela, une ou plusieurs loi faisaient l'affaire.
De plus retirer le permis de conduire a toutes les personnes alcooliques sauveraient potentiellement bien plus de vie. Y a plus qu'à faire les prises de sang...
Cette argumentation c'est celle de la sécurité avant la liberté, c'est tout les utilisateurs qui payent pour un risque potentiel qui concerne en fait une minorité, c'est le mirage d'une société du contrôle d'où on bannirait le risque.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4154
Inscription : 16 janv. 2004, 12:47
Localisation : L10n

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#174

Message par Invité » 08 janv. 2012, 20:15

Etienne Beauman a écrit :Qu'on retire le droit d'avoir une arme à celui qui a utilisée son arme en dehors du cadre pour lequel il est censée s'en servir me semble normale...
Etienne Beauman a écrit :Cette argumentation c'est celle de la sécurité avant la liberté
Le droit d'avoir une arme ça n'existe pas dans le droit canadien. Ce n'est ni une atteinte aux droits ni aux libertés garantis pas la Charte des Droits et Libertés.
« La possession ou l’utilisation d’une arme à feu ne sont, faut-il le rappeler, ni un droit ni une liberté garantis par la Charte, mais un privilège avait indiqué en 2009 le bâtonnier Gérald R. Tremblay, C.M., O.Q., c. r., Ad.E.
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 3784
Inscription : 20 févr. 2011, 13:59
Localisation : France.

Re: Le registre des armes à feu : la fin d’un mythe

#175

Message par Etienne Beauman » 08 janv. 2012, 20:39

Invité a écrit :Le droit d'avoir une arme ça n'existe pas dans le droit canadien.
Bah y a qu'à retirer les armes alors :lol:
L'obtention d'un permis (le bout de papier) te donne le droit de (la liberté) ;)
Une personne qui n'avait pas le permis de chasse ou le permis de tir sportif avant la mise en place du registre n'avait pas le droit de posséder une arme qu'elle soit saine d'esprit ou non.
Les cas dont parle Jordan sont bien donc des cas de retrait d'un droit que la personne avait légalement obtenue.
Mais en même temps je suis pas juriste canadien, donc si j'ai faux sur la forme j'espère que c'est au moins plus clair sur le fond.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit