VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Mythes, bouche-à-oreille et ragots populaires : séparons ici le vrai du faux.
Darkose
Messages : 189
Inscription : 03 mars 2010, 04:20

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Darkose » 01 avr. 2013, 13:48

Hallucigenia a écrit :Salut,

C'est tout de même intéressant de voir que les violences conjugales ne concernent pas exclusivement les femmes, et que de nombreux hommes en sont aussi victimes, à peu près dans une proportion équivalente - même si les conséquences des violences restent différentes.

Ensuite, en ce qui concerne le titre du sujet, il est évidemment trompeur. Si on parle des violences faites aux femmes d'une manière générale, on peut aussi parler des viols. Et là, les femmes ont la quasi-exclusivité du statut de victime.Hallu

bonjour
je n'ai pas lu la suite, je ne sais si quelqu'un vous répond. Mais je réagit par ce qu'il s'agit d'une croyance fausse : les viols semblent concernés une proportion de l'ordre de 25% de victimes masculines au minimum. Il est vrai que les chiffres varient énormement selon les études et que la majorité des victimes masculines sont liées à la pédophilie.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 09 avr. 2013, 07:58

Dans un autre contexte, j'ai fait une petite recherche sur l'ambivalence du milieu scientifique face au paradigme féministe. J'ai été surpris de trouver une assez importante littérature scientifique (articles publiés dans des périodiques savants "peer review") qui dénonce explicitement les paradigmes féministes sur la violence conjugale en les identifiant comme tels.

Straus, M. A. (1998). The controversy over domestic violence by women: A methodological, theoretical, and sociology of science analysis. Paper presented at Claremont Symposium on Applied Social Psychology, Claremont, CA.
« In the mid-1970s my colleagues a-scovery that women physically assaulted partners in marital, cohabiting, and dating relationships as often as men assaulted their partners (Steinmetz, 1978; Straus, 1997; Straus, Gelles, & Steinnietz, 1980). This finding caused me and my formcr colleague, Suzanne Steinmetz, to be excommunicated as feminists.» p 18

Dutton, D. G. & Nicholls, T. L. (2005). The gender paradigm in domestic violence research and theory: the conflict of theory and data. Aggression and Violent Behavior, 10, 680-714.
Straus, M. A. (2005). Women's violence toward men is a serious social problem. In D. R. Loseke, R. J. Gelles, & M. M. Cavanaugh (Eds.), Current Controversies on Family Violence, 2nd Edition, (pp. 55-77). Thousand Oaks, CA: Sage.
«One of the reasons social scientists and the public at large are willing to accept a single-cause approach advocated by feminists is the recognition of and indignation by most social scientists over past and continuing oppression and discrimination against women. As a result, there is a tendency to accept almost anything that will change this aspect of society Liberal social scientists tend deliberately to close their eyes to excesses and incorrect statements by feminists because they do not want to undermine feminist efforts to bring about a more equitable society. Thus, avowedly feminist scholars have suppressed data on violence by women. Social scientists I know who do not claim to be feminists have also published only the part of their data that shows violence by men.» p 70

Straus, M. A. (2006). Future research on gender symmetry in physical assaults on partners. Violence Against Women, 12, 1086-1097.
« In the light of evidence from about 200 studies showing gender symmetry in perpetration of partner assault, research can now focus on why gender symmetry is predominant and on the implications of symmetry for primary prevention and treatment of partner violence. Progress in such research is handicapped by a number of problems: (1) Insufficient empirical research and a surplus of discussion and theory, (2) Blinders imposed by commitment to a single causal factor theory—patriarchy and male dominance—in the face of overwhelming evidence that this is only one of a multitude of causes, (3) Research purporting to investigate gender differences but which obtains data on only one gender, (4) Denial of research grants to projects that do not assume most partner violence is by male perpetrators, (5) Failure to investigate primary prevention and treatment programs for female offenders, and (6) Suppression of evidence on female perpetration by both researchers and agencies.» p. 1086

Straus, M. A. (2007). Processes explaining the concealment and distortion of evidence on gender symmetry in partner violence. European Journal of Criminal Policy Research, 13, 227-232.
« Although there are many causes of the persistence of the patriarchal dominance focus, I believe that the predominant cause has been the efforts of feminists to conceal, deny, and distort the evidence. Moreover, these efforts include intimidation and threats, and have been carried out not only by feminist advocates and service providers, but also by feminist researchers who have let their ideological commitments overrule their scientific commitments.» p 227-28

Gelles, R. J. (2007). The politics of research: The use, abuse, and misuse of social science data - the case of intimate partner violence. Family Court Review, 45, 42-51.
Graham-Kevan, N. (2007). Domestic violence: Research and implications for batterer programmes in Europe. European Journal of Criminal Policy & Research, 13, 213-225.
«The European Union is in the early stages of developing policy and practice guidelines for dealing with domestic violence offenders. There is a real danger, however, that that policy and practice is going to be shaped by political lobbyists rather than academic literature and evidence-based practice. Feminist advocates control the curriculum of domestic violence perpetrator programmes in the US and more recently in the UK and proscribe treatments that do not conform to their conceptualisation of domestic violence. Feminist advocates conceptualise domestic violence as unilateral male-to-female violence enacted to control and dominate women, supported by the patriarchal beliefs and systems of the wider society. Academic support for this theory is lacking, however, and scientifically sound evaluations find that programmes based on this philosophy have little or no effect on recidivism. Empirical literature suggests that domestic violence is not a unitary phenomenon and that perpetrators are a heterogeneous group whose treatment should match their crimingenic needs and risk.» Abstract p.213

Straus, M. A. (2009). Current controversies and prevalence concerning female offenders of intimate partner violence. Why the overwhelming evidence of partner physical violence by women has not been perceived and is often denied. Journal of Aggression, Maltreatment & Trauma, 18, 1-19.
Dutton, D. G., Corvo, K. N., & Hamel, J. (2009). The gender paradigm in domestic violence research and practice part II: The information website of the American Bar Association. Aggression and Violent Behavior, 14, 30-38.
Dutton, D. G., Hamel, J., & Aaronson, J. (2010). The gender paradigm in family court processes: Re-balancing the scales of justice from biased social science. Journal of Child Custody, 7(1), 1–31.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 17 mars 2014, 13:18

Un document intéressant, intelligent et pratique sur la violence conjugale. Malgré son origine, on n'y trouve aucune dérive radicale:

Et si c'était plus que de la chicane
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 10:41

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Photon » 20 mars 2014, 13:42

Comment ne pas réagir à ce post, alors que la violence conjugale envers les femmes est un fléau sur mon île!
Je ne nie absolument pas que certains hommes soient victimes, comme beaucoup de femmes, mais la proportion chez nous est tellement minime que nous en parlons que peu.
Rare sont les hommes qui sont morts sous les coups de leur femme, par contre l'inverse malheureusement arrive plus souvent. En 2011, 6 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint.

Donc parler de la fin d'un Mythe ne me semble absolument pas adéquat.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 20 mars 2014, 15:16

Photon a écrit :Comment ne pas réagir à ce post, alors que la violence conjugale envers les femmes est un fléau sur mon île!
Je ne nie absolument pas que certains hommes soient victimes, comme beaucoup de femmes, mais la proportion chez nous est tellement minime que nous en parlons que peu.
Rare sont les hommes qui sont morts sous les coups de leur femme, par contre l'inverse malheureusement arrive plus souvent. En 2011, 6 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint.

Donc parler de la fin d'un Mythe ne me semble absolument pas adéquat.

Bonjour Photon,

Vous comprenez mal cette topique. Je ne doute pas que la violence conjugale existe, qu'elle prenne des proportions endémiques dans certains pays et qu'elle ait parfois des conséquences tragiques. Même au Québec dans certains milieux anomiques (réserves amérindiennes, par exemple) elle prend des proportions préoccupantes.

Selon moi , cependant, les vrais problèmes exigent des vraies analyses et de vraies solutions. Difficile d'y parvenir lorsqu'un champ de recherche est complètement engorgé par des idéologues qui l'utilisent pour faire avancer leur propre agenda caché et qui se prêtent à des règlements de comptes contre tous ceux qui leur font obstacle. Une problématique québécoise peut-être bien loin de chez vous?

Je ne connais pas votre île. Quel est son nom et sa position géographique?
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3278
Inscription : 04 août 2011, 17:23
Localisation : Règlement: règlement

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar PhD Smith » 20 mars 2014, 17:30

C'est la Réunion, quelque part dans l'océan Indien à gauche de Maurice. Si Photon habite dans le cirque de Mafate, c'est le bout du monde, surtout pour le facteur et donc pour une quelconque connexion internet.
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Damien26
Messages : 951
Inscription : 17 déc. 2007, 08:00

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Damien26 » 21 mars 2014, 03:23

PhD Smith a écrit :C'est la Réunion, quelque part dans l'océan Indien à gauche de Maurice.
A gauche quand tu viens du sud (ce qui est rare, mis à part les scientifiques qui reviennent des Kerguelen) mais à droite quand tu viens du nord (comme c'est généralement le cas).
Je taquine je sais bien que PhD fait référence à une carte traditionnelle. Le mieux reste de dire que La Réunion est à l'ouest de Maurice.

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Pepejul » 21 mars 2014, 03:41

Alors que Maurice, de Lille est complètement à l'Ouest !

Image
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 10:41

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Photon » 21 mars 2014, 19:49

Kraepelin a écrit :Selon moi , cependant, les vrais problèmes exigent des vraies analyses et de vraies solutions. Difficile d'y parvenir lorsqu'un champ de recherche est complètement engorgé par des idéologues qui l'utilisent pour faire avancer leur propre agenda caché et qui se prêtent à des règlements de comptes contre tous ceux qui leur font obstacle. Une problématique québécoise peut-être bien loin de chez vous?


Mes chers amis du forum ayant déjà répondu pour la localisation, je reviens sur cette reflexion que vous avez faite!
Expliquez moi plus en détails que je vous réponde!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 21 mars 2014, 21:51

Photon a écrit :Mes chers amis du forum ayant déjà répondu pour la localisation, je reviens sur cette reflexion que vous avez faite! Expliquez moi plus en détails que je vous réponde!

«Selon moi, cependant, les vrais problèmes exigent de vraies analyses et de vraies solutions.»
Commençons par une métaphore! En santé physique, la fièvre est un symptôme. Elle est la manifestation de quelque chose qui ne va pas, mais ce peut être des choses bien différentes: grippe, infection, empoisonnement alimentaire, insolation, etc. L'une des grandes avancées de la médecine a été de comprendre que les mêmes symptômes pouvaient être des manifestations de différentes maladies, ayant des causes et des traitements différents.

En santé comportementale, la violence conjugale est un symptôme. Est-ce toujours le symptôme de la même maladie? A t elle toujours les mêmes causes? Les traitements actuels sont-ils le plus efficaces que l'on puisse envisager?

«Difficile d'y parvenir lorsqu'un champ de recherche est complètement engorgé par des idéologues»
Au Québec, des institutions clefs en matière de santé et de services sociaux ont adopté il y a 20 ans, sans réserve les thèses explicatives féministes et ont taxé de «masculinisme» tous ceux qui ont pris le risque de les critiquer.

Le milieu scientifique et le milieu de l'intervention ont fini par réagir et on observe depuis peu des efforts de nuances au sein de ces institutions.

«qui l'utilisent pour faire avancer leur propre agenda caché»
Des enjeux idéologiques et financiers importants motivent des acteurs clefs de ce milieu et fait ralentir la recherche.


«et qui se prêtent à des règlements de comptes contre tous ceux qui leur font obstacle»

Par exemple, les sociologues Germain Dulac et Francine Leduc et le mathématicien Denis Laroche ont fait l'objet de campagnes de salissage.


«Une problématique québécoise peut-être bien loin de chez vous?»
Le Québec est loin de l'Ile de la réunion autant d'un point de vue géographique que sociologique. Les mêmes problèmes ne se présentent pas nécessairement de la même manière.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 10:41

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Photon » 22 mars 2014, 05:38

Kraepelin a écrit :«Difficile d'y parvenir lorsqu'un champ de recherche est complètement engorgé par des idéologues»
Au Québec, des institutions clefs en matière de santé et de services sociaux ont adopté il y a 20 ans, sans réserve les thèses explicatives féministes et ont taxé de «masculinisme» tous ceux qui ont pris le risque de les critiquer.


C'est ce point là que j'aimerai que vous développiez! Où si vous ne le pouvez pas, donnez moi un lien fiable.

Kraepelin a écrit :«Une problématique québécoise peut-être bien loin de chez vous?»
Le Québec est loin de l'Ile de la réunion autant d'un point de vue géographique que sociologique. Les mêmes problèmes ne se présentent pas nécessairement de la même manière.


Même si le problème ne se présente pas de la même manière, il y a toujours des facteurs communs! Je pense pour ma part que ce sont sur ces points qu'il faut se pencher. Il y a le fond et il y a la forme.

Au plaisir de vous lire

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 22 mars 2014, 07:08

Photon a écrit : C'est ce point là que j'aimerai que vous développiez! Où si vous ne le pouvez pas, donnez moi un lien fiable.
L'une des institutions dont je parle est l'Institut National de la santé publique du Québec. Elle a publié une Trousse médias il y a quelques années qui était complètement débile. J'avais donné le lien. La Trousse est toujours disponible ne ligne, ici, mais il s'agit de la nouvelle version, vraiment moins pire que l'ancienne. J'ai donné d'autres exemples aux court des ans dans d'autres topiques de ce forum. Vous arrivez tard dans cette discussion. Le ministère de la santé et des affaires sociales publie cependant encore parfois dans ses brochures des statistiques absurdes et contraires aux données disponibles dans son propre ministère.

Photon a écrit :Même si le problème ne se présente pas de la même manière, il y a toujours des facteurs communs! Je pense pour ma part que ce sont sur ces points qu'il faut se pencher. Il y a le fond et il y a la forme.
C'est une présomption que je ne partage pas avec autant d'enthousiasme. Parfois des phénomènes sociaux analogues prennent des significations assez différentes lorsqu'on change de société. Les facteurs communs peuvent alors devenir illusoires. Se suicider n'a pas la même signification dans le Japon de 1944 qu'au Canada à la même époque. Se balader les seins nus n'a pas la même signification en Suède ou au Congo qu'au Canada.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 10:41

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Photon » 23 mars 2014, 02:40

Kraepelin a écrit :
Photon a écrit : C'est ce point là que j'aimerai que vous développiez! Où si vous ne le pouvez pas, donnez moi un lien fiable.
L'une des institutions dont je parle est l'Institut National de la santé publique du Québec. Elle a publié une Trousse médias il y a quelques années qui était complètement débile.


De ce que j'ai lu (je n'ai pas tout lu), beaucoup de choses me semblent tout a fait correct et valable même si je ne suis pas qualifiée pour juger de la véracité des données. Oui j'arrive tard dans cette discussion, et je n'ai pas lu tous les topiques du forum vous m'en excuserez!


Photon a écrit :C'est une présomption que je ne partage pas avec autant d'enthousiasme. Parfois des phénomènes sociaux analogues prennent des significations assez différentes lorsqu'on change de société. Les facteurs communs peuvent alors devenir illusoires. Se suicider n'a pas la même signification dans le Japon de 1944 qu'au Canada à la même époque. Se balader les seins nus n'a pas la même signification en Suède ou au Congo qu'au Canada.


Nous parlons ici d'un sujet bien spécifique, je trouve votre comparaison inappropriée, il faut parfois explorer des pistes avant de les condamner! Je connais plusieurs générations de femmes battues et si le contexte social change, le principe en lui même pas vraiment!
Et cela ne s'arrête pas à la localisation de mon île. Que cela soit en France Métropolitaine ou sur l'île soeur Maurice!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 23 mars 2014, 11:33

Photon a écrit : De ce que j'ai lu (je n'ai pas tout lu), beaucoup de choses me semblent tout à fait correct et valable même si je ne suis pas qualifiée pour juger de la véracité des données.
Il y a des choses tout à fait correctes dans la Trousse, mais il y en a qui ne le sont pas et il y en a d'autres qui manquent. Par exemple, les statistiques policières sont reconnues comme sous représentant sévèrement les cas de violence conjugale contre des hommes. On ne peut donc pas s'en servir pour comparer les taux de violence respectifs.
Photon a écrit : Nous parlons ici d'un sujet bien spécifique, je trouve votre comparaison inappropriée,
Et selon vous le suicide ne serait pas une sujet bien spécifique? Pourquoi la comparaison serait elle inappropriée?
Photon a écrit : ... il faut parfois explorer des pistes avant de les condamner!
:dix: Voilà pourquoi je me révolte contre les rejets présomptifs de ce genre.
Photon a écrit :Je connais plusieurs générations de femmes battues et si le contexte social change, le principe en lui-même pas vraiment!
Je pourrais aussi faire valoir mon expérience personnelle de générations de cas de violence conjugale, mais nous surestimerions alors tous deux la valeur que peut constituer une expérience personnelle d'un point de vue scientifique. Les homéopathes pourraient d'ailleurs aussi nous servir le même argument: «Je connais des générations de malades et si le contexte change, le principe de la maladie en lui même ne change pas vraiment»
Photon a écrit :Et cela ne s'arrête pas à la localisation de mon île. Que cela soit en France Métropolitaine ou sur l'île soeur Maurice!
Vous vous reposez ici sur des recherches transculturelles, ou est-ce encore votre expérience personnelle qui parle?
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 10:41

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Photon » 23 mars 2014, 14:08

Kraepelin a écrit :Il y a des choses tout à fait correctes dans la Trousse, mais il y en a qui ne le sont pas et il y en a d'autres qui manquent. Par exemple, les statistiques policières sont reconnues comme sous représentant sévèrement les cas de violence conjugale contre des hommes. On ne peut donc pas s'en servir pour comparer les taux de violence respectifs.


Si vous me donnez les points précis que vous ne trouvez pas correct, vous savez, cela permettrait de positionner correctement le débat.


Kraepelin a écrit :Et selon vous le suicide ne serait pas une sujet bien spécifique? Pourquoi la comparaison serait elle inappropriée


Si c'est un sujet bien spécifique, mais pour moi les suicides n'ont rien avoir avec les violences conjugales! C'est comme comparer de la bière à la limonade :mrgreen:


Kraepelin a écrit :Je pourrais aussi faire valoir mon expérience personnelle de générations de cas de violence conjugale, mais nous surestimerions alors tous deux la valeur que peut constituer une expérience personnelle d'un point de vue scientifique.


J'aimerai bien le point de vue scientifique, cela m'intéresse sincèrement de le lire!


Kraepelin a écrit :Vous vous reposez ici sur des recherches transculturelles, ou est-ce encore votre expérience personnelle qui parle?


Je parle d'expérience de personnes rencontrées avec qui j'ai pu longuement discuté, même si je ne suis pas femme battue, je suis issue d'une famille de femmes battues, ma meilleures amie a été femme battue pendant 14 ans, je comprends donc tout à fait. Et oui j'ai beaucoup lu sur le sujet!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 23 mars 2014, 15:45

Salut Photon

Photon a écrit : Si vous me donnez les points précis que vous ne trouvez pas correct, vous savez, cela permettrait de positionner correctement le débat.
(...)
J'aimerai bien le point de vue scientifique, cela m'intéresse sincèrement de le lire!

Au début de cette topique, j'ai donné des références aux publications de l'Institut de la statistique du Québec. Celle-ci, par exemple. Si vous commenciez par lire cette référence, vous nous éviteriez un va-et-vient. Dans le même message j'ai soulevé plusieurs aspects des résultats de recherche qui contredisaient les thèse féministes. J'ai plus loin donné plusieurs publications savantes qui soulignent l'obstacle épistémologique de constitue la prévalence des thèses féministes dans ce domaine de recherche (sur cette page un peu plus haut).

Photon a écrit :
Kraepelin a écrit :Et selon vous le suicide ne serait pas une sujet bien spécifique? Pourquoi la comparaison serait elle inappropriée
Si c'est un sujet bien spécifique, mais pour moi les suicides n'ont rien avoir avec les violences conjugales! C'est comme comparer de la bière à la limonade :mrgreen:
Le suicide et la violence sont des sujets différents. Je le donnais en exemple simplement pour montrer que dans des cultures différentes des comportement analogues n'ont pas nécessairement la même signification.


Photon a écrit : Je parle d'expérience de personnes rencontrées avec qui j'ai pu longuement discuté, même si je ne suis pas femme battue, je suis issue d'une famille de femmes battues, ma meilleures amie a été femme battue pendant 14 ans, je comprends donc tout à fait.
Ce type d'expérience n'est pas sans valeur, mais il peut également constituer un obstacle épistémologie. Seul l'encadrement méthodologique de la science peut éventuellement permettre de dépasser nos préjugés.
Photon a écrit : Et oui j'ai beaucoup lu sur le sujet!
Beaucoup lu de pamphlets féministes ou beaucoup lu publications scientifiques sur le sujet?
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 10:41

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Photon » 23 mars 2014, 16:00

Kraepelin a écrit :Si vous commenciez par lire cette référence, vous nous éviteriez un va-et-vient.

En effet je ne l'ai pas lu et m'en excuse, je vais prendre le temps de décortiquer!

Kraepelin a écrit :je le donnais en exemple simplement pour montrer que dans des cultures différentes des comportement analogues n'ont pas nécessairement la même signification.

Je suis d'accord sur ce point, par contre en ce qui concerne la violence conjugale, je pense que ce principe ne s'applique pas!

Kraepelin a écrit :Seul l'encadrement méthodologique de la science peut éventuellement permettre de dépasser nos préjugés

Qu'entendez vous par préjugés?

Kraepelin a écrit :Beaucoup lu de pamphlets féministes ou beaucoup lu publications scientifiques sur le sujet?

Les deux Monsieur, mais la violence conjugale concernant les hommes n'est pas très courante ici, où du moins c'est très peu déclaré! Pour info j'en ai connu un, si les conséquences physiques sont moindre que sur une femme, l'état psychologique pour moi est le même (mais c'est un cas isolé, je n'ai donc pas d'avis tranché sur la question)!
Dans certaines discussions le vécu ne suffit pas, il vaut mieux s'armer d'autres choses, il est bon de prendre plusieurs points de vue parfois!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 23 mars 2014, 16:18

Photon a écrit : Qu'entendez vous par préjugés?


http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9jug%C3%A9
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 23 mars 2014, 16:54

Photon a écrit :
Kraepelin a écrit :je le donnais en exemple simplement pour montrer que dans des cultures différentes des comportement analogues n'ont pas nécessairement la même signification.

Je suis d'accord sur ce point, par contre en ce qui concerne la violence conjugale, je pense que ce principe ne s'applique pas!
Je ne voudrais pas partir le récit d'une série d'anecdotes et de situations dont j'ai été témoin, mais je crois utile de vous communiquer quelques notions culturelles propres à mon pays.

La culture québécoise est très intolérante face à la violence vis-à-vis les femmes (dans un contexte conjugal ou autre). Très jeunes, les petits garçons québécois de souche apprennent qu'il est strictement interdit de violenter physiquement les filles de quelques façons que ce soit. C'est un tronc culturel commun partagé par presque toutes les couches de la société traditionnelle québécoise. (mes compariotes québécois me corrigeront s'ils estiment que je me trompe).

Il y a malgré tout des cas de violence, les recherches le prouvent. Ceux qui s'y adonnent sont cependant considérés comme des brutes, des crackpots, d'odieux personnages, des parias qui ne méritent pas mieux que la prison et qui finissent d'ailleurs effectivement souvent par s'y retrouver. Aussi, les agresseurs cachent presque toujours leur crime. Ils sont violents dans l'intimité de leur foyer. Jamais sur la place publique!

Aussi, lorsque des Québécois de souche, comme moi, sommes témoins de violence conjugale survenant dans d'autres groupes ethniques, nous sommes estomaqués. Et lorsque les agresseurs affirment des choses comme: «Nous, c'est comme ça que l'on fait avec nos femmes!», premièrement, je suis porté à les croire un peu et, deuxièmement, je suis porté à croire que des facteurs culturels jouent probablement un rôle important dans l'incidence de la violence dans un contexte conjugal.

Je ne connais pas la culture de l'Île de la Réunion! Je ne sais pas comment les garçon y sont élevé.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Pepejul » 23 mars 2014, 17:17

Qu'est-ce qu'un "Québécois de souche" ?

Les amérindiens ne sont ils pas les vrais québécois de souche ?
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 23 mars 2014, 17:22

Pepejul a écrit :Qu'est-ce qu'un "Québécois de souche" ?

Les amérindiens ne sont ils pas les vrais québécois de souche ?


:oops:
Ta question m'embête! D'un certain point de vue, ils sont bien plus québécois que les québécois de souche française, mais dans ma définition, je les excluais parce qu'ils présentent des caractéristiques culturelles qui leurs sont propres.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Pepejul » 23 mars 2014, 18:43

Qu'est-ce qui est "propre à tous les québécois de souche française" ?
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 3910
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar unptitgab » 24 mars 2014, 04:54

Kraepelin a écrit :
Aussi, lorsque des Québécois de souche, comme moi, sommes témoins de violence conjugale survenant dans d'autres groupes ethniques, nous sommes estomaqués. Et lorsque les agresseurs affirment des choses comme: «Nous, c'est comme ça que l'on fait avec nos femmes!», premièrement, je suis porté à les croire un peu et, deuxièmement, je suis porté à croire que des facteurs culturels jouent probablement un rôle important dans l'incidence de la violence dans un contexte conjugal.

Je ne connais pas la culture de l'Île de la Réunion! Je ne sais pas comment les garçon y sont élevé.

Je ne comprends pas que l'on puisse justifier la crasse intellectuelle portée par les personnes violentes par des cultures. En quoi considérer que la moitié de l'humanité est inférieure est un marqueur culturel, c'est juste le reflet de pauvres types qui n'ont d'autres ressources que leur force physique pour assouvir leur penchant médiocre à la domination.
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 24 mars 2014, 05:45

Pepejul a écrit :Qu'est-ce qui est "propre à tous les québécois de souche française" ?

Plusieurs choses! C'est la définition anthropologique de ce qu'est une culture. Ici, je ne retenais qu'un seul élément.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6146
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: VIOLENCE FAITE AUX FEMMES: LA FIN DES MYTHES

Messagepar Kraepelin » 24 mars 2014, 05:49

unptitgab a écrit :Je ne comprends pas que l'on puisse justifier la crasse intellectuelle portée par les personnes violentes par des cultures. En quoi considérer que la moitié de l'humanité est inférieure est un marqueur culturel, c'est juste le reflet de pauvres types qui n'ont d'autres ressources que leur force physique pour assouvir leur penchant médiocre à la domination.
Que tu ne comprennes pas est illustratif de ta propre appartenance culturelle.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes


Revenir vers « Légendes urbaines et idées reçues »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit