NOSTRADAMUS expliqué.

Vous pouvez parler de toutes les sortes d’astrologies connues ici.
Avatar de l’utilisateur
Chanur
Messages : 1443
Inscription : 14 déc. 2013, 05:58

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#76

Message par Chanur » 09 avr. 2014, 12:35

Sumad Cadet a écrit :Jamais je ne traduirais "Mary" par la Vierge Marie; je ne peux commettre une telle approximation.
C'est moi qui souligne.

:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:
Le fait que je sache que quelque chose est vrai n'est pas une preuve. :chat:

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#77

Message par Sumad Cadet » 13 avr. 2014, 05:34

16. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Quand un seul mot suffit. 3 : Nore. (II).


X.55.Les malheureuses nopces célébreront
En grande joye, mais la fin malheureuse :
Mary et mère nore desdaigneront,
Le Phybe mort, et nore plus piteuse.


Il est fait mention de quatre personnages dans le quatrain X.55 : Le mari (Henri IV), la mère (Jeanne d'Albret, reine de Navarre); la femme (la bru, la reine Margot, Marguerite de Valois ou Marguerite de Navarre) et l'amant (Henri de Guise, Phoebus). Petite remarque: la grand mère et la bru auront le même titre, Marguerite de Navarre ! Précision de consanguinité entre les époux : le grand-père de Margot était François 1er, frère de Marguerite de Navarre (grand-mère), autrement dit, les mariés étaient les petits enfants de frère et sœur, ce qui justifie la demande adressée au pape. L'on sait que le mariage fut un fiasco, malgré cela, la cérémonie qui eut lieu le lundi 18 août 1572, donna lieu à des réjouissances plusieurs jours durant jusqu'à la date tragique du 22 août, jour de la Saint Barthélemy. Vers la mi-juin de la même année, Jeanne d'Albret décède, elle ne pourra plus tergiverser au mariage de son fils. Il est exact que le mari et la belle-mère, n'ont jamais apprécié Margot qu'ils avaient arrachée aux tendres embrassades du duc de Guise. Celui-ci sera assassiné à Blois en décembre 1588. La vie de Margot sera dissolue et pitoyable.

Argumentation historique: Jean-Pierre Babelon, page 161. "Charles IX a mis dans ce projet d'ardents espoirs. On comprend d'autant mieux la fureur qui le saisit lorsqu'il apprend avec sa mère que l'humeur galante de sa sœur l'a portée à accorder son affection à Henri de Guise, un jeune homme "fort caressé des dames", âgé de 18 ans, et d'une belle tournure... Les Guise prennent peur et se hâtent de conclure le mariage du galant avec Catherine de Clèves..."
Michel Peyramaure, page 205. "C'est peu dire qu'ils ne s'aimaient guère. Il n'existait aucune affinité entre le petit montagnard rousseau, qui puait l'ail et le bouc, et la descendance des Valois, qui baignait dans l'atmosphère raffinée du Louvre. Charles IX dut la fouetter au sang pour qu'elle renonçât à ses amours avec Guise, qui avaient repris de plus belle, et qu'elle acceptât de rencontrer son fiancé. Le moment venu, ils se tournèrent le dos. Ils ne s'entendaient que sur un point : la réciprocité dans l'antipathie."
Michel Peyramaure pages 303-304, Paris mai 1588. "Henri de Guise, paraissait, ayant mis pied à terre pour être plus libre de ses mouvements, beau comme un éphèbe florentin; il dansait avec une grâce féline en agitant son chapeau, ses cheveux blonds flottant sur ses épaules..."

Concordance historique.

X.55. En 1572 des noces malheureuses seront célébrées
En grande joie, mais la Saint-Barthélemy...
Henri et Jeanne de Navarre mépriseront Marguerite,
Guise sera écarté et vie pitoyable à Margot.


A suivre.
Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
lefauve
Messages : 1606
Inscription : 11 oct. 2011, 23:04
Localisation : Bananistan.

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#78

Message par lefauve » 13 avr. 2014, 11:54

Regarder la peinture sécher est plus passionnant que les posts de Samuad

:ronfle: :ronfle: :dodo: :dodo: :dort: :dort: :ronfle: :ronfle: :dodo: :dodo: :dort: :dort:
...

Florence
Messages : 8663
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#79

Message par Florence » 13 avr. 2014, 14:40

lefauve a écrit :Regarder la peinture sécher est plus passionnant que les posts de Samuad

:ronfle: :ronfle: :dodo: :dodo: :dort: :dort: :ronfle: :ronfle: :dodo: :dodo: :dort: :dort:

Au moins, on sait que lorsque la peinture sera sèche, on aura un beau mur où accrocher des tableaux. Avec les divagation de Sumad, par contre ... :roll:
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."

SuperNord
Messages : 1037
Inscription : 25 mars 2009, 21:34
Localisation : Montréal

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#80

Message par SuperNord » 13 avr. 2014, 14:56

lefauve a écrit :Regarder la peinture sécher est plus passionnant que les posts de Samuad

:ronfle: :ronfle: :dodo: :dodo: :dort: :dort: :ronfle: :ronfle: :dodo: :dodo: :dort: :dort:
X.55.Les malheureux Libérnoces célébreront
En grande fraunde, mais la fin malheureuse :
Phillippe et Marguerire nore desdaigneront,
Le Péyquiste mort, et nore plus piteuse.

Hein :a7: :a8:
SuperNord :sherlock:

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#81

Message par Sumad Cadet » 17 avr. 2014, 02:32

MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Quand un seul mot suffit. 3 : Nore. (III)


X.55. Les malheureuses nopces célébreront
En grande joye, mais la fin malheureuse :
Mary et mère nore desdaigneront,
Le Phybe mort, et nore plus piteuse.


Épître à Henri roi de France second.

"... Deux enfants, même mère, pères différents."
"... Deux enfants, même père, mères différentes; un légitime, l'autre illégitime.


Malgré tout le sérieux que mérite la biographie de la Reine Margot, l'Histoire s'est débrouillée pour nous fournir quelques canulars incroyables et pourtant véridiques. Voici la séquence humour...

Notice historico-humoristique. Le sujet ne serait pas épuisé si nous avions passé sous silence certains faits qui, aussi incroyables qu'ils paraissent, sont pourtant authentiques. Les grands parents paternels de Marguerite (Margot) sont François 1er et Claude de France. Le tandem Claude-François était le fondateur de la dynastie des Valois d'Angoulême. Marguerite, étant la dernière Valoise (décédée en 1610) ne pouvait quitter la scène sans se livrer à un canular à son corps défendant (façon de parler). La reine de Navarre accoutumée des amours tapageuses... Jeannine Garrisson, Marguerite de Valois, Editions Fayard, page 285. "Le temps des amours, après l'épisode tragique de l'écuyer d'Aubriac, est revenu. La reine aime à nouveau. Le valet de cœur se nomme Claude François, il est maître choriste à la cathédrale du Puy."

N'hésitons pas à mettre les pieds dans le plat et à nous poser une singulière question; nous avons noté une confusion savamment entretenue par la famille Valoise et relayée par les historiens en ce qui concerne, le fils de Charles IX, que l'on dit être de Marie Touchet et le fils de Marguerite d'Angoulême que l'on dit être de Champvallon,sans oublier la paternité réclamée par le duc de Joyeuse deux... La question qui est posée est fort simple: Le bâtard Charles de Valois, serait-il le fruit des amours de Charles IX et de sa sœur, la reine Margot ? De cette réponse dépend la compréhension de l'attitude de Catherine de Médicis à l'encontre de ses deux enfants. Les coucheries entre le duc d'Alençon (autre frère) et Margot sont avérées; nous n'y reviendrons pas !

Le dictionnaire du Monde Rural -les mots du passé- de Marcel Lachiver, donne ces définitions:

NORE : 1°. En Saintonge, jeune vache. 2°. En Poitou, la bru.

Je ne sais pas à quelle définition les héritiers de Nostradamus étaient-ils le plus attachés ?

A venir. Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18663
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Je demande simplement un nombre

#82

Message par Denis » 17 avr. 2014, 04:34


Salut Sumad Cadet,

Ton dernier "à venir" m'incite à te répéter ma vieille question d'ici :
Denis a écrit :Salut Sumad Cadet,

Ça achève, le dumping compulsif ?

Il reste combien de chameaux à passer ?

:) Wouf !
Cette fois, me répondras-tu?

Je demande simplement un nombre. Me répondre ne te prendrait, normalement, qu'une seule touche, à moins que ce soit un nombre avec beaucoup de chiffres. :grimace:

Dans ce cas, pas besoin de me répondre. J'aime mieux ne pas le savoir.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
lefauve
Messages : 1606
Inscription : 11 oct. 2011, 23:04
Localisation : Bananistan.

Re: Je demande simplement un nombre

#83

Message par lefauve » 19 avr. 2014, 01:54

Denis a écrit :Salut Sumad Cadet,

Ton dernier "à venir" m'incite à te répéter ma vieille question d'ici :
Denis a écrit :Salut Sumad Cadet,

Ça achève, le dumping compulsif ?

Il reste combien de chameaux à passer ?

:) Wouf !
Cette fois, me répondras-tu?

Je demande simplement un nombre. Me répondre ne te prendrait, normalement, qu'une seule touche, à moins que ce soit un nombre avec beaucoup de chiffres. :grimace:

Dans ce cas, pas besoin de me répondre. J'aime mieux ne pas le savoir.

:) Denis
c'est vraie, il va nous couté chère en espace disque :mrgreen:
...

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#84

Message par Sumad Cadet » 21 avr. 2014, 04:44

18. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2)
Quand un seul mot suffit. 4 : JEUSNE. (I)


VIII.68. Vieux cardinal par le jeusne deceu,
Hors de sa charge se verra désarmé :
Arles ne monstres double soit apperceu,
Et liqueduct et le Prince embausmé.


Lexique selon le scholiaste: Vieux cardinal (le), Le cardinal de Richelieu, ministre de Louis XIII. Concordance, liqueduct. Liqueduct, mot composé, ille aqua ductus, celui-là qui se fait conduire par eau : le cardinal de Richelieu, qui remonta le Rhône de Tarascon à Lyon et descendit la Seine de Fontainebleau à Paris, sur un bateau, malade et couché dans son lit; concordance : Le vieux Cardinal. Le jeune, Le jeune Cinq-Mars, âgé de 19 ans, favori de Louis XIII et rival de Cardinal de Richelieu. Double, copie d'un acte, d'un traité. Deceu, latin, 1° decisus, retranché, haché.

Construction selon Anatole Le Pelletier: "Conspiration de Cinq-Mars. : 13 Mars 1642." "Le vieux cardinal, supplanté (deceu) par le jeune homme se verra désarmé et exclu de sa charge, si tu ne montres, Arles, de manière à ce qu'il soit visible (apperceu), un double du traité. Puis l'homme qui se faisait conduire par eau (liqueduct) sera embaumé et le Prince aussi."

Commentaire selon Anatole Le Pelletier : "Le vieux cardinal de Richelieu sera supplanté par le jeune Cinq-Mars, son ancien protégé, qui lui fera perdre le faveur de Louis XIII et résigner sa charge ; mais il recevra quelques temps après, de la ville d'Arles, un double du traité négocié par Cinq-Mars, le 13 Mars 1542, avec l'Espagne, au nom de Monsieur, frère de Louis XIII ; et il fera passer ce traité au roi, qui rappellera aussitôt le Cardinal auprès de lui. Richelieu (Liqueduct) remontera alors le Rhône, de Tarascon à Lyon, malade et couché dans son lit, sur un bateau, entraînant à la remorque Cinq-Mars et De Thou prisonniers ; puis il descendra la Seine, de la même manière, de Fontainebleau à Paris, où il mourra deux mois après, le 14 décembre 1642 ; Louis XIII (le Prince) mourra aussi le 14 mai suivant ; et tous deux seront embaumés selon l'antique usage."

Inutile de préciser que je ne partage pas cette interprétation, ce commentaire, pour la bonne raison que le texte des Centuries est un "compte de faits" du 16ème siècle et rien d'autre ! D'après son rang, VIII.68, il serait paru pour la première fois en 1568 (1602) et conterait des faits survenus en 1642, soit 74 années après. Soyons sérieux et envisageons autre chose... Je dois avouer que je ne suis pas parvenu à décrypter la deuxième partie du quatrain.

A suivre.
Sumad Cadet.

Ciao Denis. Je ne réponds pas à votre question car vous avez la mémoire courte, très courte! La réponse a été publiée le 14 février 2014 à 09h09 sur l'enfilade : Je viens d'être chassé d'ONCT.
Le Fauve: calmez-vous SVP !
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
Cartaphilus
Modérateur
Modérateur
Messages : 5755
Inscription : 23 sept. 2008, 14:54
Localisation : France

Latin... de cuisine ?

#85

Message par Cartaphilus » 21 avr. 2014, 08:05

Salut à tous, bonjour Sumad Cadet.
Sumad Cadet a écrit :Deceu, latin, 1° decisus, retranché, haché.
Pourriez-vous fournir une référence dans laquelle le terme deceu serait employé en latin ?

Ce mot n'est pas une entrée du Gaffiot, ni du Lewis et Short ; en admettant qu'il s'agisse d'une forme fléchie, on ne le retrouve pas non plus dans les déclinaisons du dictionnaire latin d'Olivetti.

En revanche, deceu est courant en ancien français, jusqu'au XVIe siècle, et signifie... déçu (trompé, induit en erreur).
Le sommeil de la raison engendre des monstres. Francisco de Goya.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18663
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Deux désagréments presque similaires

#86

Message par Denis » 21 avr. 2014, 13:09


Salut Sumad Cadet,

Tu dis :
Ciao Denis. Je ne réponds pas à votre question car vous avez la mémoire courte, très courte! La réponse a été publiée le 14 février 2014 à 09h09 sur l'enfilade : Je viens d'être chassé d'ONCT.
Merci pour ce rappel. En effet, tu as écrit : « je publierai tous les cinq jours un aperçu didactique. Après 100 messages (juin 2015) je ferai le point ».

Je ne sais pas si ton explication (ma mémoire très courte) est correcte car j'ai beaucoup de souvenirs qui remontent à beaucoup plus creux. Mais j'admets que je ne retiens pas tout, surtout ce que je n'ai peut-être jamais lu. Merci quand même pour ta réponse. C'est bon pour ta moyenne.

J'observe que ton Fascicule # 1 est daté du 7 février 2014,
F # 2 : 12 février,
F # 3 : 16 février,
F # 4 : 20 février,
F # 5 : 24 février,
F # 6 : 4 mars,
F # 7 : 8 mars,
F # 8 : 12 mars,
F # 9 : 16 mars,
F # 10 : 20 mars,
F # 11 : 24 mars,
F # 12 : 28 mars,
F # 13 : 31 mars,
F # 14 : 3 avril,
F # 15 : 9 avril,
F # 16 : 13 avril,
F # 17 : 17 avril,
F # 18 : 21 avril.

Tes publications sont d'une régularité quasi métronomique. Je ne l'avais pas remarqué~constaté~mesuré avec autant de clarté~précision.

Si tu maintiens le même rythme (4.29 jours entre les livraisons), ton fascicule # 100 devrait nous être infligé vers le 8 avril 2015. Je ne sais pas si ton estimation de "juin 2015" était un peu optimiste ou un peu pessimiste.

Bigre! Encore 82!

Ça me rappelle la fois où j'avais gagné un abonnement au "Reader's Digest". Je ne me souviens plus de sa durée. Je me souviens seulement que je l'avais trouvé épouvantablement long. Une fois par mois, il me fallait quelques secondes pour enlever l'enveloppe de cellophane et mettre le machin directement au recyclage.

J'ai l'impression de revivre le même petit désagrément idiot. Au moins, maintenant, je n'ai pas de cellophane à écarter, et j'ai une date d'échéance relativement précise. Les deux petits désagréments idiots ne sont donc pas exactement exactement exactement identiques.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: Latin... de cuisine ?

#87

Message par Sumad Cadet » 24 avr. 2014, 02:58

Cartaphilus a écrit :Salut à tous, bonjour Sumad Cadet.

Ce mot n'est pas une entrée du Gaffiot, ni du Lewis et Short ; en admettant qu'il s'agisse d'une forme fléchie, on ne le retrouve pas non plus dans les déclinaisons du dictionnaire latin d'Olivetti.

En revanche, deceu est courant en ancien français, jusqu'au XVIe siècle, et signifie... déçu (trompé, induit en erreur).
Bonjour Cartaphilus,

Mes connaissances en latin sont rudimentaires. Je n'ai pas fait mes humanités; aussi mes lacunes sont-elles énormes. Pour la traduction des mots d'origine latine, je me sers de la table alphanumérique de la langue de Nostredame dans l'ouvrage dédié à l'étude d'Anatole Le Pelletier.

Source: Les Oracles de Michel de Nostredame dit Nostadamus, édition "ne varietur", comprenant :
- Tome premier, Texte ancien commenté par Anatole Le Pelletier.
- Tome deuxième, Texte de Pierre Rigaud avec les variantes de Benoist Rigaud. Jean de Bonnot à Paris, éditeur. 1976.

Le mot deceu, est une première fois traduit lors de l'analyse du quatrain VIII.68 (tome I page 131), signifiant: du latin, decisus, retranché, coupé, haché. Et il se retrouve dans le tome II, au lexique page 430 avec deux définitions : 1° latin, decisus, retranché, coupé et 2°. latin, deceptus, déçu, trompé.

Je n'ai pas de référence dans laquelle le terme deceu est employé en latin. Je n'ai malheureusement que des citations de Nostradamus dans lesquelles le mot déçu est écrit selon son ancienne orthographe: deceu. J'ai entrepris des recherches à la Bibliothèque Municipale; j'ai retrouvé le sens proposé par le scholiaste (decisus) du verbe latin, decido, 2ème sens. Mais je n'ai trouvé aucun rapport de ce mot avec le mot deceu !

NOTA: Raphaël possède le même ouvrage que moi, il pourra confirmer mes dires.

Lorsque je cite le quatrain VIII.68, la raison fondamentale n'a aucun rapport avec ce mot puisqu'il devient accessoire. Je m'explique : Il était question du mot JEUSNE qui est traduit par "jeune", traduction que je conteste avec véhémence. Dans le F#19 (à venir), selon la terminologie au sieur Denis, je développe ma façon de penser (deceptus) et je dénonce un quatrain (VIII.68) édulcoré par des contemporains de Louis XIII et Louis XIV qui ont manipulé les originaux pour complaire aux monarques et le "s" supplémentaire fait figure de petit caillou blanc laissé par les faussaires. En fait les Prophéties sur lesquelles nous travaillons seraient plutôt de Lyon 1658 et non 1568 ! !

Je suis heureux de constater que d'autres individus que moi, commencent à remarquer des anomalies dans les anciennes tentatives de décryptage des Centuries. Je ne suis donc plus seul !

Bonne journée.
Sumad Cadet.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
Cartaphilus
Modérateur
Modérateur
Messages : 5755
Inscription : 23 sept. 2008, 14:54
Localisation : France

Cuisine de latin.

#88

Message par Cartaphilus » 24 avr. 2014, 03:32

Salut à tous, bonjour Sumad Cadet.
Sumad Cadet a écrit : Pour la traduction des mots d'origine latine, je me sers de la table alphanumérique de la langue de Nostredame dans l'ouvrage dédié à l'étude d'Anatole Le Pelletier.[...]
Donc, si votre auteur de référence a fait une erreur, vous la reproduirez sans la savoir.
Sumad Cadet a écrit :Le mot deceu, est une première fois traduit lors de l'analyse du quatrain VIII.68 (tome I page 131), signifiant: du latin, decisus, retranché, coupé, haché. Et il se retrouve dans le tome II, au lexique page 430 avec deux définitions : 1° latin, decisus, retranché, coupé et 2°. latin, deceptus, déçu, trompé.
Très étrange qu'un mot, qui semble ne pas exister en latin, puisse être tout de même traduit, et ce de deux façons différentes...

Ce qui crée un souci : comment faites-vous pour choisir entre les deux sens du mot deceu employé dans un quatrain donné ?
Le sommeil de la raison engendre des monstres. Francisco de Goya.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: Deux désagréments presque similaires

#89

Message par Sumad Cadet » 27 avr. 2014, 03:02

Denis a écrit :Salut Sumad Cadet,

Tes publications sont d'une régularité quasi métronomique. Je ne l'avais pas remarqué~constaté~mesuré avec autant de clarté~précision.

Si tu maintiens le même rythme (4.29 jours entre les livraisons), ton fascicule # 100 devrait nous être infligé vers le 8 avril 2015. Je ne sais pas si ton estimation de "juin 2015" était un peu optimiste ou un peu pessimiste.

Bigre! Encore 82!

Ça me rappelle la fois où j'avais gagné un abonnement au "Reader's Digest". Je ne me souviens plus de sa durée. Je me souviens seulement que je l'avais trouvé épouvantablement long. Une fois par mois, il me fallait quelques secondes pour enlever l'enveloppe de cellophane et mettre le machin directement au recyclage.

J'ai l'impression de revivre le même petit désagrément idiot. Au moins, maintenant, je n'ai pas de cellophane à écarter, et j'ai une date d'échéance relativement précise. Les deux petits désagréments idiots ne sont donc pas exactement exactement exactement identiques.

:) Denis



Bonjour Denis,

Merci d'abord au lecteur que vous êtes et à l'assiduité que vous montrez. Bravissimo !

Je vais vous aider dans vos analyses, vous faire voir quelques détails qui vous ont échappé. Certes, je tente de vérifier la "théorie du centième singe" : ce qui en clair justifie 100 fascicules. J'ai écrit, fascicules et non interventions. Là, je vous réponds, c'est une intervention et non un fascicule. Le fascicule 19 vient d'être retardé d'une intervention.
Capito ?

J'ai un peu modifié mon intention première; j'ai réduit le délai entre deux fascicules. De cinq jours, je l'ai porté à quatre jours. Je maintiens cet espace de temps pour laisser au lecteur le loisir d'accéder au message et éventuellement, le délai de réponse. Je ne tiens pas à brusquer mon lecteur, ni à accaparer le forum.
Comme on dit: "Chi va piano, va sano."

Vous avez prédit une lassitude des lecteurs et une érosion du lectorat. Ce que vous avez déclaré sont des arguments de zozos. Moi, idiot, identifié par vous, sieur Denis, comme tel, je vais vous entretenir par un discours résolument zézé! J'établis un protocole pour la mesure de satisfaction du lecteur. Je l'appelle: indice de Satisfaction. Dans sa formule de calcul, il y a trois variables : le nombre de vues (V), le nombre de réponses (R) et l'ancienneté exprimée en jours (J). Le résultat sera multiplié par 100 pour une expression en pourcentage (%). Voici la formule à l'instant T. I.S. = V / R / J x 100; ou si vous préférez : I.S. = 100V / RJ. Dès la fin du mois d'Avril je communiquerai cet indice.
Et l'on verra si dans le temps cet indice va crescendo ou decrescendo ?

J'ai répondu in extenso à vos interrogations. Je tiens à préciser que désormais toutes les questions n'ayant pas les Centuries de Nostradamus comme sujet, trouveront leurs réponses sur l'autre enfilade que j'ai initiée, à savoir: Je viens d'être chassé d'ONCT.

Ciao Bambino Denis.
Sumad Cadet (Bambino aussi).

PS. Le 25 avril 2014 à 9h00, l'indice de satisfaction était à 29%.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
switch
Messages : 1860
Inscription : 18 nov. 2010, 04:46
Localisation : n. f. [Didactique] Action de localiser, de se localiser

Re: Deux désagréments presque similaires

#90

Message par switch » 27 avr. 2014, 06:36

Sumad Cadet a écrit :
PS. Le 25 avril 2014 à 9h00, l'indice de satisfaction était à 29%.
Vous confondez dans votre indice deux valeur fondamentale, celle d'être lu et celle d'être compris et apprécié. Ainsi le nombre de vue n'indique tout au plus qu'un vague intérêt dans votre sujet, mais je ne crois pas un instant qu'il a sur ce forum une personne qui y trouve du plaisir ou une satisfaction.
« La Science est une méthode pour décider si ce que nous choisissons de croire se base ou non sur les lois de la Nature ».

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4062
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: Deux désagréments presque similaires

#91

Message par MaisBienSur » 27 avr. 2014, 08:14

switch a écrit : mais je ne crois pas un instant qu'il a sur ce forum une personne qui y trouve du plaisir ou une satisfaction.
Erreur, je pense qu'il s'apprécie beaucoup lui même... :grimace:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.
Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Avatar de l’utilisateur
lefauve
Messages : 1606
Inscription : 11 oct. 2011, 23:04
Localisation : Bananistan.

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#92

Message par lefauve » 28 avr. 2014, 22:04

Il serait plus heureux sur le forum http://www.electronslibres.org/
...

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4062
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#93

Message par MaisBienSur » 29 avr. 2014, 03:12

lefauve a écrit :Il serait plus heureux sur le forum http://www.electronslibres.org/
Pas sur... Il est ici "seul contre tous". c'est beaucoup plus valorisant pour ce type de personnage qu'être "un parmi d'autres".
C'est toujours difficile les problèmes d’ego. C'est un des grands drames de l'être humain... :roll:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.
Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Avatar de l’utilisateur
86lw
Messages : 1170
Inscription : 28 août 2013, 14:36
Localisation : france

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#94

Message par 86lw » 29 avr. 2014, 05:02

MaisBienSur a écrit :
lefauve a écrit :Il serait plus heureux sur le forum http://www.electronslibres.org/
Pas sur... Il est ici "seul contre tous". c'est beaucoup plus valorisant pour ce type de personnage qu'être "un parmi d'autres".
C'est toujours difficile les problèmes d’ego. C'est un des grands drames de l'être humain... :roll:
Mouais...
Sa marotte n'a aucun intérêt pour d'autres que Lui-Même, même pas sur le plan de la connaissance historique.
Alors si ça peut lui permettre de flatter son ego ( dont certains de ses posts laissent à penser qu'il est quelque peu surdimensionné), tant mieux pour lui.
On dira que c'est le côté "social" du forum... :pimpon:

Et puis, même si son propos est à mettre dans la même poubelle que les élucubrations des électrons libres, lui au moins ne cherche pas à ouvrir nos chakras sans nous demander notre avis... :mrgreen:
Les illusions que l'on perpétue sont quelque part des mensonges. Mireille.

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4062
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#95

Message par MaisBienSur » 29 avr. 2014, 05:30

86lw a écrit :lui au moins ne cherche pas à ouvrir nos chakras sans nous demander notre avis... :mrgreen:
Depuis, je ne viens jamais plus ici sans ma ceinture de chasteté :a2:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.
Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Avatar de l’utilisateur
86lw
Messages : 1170
Inscription : 28 août 2013, 14:36
Localisation : france

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#96

Message par 86lw » 29 avr. 2014, 07:01

MaisBienSur a écrit :Depuis, je ne viens jamais plus ici sans ma ceinture de chasteté :a2:
Nostradamus:

"La marmotte en son terrier restera
Point ne l'aura le fils Dumas
Gavée de chocolat
De cabriole ne fera"

Alors? L'avait pas tout prédit? On fait moins le malin, maintenant... :mrgreen:
Les illusions que l'on perpétue sont quelque part des mensonges. Mireille.

mathias
Messages : 1060
Inscription : 24 avr. 2014, 13:38

Re: Latin... de cuisine ?

#97

Message par mathias » 29 avr. 2014, 13:32

Sumad Cadet a écrit :

En revanche, deceu est courant en ancien français, jusqu'au XVIe siècle, et signifie... déçu (trompé, induit en erreur).


Le mot deceu, est une première fois traduit lors de l'analyse du quatrain VIII.68 (tome I page 131), signifiant: du latin, decisus, retranché, coupé, haché. Et il se retrouve dans le tome II, au lexique page 430 avec deux définitions : 1° latin, decisus, retranché, coupé et 2°. latin, deceptus, déçu, trompé.

Je n'ai pas de référence dans laquelle le terme deceu est employé en latin. Je n'ai malheureusement que des citations de Nostradamus dans lesquelles le mot déçu est écrit selon son ancienne orthographe: deceu. J'ai entrepris des recherches à la Bibliothèque Municipale; j'ai retrouvé le sens proposé par le scholiaste (decisus) du verbe latin, decido, 2ème sens. Mais je n'ai trouvé aucun rapport de ce mot avec le mot deceu !

Sumad Cadet.
Bonjour

Décider, emprunté au latin decidare composé de de et caedere "couper, trancher"
Décevoir, déçu: isudu latin tardif decipere "attraper, tromper"
*Dic. Hist. de la langue française.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#98

Message par Sumad Cadet » 30 avr. 2014, 15:29

19. MÉTHODES EMPLOYÉES POUR DÉCRYPTER LES QUATRAINS (2) :
Quand un seul mot suffit. 4 : JEUSNE. (II).


VIII.68. Vieux cardinal par le jeusne deceu,
Hors de sa charge se verra désarmé:
Arles ne monstres double soit apperceu,
Et liqueduct et le Prince embausmé.


Lexique personnel: Jeusne, Je traduis ce mot par, jeûne (absence de nourriture). En VIII.69.A. on a : Auprès du jeune le vieux ange baisser, Tout un chacun connaît : I.35.A. Le lion jeune le vieux surmontera, .... Deceu, latin, deceptus, déçu, trompé.

Les deux premiers vers prennent un nouveau sens, inattendu mais bien connu des historiens. Le quatrain VIII.68. est paru pour la première fois, en 1602 (1605); il relate des événements s'étant déroulés au 16ème siècle et probablement entre 1566 et 1602. Or, l'association vieux-cardinal-jeûne-trompé, trouve un écho en Charles X, l'éphémère roi de la Ligue.

BOURBON (Charles de), Archevêque de Rouen, puis cardinal, né en 1523, mort en 1590, il était le frère d'Antoine de Bourbon, roi de Navarre, et frère de Louis de Condé, et par conséquent, oncle du futur Henri IV et d'Henri de Condé. Il fut l'éphémère roi de la Ligue, sous le nom de Charles X. GB.

Arguments historiques: Ivan Cloulas, Philippe II, pages 509-510. "Le cardinal de Bourbon était, depuis l'exécution des Guise à Blois, En décembre 1588, retenu prisonnier à Chinon sous la garde de Mr Chavigny... Chavigny remet le cardinal qui se débat : jeté sur un cheval, il est mené au galop jusqu'à sa nouvelle prison à Fontenay-le-Comte où il mourra peu après, le 09 mai 1590, d'une rétention d'urine." Il avait 67 ans.

Jean-Pierre Babelon, Henri IV, page 501. "... Le roi Charles X, le vieux cardinal de Bourbon était, s'éteint le 09 mai 1590 dans sa résidence, très surveillée, de Fontenay-le-Comte, d'une rétention d'urine. Depuis des mois la maladie de la pierre le fait souffrir. Si dans l'obscurité carcérale sa vie n'a pas pesé très lourd, sa mort risque de faire rejaillir le conflit sur la dévolution de la couronne et de multiplier le nombre de prétendants..."

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il n'a pas survécu au régime du pain sec et de l'eau, des geôles françaises de la Renaissance !

VIII.68.A. Du régime carcéral et de sa destitution,
B. En 1590, le cardinal de Bourbon mourra en prison.


NOTA. Je ne suis parvenu qu'à traduire les deux premiers vers. Je reste persuadé que le quatrain VIII.68, tel qu'on le connaît a été remanié par des faussaires qui l'ont marqué d'un petit caillou blanc avec le "s" supplémentaire.

A venir. Sumad Cadet.

P.S. Des chiens hallucinés ont aboyé et la caravane avec sérénité est passée.

PS.2 Merci, Mathias, pour votre apport didactique.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Sumad Cadet
Messages : 164
Inscription : 28 janv. 2014, 04:14

Re: Cuisine de latin.

#99

Message par Sumad Cadet » 04 mai 2014, 02:27

Cartaphilus a écrit :Salut à tous, bonjour Sumad Cadet.

Donc, si votre auteur de référence a fait une erreur, vous la reproduirez sans la savoir.
Très étrange qu'un mot, qui semble ne pas exister en latin, puisse être tout de même traduit, et ce de deux façons différentes...
Ce qui crée un souci : comment faites-vous pour choisir entre les deux sens du mot deceu employé dans un quatrain donné ?
Bonjour Cartaphilus,

Je vais essayer de répondre le plus clairement possible à vos questions. En premier lieu, je souligne le fait que je n'ai pas accordé de crédit au sens du mot "deceu" de racine latine : decisus. J'ai communiqué la traduction d'Anatole le Pelletier à titre de documentation. Nulle part est marqué que je partageais ce sens particulier du mot "deceu". Pour de plus amples renseignements il faudrait s'adresser à l'auteur.

Outre la source mentionnée pour les mots du langage nostradamique dont certains ont une origine latine, j'utilise aussi la source Jean-Charles de Fontbrune; les dictionnaires Larousse, Quillet-Flammarion, le Petit Robert; le dictionnaire du monde rural -les mots du passé- de Marcel Lachiver et "le dictionnaire étymologique des noms de lieux en France" de Dauzat et Rostaing. Auxquels ouvrages de référence s'ajoutent d'autres ouvrages rares consultés à la Bibliothèque Municipale.

J'ai fouillé dans mon ouvrage : Le siècle sauvage ou la deuxième apocalypse". J'y ai cherché les quatrains que j'avais traduits, au moins partiellement, et vous communique mes relevés ainsi que ceux de mes compagnons de route, avec les références des vers en question.

IV.41.C. Le chef de camp deceu par son langage, (ALP, JCF, Sumad Cadet = ?)
VI.43.D. Deceuz les gardes en cuidant repousser. (Variante pour ALP et JCF : de ceux), (SC = ?)
VI.60.B. Sera trahy, deceu par interprète: (ALP = ?), (JCF et SC = trompé)
VI.60.D. Au port de Blave deceux par moyne et prestre. (ALP = ?), (JCF = trompé), (SC = déçu)
VI.77.A. Par la victoire du deceu fraudulente, (ALP, JCF, SC = ?)
VII.01.A. L'Arc du trésor par Achilles deceu (ALP, JCF, SC = ?)
VII.35.D. Deceu sera par ceux de son langage, (ALP, SC = ?), (JCF = déçu)
VIII.04C. Par Légation Romain sera deceu, (ALP, JCF = ?), (JCF = déçu)
IX.38.D. Secours Narbonne deceu par entretien. (ALP, JCF = ?), (SC = déçu).

Je suis conscient qu'il me faut choisir; c'est ce que je tente de démontrer par le biais de mes fascicules. Dans le texte de Nostradamus, il y a une hiérarchie des mots. Il faut avant toute parvenir à traduire le mot ou les mots-clef. Pour m'aider dans cette tâche, je dois parfaire ma connaissance de l'histoire du 16ème siècle (le siècle sauvage); Je dois appliquer mes propres clefs, éditoriales, historiques, de ponctuation... Donc, lorsque j'aborde un quatrain, j'ai des matériaux qui me permettent de construire une traduction, cohérente et documentée.

Je suis homme et forcément faillible. Je ne prétends pas détenir la vérité mais proposer l'explication la plus pertinente à ce jour. Et pour clore l'entretien, je citerait ce que quelqu'un écrivait le 28 février 2014 à 10h24mn, ici même :

Errare humanum est, ..."

Sumad Cadet, à venir.
PS. Le 30 avril 2014 à 9h00, l'indice de curiosité (ex indice de satisfaction), était de 24%.
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots;
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d'un seul mot
Rudyard Kipling.

Avatar de l’utilisateur
NEMROD34
Messages : 4540
Inscription : 21 mars 2008, 10:45

Re: NOSTRADAMUS expliqué.

#100

Message par NEMROD34 » 04 mai 2014, 04:32

J'été nul en latin, d'ailleurs je n'aurais du le prendre en option je n'aimais pas ça au point de faire des crises en thème....
Mais pour ne pas rendre un devoir vierge j'avais une méthode: je traduisais les mots avec un lexique et j'essayais de construire une histoire avec ça.
C'est un peu ce que tu fais.
Image
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Militant du: " MITCH S'en Fout "= Milite pour Images, Trucs à la Con, Humour, Sur le Forum.

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit