NOSTRADAMUS expliqué.

Vous pouvez parler de toutes les sortes d’astrologies connues ici.
Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 7601
Inscription : 20 mai 2004, 21:42
Localisation : Québec
Contact :

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#26

Message par Raphaël » 17 févr. 2014, 16:30

MaisBienSur a écrit :Je peux maintenant ? :a4:
Non, pas encore. J'attends avec impatience ses justifications pour l'année 1602.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#27

Message par Sumad Cadet » 20 févr. 2014, 04:56

4. MANIFESTE DE LA DÉCOUVERTE DU SECRET DES CENTURIES. (IV).

Il ressort des trois communications précédentes, ceci : La possibilité de dater la parution de chaque quatrain et de lui concéder une période historique avec une précision et une pertinence inégalées !

__________1°. Parution des 353 premiers quatrains en 1555. La période historique traitée va de 1500 à 1555.

__________2°. Parution jusqu'au quatrain 42 de la 7ème Centurie en 1566, suivi du mot FIN selon la volonté de Nostredame. La période historique traitée va de 1555 à 1566 de préférence mais peut couvrir la période de 1500 à 1566.

__________3°. Parution des trois dernières Centuries et de la lettre à Henri Roi de France second en 1602 (1605). La période historique traitée (par les héritiers littéraires de Nostredame) va de 1566 à 1602 de préférence mais peut couvrir la période de 1500 à 1602 car elle contient de nombreux quatrains de Nostradamus reconnaissables au style, dont notamment ces deux là.

X.06. Sardon Nemaus si haut déborderont,
Qu'on cuidera Deucalion renaistre.
Dans le collosse la plus part fuyront,
Vesta sépulchre feu esteint apparaistre.


X.72. L'an mil neuf cents nonante neuf sept mois,
Du ciel viendra un grand Roy d'effrayeur:
Ressusciter le grand Roy d'Angolmois,
Avant après Mars régner par bon-heur.


Au repères chronologiques, il est bon de rajouter un autre indice de décryptage, ce sont les deux points (d'explication) situés à la fin des seconds vers, après effrayeur (et estrange) (:). Ils indiquent que le quatrain possède deux propositions reliées par un thème commun. La ponctuation est la plus difficile à cerner car ignorée jusqu'à ce jour.

VI.02. En l'an cinq cents octante plus et moins
On attendra le siècle bien estrange:
En l'an sept cens, et trois cieux en témoins,
Que plusieurs règnes un à cinq feront change.


Comme vous pouvez le remarquer, les quatrains X.72 et VI.02, donnent deux dates extérieures au siècle sauvage (16ème). Nostradamus a utilisé des artifices pour déduire ces deux dates qui sont des résultats de calcul et non des repères calendaires. (On disait, par exemple). En l'an 15 du règne d'Auguste... Au fait, l'âge canonique de Mathusalem, 969 ans, était-ce vraiment des années ou bien des mois?

Cordialement. A suivre.
Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#28

Message par BeetleJuice » 20 févr. 2014, 06:27

Raphaël a écrit :Non, pas encore. J'attends avec impatience ses justifications pour l'année 1602.
Visiblement, c'est encore pas pour cette fois.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#29

Message par Sumad Cadet » 24 févr. 2014, 06:16

5. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS. (1):
Cas où il n'est pas n'est pas nécessaire de connaître les clefs. (I).

VII.41. Les os des pieds et des mains enserrez,
Par bruit maison longtemps inhabitée,
Seront par songes concavant déterrez,
Maison salubre et sans bruit habitée.
Concaver = creuser.

Je vais tenter de répondre à l'une des nombreuses questions posées par Chanur le 07 février 2014 à 10h16 :

"- Y a-t-il au moins un exemple de quatrain où le décryptage puisse se faire sans connaître les événements décrits..?

Bien sûr! Nostradamus a écrit autre chose que des calamités, des catastrophes et des désastres. Dans le quatrain VII.41, il renseigne simplement sur le cas d'une maison hantée dont on a pu par des moyens supposés oniriques, déterminer la cause de hantise et par des moyens matériels la supprimer. C'est très clair... A la portée de tous ! Toutes mes recherches et mes années d'étude ne m'ont rien apporté de plus.

Le quatrain VII.41 a été publié pour la première fois en 1566. Il relate un fait divers s'étant déroulé dans la période allant de 1500 à 1566 et très probablement entre 1555 et 1566. Par ailleurs, le quatrain ne possède pas les deux points de partition (explication) à la fin du second vers ; il n'y a qu'un thème et qu'un fait divers (une chronique). Comme vous le constatez, on n'est pas plus avancés !

Je précise et je rappelle que le quatrain VII.41 est l'avant dernier quatrain que Nostradamus ait confié aux imprimeurs. Après, à la suite du VII.42, il a écrit le mot : FIN.

Et pour répondre à Raphaël et à BeetleJuice qui s'inquiètent car ils ignorent la source de mes renseignements qui me conduisent à affirmer que le 3ème tiers de l'oeuvre est paru en 1602 (1605), je les informe :

Je possède un ouvrage en deux tomes: "Les Oracles de Michel de Nostredame, dit Nostradamus", commenté par Anatole le Pelletier, édition "ne variatur", le texte type de Pierre Rigaud (Lyon 1558-1566) avec les variantes de Benoist Rigaud (Lyon 1566), édité par Jean de Bonnot. Après le quatrain VII.42 et le mot FIN, la Centurie s'arrête à cet endroit dans les éditions-princeps de Pierre et de Benoist Rigaud. Puis, il y a les suppléments de la réédition de 1605 présentés par Vincent Sève à Henri IV. On y trouve, la lettre à Henri Roi de France second, les trois dernières Centuries, des bribes de la 11ème et de la 12ème, ainsi que les Sixains et les Présages.

L'édition qui sert d'argument aux détenteurs de la certitude de la parution complète dès 1568, repose sur des preuves matérielles dont l'authenticité est mise en doute par Anatole le Pelletier et Michel Chomarat. En effet, cet ouvrage est composé de deux parties distinctes (cahiers) foliotées séparément. En somme on a rajouté les trois dernières Centuries pour lesquelles est annoncée une permission qui n'existe pas. Une permission et une autorisation de la part de la Censure Royale.

En conclusion, je me range au côté des deux sceptiques, à savoir Le Pelletier et Chomarat. Je laisse les faussaires produire des faux! Mon expérience personnelle m'a conduit à démontrer la pertinence de mon hypothèse. Et c'est ce que je me suis proposé d'expliquer.

A noter que Jean-Charles de Fontbrune et Anatole Le Pelletier ne sont pas parvenus à décrypter le quatrain VII.41, puisqu'ils ne le communiquent pas ! Pour ma part, je ne suis pas arrivé à retrouver la narration de ce cas du désenvoûtement du 16ème siècle. Et vous ?

Sumad Cadet.
A suivre.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#30

Message par BeetleJuice » 24 févr. 2014, 09:09

Et bien, enfin un début de quelque chose. Honnêtement, vous auriez du commencer par là au lieu de parader.

Je laisse à Raphaël le soin de vérifier, c'est lui qui a posé la question de la parution. Moi j'attends toujours l'explication de ce qui vous amène à penser que D.M peut se comprendre comme 1500 dans le premier quatrain que vous avez analysé. On passera aux autres objections de transcription que je peux faire quand on aura éclairci ça.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 7601
Inscription : 20 mai 2004, 21:42
Localisation : Québec
Contact :

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#31

Message par Raphaël » 24 févr. 2014, 15:29

Sumad Cadet a écrit :Et pour répondre à Raphaël et à BeetleJuice qui s'inquiètent car ils ignorent la source de mes renseignements qui me conduisent à affirmer que le 3ème tiers de l'oeuvre est paru en 1602 (1605), je les informe :

Je possède un ouvrage en deux tomes: "Les Oracles de Michel de Nostredame, dit Nostradamus", commenté par Anatole le Pelletier, édition "ne variatur", le texte type de Pierre Rigaud (Lyon 1558-1566) avec les variantes de Benoist Rigaud (Lyon 1566), édité par Jean de Bonnot. (...)

L'édition qui sert d'argument aux détenteurs de la certitude de la parution complète dès 1568, repose sur des preuves matérielles dont l'authenticité est mise en doute par Anatole le Pelletier et Michel Chomarat. En effet, cet ouvrage est composé de deux parties distinctes (cahiers) foliotées séparément. En somme on a rajouté les trois dernières Centuries pour lesquelles est annoncée une permission qui n'existe pas. Une permission et une autorisation de la part de la Censure Royale.

En conclusion, je me range au côté des deux sceptiques, à savoir Le Pelletier et Chomarat.
Voici ce qu'a écrit Anatole Le Pelletier dans son ouvrage "Les Oracles" tome II:

«L'édition-princeps de Pierre Rigaud est cataloguée à la Bibliothèque de Paris, lettre Y, no° 4621; le format est in-16: elle provient des Bénédictins de la congrégation de Saint-Maur & porte le millésime manuscrit de 1555-1558. Elle est vraisemblablement de 1558 pour la première section, comprenant les sept premières Centuries précédées de l'épître à César de Nostredame, avec titre; & de 1566 pour la deuxième section, comprenant les trois dernières Centuries précédées de l'épître à Henry second, avec titre séparé. Dans toute hypothèse, la critique la plus méticuleuse ne saurait lui attribuer une date postérieure à 1566, année de la mort de Michel de Nostredame.»

J'espérais une discussion honnête et je constate que ce n'est pas le cas.

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3315
Inscription : 04 août 2011, 17:23
Localisation : Règlement: règlement

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#32

Message par PhD Smith » 26 févr. 2014, 13:24

Moi, je dis "Vive Nostradamus" en attendant :ivres:
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#33

Message par Sumad Cadet » 28 févr. 2014, 03:44

Raphaël a écrit :
Voici ce qu'a écrit Anatole Le Pelletier dans son ouvrage "Les Oracles" tome II:

«L'édition-princeps de Pierre Rigaud est cataloguée à la Bibliothèque de Paris, lettre Y, no° 4621; le format est in-16: elle provient des Bénédictins de la congrégation de Saint-Maur & porte le millésime manuscrit de 1555-1558. Elle est vraisemblablement de 1558 pour la première section, comprenant les sept premières Centuries précédées de l'épître à César de Nostredame, avec titre; & de 1566 pour la deuxième section, comprenant les trois dernières Centuries précédées de l'épître à Henry second, avec titre séparé. Dans toute hypothèse, la critique la plus méticuleuse ne saurait lui attribuer une date postérieure à 1566, année de la mort de Michel de Nostredame.»

J'espérais une discussion honnête et je constate que ce n'est pas le cas.
Bonjour Raphaël,
Voici ce qu'a écrit Anatole le Pelletier dans son ouvrage "Les Oracles de Nostradamus", Tome I. Pages 38-39.

"La Bibliothèque Royale possède une très ancienne édition des Centuries de Nostradamus. On prétend qu'elle est de 1558; mais nous ne le pensons pas, car elle a été probablement faite l'année même de la mort de l'auteur, c'est-à-dire 1566. Quoi qu'il en soit, ce petit livre très bien conservé est un bijou bibliographique. Il porte le titre suivant : Prophéties de M. Michel Nostradamus, dont il y en a trois cents qui n'ont encore jamais ésté imprimées. A Lyon, Chez Pierre Rigaud, Rue Mercière, au coin de Rue Ferrandière, Avec Permission. Il nous a été impossible de découvrir la permission mentionnée dans le titre.

"Ce volume, de format in-16, est divisé en deux parties. La première contient l'épître à César et sept Centuries. La seconde renferme la lettre à Henri II et les Centuries VIII, IX et X. Cette ancienne édition est portée sur le catalogue de la Bibliothèque Royale à l'Y n° 4621. Avant la Révolution Française, elle appartenait aux Bénédictins de la Congrégation de Saint Maur."

Je continue à produire des extraits du livre en question à l'attention de Jean-François: Sujet: SECOND.
Tome I, page 15 : "...Mais à un autre "Henry, roy de France second", du latin, secundus, c'est-à-dire secourable. Et toujours page 15 : M.F. Buget, formule nettement la même pensée... "Henry, roy de France second", c'est-à-dire, "favorable".
Tome I, page 55. "L'édition-princeps de pierre Rigaud (antérieure de deux ans à celle de Benoist Rigaud, pour la deuxième section imprimée en 1566) porte : "Henry, roy de France second" (du latin, secundus, secourable) au lieu de Henry Roy de France II, ce qui est une variante très importante...
Tome I page 56. A propos de l'édition de 1605 (Y4622): "On lit seulement le millésime M.DCV. Le supplément précédé d'une épître dédicatoire au Roi Henri IV, signée Sève..."
Tome II, page 465. "SECOND, latin secundus, secourable"

Il faut souligner qu'Anatole le Pelletier est passablement irritant. Après le quatrain VII.42, il y a le mot FIN, Il trouve le moyen de loger dans ses traductions (tome I, page 294) un quatrain numéroté VII.43 et ce n'est pas tout, il en rajoute un autre, VII.44 (tome I, page 200). Comme dit l'adage, jamais 2 sans 3... alors le scandale continue. On n'est plus à un faux quatrain près : il rajoute un quatrain après l'édition de 1568 (X.---) (tome I, page 135) ou pour être plus précis: pour le premier Centenaire: 1655.

PS. Il m'a fallu 25 ans pour comprendre le secret de l'ouvrage en question: il a été écrit à 8 mains !!!

Prochainement: étude d'un quatrain relatant une anecdote s'étant déroulée entre 1566 et 1602.

A bientôt (04-03). Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
Cartaphilus
Modérateur
Modérateur
Messages : 5755
Inscription : 23 sept. 2008, 14:54
Localisation : France

Perseverare in errore.

#34

Message par Cartaphilus » 28 févr. 2014, 05:24

Salut à tous, bonjour Sumad Cadet.
Sumad Cadet a écrit :(du latin, secundus, secourable)
Errare humanum est, sed perseverare diabolicum.
Le sommeil de la raison engendre des monstres. Francisco de Goya.

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 7601
Inscription : 20 mai 2004, 21:42
Localisation : Québec
Contact :

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#35

Message par Raphaël » 28 févr. 2014, 17:09

Sumad Cadet a écrit :PS. Il m'a fallu 25 ans pour comprendre le secret de l'ouvrage en question: il a été écrit à 8 mains !!!
Comme ce concerto ?

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#36

Message par Sumad Cadet » 04 mars 2014, 03:50

6. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Cas d'anecdotes mondaines entre 1566 et 1602. (I)


IX.78. La dame Grecque de Beauté laydique,
Heureuse faite de procs innumerable,
Hors translatée au règne Hispanique,
Captive prise puis mourir mort misérable.


Lexique selon le scholiaste: Beauté laydique, métaphore : beauté semblable à celle de Laïs, célèbre courtisane grecque. Procs innumerable, latin, procus, prétendant, amant; procus innumérable, prétendant d'un prix inestimable. Translater, vieux mot: transférer d'un lieu dans un autre. Règne Hispanique, l'Espagne et ses nombreuses dépendances.

Dictionnaire Larousse : "LAÏS, nom porté par diverses courtisanes grecques sur lesquelles les auteurs anciens ont colporté différentes anecdotes. L'une d'entre elles fut la maîtresse d'Alcibiade, une autre fut celle d'Aristippe."

Selon le repère du quatrain, IX.78, Il a été édité pour la première fois en 1602 (1605). Il relate un chronique du 16ème siècle et sans doute une anecdote ayant eu lieu entre 1566 et 1602 dont la relation est faite pat les héritiers de Nostradamus. Quand on connait la méthode de gouvernement de Catherine de Médicis, l'on est obligé de songer à l'Escadron Volant. La biographie de Catherine de Médicis par Yvan Cloulas, Fayard éditeur, a été lue avec une grande attention. J'ai cherché si parmi les membres de l'Escadron Volant, il n'y avait pas eu une courtisane grecque qui aurait fricoté avec un homme d'une énorme importance.

Page 419 : "Parmi les dames, la duchesses d'Uzès, la princesse douairière de Condé, la duchesse de Montpensier étaient d'utile conseil. Mais la suite comprenait aussi des dames et des demoiselles d'honneur dont la grâce, la beauté et la galanterie avaient prouvé qu'elles pouvaient le cas échéant faire merveille : l'Italienne Atria; la Grecque Dayelle et la célèbre Madame de Sauve..."

Page 240 : "Impatientée, la reine (Catherine de Médicis) partit le 20 novembre 1578 à Auch. Elle espérait y attirer Navarre (futur Henri IV) qui s'y sentirait en sécurité. Elle u réussit en effet et le retint grâce à ses demoiselles d'honneur. Le Béarnais, amoureusement très inflammable, n'avait pas résisté aux charmes de la belle Dayelle..."

Page 389 : "Infatigable, la reine-mère se rendit à Sens (1576) pour négocier avec les confédérés (protestants). Face aux 20000 hommes de leur armée, Catherine manœuvra en alignant les grâces d'un parterre de dames attirantes. Madame de Sauve, Mademoiselle d'Estrèes, de Bretèche, Madame de Kernevoy, la maîtresse de Fervaques, Madame de Villequier que son mari jaloux poignarda l'année suivante, Madame de Montpensier, la future ligueuse et, reine de Beauté, la galante reine de Navarre (La reine Margot). C'est bien cette fois, l'Escadron Volant au complet."

Les Valois. De François 1er à Henri III. Georges Bordenove. Pygmalion éditions. 2003. Page 861.
"Il (Henri IV) supportait allègrement les infidélités de la reine Margot. Catherine croyait le retenir sous son joug, en poussant dans ses bras, les belles de l'Escadron Volant. Le joyeux prince menait une vie scandaleuse. Il partageait ses faveurs entre Mmes de Sauve, de Carnavalet et Mlle d'Ayelle, pour ne citer que ces trois là."

Henri IV, Jean-Pierre Babelon. Fayard éditions, 1982, page 253. "L'héroïne du jour n'est plus la belle Mm de Sauve, la Circé de 1575, qui est pourtant présente mais une autre membre de "l'Escadron Volant", une Espagnole, Victoire d'Alaya, dite d'Ayelle, que les historiens ont souvent confondue avec la Grecque Marguerite Davila qui n'était pas du voyage."

Compliquée cette histoire! On cherchait une Dayelle et on en rencontre 2 ! Mais alors, si les historiens font des confusions... A suivre.
Sumad. Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18662
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Misère !

#37

Message par Denis » 04 mars 2014, 04:53


Salut Sumad Cadet,

Tu dis :
A suivre.
Misère !

:grimace: Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 7601
Inscription : 20 mai 2004, 21:42
Localisation : Québec
Contact :

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#38

Message par Raphaël » 05 mars 2014, 20:42

Sumad Cadet a écrit :Compliquée cette histoire!
:bide:

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#39

Message par Sumad Cadet » 08 mars 2014, 04:48

7. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS. (2)
Cas d'anecdotes mondaines entre 1566 et 1602. (II)


Internet apporte un début d'explication à l'existence des deux "Dayelle". Réflexion faite, il donne des éléments pour rétablir la vérité. On nomme abusivement, historien, un auteur qui a produit un ouvrage concernant un pan de l'histoire... Or, la réalité s'éloigne de la vérité, et vice et versa...

Extrait: Dictionnaire des Favorites (Internet).08. Henri IV de France. Marguerite d'Avila, dite Dayelle.

"Fille d'Antoine d'Avila et de Florence Synticlio, Marguerite d'Avila naquit vers 1553. D'origine chypriote, elle fut rescapée du sac de Chypre en 1571. Selon Harlay de Sancy, la liaison avec le roi de Navarre débuta en 1575 lorsque Henri fut détenu à la Cour après sa participation aux complots des Malcontents. Leur liaison s'achève la même année pour reprendre d'Octobre 1578 à mars 1579 à la cour de Nérac.
"Elle épousa Jean d'Hémeries, gentilhomme normand, "l'un des plus braves et renommés officiers que le roi Henri III avait en ses armées." Ils auront sept enfants: trois filles mariées en Basse-Normandie, trois autres religieuses à Caen et un fils dont les noms sont inconnus.
Son frère, Horacio, reçoit en 1576, 500 livres de gages annuels de la part d'Henri III en qualité de gentilhomme de sa chambre.
" Elle fut remplacée dans le cœur d'Henri IV par Marguerite dite Mlle du Rebours.
" Marguerite d'Avila était surnommée par ses contemporains la Dayelle. Alors on a tendance à la confondre avec Victoire d'Ayelle dite Victoire d'Alaya, autre fille d'honneur de Catherine de Médicis.
" Marguerite d'Avila mourut le 22 avril 1625, âgée de soixante douze ans."

Extrait: Dictionnaire des Favorites (Internet) 08. Henri IV de France. Victoire d'Alaya, dite Dayelle.

" Victoire d'Alaya ou d'Ayelle est une jolie fille qui vient de l'Espagne. Née en 1553, elle est la fille de Francisque d'Ayelle et de Portia Pagano. Elle devient la fille d'honneur de la reine-mère, Catherine de Médicis en 1573, âgée de seulement vingt ans. Elle fait aussi partie de l'Escadron Volant (composé des jeunes et des plus belles filles de la cour) de cette dernière. Or, Catherine de Médicis est la belle-mère du roi de Navarre (sa fille Marguerite de Valois, connue sous le nom de la reine Margot, est la femme de ce dernier). Lorsqu'il la remarque, Henri IV fait bien sûr de Victoire, sa maîtresse mais comme d'habitude pour une courte durée. Elle quitte sa charge de demoiselle d'honneur en 1580 pour se marier à Paris avec Camille de Féra (v. 1513-1594). A cette occasion, elle a été dotée par la reine-mère de 20000 livres tournois à prendre sur le domaine des Valois. Deux enfants naîtront de cette union: un garçon, Charles (1581-1678) et une fille, Victoire. Melle d'Ayelle meurt après 1584. Elle est souvent confondue avec la "Dayelle" qui était originaire de l'île de Chypre, qui fut aussi fille d'honneur de la reine-mère et maîtresse d'Henri IV."

Je note une grande légèreté concernant l'orthographe des noms des deux "Dayelle"
Jean-Pierre Babelon, appelle la Dayelle Grecque: Marguerite d'Avila, et sur Internet, on trouve Davila.
Raisonnement: 1°. En correspondance d'Avila, on peut mettre Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582), personnage résolument espagnol. 2°. En correspondance de Davila, on peut mettre Enrico Caterino Davia (historien Italien 1576-1631), nom résolument italien. La Dayelle grecque est d'ascendance espagnole ou italienne selon l'orthographe. Ce n'est pas très sérieux... Quant à la Dayelle espagnole...

Il y a des similitudes tellement criantes qu'on ne peut accepter l'idée de deux personnages différents: la date de naissance 1553... l'amant "innumerable", Henri IV... et l'appartenance à l'Escadron Volant... Selon mes recherches, qu'il serait fastidieux de développer ici, la courtisane Dayelle (d'Avila) de parents espagnols serait née à Chypre et aurait disparu de la scène du monde après 1584...

A suivre.
Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18662
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Suggestion d'avatar

#40

Message par Denis » 08 mars 2014, 05:11


Salut Sumad Cadet,

Je remarque que, sur le forum, tu n'as pas encore d'avatar.

Que dirais-tu de prendre celui-ci ?

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
curieux
Messages : 5632
Inscription : 12 juin 2005, 10:17
Localisation : France Nord
Contact :

Re: Suggestion d'avatar

#41

Message par curieux » 09 mars 2014, 05:45

Denis a écrit :Salut Sumad Cadet,

Je remarque que, sur le forum, tu n'as pas encore d'avatar.

Que dirais-tu de prendre celui-ci ?

:) Denis
Salut Denis

ah non, celui là est réservé aux témoins de Jéhovah. :lol:
De 1858 à 1972, à Lourdes:
- - guérisons miraculeuses reconnues par les autorités médicales: 34
- - guérisons miraculeuses constatées par les autorités religieuses:72
- - accidents mortels de circulation sur la route du pélerinage: 4272...
Bienvenue aux félés car ils laisseront passer ma lumière. [Michel Audiard]

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 7601
Inscription : 20 mai 2004, 21:42
Localisation : Québec
Contact :

Re: Suggestion d'avatar

#42

Message par Raphaël » 09 mars 2014, 14:51

curieux a écrit :ah non, celui là est réservé aux témoins de Jéhovah.
Je propose celui-ci.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18662
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

L'ad-hominemisation, faute de mieux

#43

Message par Denis » 09 mars 2014, 17:18


Salut Raphy,

En guise de suggestion d'avatar, pour Sumad Cadet, tu dis :
Je propose celui-ci.
Pas mauvais. Ça caractérise bien le personnage.

Cette autre suggestion le caractérise d'une autre façon.

Faute de pouvoir débattre (en mode interactif), il ne reste plus qu'à ad-hominemiser subtilement. C'est mieux que rien.

Misère!

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#44

Message par Pepejul » 09 mars 2014, 18:02

je propose celui-là : Image
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#45

Message par Sumad Cadet » 12 mars 2014, 03:20

8. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Cas d'anecdotes mondaines entre 1566 et 1602. (III)


IX.78. Dayelle, courtisane grecque d'une grande beauté,
Comblée en 1578 pa Navarre, futur Henri IV,


La deuxième partie, facile à comprendre car à peine cryptée, donne ceci:

Lors de son voyage vers un pays hispanisant,
Faite prisonnière avant de mourir misérablement.


La deuxième partie du quatrain prend un certain relief avec la Dayelle de naissance en territoire grec, de parents espagnols. Faut dire qu'à cette époque 1575-1584, la diplomatie française était embarrassée vis-à-vis de l'Espagne. Pendant les guerres de Religion, l'Espagne luttait en France avec les Catholiques contre les protestants qui demandaient l'aide des Anglais. Je pense que les héritiers de Nostradamus rapportent le drame s'étant déroulé pendant le voyage de retour de Dayelle vers des contrées sous domination espagnole. Le voyage s'était sans doute passé par voie maritime que les pirates barbaresques ont intercepté. Elle a été capturée et vendue en tant qu'esclave...Sort dramatique qui n'a pu émouvoir un pays déchiré par les guerres civiles.

Je réponds ainsi à Chanur qui s'étonnait que certains quatrains, malgré l'utilisation de mes clefs, me demeurent obscurs. La preuve est faite: les documents susceptibles de répondre à mon questionnement restent introuvables. De ce fait, je me suis vu dans l'obligation de proposer une explication.

La lecture du quatrain IX.78 me permet de consolider l'hypothèse selon laquelle les Centuries de Nostradamus relateraient les chroniques du 16ème siècle et que les trois dernières Centuries publiées en 1602 (1605) pour la première fois sont en partie de Nostradamus, en partie de ses héritiers littéraires et de ce fait, relatent des chroniques s'étant déroulées au cours du 16ème siècle. Ceci est très important. Ceci est novateur et bouscule les croyances établies. Nul ne pourra désormais accepter les Centuries comme avant.

L'explication des Centuries continue et prochainement l'on verra le cas d'un quatrain dans lequel un simple mot donne la correspondance historique; un autre démontrant toute la mauvaise foi et la manipulation, sur un simple mot, ayant servi aux interprètes reconnus pour truquer leurs démonstrations : à propos, comment traduisez-vous le mot "jeusne" ?

Si vous possédez de la documentation sur la fin de Dayelle, n'hésitez pas à nous en faire profiter !

A bientôt. Sumad Cadet.

P.S. La caravane passe et les chiens aboient !
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4061
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#46

Message par MaisBienSur » 12 mars 2014, 03:59

Ouaf !
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.
Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Florence
Messages : 8660
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#47

Message par Florence » 12 mars 2014, 04:14

Sumad Cadet a écrit :
Je réponds ainsi à Chanur qui s'étonnait que certains quatrains, malgré l'utilisation de mes clefs, me demeurent obscurs. La preuve est faite: les documents susceptibles de répondre à mon questionnement restent introuvables. De ce fait, je me suis vu dans l'obligation de proposer une explication.
Autrement dit, faute de documents, vous inventerez à votre guise ... on s'en doutait un peu, merci de nous l'avoir confirmé ! :roll:
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18662
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

"Passer", c'est vite dit

#48

Message par Denis » 12 mars 2014, 04:14


Salut Sumad Cadet,

Tu dis :
La caravane passe et les chiens aboient !
Ce qui passe ressemble plus à un hamster dans sa roue, qu'à une caravane.

Et puis, "passer", c'est vite dit.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#49

Message par BeetleJuice » 12 mars 2014, 04:55

Sumad a écrit : La preuve est faite: les documents susceptibles de répondre à mon questionnement restent introuvables. De ce fait, je me suis vu dans l'obligation de proposer une explication.
Vous n'avez pas d'obligation, sauf dans votre tête. Un vrai chercheur aurait eu, au contraire, l'obligation de ne surtout pas inventer d'explication s'il n'a rien pour la soutenir.
Mais bon, vu que vous interprétez le texte comme bon vous semble, au mépris de toute méthode et souvent même au mépris de l’étymologie pour tenter de valider une thèse décidée d'avance, il n'y a pas vraiment de surprise à constater une fois de plus que la rigueur n'est pas votre principal soucis, voir pas votre soucis du tout.

Et franchement, c'est dommage de voir ça, parce que votre idée de départ n'est pas forcément plus idiote que celle qui voit des prédictions dans les quatrains et aurait mérité un meilleur traitement que le votre.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5451
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#50

Message par richard » 12 mars 2014, 07:43

salut Sumad! tu écris
Sumad Cadet a écrit :La caravane passe et les chiens aboient !
c'est l'inverse; on dit "Les chiens aboient, la caravane passe." Pas grave! mais je tenais à le signaler.
r
PS. j'y connais rien à ces quatrains mais ils m'ont toujours plu. Pour moi peu importe à quoi ils se rapportent, je les entends plus comme des poèmes.
:hello: A+

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit