NOSTRADAMUS expliqué.

Vous pouvez parler de toutes les sortes d’astrologies connues ici.
Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Pepejul » 12 mars 2014, 13:58

Vous n'avez pas donné l'inverse... la phrase reste la même...

"Le ciel est bleu, les nuages arrivent" n'est pas l'inverse de "les nuages arrivent, le ciel est bleu"...
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5244
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar richard » 12 mars 2014, 14:21

Ben si! le sens n'est pas le même "Les chiens aboient, la caravane passe." veut dire "quand un individu est sûr de lui, les contestations les plus bruyantes ne peuvent le faire reculer. Elles ne provoquent au contraire que dédain." alors que "la caravane passe, les chiens aboient." signifierait que quand la caravane passe, les chiens aboient; c'est le passage de la caravane qui déclencherait l'aboiement des chiens. Ce qui n'a rien à voir, amha.
:hello: A+

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Pepejul » 12 mars 2014, 15:35

Différent, certes... l'inverse non. l'inverse serait "les chiens passent, la caravane aboie" :mrgreen:
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
switch
Messages : 1854
Inscription : 18 nov. 2010, 04:46
Localisation : n. f. [Didactique] Action de localiser, de se localiser

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar switch » 12 mars 2014, 17:41

En même temps, j'ai jamais compris comment les chiens font avancer la caravane. C'est dans le sens "pierre qui roule n’amasse pas mousse" ou dans le sens "un tient vaut mieux que deux tu l'auras" ?
« La Science est une méthode pour décider si ce que nous choisissons de croire se base ou non sur les lois de la Nature ».

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Pepejul » 12 mars 2014, 17:46

"Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avec l'eau du bain"
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3279
Inscription : 04 août 2011, 17:23
Localisation : Règlement: règlement

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar PhD Smith » 12 mars 2014, 17:46

Moi je me demande quelle bière buvait Nostradamus.
De la "Nostradamus", c'est évident !
Image
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6567
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar BeetleJuice » 12 mars 2014, 19:17

Switch a écrit :En même temps, j'ai jamais compris comment les chiens font avancer la caravane. C'est dans le sens "pierre qui roule n’amasse pas mousse" ou dans le sens "un tient vaut mieux que deux tu l'auras" ?



Si on en croit certains dico trouvables sur le net mais dont j'ai la flemme de reprendre les liens et donc pour une fois, vous avez qu'à chercher vous même :twisted: , ça vient des caravanes dans les régions désertiques, qui passaient à coté des campements, alertant les chiens, qui se mettaient à aboyer sur leurs passages, sans toutefois les ralentir, parce qu'elles ne prêtaient pas d'attention à ce dérangement.

Je sais pas si on peut prêter fois à cette origine, mais ça résume bien l'idée, à savoir que la caravane passe sans s'occuper des chiens, de la même façon que celui qui avance déterminé ne s'occupe pas de ceux qui le critiquent.
Evidemement, dans le cas de Sumad, qui espère prouver une hypothèse et non réaliser un projet, c'est incroyablement prétentieux et méprisant et contre toute logique scientifique, mais bon, c'est pas nouveau...
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Cartaphilus
Modérateur
Modérateur
Messages : 5706
Inscription : 23 sept. 2008, 14:54
Localisation : France

Une référence.

Messagepar Cartaphilus » 13 mars 2014, 03:09

Salut à tous.

BeetleJuice a écrit :[...] pour une fois, vous avez qu'à chercher vous même :twisted: [...]

Ce qui me permet de rappeler l'existence du site expressio.fr : Les chiens aboient et la caravane passe.
Le sommeil de la raison engendre des monstres. Francisco de Goya.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Sumad Cadet » 16 mars 2014, 04:56

9. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS. (2) :
Quand un seul mot suffit. 1 : POURCHAS. (I)


VI.29. La veuve saincte entendant les nouvelles,
De ses rameaux mis en perplex et trouble:
Qui sera duict apaiser les querelles,
Par son pourchas des razes fera comble.


Lexique selon le scholiaste :La veuve sainte,antonomase : la veuve par excellence,la reine veuve.Perplexe, latin, perplexus, embrouillé, embarrassé. Qui, laitn, celui qui. Duict,, latin, ductus, conduit, amené. Apaiser, ellipse : pour apaiser. Pourchas, roman, poursuite. Razes, synecdoque, les razes, c'est-à-dire, les tonsurés, prêtres et moines (à la tête rasée).

" Braves gens prenez garde aux choses que vous dîtes,
" Tout peut sortir d'un mot qu'en passant vous perdîtes..."


Ces deux vers extraits du poème de Victor Hugo, Prenez garde aux choses que vous dîtes, illustrent cet exemple. Il a suffit d'un mot, en l'occurrence pourchas action de pourchasser) pour que l'historien Georges Bordenove accrédite cette approche. Ce mot, banal, est employé exceptionnellement. Parmi la bibliothèque de livres d'Histoire consultée (1 mètre linéaire)le mot pourchas n'a été rencontré qu'une seule fois.

Petite note sur nos compagnons de route. Anatole Le Pelletier étudia Nostradamus et publia ses travaux ver 1866-1868. Il était ecclésiastique et a interprété les Centuries à la gloire du clergé catholique romain. Jean-Charles de Fontbrune a publié ses travaux en 1980 en prédisant la victoire du parti socialiste aux élections présidentielles françaises de 1981. Sa prédiction était juste; il connut un succès immédiat. Il était royaliste et a interprété les Centuries à la gloire de la royauté. Tous deux ont fait un travail formidable de vocabulaire et de grammaire. Par contre, ils n'avaient pas d'hypothèses pour justifier leurs interprétations. Ce qui a donné lieu à des versions assez cocasses.

Seul Anatole Le Pelletier présente présente une traduction du quatrain VI.29. En fait la période embrassée va de 1559 à 1588; pratiquement trente ans. A signaler que l'opinion selon laquelle le quatrain serait paru en 1557 souligne le côté prophétique concédé par Anatole Le Pelletier à Nostradamus.

Construction selon Anatole Le Pelletier: "La saint veuve entendra le récit (les nouvelles) de la perplexité et du trouble dans lesquels ses enfants (ses rameaux) auront été jetés. Celui qu'elle aura fait revenir (qui sera duict), afin d'apaiser la discorde les querelles, mettra le mal à son comble par sa poursuite (son pourchas) contre les hommes à la tête rasée (razes)."

Commentaire selon Anatole Le Pelletier: "Régence de Catherine de Médicis (1559-1574). "Catherine de Médicis la veuve saincte) entendra les plaintes douloureuses de ses fils jetés dans la perplexité et dans le trouble. Henri III qu'elle aura fait revenir de Pologne, après le décès de Charles IX, afin d'apaiser les discordes civiles, mettra le mal à son comble (fera comble) par son alliance avec Henri IV et les huguenots contre la Ligue catholique, et surtout par le meurtre du cardinal, frère du duc de Guise (par son pourchas des razes), tué par son ordre le 24 décembre 1588."

Nous verrons souvent ce cas de figure chez Anatole Le Pelletier. Il traduit avec précision et une grande pertinence chaque quatrain dont il a étudié la construction. Dommage, quand il s'agit de présenter un commentaire, de comparer son étude à l'Histoire, il se plante lamentablement car trop soucieux de complaire à sa hiérarchie. C'est ce que nous verrons bientôt.

A suivre.
Sumad Cadet.

P.S. Grâce aux précisions de Richard et de Cartaphilus, que je remercie, je peux désormais affirmer:

Les chiens aboient et la caravane passe.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Sumad Cadet » 20 mars 2014, 03:31

10. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Quand un seul mot suffit. 1 : POURCHAS. (II)


VI.29 La veuve saincte entendant les nouvelles,
De ses rameaux mis en perplex et trouble :
Qui sera duict apaiser les querelles,
Par son pourchas des razes fera comble.


Selon la numérotation, le quatrain VI.29 est paru pour la première en 1566. Il relate des faits s'étant déroulés entre 1555 et 1566. Il y a un thème commun reliant deux épisodes. D'après mes recherches, il s'agit de la Conjuration d'Amboise (mars 1560), avec étape n°1, le repli de la famille royale au château d'Amboise; n°2 l'appel et la venue du duc de Guise au château d'Amboise en état de siège.

Au point de vue de la construction littéraire, je ne partage pas la compréhension d'Anatole Le Pelletier en ce qui concerne le vers VI.29.D. Je le comprends ainsi: Par son pourchas (d'huguenots), il comblera les razes.

Rappel historique : En mars 1560, la Reine-mère, Catherine de Médicis, jeune veuve, était au château d'Amboise en compagnie de ses six enfants (Elisabeth étant devenue reine d'Espagne en 1559, était partie rejoindre son mari, Philippe II). Lorsque Charles IX décéda (1574) et qu'elle fit venir le futur Henri III, elle n'avait que François Duc d'Alençon auprès d'elle et la reine Margot à Paris.

Justification historique :Georges Bordenove : Les Valois, de François 1er à Henri III (1515-1589). Pygmalion éditeur, 2003. Chapitre III, La Conjuration d'Amboise (mars 1560), sujet Henri III, page 739. "Du 10 au 14 mars (1560) les patrouilles firent de nombreux prisonniers. On les relâcha après les avoir interrogés à l'exception des gentilshommes. Les dénonciations affluèrent. Les Guise découvraient peu à peu la gravité et l'étendue du complot. Ils comprirent qu'ils s'étaient mépris. Le pourchas des rebelles continua. Le duc de Nemours captura le baron de Castelnau, qui s'était enfermé dans le château de Noizay..."

Concordance historique.

VI.29. En mars 1560, Catherine entendra les rumeurs du complot,
Et à Amboise sera angoissée auprès de ses enfants:
Le Duc de Guise sera appelé pour calmer l'agitation,
Et par sa chasse aux huguenots comblera les catholiques.


Chanur, disait ceci le 07 février 2014 à 10h16mn: "-Si vous avez une clef de déchiffrage incontestable, comment se fait-il que certains (beaucoup, me semble-t-il) de ses quatrains soient, même pour vous, aussi difficiles à décrypter?"

Il y a plusieurs raisons à cela. L'importance que l'Histoire accorde aux faits et événements n'est pas forcément en rapport avec celle accordée par les contemporains . En outre, Nostradamus était très soucieux que l'on ne découvre pas le mystère des Centuries puisque la solution ne serait connue qu'avec la publication du troisième tiers dont il écrira quelques quatrains.

A suivre. Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Sumad Cadet » 24 mars 2014, 05:20

11. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Quand un seul mot suffit. 1 : POURCHAS. (III)


VI.29. La veuve saincte entendant les nouvelles,
De ses rameaux mis en perplex et trouble:
Qui sera duict apaiser les querelles,
Par son pourchas des razes fera comble.


richard a écrit :salut Sumad!
PS. j'y connais rien à ces quatrains mais ils m'ont toujours plu. Pour moi peu importe à quoi ils se rapportent, je les entends plus comme des poèmes.


Bonjour,

La poésie de Nostradamus qu'on dit: "rocailleuse, primesautière, brutale" doit son succès notamment à la cadence de ses vers: 10 pieds. Ils sont dits: décasyllabes ou décasyllabiques. En outre, tous les quatrains sont construits d'une manière identique dans les Centuries. Le premier vers rime avec le troisième et le second avec le quatrième. C'est immuable; c'est signé Nostradamus ! 1-3 ; 2-4.

Or dans le quatrain VI.29, on fait rimer nouvelles avec querelles, ce qui est logique; par contre faire vouloir rimer, trouble avec comble, choque les oreilles et rend le quatrain suspect. L'authenticité est mise en doute. Je fais remarquer que cette anomalie n'a pas été relevée par Anatole Le Pelletier. Selon le calendrier de parution retenu par celui-ci, le quatrain VI.29 aurait été publié dès 1557; l'assassinat des frères de Guise a eu lieu en décembre 1588, soit une prophétie de 31 ans !

Il ressort de cette tentative de tromperie une volonté malsaine de rapprochement des écrits de Nostredame avec les événements connus de l'interprète; besogne faite à posteriori car les contemporains des événements n'ont jamais fait les rapprochements alors qu'ils avaient disposé de 31 ans de réflexion. Cependant, tout interprète de Nostradamus doit aborder les Centuries avec une grande circonspection : l'on est toujours dépendants des faussaires ennemis de Mazarin, pendant les troubles de La Fronde (1648-1653).

L'exemplaire des Centuries de Nostradamus qui sert de référence aux études n'est pas l'édition hypothétique de 1568 de Benoist Rigaud mais un faux produit un siècle plus tard. Les esprits bien intentionnés ont cru qu'il suffisait de retirer les quatrains 43; 44 et 45 de la VIIème Centurie pour retrouver l'oeuvre d'origine de Nostradamus. Quelle naïveté ! Toutes les petites modifications, altérations, permutations sont restées dans le texte. Heureusement les faussaires ont semé des petits cailloux blancs pour désigner leurs interventions: le défaut de rime, trouble-comble en est un !

NOTA. Ce qui est connu sous le nom de Conjuration d'Amboise, est une tentative protestante maladroite pour libérer la famille royale qu'on disait sous l'autorité des Guise. Elle a été sauvagement réprimée et s'est apparentée à une épuration religieuse (Une Saint Barthélemy pour adultes. Les guerres de religion se profilaient...). Tout de suite après la Conjuration, il y a eu un coup d'état en douceur. Il y a eu la formation du Triumvirat Guise-Montmorency-Saint André. Catherine de Médicis perdait son pouvoir de Régente... Dans l'ombre un homme attendait son heure pour assouvir sa vengeance....

A venir.
Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
Chanur
Messages : 1438
Inscription : 14 déc. 2013, 05:58

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Chanur » 24 mars 2014, 11:16

Magnifique ! On dirait du Alexandre Dumas !
Le fait que je sache que quelque chose est vrai n'est pas une preuve. :chat:

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 7468
Inscription : 20 mai 2004, 21:42
Localisation : Québec
Contact :

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Raphaël » 24 mars 2014, 13:31

VI.29. La veuve saincte entendant les nouvelles,
De ses rameaux mis en perplex et trouble:
Qui sera duict apaiser les querelles,

D'après moi c'est une erreur de transcription: ce n'est pas querelles qu'il faut lire mais quenelles.

Florence
Messages : 8567
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Florence » 24 mars 2014, 14:55

Chanur a écrit :Magnifique ! On dirait du Alexandre Dumas !


Ah non, Dumas il est passionnant, lui !
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
Chanur
Messages : 1438
Inscription : 14 déc. 2013, 05:58

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Chanur » 25 mars 2014, 15:15

Florence a écrit :
Chanur a écrit :Magnifique ! On dirait du Alexandre Dumas !


Ah non, Dumas il est passionnant, lui !
Mais justement, ça commence à devenir sympa, avec la conjuration qui a falsifié les écrits de Nostradamus ...

Au fait, Sumad, comment sait-on qu'une centurie est falsifiée ? Parce qu'elle ne correspond pas à votre "méthode" de décodage ? Ou y a-t-il d'autres indices ?

Et y a-t-il quelque part une référence au fait que la "Conjuration d'Amboise" aurait modifié les écrits de Nostrdamus ?
Le fait que je sache que quelque chose est vrai n'est pas une preuve. :chat:

Avatar de l’utilisateur
NEMROD34
Messages : 4540
Inscription : 21 mars 2008, 10:45

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar NEMROD34 » 25 mars 2014, 15:22

D'après moi c'est une erreur de transcription: ce n'est pas querelles qu'il faut lire mais quenelles.
Excellent ! Image
Image
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Militant du: " MITCH S'en Fout "= Milite pour Images, Trucs à la Con, Humour, Sur le Forum.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Sumad Cadet » 28 mars 2014, 04:02

12. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2):
Quand un seul mot suffit. 2: Saint-Mémire. (I)


VIII.42. Par avarice par force , et par violence
Viendra vexer les siens chiefs d'Orléans,
Près Saint-Mémire assaut et résistance,
Mort dans sa tente diront qu'il dort léans.


Lexique selon Anatole Le Pelletier: Vexer: latin, vexare. 1° maltraiter, tourmenter. 2° soulever, gonfler. Saint-Mémire: anagramme, l'église de Saint-Merri à Paris (par métaplasme en retranchant un e et un m. Léans: roman, là-dedans.

Commentaires selon Anatole Le Pelletier: "Troubles des 5 et 6 juin 1832." "Par sa cupidité (avarice) et par l'abus qu'il fera de son pouvoir (force et violence), Louis-Philippe s'aliénera ceux qui l'avaient porté sur le trône (il vexera les siens). Il y aura assaut et combat, contre les républicains, près de l'église Saint-Merri (Saint-Mémire). D'Orléans (dort léans) après sa victoire, ne montrera plus aucune énergie et semblera endormi et comme mort dans son palais (dans sa tente)."

Lexique selon Jean-Charles de Fontbrune: Avarice: vif désir, convoitise. Saint-Mémire, il faut supposer ici une faute d'imprimerie; le mot Mémire n'existant pas, équivaut à Saint Merri.
Chez les deux exégètes, "par" indique le moyen, la raison.

Interprétation selon Jean-Charles de Fontbrune: "La révolte de la rue Saint-Merri les 5 et 6 juin 1832. Les Bourbons évincés par le Duc d'Orléans. " Traduction: "Par convoitise, par force et par violence, le Duc d'Orléans lèsera les siens. Après il y aura assaut et résistance rue Saint-Merri; ayant abandonné une partie (du pouvoir), on dira que le roi dort."

Recherches: L'on constate une belle unanimité quant à la traduction du quatrain VIII.42. On ne peut avoir une opinion élogieuse à l'encontre des deux exégètes qui font preuve d'une paresse d'esprit pour le moins suspecte ! Leurs explications ne sont pas convaincantes car elles situent la chronique en dehors de ma fenêtre historique : de 1500 à 1600. De fait, l'on doit tout reprendre à zéro. La vie nous apprend qu'il vaut mieux se dire naïf que se prétendre savant !

Dans le quatrain VIII.42, il y a citation de deux lieux géographiques; à savoir Orléans et "Saint-Mémire". Ne connaissant que la cité orléanaise, l'on a consulté la carte Michelin n° 64, pli n° 9. Énorme surprise ! Au sud ouest de la ville d'Orléans, le vocable "Saint-Mesmin" est cité trois fois. Ce mot, très proche de "Saint-Mémire" est présent dans les communes de: La Chapelle-Saint-Mesmin, Saint-Hilaire-Saint-Mesmin et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin. Cette nouvelle piste nous dirige vers le dictionnaire Larousse. A Saint-Mesmin, Saint-Hilaire, Saint-Pryvé ou la Chapelle, rien ! Par contre à Orléans, on indique que le chef du parti Catholique François de Guise, fut assassiné aux abords de la ville en 1563. Renseignement très intéressant, puisque dans le même dictionnaire, on dit que le Duc de Guise, François 1er, mourut à Saint-Mesmin... Très intéressant...

A suivre. Sumad Cadet.

P.S. Les chiens aboient et la caravane passe.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18620
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Ça achève ?

Messagepar Denis » 28 mars 2014, 04:12


Salut Sumad Cadet,

Ça achève, le dumping compulsif ?

Il reste combien de chameaux à passer ?

:) Wouf !
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 7468
Inscription : 20 mai 2004, 21:42
Localisation : Québec
Contact :

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Raphaël » 28 mars 2014, 14:13

Sumad Cadet a écrit :Lexique selon Anatole Le Pelletier: Saint-Mémire: anagramme, l'église de Saint-Merri à Paris (par métaplasme en retranchant un e et un m. Léans: roman, là-dedans.

Lexique selon Jean-Charles de Fontbrune: il faut supposer ici une faute d'imprimerie; le mot Mémire n'existant pas, équivaut à Saint Merri.
Chez les deux exégètes, "par" indique le moyen, la raison.

C'est comme dans mon exemple "querelles/quenelles": il suffit de quelques changements mineurs et on peut trouver tout et n'importe quoi dans les quatrains.

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Pepejul » 28 mars 2014, 16:11

essaye avec "chamelles" ou "coulemelles"...c'est pas mal aussi
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Sumad Cadet » 31 mars 2014, 03:59

13. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Quand un seul mot suffit. 2 : Saint Mémire. (II)


VIII.42. Par avarice par force, et par violence
Viendra vexer les siens chiefs d'Orléans,
Près Saint Mémire assaut et résistance,
Mort dans sa tente diront qu'il dort léans.


Suite des investigations : L'on n'était pas pleinement satisfait. Le Duc de Guise, François 1er, n'était pas Duc d'Orléans en 1563, puisque la maison d'Orléans passera à la maison de Guise en 1832 (tiens, il était diablement fort, Nostradamus !). Il n'y a pas de doutes, un secret se cache dans le vers VIII.42.B. Viendra vexer les siens chiefs d'Orléans. C'est par hasard que le scholiaste nous a alerté. Le mot "chiefs" est du pluriel et s'accorde directement avec siens et indirectement avec Orléans.

La culture populaire est souvent salvatrice. Rappelez-vous le film, "La folie des grandeurs"; on y entend, "un mien neveu venu des Amériques". Le secret est contenu dans cette forme archaïque de Français. Si le courtisan déchu avait eu plusieurs neveux, l'on pourrait dire, "viendra présenter les siens neveux d'Amérique". Eurêka !!

Faits historiques : Georges Bordenove, page 404. Lors de la prise de Calais, le 04 janvier 1558. "Guise avait repéré, sans doute sur les indications d'un guide, un passage accessible à marée basse. D'Andelot l'emprunta, avec une bande d'arquebusiers et de pionniers."

Pages 566 à 570 (opus cité). "Le Duc de Guise mit le siège devant Orléans le 5 février 1563; La ville était défendue par d'Andelot et ses protestants. Ayant chassé les huguenots, le Duc de Guise comptait, après avoir réduit le fort des Tournelles, reprendre sa chasse aux parpaillots en Normandie contre l'amiral de Coligny... La Duchesse de Guise logeait à Saint Mesmin. Chaque soir, le Duc venait la rejoindre, en franchissant le Loiret dans une barque. Le 18 février 1563... l'inconnu vit le Duc descendre du bateau et, embusqué derrière des noyers, il lui tira un coup de pistolet et par derrière et de fort près. Le pistolet était chargé de trois balles qui toutes atteignirent leur cible. Touché à l'épaule, le Duc vacilla... L'agresseur s'enfuit. Guise mourut le 24 février 1563 à dix heures du matin... Son corps fut exposé sur son lit de douleur. Ses soldats purent ainsi lui rendre un dernier hommage."

Page 408 (opus déjà cité). "Le Duc de Guise se moquait des richesses matérielles, mais avide d'honneurs, dévoré d'ambition, il ne perdait pas une occasion d'élever sa maison."

Dictionnaire Larousse. François de Guise. Sous François II, i prit la tête du parti catholique et fut le véritable maître de la France. Au début des Guerres de religion, il fut assassiné par un agent de Coligny et mourut à Saint Mesmin, lors du siège d'Orléans."

A suivre.
Sumad Cadet.
PS. La chiens aboient et la caravane, composée de dromadaires, passe.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Sumad Cadet » 03 avr. 2014, 02:41

14. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2):
Quand un seul mot suffit. 2 Saint-Mémire. (III).


VIII.42. Par avarice par force, et par violence
Viendra vexer les siens chiefs d'Orléans,
Près Sainct Mémire assaut et résistance
Mort dans sa tente diront qu'il dort léans.


Rappel historique: En 1558, lors de la prise de Calais par les Français, les catholiques et les protestants se supportaient et le royaume passait avant les autres considérations. Les futurs ennemis, Guise, Montmorency et Saint-André, du côté catholique et Gaspard de Coligny, d'Andelot et Condé du côté protestant se battaient ensemble contre les ennemis d'alors, les Anglais et les Espagnols. Après la Conjuration d'Amboise, la séparation fut consommée. Et l'on vit, François Duc de Guise, combattre ses anciens chefs.

Pendant la première Guerre Civile (Mars-Avril 1562-Mars 1563), les Catholiques étaient alliés avec les Espagnols et les Protestants avec les Anglais. La première bataille rangée se déroula dans les environs de Dreux les 19-20 décembre 1562 entre les Catholiques au nombre de 16000, dont 2000 Espagnols et les Protestants au nombre de 13000. Après quelques charges meurtrières, ce fut la débandade. Résultat du côté Catholique: Guise, vivant et libre, pourchassant les Protestants; Montmorency, prisonnier; Saint-André, tué. Côté Protestant: Gaspard de Coligny et d'Andelot, vivants, libres, filant en Normandie ou s'enfermant à Orléans; le prince de Condé, prisonnier.

Catherine de Médicis après la Conjuration d'Amboise se fit confisquer le pouvoir par le Triumvirat. Après la bataille de Dreux (Saint-André mort et Montmorency prisonnier) et l'assassinat du Duc de Guise à Saint-Mesmin, elle retrouve le pouvoir suite à la disparition du Triumvirat. François de Guise, que d'aucuns avaient surnommé le "Dieu des batailles", synonyme de Mars, justifie ce vers de la Milliade dans le quatrain (1999) X.72. Avant après Mars régner par bon-heur.

VIII.42. Le tyrannique Duc de Guise en 1563,
Vint combattre ses chefs rebellés à Orléans.
A Saint-Mesmin y fut victime d'une attaque et agonisa,
Mort, alité sous une tente, il fut montré à ses soldats.


Épilogue: Georges Bordenove, les Valois, pages 568, 569.

"Guise mourut le 24 février 1563, à dix heures du matin. Son corps fut exposé sur son lit de douleur. Ses soldats purent ainsi lui rendre un dernier hommage, mais aussi une grosse délégation du Parlement de Paris. Ce furent des compagnies extraites des vieux régiments qui escortèrent son cercueil...

" L'opinion unanime dénonçait l'amiral Gaspard de Coligny comme le vrai coupable. Il écrivit à la reine-mère pour s défendre, mais en des termes si maladroits que l'on pouvait tut supposer. Il prétendit en effet n'être pas l'instigateur de l'assassinat, mais il reconnut avoir été informé du projet de Poltrot de Méré: c'était un aveu de complicité passive...Mais le jeune Henri de Guise avait juré, devant la dépouille de son père, qu'il vengerait sa mort. Ce fut le point de départ d'une vendetta qui trouva son dénouement neuf ans plus tard, le jour de la Saint Barthélemy."

A venir.
Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Florence
Messages : 8567
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Florence » 03 avr. 2014, 02:59

Dans tout ceci, aucune révélation fracassante susceptible au sujet des écrits de Nostradamus. Il y a tromperie sur la marchandise.

D'autre part, vous devriez aller proposer vos divagations historisantes sur un forum d'historiens au lieu de spammer ici. :roll:
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 7468
Inscription : 20 mai 2004, 21:42
Localisation : Québec
Contact :

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Raphaël » 03 avr. 2014, 13:02

Sumad Cadet a écrit :En 1558, lors de la prise de Calais par les Français, les catholiques et les protestants se supportaient et le royaume passait avant les autres considérations. Les futurs ennemis, Guise, Montmorency et Saint-André, du côté catholique et Gaspard de Coligny, d'Andelot et Condé du côté protestant ...

Passionnant ... :dort:

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

Messagepar Sumad Cadet » 09 avr. 2014, 12:21

15. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Quand un seul mot suffit. 3 Nore (I).


X.55. Les malheureuses nopces célébreront
En grande joye, mais la fin malheureuse :
Mary et mère nore desdaigneont,
Le Phybe mort, et nore plus piteuse.


Lexique selon JCF. Nora, pour Nurus, bru, épouse du fils. Épouse de Jésus Christ, Eglise de Jésus Christ. Phybe, Phoebus, surnom d'Apollon, dieu du Soleil; Selon son habitude, Nostradamus désigne ainsi la monarchie. Et nore plus piteuse, on comprend ici la terrible sentence de Nostradamus, dans sa lettre à César : "Les hommes de parti, de gouvernement ou de religion, se trouvaient si mal accordé à leurs oreilles qu'ils ne manquaient pas de condamner ce que l'o verra et reconnaîtra dans les siècles à venir..."

Traduction selon JCF : (Fin de la Guerre Mondiale 1981-2000). Fin de la monarchie et ruine de l'Eglise Catholique. "Les gens se féliciteront d'alliances malheureuses qui les auront mis dans la joie, mais qui en fin de compte, seront porteuses de malheur. Les gens dédaigneront la Vierge Marie et l'Eglise. La monarchie s'éteindra et l'Eglise sera encore en plus piteux état."

Observations personnelles : Explication classique de la part d'un exégète qui admet la valeur prophétique d'un quatrain mais qui est incapable de la détailler avec précision. Tout est vague et l'importance accordée aux volets religieux et monarchique désigne soit un homme d'église, soit un royaliste. Jean-Charles de Fontbrune appartenait à la deuxième catégorie.

ALP ne fait pas de traduction, cependant avec l'aide du scholiaste, il nous fournit un lexique intéressant. Nore, roman, bru, belle-fille. Phybe, grec : 1° Phébus, Apollon. 2° Crinière. 3° Terreur.

Je ne partage pas la traduction de JCF. Je ne dirais jamais que l'Eglise est la mère quand Jésus Christ en est le mari, car il y aurait Dieu le Père et Jésus Christ le père aussi, ce qui est une erreur colossale ! Jamais je ne traduirais "Mary" par la Vierge Marie; je ne peux commettre une telle approximation.

Là, j'entre en conflit avec mes compagnons de route, ALP et JCF, qui traduisent le vocable "Mary" selon leur convenance. Dans le vers X.55,C., JCF traduit le mot "Mary" par (Vierge) Marie; et dans le vers IX.34.C.,ALP traduit ce même mot "mary" par marri (chagriné). En ce qui me concerne, dans les deux cas, je traduis le vocable "mary" par mari (époux).

X.55.C Mary et mère nore desdaigneront, Henri IV et sa mère, Jeanne d'Albret, mépriseront également Marguerite de Valois.

IX.34.A Le part solus mary sera mitré, le vers se traduit ainsi: Seul (solus) le mari (mary), héritier (le part) sera sacré (mitré). Henri IV sera sacré roi de France et de Navarre alors que la reine Margot restera toute sa vie, uniquement reine de Navarre. Elle ne sera jamais reine de France !

A suivre. Sumad Cadet.

PS. Les chiens aboient toujours et la caravane repasse à nouveau.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.


Revenir vers « Astrologie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit