Le jeu de l'imitation

Littérature, Cinéma, Musique, ...
Mireille

Le jeu de l'imitation

#1

Message par Mireille » 25 janv. 2015, 20:10

Je suis allé voir ce film, si vous ne l'avez pas encore vu je vous le recommande. On ne peut pas rester indifférent à cette histoire, et ce, sur plusieurs tableaux.

Certaines scènes étaient vraiment pénibles, comme la castration chimique qui empêchait même Alan Turing de faire un mot croisée à la toute fin. Les terribles choix que lui et son équipe ont dû faire entre intervenir ou non pendant cette guerre.

Toute cette stratégie déployée m'a fait me demander jusqu'à quel point l'inconscience n'était pas plus souhaitable que le fait d'être totalement conscient, tous les enjeux pris en compte.

Un bel esprit que l'on a laissé mourir.

J'en suis sortie complètement bouleversée, je ne connaissais même pas cette histoire.

http://voir.ca/cinema/2014/12/22/the-im ... an-turing/

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 03:41

Re: Le jeu de l'imitation

#2

Message par kestaencordi » 25 janv. 2015, 21:31

Mireille a écrit : Un bel esprit que l'on a laissé mourir.
Que l'on a tué! Serait plus juste.
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Mireille

Re: Le jeu de l'imitation

#3

Message par Mireille » 25 janv. 2015, 22:50

Bonsoir kestaencordi,

Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi on a pas utilisé les capacités de cet homme pour servir ailleurs au sein même de son gouvernement. Je ne me suis jamais vraiment intéressé aux préjugés sur l'homosexualité, mais j'ai vraiment trouvé révoltant que l'on puisse amoindrir cet esprit avec des médicaments sous ce prétexte en plus qu'il avait servi à sauver probablement des milliers de vie.

Une des scènes que j'ai particulièrement aimé c'est quand il avoue son homosexualité à sa collègue avec qui il s'est fiancée et qu'elle lui répond que peu lui importe, que ce qui compte c'est son esprit et le sien et ce qu'ils en feront ensemble. Ca été mon moment préféré.

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 03:41

Re: Le jeu de l'imitation

#4

Message par kestaencordi » 25 janv. 2015, 23:04

perso, j'ai préféré le moment ou il décode le premier message. je suis un peu moins fleur bleu. :mrgreen:
j'aimerais croire qu'a l’époque on croyais que la médication était aidante. mais...la peur et le dégout sont plus plausible comme explication.
https://www.youtube.com/watch?v=17u01_sWjRE
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56
Localisation : Mtl

Re: Le jeu de l'imitation

#5

Message par Pardalis » 26 janv. 2015, 01:08

C'était très bon, mais ils ont quand même pris certaines libertés éditoriales et raccourcis hollywoodiens pour raconter son histoire, ce n'est pas une biographie 100% exacte.

http://www.slate.com/blogs/browbeat/201 ... uring.html
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 4064
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59
Localisation : Montréal

Re: Le jeu de l'imitation

#6

Message par Christian » 26 janv. 2015, 17:27

Pardalis a écrit :C'était très bon, mais ils ont quand même pris certaines libertés éditoriales et raccourcis hollywoodiens pour raconter son histoire, ce n'est pas une biographie 100% exacte.

http://www.slate.com/blogs/browbeat/201 ... uring.html
Oui, Yvan Dutil fait une analyse semblable.

Christian
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Mireille

Re: Le jeu de l'imitation

#7

Message par Mireille » 26 janv. 2015, 21:17

Merci beaucoup pour la critique en français. J'ai été un peu surprise, d'apprendre qu'il y avait tant de gens qui avaient travaillés autour de ce projet comparativement à l'équipe minuscule (5 je crois) présentée dans le film.

La personnalité de Alan Turing m'intéresse tout particulièrement, je me demande si il a vraiment vécu les traumatismes comme quand ils l'ont enfermés dans le plancher et aussi quand son premier amour est décédé.

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 4064
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59
Localisation : Montréal

Re: Le jeu de l'imitation

#8

Message par Christian » 26 janv. 2015, 22:29

Je n'ai pas vu le film. Est-ce qu'on parle de ses travaux en biologie? Récemment, sa théorie de la morphogénèse a été démontrée 60 ans après sa mort.

Ce gars était un génie et sa société l'a tué... :(

Christian
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le jeu de l'imitation

#9

Message par Kraepelin » 26 janv. 2015, 23:00

Belle intrigue, écriture détaillée des personnages, distribution heureuse. Un très bon film!

La seule chose agaçante est le prêchi-prêcha "political correctness".
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 4064
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59
Localisation : Montréal

Re: Le jeu de l'imitation

#10

Message par Christian » 27 janv. 2015, 00:07

Mireille a écrit :Merci beaucoup pour la critique en français. J'ai été un peu surprise, d'apprendre qu'il y avait tant de gens qui avaient travaillés autour de ce projet comparativement à l'équipe minuscule (5 je crois) présentée dans le film.
À Betchley Park, il y avait plus de 9000 personnes. Tout un village!
Mireille a écrit :La personnalité de Alan Turing m'intéresse tout particulièrement, je me demande si il a vraiment vécu les traumatismes comme quand ils l'ont enfermés dans le plancher et aussi quand son premier amour est décédé.
Courte liste biographique ici.

Un site assez complet sur sa vie par Andrew Hodges. C'est apparemment sur le bouquin de Hodges (Alan Turing: The Enigma) que le film base son scénario (il y a une version française du livre de Hodges).

Christian
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 2576
Inscription : 16 févr. 2012, 08:19

Re: Le jeu de l'imitation

#11

Message par Cogite Stibon » 27 janv. 2015, 08:58

Kraepelin a écrit :La seule chose agaçante est le prêchi-prêcha "political correctness".
C'est quoi le prêchi-prêcha politiquement correct dans ce film ? Dénoncer le fait qu'on ait castré chimiquement un type dont le seul tort a été d'avoir eu des relations sexuelles avec un adulte consentant ? Ou il y a quelque chose d'autre ?
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56
Localisation : Mtl

Re: Le jeu de l'imitation

#12

Message par Pardalis » 27 janv. 2015, 18:28

Christian a écrit :À Betchley Park, il y avait plus de 9000 personnes. Tout un village!
J'imagine que c'était plus facile narrativement de faire parler 5 personnages que 9 000, et moins coûteux.

Peut-être que c'est comme avec les créationnistes: chaque personnage représente symboliquement 1 800 personnes. :D
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56
Localisation : Mtl

Re: Le jeu de l'imitation

#13

Message par Pardalis » 27 janv. 2015, 18:32

Ce que j'ai aimé particulièrement dans le film c'est qu'ils ont mis en parallèle la course contre la montre pour déchiffrer les codes d'Enigma, et l'incapacité de Turing à décoder les plus simples codes et rituels sociaux (quoique je ne crois pas qu'il ait été si « autistique » comme on le représente dans le film). C'était une excellente idée.

Une amie m'a récemment montré un journal arabe, et ça m'a fasciné de penser que derrière tout ces apparents gribouillis (de mon point de vue), il y avait un sens. Tant qu'on n'a pas le décodeur, on ne comprend rien. Comme avec les notes de médecin.
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le jeu de l'imitation

#14

Message par Kraepelin » 28 janv. 2015, 00:29

Cogite Stibon a écrit :
Kraepelin a écrit :La seule chose agaçante est le prêchi-prêcha "political correctness".
C'est quoi le prêchi-prêcha politiquement correct dans ce film ? Dénoncer le fait qu'on ait castré chimiquement un type dont le seul tort a été d'avoir eu des relations sexuelles avec un adulte consentant ? Ou il y a quelque chose d'autre ?
Si vous ne l'avez pas remarqué, c'est qu'il ne vous a pas agacé. Face à la prédication du Temple, ils y en a qui baillent, d'autres qui s'irritent et d'autres encore qui s'y vautrent. Chacun son tempérament.

Pas moyen de produire un film historique sans que le scénariste et le réalisateur se croient en devoir de nous "éduquer". Ils nappent leur histoire d'une belle dénonciation bien sentie dont la cible dépend des derniers trucs à la mode dans les salons des vicaires de la rectitude (alcool, concubinage, inégalités raciales, de genre, crédit, publicité mensongère, orientation sexuelles, expérimentation animal, OGN, etc).

Entre la réalité sociale des gens vivant il y a 100 ans et la nôtre, il y a mille différences, la plupart révélant une injustice en regard de nos valeurs contemporaines. Le choix d'une injustice à dénoncer de préférence aux 999 autres dépent moins des préoccupation de l'époque du film que des préoccupations actuelles de nos artistes du 7e art. Il relève de l'attention sélective et sert des fins idéologiques bien contemporaines.

Quoi qu'il en soit, je les vois faire (le scénariste et le réalisateur) et ça m'agace autant que l'apparition d'un micro pendant une scène importante du film. Lorsque c'est trop insistant, ça me gâche l'histoire.
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 2576
Inscription : 16 févr. 2012, 08:19

Re: Le jeu de l'imitation

#15

Message par Cogite Stibon » 28 janv. 2015, 04:28

Kraepelin a écrit : Si vous ne l'avez pas remarqué, c'est qu'il ne vous a pas agacé. Face à la prédication du Temple, ils y en a qui baillent, d'autres qui s'irritent et d'autres encore qui s'y vautrent. Chacun son tempérament.
C'est surtout que je n'ai pas encore vu le film, qui sort aujourd'hui en France. Je demandais ce qui vous a spécifiquement agacé dans ce film, et en guise de reponse je n'ai droit qu'à un cours de morale. Dommage...
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56
Localisation : Mtl

Re: Le jeu de l'imitation

#16

Message par Pardalis » 28 janv. 2015, 14:42

Kraepelin a écrit :Pas moyen de produire un film historique sans que le scénariste et le réalisateur se croient en devoir de nous "éduquer". Ils nappent leur histoire d'une belle dénonciation bien sentie dont la cible dépend des derniers trucs à la mode dans les salons des vicaires de la rectitude (alcool, concubinage, inégalités raciales, de genre, crédit, publicité mensongère, orientation sexuelles, expérimentation animal, OGN, etc).

Entre la réalité sociale des gens vivant il y a 100 ans et la nôtre, il y a mille différences, la plupart révélant une injustice en regard de nos valeurs contemporaines. Le choix d'une injustice à dénoncer de préférence aux 999 autres dépent moins des préoccupation de l'époque du film que des préoccupations actuelles de nos artistes du 7e art. Il relève de l'attention sélective et sert des fins idéologiques bien contemporaines.

Quoi qu'il en soit, je les vois faire (le scénariste et le réalisateur) et ça m'agace autant que l'apparition d'un micro pendant une scène importante du film. Lorsque c'est trop insistant, ça me gâche l'histoire.
Les préjugés anti-homosexuels de l'époque ont quand même joué un rôle important dans la vie de Turing: ils l'ont empêché de vivre sa vie pleinement, et ont même été déterminants dans sa chute et sa mort.

Je ne vois pas le problème. Dans le prêchi-prêcha, j'ai vu pire (l'indigeste Precious, entre autres, tout y passe).
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 03:41

Re: Le jeu de l'imitation

#17

Message par kestaencordi » 28 janv. 2015, 14:53

Pardalis a écrit :
Je ne vois pas le problème. Dans le prêchi-prêcha, j'ai vu pire (l'indigeste Precious, entre autres, tout y passe).
OK pour le prêchi-prêcha mais vous me faites quand même de la peine. j'ai adoré Precious.
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 03:41

Re: Le jeu de l'imitation

#18

Message par kestaencordi » 28 janv. 2015, 15:00

Kraepelin a écrit : Entre la réalité sociale des gens vivant il y a 100 ans et la nôtre, il y a mille différences, la plupart révélant une injustice en regard de nos valeurs contemporaines. Le choix d'une injustice à dénoncer de préférence aux 999 autres dépent moins des préoccupation de l'époque du film que des préoccupations actuelles de nos artistes du 7e art. Il relève de l'attention sélective et sert des fins idéologiques bien contemporaines.
je vois mal comment le cinéaste pourrait évoquer cette vérité historique(pertinente aux film) sans que je ne vive un sentiment d'injustice. même si je peux relativisé et me référer aux mœurs de l’époque pour me consoler.
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56
Localisation : Mtl

Re: Le jeu de l'imitation

#19

Message par Pardalis » 28 janv. 2015, 15:07

kestaencordi a écrit :
Pardalis a écrit :
Je ne vois pas le problème. Dans le prêchi-prêcha, j'ai vu pire (l'indigeste Precious, entre autres, tout y passe).
OK pour le prêchi-prêcha mais vous me faites quand même de la peine. j'ai adoré Precious.
l'histoire d'une femme obèse, pauvre, noire, analphabète, enceinte, mineure... Il manquait plus que « lesbienne », mais pour ça, ils ont été subtiles: ils ont relégué ce sujet social à un personnage secondaire, son institutrice.

Quand même, fallait pas charrier. :D
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6248
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Le jeu de l'imitation

#20

Message par Kraepelin » 28 janv. 2015, 18:14

Pardalis a écrit : Les préjugés anti-homosexuels de l'époque ont quand même joué un rôle important dans la vie de Turing: ils l'ont empêché de vivre sa vie pleinement, et ont même été déterminants dans sa chute et sa mort.
En effet, et c'était pertinent de l'évoquer. Mais, sur cette question le film ne faisait pas un tableau. Il ne dressait pas un portrait. Il s'inscrivait plus comme une "dénonciation". L'épilogue du film en témoigne.
Pardalis a écrit :Dans le prêchi-prêcha, j'ai vu pire
Oui, il y a pire!
La pauvreté ce n'est pas des logements insalubres où s'entassent des familles de dix. C'est n'avoir jamais été aimé ni respecté de toute sa vie. C'est ignorer la différence entre amour et maltraitance et s'attendre à ce qu'une caresse soit suivi d'une pluie de coups.
Jack Williams, SOS Sages-femmes

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 4025
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: Le jeu de l'imitation

#21

Message par unptitgab » 29 janv. 2015, 04:08

Kraepelin a écrit :En effet, et c'était pertinent de l'évoquer. Mais, sur cette question le film ne faisait pas un tableau. Il ne dressait pas un portrait. Il s'inscrivait plus comme une "dénonciation". L'épilogue du film en témoigne.
!
Je n'ai pas vu le film, donc ma réponse ne vient que de la lecture ici faite, vous reprochez au film le ton de la dénonciation plutôt que du simple constat. Cela pourrait être valable si cela relatait des faits passés n'ayant plus court dans le présent, mais des abrutis finis qui considèrent encore l'homosexualité comme une maladie à soigner il en reste bon nombre et des institutions proposant de corriger ces invertis il en existe encore dans des pays dit développés, pour certains crétins foutre à la rue leur gamin, qui peut bien crever, parce-que homo c'est aussi une réalité actuelle et pas seulement dans des pays considérés comme archaïques.
Je sais que tous discours tendant à normaliser l'homosexualité vous défrisent, mariage et adoption, mais je ne vous avez jamais vu considérer que dénoncer les attaques physiques que subissent les homosexuels n'était que du préchi-précha.
Con, cul, bite sont des mots qui appartiennent à la langue française, mais putain "malgré que" est impropre!

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 2576
Inscription : 16 févr. 2012, 08:19

Re: Le jeu de l'imitation

#22

Message par Cogite Stibon » 29 janv. 2015, 06:54

Kraepelin a écrit :En effet, et c'était pertinent de l'évoquer. Mais, sur cette question le film ne faisait pas un tableau. Il ne dressait pas un portrait. Il s'inscrivait plus comme une "dénonciation".
"Dénonciation" : Action de dénoncer
"Dénoncer" :
- Signaler quelqu'un, quelque chose à la justice, à une autorité en vue de les faire condamner ou punir : Dénoncer un criminel à la police.
- Révéler quelque chose, le faire connaître publiquement comme néfaste : Dénoncer les dangers de la crise.
- Littéraire. Faire connaître, révéler une attitude ; dénoter : Visage qui dénonce la franchise.
- Annoncer la rupture d'un traité, d'un accord.
- Signifier par voie extrajudiciaire.

Seul le deuxième sens peut s'appliquer dans ce contexte. Donc, si je vous comprends bien, cela ne vous dérange pas que le film parle de la condamnation pour homosexualité d'Alan Turing, mais cela vous agace qu'elle soit présentée comme néfaste.

Estimez-vous que dans tout film historique, le scénariste et le réalisateur devrait faire totalement abstraction de leurs propres valeurs, et ne présenter les événements qu'à la lumière des opinions de l'époque ?
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56
Localisation : Mtl

Re: Le jeu de l'imitation

#23

Message par Pardalis » 29 janv. 2015, 09:28

Il y a certains films dont le seul but est de s'attaquer à des problèmes sociaux, et qui sont aussi subtiles qu'un épisode de Watatatow. The Imitation Game n'est pas de ce genre, mais je comprends où Kraepelin veut en venir.
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 2576
Inscription : 16 févr. 2012, 08:19

Re: Le jeu de l'imitation

#24

Message par Cogite Stibon » 29 janv. 2015, 09:32

Pardalis a écrit :Il y a certains films dont le seul but est de s'attaquer à des problèmes sociaux,
"Le Majordome", par exemple ?
Pardalis a écrit : et qui sont aussi subtiles qu'un épisode de Watatatow.
Ah non, pas "Le Majordome", donc. Mais j'imagine bien le genre de film auquel tu fais allusion.
Pardalis a écrit : The Imitation Game n'est pas de ce genre,
Tant mieux, j'ai envie d'aller le voir. Ça m'aurait gonfler de voir un sermon.
Pardalis a écrit :mais je comprends où Kraepelin veut en venir.
Ben tu peux m'expliquer alors ?
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Mireille

Re: Le jeu de l'imitation

#25

Message par Mireille » 29 janv. 2015, 09:41

Bonjour Pardalis,

Moi aussi, j'aurais bien aimé comprendre à quoi veut en venir Kraepelin. A propos de l'épilogue, ce qui est dit ce sont les avantages qu'ont fournies son travail (les vies sauvées) et le fait qu'il se soit suicidé, la date de sa mort, etc.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit