La lune

Vous pouvez parler de toutes les sortes d’astrologies connues ici.

La croyance en l'influence de la lune sur nos réalités quotidiennes a-t-elle un fondement ne serait-ce qu'à moitié prouvé scientifiquement.

oui
5
14%
non
23
66%
j'attends une éclipse pour me prononcer
7
20%
 
Nombre total de votes : 35

Avatar de l’utilisateur
DarthBug
Messages : 304
Inscription : 13 juin 2005, 04:16
Localisation : Nice

La lune

Messagepar DarthBug » 05 août 2005, 19:10

Bonjour à tous.

Je suis à la recherche d'études et de contre-études concernant l'influence éventuelle de la lune sur nos comportement, la pousse des poils, des poireaux ou de n'importe quoi...

Je ne cherche rien de mystique, ou concernant, par exemple, le rôle stabilisateur de la lune sur l'obliquité de Terre, uniquement des liens en rapport avec le résultat de l'application de protocoles expérimentaux.

Merci d'avance.


ian
--Un coup de dés jamais n'abolira le hasard

Gilles
Modérateur
Modérateur
Messages : 571
Inscription : 03 oct. 2003, 22:24
Localisation : Québec

Re: La lune

Messagepar Gilles » 05 août 2005, 20:56

J'avais conservé, sur mon disque dur, cette page web dont je n'ai plus l'adresse.
La lune et ses effets présumés sur le comportement


--------------------------------------------------------------------------------
Extraits d'une lettre envoyée à Pascal Bataille et Laurent Fontaine, les deux guignols de TF1 qui animent l'émission Y'a pas photo. S'il s'agit de l'incompétence de leur équipe à récolter des informations rigoureusement, effectivement, il n'y a pas photo.



--------------------------------------------------------------------------------
Publiée partiellement dans La Raison



--------------------------------------------------------------------------------
(...)

Vous avez en effet évoqué la force de marées. Selon vous, la lune favoriserait les naissances et c‘est normal, puisqu’elle provoque des phénomènes aussi puissants que les marées. Etudions cette allégation. Lors d’un accouchement, la force de marée exercée par le médecin-accoucheur sur le bébé est 80 000 fois plus forte que celle exercée par la lune. Mais le calcul, d’une simplicité évidente, serait sans doute un peu trop compliqué pour des journalistes, même riches et célèbres. Quoiqu’il en soit, le phénomène de marées est plus complexe qu’il n’y paraît et est incompatible avec les allégations liées à la lune, dans la mesure où il est semi-diurne et où ses prétendus effets sur les comportements devraient se faire sentir sur cette base (Myers, 1995). D’autre part, les marées n’existent que parce qu’il existe une différence d’attraction entre les deux points extrêmes du globe terrestre. Regardez une verre plein et vérifiez si vous observez des marées dans ce verre. Il ne reste donc pas grand chose de la mystérieuse force lunaire quand on connaît les bases élémentaires de la physique. D’une façon générale, toutes les autres raisons évoquées par les adeptes de l’influence lunaire ne résistent pas à l’analyse (Campbell, 1982 ; Culver et al., 1988). Mais si on ne dispose d’aucune explication théorique, rien ne dit que le phénomène n’existe pas. Cependant, il est nécessaire de vérifier s’il est réel, en appliquant une méthodologie expérimentale objective et rigoureuse. Alors reprenons les principales études sur la lune :

pas d’effet de la lune sur les homicides (Campbell & Beets, 1978 ; Pokorny & Jachimczyk, 1974),
ni sur les agressions (Russel & Dua, 1983 ; Russel & de Graf, 1985 ; Simon, 1998),
ni sur la violence en général (Frey et al., 1979 ; Wagner & Almeida, 1987 ; Byrnes & Kelly, 1992 ; Owen et al., 1998 ; Bickis et al., 1995),
ni sur les accidents de la route (Templer et al., 1983 ;Kelly et al., 1990-a ; Alonso, 1993 ; Laverty et al., 1992 ; Laverty & Kelly, 1998),
ni sur les accidents d’avion (Kelly et al., 1990-b)
ni sur les accidents au sens large et les admissions aux urgences (de Voge & Mikawa, 1977 ; Michelson et al., 1979 ; Coates, 1989 ; Wilson & Tobacyk, 1990 ; Nijsten & Willemsen, 1991 ; Thompson & Adams, 1996),
ni sur les admissions en psychiatrie (Campbell & Beets, 1978 ; Gorvin & Roberts, 1994 ; Amaddeo et al., 1997),
ni sur les mises en isolation des malades internés en psychiatrie (Mason, 1997),
ni sur l’agitation et les comportements «anormaux» au sens large des personnes hospitalisées (Fitzhugh et al., 1980 ; Durm et al., 1986 ; Little et al., 1987 ; Cohen-Mansfield et al., 1989 ; Vance, 1996),
ni sur les consultations pour dépression ou anxiété (Wilkinson et al., 1997),
ni sur les overdoses (Sharfman, 1980),
ni sur les tentatives de suicide (de Voge & Mikawa, 1977 ; Campbell & Beets, 1978 ; MacMahon, 1983 ; Garcia-Prieto et al., 1991 ; Maldonado & Kraus, 1991 ; Mathew et al., 1991 ; Rogers et al., 1991 ; Martin et al., 1992 ; Gutierrez-Garcia & Tussel, 1997),
ni sur les suites opératoires, dont la mortalité (Smolle et al., 1998),
ni sur les naissances (Nalepka et al., 1983 ; Martens et al., 1988 ; Trap et al., 1989 ; Strolego et al., 1991 ; Kelly & Martens, 1994 ; Periti & Biagiotti, 1994 ; Ytterstad & Brenn, 1997 ; Siffointe, 1998),
ni sur l’absentéisme (Sands & Miller, 1991),
ni sur l’activité des enfants (Russel & Barnal, 1977),
ni même sur le cycle menstruel de Madame sapiens (Dorozynski, 1993 ; Siffointe, 1998), contrairement à une idée très répandue. En effet, le cycle menstruel de la femme est de 28 jours en moyenne, mais il varie de 24 à 35 jours alors que la révolution synodique dure 29,5 jours. Le cycle menstruel n’existe que chez les femelles de primates, dont Homo sapiens, ou les chimpanzés. A titre indicatif, le cycle de la femelle du chimpanzé a une durée moyenne de 32 jours (Dorozynski, 1993). Mais cessons de parler de sapiens, parce que côté raisonnement et jugeote, dans votre équipe çapionce serait de meilleur aloi.


Bien entendu, vous pourrez identifier des études qui ont mis en évidence un tel effet de la lune, mais les réplications réalisées ont montré qu’elles étaient fortement biaisées, méthodologiquement et/ou statistiquement (Walters et al., 1975 ; Campbell & Beets, 1978 ; Rotton et al., 1983 ; Cyr & Kalpin, 1987). Le plus amusant c’est que, globalement, chacune de ces études prise séparément met en évidence un optimum original, souvent différent de celui des autres études. Dans certains cas, des études mal construites mettent même en évidence un effet de la lune en contradiction avec les croyances populaires. Ainsi, une étude menée à l’hôpital de Columbia a «montré» que les admissions en psychiatrie étaient plus nombreuses les jours de nouvelle lune (Climent & Plutchik, 1977). De même, selon Cohen-Mansfield et al., (1989), les personnes hospitalisées sont plus calmes les jours de pleine lune. Enfin, Jones & Jones (1977) ont «observé» que la pleine lune «protégeait» du suicide.



Néanmoins, on peut imaginer que la lune a des effets indirects sur le comportement. Parfois, le simple bon sens suffit à le comprendre. Ainsi, si on teste l’effet présumé de la lune sur les accidents de la route, il est indispensable de prendre en compte le fait que la luminosité nocturne est différente selon la phase de la lune. Les jours de pleine lune, il fait nettement plus clair. Aussi, on peut imaginer que les conducteurs ont moins d’accidents les nuits de pleine lune du fait de la meilleure visibilité, à moins que cette meilleure visibilité ne se traduise par moins de prudence, donc par plus d’accidents. C’est parfaitement trivial (Kelly & Rotton, 1983). Quand on étudie l’effet de la lune sur les accidents de la route, un effet de ce type est souvent mis en évidence pendant les heures nocturnes, mais vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’il disparaît pendant la journée (Templer et al., 1982 ; Templer et al., 1983). Effet de la luminosité de la lune, sans doute. Effet mystérieux de la lune, sûrement pas. De même, il semble que la luminosité influence les agressions, dans la mesure où un agresseur aura tendance à préférer opérer dans le noir. Il est clair que les nuits de pleine lune devraient être a priori moins favorables, mais l’éclairage urbain vient compliquer le problème. Raison et al. (1999) considèrent à ce sujet que le mythe ancien de la lune qui influence le comporement peut trouver une justification dans le fait que la lune était la seule source d'éclairage nocturne avant l'éclairage public et influençait probablement les cycles de sommeil et de veille. La privation de sommeil serait suffisante pour déclencher des réactions pathologiques chez certains sujets (ajouté le 10/7/99). De même, certains facteurs temporels cycliques, comme les vacances ou les week ends, peuvent se superposer avec l’analyse des effets des phases de la lune. Il est indispensable de les prendre en compte, sinon l’expérience ne mesure pas l’effet de la lune, mais l’effet cumulé de la lune (si toutefois il existe) et des facteurs non contrôlés. Ainsi, MacDonald et al. (1994) avaient mis en évidence un effet de la lune sur l’activité des médecins généralistes, avant de réaliser que les jours de pleine lune tombaient en majorité les jours de fermeture des banques pendant la période de l’expérience. Le faible effet constaté pouvait être du au fait que les clients sont plus rares quand ils ne peuvent pas sortir d’argent liquide. Il existe aussi des pathologies psychiatriques graves qui se traduisent par la croyance du malade dans le fait qu’il est une créature inhumaine, de type lycanthrope (Benezech et al., 1989) ou vampire (Hemphill & Zabow, 1983 ; Jaffe & DiCataldo, 1994). Bien entendu, selon les structures mythiques mises en jeu, le malade croit que la pleine lune l’influence. La conséquence est évidente.



Il apparaît d’ailleurs qu’en 1987, 80 % des infirmières et 64 % des médecins des services d’urgences croyaient à cette influence de la lune (Danzl, 1987) En 1995, 81 % des professionnels liés au secteur psychiatrique croyaient à ces effets, contre 43 % de la population totale (Vance, 1995). De même, en 1980, la croyance dans l’effet de la lune sur les comportements humains était la superstition la plus fréquente et la plus significative chez les inspecteurs de police (Corrigan & Lee, 1980), qui, selon Rotton et al. (1986) sont les professionnels les plus touchés par cette superstition. Jorgenson (1981) a par ailleurs remarqué une corrélation positive entre les croyances aux prétendus effets de la lune et un paramètre psychologique, appelé external locus of control (mauvaise traduction : externalité). Ce paramètre mesure les tendances des personnes à penser que les évènements de leur vie sont le résultat non pas de leur propre comportement, mais plutôt du hasard, de la chance, du destin, des décisions d’entités supérieures ou de puissances hors de leur contrôle (Askevis-Leherpeux, 1989). Les croyances associées aux effets présumés de la lune sur le comportement sont plus répandues chez les personnes âgées que chez les jeunes et chez les personnes qui croient aux phénomènes réputés paranormaux au sens large (Rotton & Kelly, 1985-b ; Tobacyk & Wilson, 1988). L’étude de Wilson & Tobacyk (1990) est particulièrement intéressante. Ils ont montré que la lune n’avait aucun effet sur les appels d’urgence alors que les professionnels de ces services d’urgences considéraient sur la base des même données que la lune avait eu des effets. Quelques petites bases de psychologie de la croyance et de l’expérience, comme les notions de sélection de l’information ou de dissonance cognitive, suffisent à comprendre alors pourquoi leurs témoignages sont à considérer avec méfiance.



Peut être que ces quelques résultats issus de la littérature scientifique internationale, et pas de Marie-Claire ou de Facteur X, vous donneront envie d’en savoir plus au travers de quelques articles de synthèse (plus ou moins vulgarisés), en particulier ceux parus dans Science & Vie, comme Messadié (1986), Messadié (1993) ou Dorozynski (1993), dans l’Astronomie (Siffointe, 1998) ou dans des revues plus spécialisées, comme Rotton & Kelly (1985-a), Wunder (1995) ou Kelly et al. (1996). Oublier tout ça, comme vous l’avez fait dans votre émission, c’est vraiment long comme lacune, et vice-versa (pour les plus lents).



(...)



REFERENCES LUNAIRES



Alonso Y., 1993. Geophysical variables and behavior : LXXII. Barometric pressure, lunar cycle, and traffic accidents. Percept. Mot. Skills, Vol. 77 (2), p. 371-376.

Amaddeo F., Bisoffi G., Micciolo R., Piccinelli M., Tansella M., 1997. Frequency of contact with community-based psychiatric services and the lunar cycle : a 10-year case-register study. Soc. Psychiatry Psychiatr. Epidemiol., Vol. 32 (6), p. 323-326.

Askevis-Leherpeux F., 1989. Un facteur psychologique de la superstition et de la croyance aux parasciences : le «locus of control». Rev. Int. Psychol. Soc., Vol. 2 (2), p. 165-181.

Benezech M., de Witte J., Etchepare J.J., Bourgeois M., 1989. A propos d'une observation de lycanthropie avec violences mortelles. Ann. Med. Psychol., Vol. 147 (4), p. 464-470.

Bickis M., Kelly I.W., Byrnes G.F., 1995. Crisis calls and temporal and lunar variables: A comprehensive examination. J. Psychol., Vol. 129 (6), p. 701-711.

Byrnes G., Kelly I.W., 1992. Crisis calls and lunar cycles : a twenty-year review. Psychol. Rep., Vol. 71 (3 Pt 1), p. 779-785.

Campbell D.E., Beets J.L., 1978. Lunacy and the moon. Psychol. Bull., Vol. 85 (5), p. 1123-1129.

Campbell D.E., 1982. Lunar-lunacy research : when enough is enough. Environ. Behav., Vol. 14 (4), p. 418-424.

Climent C.E., Plutchik R., 1977. Lunar madness : an empirical study. Comprehens. Psychiatr., Vol. 18 (4), p. 369-374.

Coates W., Jehle D., Cottington E., 1989. Trauma and the full moon : a waning theory. Ann. Emerg. Med., Vol. 18 (7), p. 763-765.

Cohen-Mansfield J., Marx M.S., Werner P., 1989. Full moon : does it influence agitated nursing home residents ? J. Clin. Psychol., Vol. 45 (4), p. 611-614.

Corrigan R.S., Lee L.D., 1980. Superstition in police officers. Psychol. Rep., Vol. 46 (3 Pt 1), p. 830.

Culver R., Rotton J., Kelly I.W., 1988. Geophysical variables and behavior : XLIX. Moon mechanism and myths : a critical appraisal of explanations of purported lunar effects on human behavior. Psychol. Rep., Vol. 62 (3), p. 683-710.

Cyr J.J., Kalpin R.A., 1987. Geophysical variables and behavior : XLVI. The lunar-lunacy relationship : a poorly evaluated hypothesis. Psychol. Rep., Vol. 61 (2), p. 391-400.

Danzl D.F., 1987. Lunacy. J. Emerg. Med., Vol 5 (2), p. 91-95.

de Voge S.D., Mikawa J.K., 1977. Moon phases and crisis calls : a spurious relationship. Psychol. Rep., Vol. 40 (2), p. 387-390.

Dorozynski A., 1993. Vivons-nous au rythme de la lune ? Science & Vie, n° 907, p. 43-48.

Durm M.W., Terry C.L., Hammonds C.R., 1986. Lunar phase and acting-out behavior. Psychol. Rep., Vol. 59 (2 Pt 2), p. 987-990.

Fitzhugh L.C., Mulvaney D.E., Hughes L.H., 1980. Phase of the moon and seizure activity. Psychol. Rep., Vol. 46 (3 Pt 2), p. 1261-1262.

Frey J., Rotton J., Barry T., 1979. The effects of the full moon on human behavior : yet another failure to replicate. J. Psychol., Vol. 103 (2), p. 159-162.

Garcia-Prieto A., Bobes-Garcia J., Bousuno-Garcia M., Suarez-Noriega L.A., Gonzalez-Menendez J.M., 1991. Aspectos epidemiologicos del suicidio en Asturias en relacion con la climatologia, lo estacional y otros factores. Actas Luso Esp. Neurol. Psiquiatr. Cienc. Afines, Vol. 19 (4), p. 185-190.

Gorvin J.J., Roberts M.S., 1994. Lunar phases and psychiatric hospital admissions. Psychol. Rep., Vol. 75 (3 Pt 2), p. 1435-1440.

Guttierez-Garcia J.M., Tusell F., 1997. Suicides and the lunar cycle. Psychol. Rep., Vol. 80 (1), p. 243-250.

Hemphill R.E., Zabow T., 1983. Clinical vampirism. A presentation of 3 cases and a re-evaluation of Haigh, the ‘acid-bath murderer’. S. Afr. Med. J., Vol. 63 (8), p. 278-281.

Jaffe P.D., DiCataldo F., 1994. Clinical vampirism : blending myth and reality. Bull. Am. Acad. Psychiatry Law, Vol. 22 (4), p. 533-544.

Jones P.K., Jones S.L., 1977. Lunar association with suicide. Suicide & Life Threatening Behav., Vol. 7 (1), p. 31-39.

Jorgenson D.O., 1981. Locus of control and the perceived causal influence of the lunar cycle. Percept. Mot. Skills, Vol. 52 (3), p. 864.

Kelly I.W., Rotton J., 1983. Geophysical variables and behavior : XIII. Comment on «Lunar phase and accident injuries» : the dark side of the moon and lunar research. Percept. Mot. Skills, Vol. 57 (3 Pt 1), p. 919-921.

Kelly I.W., Laverty W.H., Saklofske D.H., 1990-a. Geophysical variables and behavior : LXIV. An empirical investigation of the relationship between worldwide automobile traffic disasters and lunar cycles : No relationship. Psychol. Rep., 67 (3 Pt 1), p. 987-994.

Kelly I.W., Saklofske D.H., Culver R., 1990-b. Aircraft accidents and disasters and full moon : No relationship. Psychol. J. Hum. Behav., Vol. 27 (2), p. 30-33.

Kelly I.W., Martens R., 1994. Geophysical variables and behavior : LXXVIII. Lunar phase and birthrate : an update. Psychol. Rep., Vol. 75 (1 Pt 2), p. 507-511.

Kelly I.W., Rotton J., Culver R., 1996. The Moon was full and nothing happened: A review of studies on the moon and human behavior and human belief. In: The Outer Edge, Nickell J., Karr B., Genoni T. (eds.), Amherst, N.Y., CSICOP, 1996.

Laverty W.H., Kelly I.W., Flynn M., Rotton J., 1992. Geophysical variables and behavior : LXVIII. Distal and lunar variables and traffic accidents in Saskatchewan 1984-1989. Percept. Mot. Skills, Vol. 74 (2), p. 483-488.

Laverty W.H., Kelly I.W., 1998. Cyclical calendar and lunar patterns in automobile property accidents and injury accidents. Percep. Mot. Skills, Vol. 86 (1), p. 299-302.

Little G.L., Bowers R., Little L.H., 1987. Geophysical variables and behavior : XLII. Lack of relationship between moon phase and incidents of disruptive behavior in inmates with psychiatric patients. Percept. Mot. Skills, Vol. 64 (3 Pt 2), p. 1212.

MacDonald L., Perkins P., Pickering R., 1994. Effect of the moon on general practitioner’s on call work load. J. Epidemiol. Commun. Health, Vol. 48 (3), p. 323-324.

MacMahon K., 1983. Short-term temporal cycles in the frequency of suicide. United States, 1972-1978. Am. J. Epidemiol.,117(6), p. 744-50.

Maldonado G., Kraus J.F., 1991. Variation in suicide by time of day, day of the week, month and lunar phase. Suicide & Life-Threatening Behav., Vol 21 (2), p. 174-187.

Martens R., Kelly I.W., Saklofske D.H., 1988. Lunar phase and birthrate : a 50-year critical review. Psychol. Rep., Vol. 63 (3), p. 923-924.

Martin S.J., Kelly I.W., Saklofske D.H., 1992. Suicide and lunar cycles : a critical review over 28 years. Psychol. Rep., Vol. 71 (3 Pt 1), p. 787-795.

Mason T., 1997. Seclusion and the lunar cycles. J. Psychosoc. Nurs. Ment. Health Serv., Vol. 35 (6), p. 14-18.

Mathew V.M., Lindesay J., Shanmuganathan N., Eapen V., 1991. Attempted suicide and the lunar cycle. Psychol. Rep., Vol. 68 (3 Pt 1), p. 927-930.

Messadié G., 1986. La lune est acquittée de meurtre. Science & Vie, n° 822, p. 56.

Messadié G., 1993. De Lilith au loup-garou. Science & Vie, n° 907, p. 49-53.

Michelson L., Wilson J., Michelson J., 1979. Investigation of periodicity in crisis intervention calls over an eight-year span. Psychol. Rep., Vol. 45 (2), p. 420-422.

Myers D.E., 1995. Gravitational effects of the period of high tides and the new moon on lunacy. J. Emerg. Med., Vol. 13 (4), p. 529-532.

Nalepka C.D., Jones S.D., Jones P.K., 1983. Time variations, births, and lunar association. Issues Comprehens. Pediatr. Nurs., Vol. 6 (2), p. 81-89.

Nijsten M.W., Willemsen S.E., 1991. Accidents a matter of chance ? The significance of lunar phases and biorythms in trauma patients. Ned. Tidschr. Geneeskd., Vol. 135 (51), p. 2421-2424.

Owen C., Tarantello C., Jones M., Tennant C., 1998. Lunar cycles and violent behavior. Austr. N. Z. J. Psychiatr., Vol. 32 (4), p. 496-499.

Periti E., Biagiotti R., 1994. Fasi lunari ed incidenza di parti spontanei. Nostra esperienza. Minerva Ginecologica, Vol. 46 (7-8), p. 429-433.

Pokorny A.D., Jachimczyk J., 1974. The questionable relationship between homicides and the lunar cycle. Am. J. Psychiatr., Vol. 131 (7), p. 827-829.

Raison CL, Klein HM, Steckler M, 1999. The moon and madness reconsidered. J Affect Disord,53(1), p.99-106.

Rogers T.D., Masterton G., McGuire R., 1991. Parasuicide and the lunar cycle. Psychol. Med., Vol. 21 (2), p. 393-397.

Rotton J., Kelly I.W., Frey J., 1983. Geophysical variables and behavior. X. Detecting lunar periodicities : something old, new, borrowed, and true. Psychol. Rep., Vol. 52 (1), p. 111-116.

Rotton J., Kelly I.W., 1985-a. Much ado about the full moon: a meta-analysis of lunar-lunacy research. Psychol. Bull., Vol. 97 (2), p. 286-306.

Rotton J., Kelly I.W., 1985-b. A scale for assessing belief in lunar effects : reliability and concurrent validity. Psychol. Rep., Vol. 57 (1), p. 239-245.

Rotton J., Kelly I.W., Elortegui P., 1986. Assessing belief in lunar effects : Known-groups validation. Psychol. Rep., Vol. 59 (1), p. 171-174.

Russel G.W., Bernal M.E., 1977. Temporal and climatic variables in naturalistic observation. J. Appl. Behav. Anal., Vol. 10(3), p. 399-405.

Russel G.W., Dua M., 1983. Lunar influences on human agression. Soc. Behav. Person., Vol. 11 (2), p. 41-44.

Russel G.W., de Graf J.P., 1985. Lunar cycles and human agression : a replication. Soc. Behav. Person., Vol. 13 (2), p. 143-146.

Sands J.M., Miller L.E., 1991. Effects of moon phase and other temporal variables on absenteeism. Psychol. Rep., 69 (3 Pt 1), p. 959-962.

Sharfman M., 1980. Drug overdose and the full moon. Percept. Mot. Skills, Vol. 50 (1), p.124-126.

Siffointe R., 1998. L’astrologie. Science ou croyance ? Un argumentaire pour les mal lunés. L’Astronomie, Vol. 112, p. 316-323.

Simon A., 1998. Agression in a prison setting as a function of lunar phases. Psychol Rep., Vol. 82 (3 Pt 1), p. 747-752.

Smolle J., Prause G., Kerl H., 1998. A double-blind, controlled clinical trial of homeopathy and an analysis of lunar phases and postoperative outcome. Arch. Dermatol., Vol. 134 (11), p. 1368-1370.

Strolego F., Gigli C., Bugalho A., 1991. Influenza delle fasi lunari sulla frequenza dei parti. Minerva Ginecologica, Vol. 43 (7-8), p. 359-363.

Templer D.I., Veleber D.M., Brooner R.K., 1982. Geophysical variables and behavior : VI. Lunar phase and accident injuries : a difference between night and day. Percept. Mot. Skills, Vol. 55 (1), p. 280-282.

Templer D.I., Brooner R.K., Corgiat M.D., 1983. Geophysical variables and behavior : XIV. Lunar phase and crime : fact or artifact. Percept. Mot. Skills, Vol. 57 (3 Pt 1), 993-994.

Thompson D.A., Adams S.L., 1996. The full moon and ED patient volumes : unearthing a myth. Am. J Emerg. Med., Vol. 14 (2), p. 161-164.

Tobacyk J.J., Wilson J.E., 1988. Paranormal beliefs and beliefs about lunar effects. Psychol. Rep., Vol. 63 (3), p. 993-994.

Trap R., Helm P., Lidegaard O., Helm E., 1989. Premature rupture of the fetal membranes, the phases of the moon and barometer readings. Gynecol. Obstet. Invest., Vol. 28 (1), p. 14-18.

Vance D.E., 1995. Belief in lunar effects on human behavior. Psychol. Rep., Vol. 76 (1), p. 32-34.

Vance D.E., 1996. Geophysical variables and behavior. LXXXI. Testing the lunar hypothesis with rural behavioral reports. Psychol. Rep., Vol. 79 (3 Pt 1), p. 1080-1082.

Wagner M.W., Almeida L., 1987. Geophysical variables and behavior : XXXVII. Lunar phase, «no;» weekends, «yes;» month, «sometimes». Percept. Mot. Skills, Vol. 64 (3 Pt 1), p. 949-950.

Walters E., Markley R.P., Tiffany D.W., 1975. Lunacy : A type I error ? J. Abnorm. Psychol., Vol. 84 (6), p. 715-717.

Wilkinson G., Piccinelli M. Roberts S., Micciolo R., Fry J., 1997. Lunar cycle and consultations for anxiety and depression in general practice. Int. J. Soc. Psychiatr., Vol. 43 (1), p. 29-34.

Wilson J.E., Tobacyk J.J., 1990. Lunar phases and crisis center telephone calls. J. Soc. Psychol., Vol. 130 (1), p. 47-51.

Wunder E., 1995. Geburtshelfer Mond ? Teil 1. Skeptiker, Vol. 8 (1), 7-14.

Ytterstad E., Brenn T., 1997. Daily number of births in Norway 1989-93. Variations across months, day of week, phase of moon and changes in leave entitlements. Tidsskr. Nor Laegeforen, Vol. 117 (8), p. 1098-1101.


Jojo
Messages : 118
Inscription : 01 juin 2004, 12:36
Localisation : Montréal

Messagepar Jojo » 11 août 2005, 21:19

Bonjour Gilles,

S'il est possible pour vous de me répondre à ces deux questions...

1. Dans les études que vous citez, quand on parle de l'influence de la lune, est-ce en référence à la pleine lune? (ce n'est pas vraiment clair qu'il s'agit de la pleine lune...)

2. Si ces études sont en rapport avec la pleine lune, est-ce que ces études se sont réalisées sur la base des 24 ou 48 ou 72 heures avant le phénomène de la pleine lune?

Merci de me répondre. Jojo
Penser avec sa tête... et pas celle d'un autre...

Michel D.
Messages : 184
Inscription : 16 sept. 2003, 08:10

Messagepar Michel D. » 12 août 2005, 02:50


Jojo
Messages : 118
Inscription : 01 juin 2004, 12:36
Localisation : Montréal

Messagepar Jojo » 12 août 2005, 13:56

Bonjour Michel D.

Navrée de te dire que tu passes à côté de mes questions. Mais ça doit sûrement être à cause de mon accent québécois...

J'ai déjà mon fournisseur de sites "Réveillez-vous" en la personne de Jean-François et j'en suis très satisfaite jusqu'à présent.

Jojo
Penser avec sa tête... et pas celle d'un autre...

Gilles
Modérateur
Modérateur
Messages : 571
Inscription : 03 oct. 2003, 22:24
Localisation : Québec

Messagepar Gilles » 13 août 2005, 16:07

Jojo a écrit :1. Dans les études que vous citez, quand on parle de l'influence de la lune, est-ce en référence à la pleine lune? (ce n'est pas vraiment clair qu'il s'agit de la pleine lune...)
2. Si ces études sont en rapport avec la pleine lune, est-ce que ces études se sont réalisées sur la base des 24 ou 48 ou 72 heures avant le phénomène de la pleine lune?


Je n'ai pas lu tous ces articles et je ne connais pas en détail le traitement statistique utilisé pour chacun. Dans les quelques études que j'ai lues, le mois lunaire était divisé en tranches de quelques jours et on utilisait ensuite un traitement statistique pour vérifier si un événement particulier revenait plus souvent dans une tranche que dans l'autre. Certaines études utilisent plusieurs traitements différents (tranches d'une seule journée, de deux jours, de trois, etc.). Comme tu peux le constater, les études sont nombreuses et les traitements statistiques utilisés ont dû l'être aussi.

Jojo
Messages : 118
Inscription : 01 juin 2004, 12:36
Localisation : Montréal

Messagepar Jojo » 13 août 2005, 17:10

Bonjour Gilles,

Si par hasard tu tombes sur une étude confirmant la période étudiée, merci de penser à moi et de m'y référer.

Selon ce que j'ai lu en astrologie, l'effet supposé des pleines lunes débute plus ou moins dans les 2 jours précédant le phénomène et pas seulement le jour même comme on pourrait le penser.

Salut. Jojo
Penser avec sa tête... et pas celle d'un autre...

TIO_PIPONE
Messages : 411
Inscription : 25 juil. 2004, 00:58
Localisation : *Bs.As (Argentine)

Messagepar TIO_PIPONE » 13 août 2005, 23:30

Vous êtes tous une bande d'obscurantistes

mais comment vous avez cette préténtion de nous faire croire que la lune a des effets sur nos comportements?
vous vous êtes transformés en loups en la regardant ou quoi?:lol:

Car si on suit la logique de vos trucs, cela voudrait dire que toutes les personnes qui auront vu la lune dans les mois ou les statistiques marquent ses effets,auraient tous les mêmes réactions, les mêmes comportement
tout le monde s'affolerait, si qulequ'un chie dans la rue seulement parce qu'il a vu la lune alors tous ceux qui l'auront regardée, feraient la même chose

ce qui est con
DE OMNI RE SCIBILI

Jojo
Messages : 118
Inscription : 01 juin 2004, 12:36
Localisation : Montréal

Messagepar Jojo » 14 août 2005, 20:14

Salut Tio-Amore,

TIO_PIPONE a écrit :Vous êtes tous une bande d'obscurantistes


Je ne fais partie d'aucune bande, mais j'accepte quand même le compliment. Je n'oublierai pas de te rendre la pareille.


mais comment vous avez cette préténtion de nous faire croire que la lune a des effets sur nos comportements?
vous vous êtes transformés en loups en la regardant ou quoi?:lol:


Oui, les astrologues ont cette prétention. Personnellement, je n'ai pas encore de preuves car j'ai pas encore travaillé là-dessus. Je n'en suis qu'à l'étape de l'observation.

Car si on suit la logique de vos trucs, cela voudrait dire que toutes les personnes qui auront vu la lune dans les mois ou les statistiques marquent ses effets,auraient tous les mêmes réactions, les mêmes comportement tout le monde s'affolerait, si qulequ'un chie dans la rue seulement parce qu'il a vu la lune alors tous ceux qui l'auront regardée, feraient la même chose


On voit que tu as étudié longuement le sujet et sa logique :mrgreen: et juste pour cela, je vais te répondre en une courte phrase: Chaque thème astral est différent et chaque personne réagis à sa manière, en son temps et en son intensité à la pleine lune.


ce qui est con


Selon ta logique à toi... OUI!

Jojo
Penser avec sa tête... et pas celle d'un autre...

Michel D.
Messages : 184
Inscription : 16 sept. 2003, 08:10

Messagepar Michel D. » 16 août 2005, 05:12

Bonjour à tous,

Jojo a écrit :... l'effet supposé des pleines lunes ...


Quel effet ? Gravitation ? Mais la force de gravitaion de la lune ne dépend pas de ses phases. Lumière ? Mais c'est celle du soleil en beaucoup moins intense.

Franchement, à part favoriser les ballades en amoureux "au clair de lune"...

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 20297
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Messagepar Jean-Francois » 16 août 2005, 08:03

Michel D. a écrit :Mais la force de gravitation de la lune ne dépend pas de ses phases


Je pense que beaucoup pas mal gens qui n'ont pas réfléchi plus qu'il faut à la question diront instinctivement que la force de gravitation varie avec les phases de la lune... Comme si la lune changeait de masse avec ces phases (et disparaissait une fois par mois).

Il y a un moment, j'ai posé la question* à une dizaine de personnes de mon entourage: 6 ont répondu spontanément "oui", 5 ont rapidement changé d'idée devant l'énormité qu'ils venaient de proférer... et un seul m'a obstiné que c'était bien le cas.

Jean-François

* "Est-ce que les phases de la lune sont dues à des variations de sa masse?"

Michel D.
Messages : 184
Inscription : 16 sept. 2003, 08:10

Messagepar Michel D. » 16 août 2005, 09:00

Jean-Francois a écrit :Comme si la lune changeait de masse avec ces phases (et disparaissait une fois par mois).


Il faut noter que c'est au moment de cette "disparition", la nouvelle lune, que les effets gravitationnels sont maximaux (les forces de marée ET la gravitation de la lune et du soleil travaillant alors dans le même sens).

TIO_PIPONE
Messages : 411
Inscription : 25 juil. 2004, 00:58
Localisation : *Bs.As (Argentine)

Messagepar TIO_PIPONE » 20 août 2005, 19:26

ils faut les laisser ces charlatans de la lune...
c'est du temps a perdre
DE OMNI RE SCIBILI

Yoann
Messages : 78
Inscription : 07 juil. 2005, 09:06

Messagepar Yoann » 21 août 2005, 06:36

juste pour vous faire part de ça:
Mon père est pompier, sa copine est aide-soignante aux urgences.
Les deux, bien que septiques face à beaucoup de chose (ce n'est pas un argument je le conçois) ont noté au cours de leurs carrière des pics du nombre d'interventions les jours de pleine lune et de nouvelle lune :shock:

Maintenant j'ai autre chose en tête, le nombre d'accouchement lors de la pleine lune qui semble etre plus important pendant les pleines lunes, mais là je m'abstiendrais d'aller plus loins, je ne connais pas de sage-femme :mrgreen:
"La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles" (Les Fleurs du Mal, IV)

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 20297
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Messagepar Jean-Francois » 21 août 2005, 09:54

Yoann a écrit :Les deux, bien que septiques face à beaucoup de chose (ce n'est pas un argument je le conçois) ont noté au cours de leurs carrière des pics du nombre d'interventions les jours de pleine lune et de nouvelle lune


Il n'y a pas longtemps, j'avais "noté" que les femmes utilisaient plus leur téléphone portable en conduisant que les hommes. Je me suis mis à compter les fois où je voyais quelqu'un conduire en téléphonant. Mon décompte est (pour les deux dernières semaines): 25 femmes, 27 hommes*. Je me trompais donc dans mon impression: les deux sexes ont ce comportement pas très responsable.

Tout ça pour dire qu'entre "noter" quelque chose et faire une observation correcte, il y a une différence. Est-ce que votre père et sa copine ont pris la peine de faire des mesures sur un calendrier? (En plus, je vous signale une chose: si l'un en est persuadé et que l'autre adhère, ils renforcent mutuellement leur impression sans que celle-ci se base plus sur des faits bien observés.)

Des mesures, c'est normalement ce qu'on fait les chercheurs qui ont produit les études mis en références par Gilles. Dont je vous signale celles-ci:
"pas d’effet de la lune [...] sur les naissances (Nalepka et al., 1983 ; Martens et al., 1988 ; Trap et al., 1989 ; Strolego et al., 1991 ; Kelly & Martens, 1994 ; Periti & Biagiotti, 1994 ; Ytterstad & Brenn, 1997 ; Siffointe, 1998)" qui contrediraient votre impression sur le nombre d'accouchement en fonction des phases de la lune.

Jean-François

* Il y en a un que je n'ai pas compté... je croyais qu'il téléphonait mais en le doublant, je me suis aperçu qu'il se rasait. (Je ne compte pas non plus les séances de maquillage.)

Avatar de l’utilisateur
Totanka
Messages : 418
Inscription : 20 avr. 2009, 17:27

Re: La lune

Messagepar Totanka » 19 août 2009, 15:23

bot ?
La chose la plus difficile à comprendre au monde c'est l'impôt sur le revenu !
[Albert Einstein]

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 20297
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: La lune

Messagepar Jean-Francois » 19 août 2009, 16:42

Totanka a écrit :bot ?


Vi, j'ai fait le ménage ;)

Jean-François
"False facts are highly injurious to the progress of science, for they often endure long; but false views, if supported by some evidence, do little harm, for every one takes a salutary pleasure in proving their falseness." (C. Darwin)

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 3741
Inscription : 09 déc. 2006, 16:31
Localisation : France

Re: La lune

Messagepar Wooden Ali » 26 août 2009, 05:15

Jean-François a écrit :
Il y a un moment, j'ai posé la question* à une dizaine de personnes de mon entourage: 6 ont répondu spontanément "oui", 5 ont rapidement changé d'idée devant l'énormité qu'ils venaient de proférer... et un seul m'a obstiné que c'était bien le cas.

Gatti ?
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Shaken, not stirred ! Samuel Hahnemann

Il est souvent facile de voir quelque chose qu'on ne peut expliquer et d'en rendre responsable quelque chose qu'on ne peut voir" Wladimir Lyra

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 20297
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: La lune

Messagepar Jean-Francois » 26 août 2009, 07:36

Wooden Ali a écrit :Gatti ?


C'est limite en-dessous de la ceinture, ça ;) (Je ne me souviens plus à qui exactement j'avais demandé (en 2004-2005), mais ce n'était personne du forum.)

Jean-François
"False facts are highly injurious to the progress of science, for they often endure long; but false views, if supported by some evidence, do little harm, for every one takes a salutary pleasure in proving their falseness." (C. Darwin)

Avatar de l’utilisateur
NEMROD34
Messages : 4540
Inscription : 21 mars 2008, 10:45

Re: La lune

Messagepar NEMROD34 » 26 août 2009, 11:01

Mon père est pompier, sa copine est aide-soignante aux urgences.
Les deux, bien que septiques face à beaucoup de chose (ce n'est pas un argument je le conçois) ont noté au cours de leurs carrière des pics du nombre d'interventions les jours de pleine lune et de nouvelle lune
Et moi j'ai jamais rien constaté en 14 ans d'hôpital dont 8 d'urgences, en revanche je veux bien voir leur notes et tout ... :mrgreen:
Image
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Militant du: " MITCH S'en Fout "= Milite pour Images, Trucs à la Con, Humour, Sur le Forum.

Avatar de l’utilisateur
ovide
Messages : 1413
Inscription : 09 févr. 2008, 11:54
Localisation : montreal

Re: La lune

Messagepar ovide » 26 août 2009, 14:14

Bonjour

Jojo , tu dis que ;

Chaque thème astral est différent et chaque personne réagis à sa manière, en son temps et en son intensité à la pleine lune.


Donc, si je suis ta logique , Il y aurait plus d'accouchements, de violence, de meurtres. les jours de Pleine Lune?

Avez-vous des sources valables pour prouvé vos dires?

Ovide
La plupart des zozos ont un mode d'argumentation qui ne méritent que des coups de la légendaire massue de la rationalité transfixée du clou du sarcasme ...

REF; un sceptique de ce forum....!

Zwielicht
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 4341
Inscription : 05 avr. 2004, 10:57

Re: La lune

Messagepar Zwielicht » 26 août 2009, 14:53

Ovide ; je n'ai rien contre le fait de commenter des vieux postes, mais tu t'adresses à Jojo comme si son message datait d'hier. Or il date de 4 ans.. elle ne vient probablement plus ici. Ayons en conscience.
anybody in the creation/evolution debate area knows that this is basically a spiritual war. The root of the problem is not a question of what is science or what is truth. [Laurence Tisdall]

Avatar de l’utilisateur
ovide
Messages : 1413
Inscription : 09 févr. 2008, 11:54
Localisation : montreal

Re: La lune

Messagepar ovide » 27 août 2009, 07:51

Bonjour

Désolé :ouch: je suis un grand distrait :oops:

Ovide
La plupart des zozos ont un mode d'argumentation qui ne méritent que des coups de la légendaire massue de la rationalité transfixée du clou du sarcasme ...

REF; un sceptique de ce forum....!


Revenir vers « Astrologie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit