Que savons-nous de notre cerveau ?

Vous doutez de leurs pouvoirs? Parlez-en ici.
Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 29 mai 2014, 08:23

Je vous repose donc 3 questions (simples ?) :

1-) vous, personnellement, comment faites-vous donc pour discerner vos « réelles synchronicités » des situations hasardeuses qui n'ont de toute façon pas le choix de se produire selon les lois mathématiques? (les lois mathématiques ? faites nous une démonstration)

Pour ma part, je vous l'ai expliquez plus haut, un ressenti qui vient de l'intérieur ou même par un rêve. Surtout quand je désire une chose très fort c'est comme si un lien se faisait entre les choses, les situations selon un certain sens.

2-) Vous ne niez tout de même pas les lois de la probabilité, des statistiques et des mathématiques?
Je me fie a ce qui s'offre à moi, si une chose est juste et fait sa démonstration, je ne la renie pas.
Tout a l'air de se passer comme si cette énergie reliait le monde "matériel" avec celui du psychique. Tout devient possible quand nous créons nous même notre vie et que nous refusons de nous laisser manipuler par les autres. C'est la liberté. La liberté de créer sa propre vie.

3-) Même si c'était vrai (que les synchronicités sont produites par des liens qui nous relient), comment faites-vous pour savoir qu'il s'agit d'énergie et pas d'autre chose?
J'ai pu me rendre compte que ma pensée est liée avec les événements qui se produisent.
Quand je suis dans un état de lâcher prise, je suis dans un état juste et dans ces moments là, tout se passe bien pour moi, les événement extérieurs viennent à moi pour m'aider. Je trouve le bon livre ou le document au bon moment, je rencontre la bonne personne au bon moment, j'entends une conversation dans un couloir en passant qui me donne l'information dont j'avais justement besoin et c'est comme ça tout le temps quand nous nous mettons en situation de recevoir le cadeau.
Quand je suis énervée et fermée, je ne ressens plus rien, je ne suis pas ouverte, je suis crispée. Et la nature a tendance a me le faire comprendre car je ne réussis rien…
Comme si cette énergie reliait le monde matériel au monde psychique

http://www.cunimb.com/francois/Font-Romeu.pdf

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 2777
Inscription : 06 mai 2009, 08:40
Localisation : Montréal

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Dash » 29 mai 2014, 11:18

Bravo pour avoir fait l'effort de répondre à mes 3 questions Cézame.

Cézame a écrit :..un ressenti qui vient de l'intérieur ou même par un rêve. Surtout quand je désire une chose très fort c'est comme si un lien se faisait entre les choses, les situations selon un certain sens.

Ouais, je ressens aussi parfois un désir très fort lorsque j'ai vraiment envie de quelque chose. Si p. ex. je désire fortement une femme et qu'elle finit par se « donner à moi », ben je peux faire un lien entre mon ressenti, la situation et sa finalité et tout ça forme effectivement un certain sens a posteriori. Sauf que parfois entre le désir, l'envie, le ressenti et la situation qui ne se conclut pas comme je le voudrais, ben on en retire une autre interprétation. Reconnaissez-vous que nous serons tous portés à conclure à une synchronicité lorsque la finalité correspond à notre désir, mais que nous serons portés à n'y voir rien de spécial dans le cas inverse?

Cézame a écrit :J'ai pu me rendre compte que ma pensée est liée avec les événements qui se produisent

Ben c'est certain que plusieurs événements sont plus ou moins lié avec ce que vous pensez. Il n'y a rien de spécial à ça.

Cézame a écrit :.Quand je suis dans un état de lâcher prise, je suis dans un état juste et dans ces moments là, tout se passe bien pour moi...

Ben ouais, sans stress, sans tension et sans être attaché « possessivement » à tout prix au résultat, ben c'est sûr qu'on se sent mieux peu importe ce qui arrive. Sauf que c'est incorrect de dire que tout se passe toujours bien dans ces situations. Ça se passe forcément mieux, parce que nous pouvons le gérer mieux qu'une personne stressée et attachée coûte que coûte au résultat, mais cela ne change pas forcément le cours de tout ce qui arrive et ça n'empêche pas des malheurs ou des accidents hors de notre contrôle d'arriver pour autant. Parce qu'il y a des trucs qui sont complètement hors de portée de notre contrôle. Si un tremblement de terre se prépare et que ce dernier fait s'effondrer complètement votre demeure, que vous soyez zen ou non à ce moment, n'y changera pas grand-chose (vous serez gravement blessé). Et vous ne pourrez pas dire que « tout se passe bien » du moment que vous êtes zen.

Cézame a écrit :Je trouve le bon livre ou le document au bon moment, je rencontre la bonne personne au bon moment...

Oui, plus on est calme et attentif, plus on est en mesure de saisir les opportunités potentielles (ou de faire des liens utiles) qui se présentent près de nous. C'est en ce sens qu'on peut effectivement dire qu'on les « attire à nous », mais ce n'est qu'une expression. On attire rien littéralement, stricto sensu. C'est juste qu'on est plus attentif à ce qu'on aurait raté sinon. C'est comme lorsqu'on joue le 5e coup à un jeu (échec p. ex), si l'on est attentif, on risque beaucoup plus de faire un bon coup que si l'on pense aux comptes à payer, mais rendu à ce 5e tour de jeu, qu'on soit attentif ou non, les pièces du dernier coup de l'adversaire ne bougeront pas magiquement selon votre attention ou votre degré de stress ou de calme. Vous saisissez la nuance?

Vous savez, il y a des gens, comme vous, qui ont tendance à trop voir la vie en rose et à croire qu'il suffit d'être positif et zen, mais qui se suicident ou qui tombent en profondes dépressions après avoir expérimenté un drame horrible. ...parce qu'ils ne comprennent pas pourquoi ça leur arrive à eux. Leurs attitudes et comportements ne justifiaient pas ce qui leur arrive. De fait, ils ne comprennent pas l'injustice et perdent tous leurs repères et croyances d'un coup. J'espère sincèrement que ça ne vous arrivera jamais parce que votre univers va complètement s'effondrer d'un coup.
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 29 mai 2014, 11:43

Il me semble qu'il vous manque une chose : l'expérimentation. C'est dans l'expérimentation que l'on peut vraiment faire la part des choses. Je parle de ressenti.. Ca ne peut pas se faire seulement en écoutant l'autre racontant son expérience.. Les expériences des autres peuvent juste nous ouvrir a un nouveau truc.
Je vois que tu me reproches de voir la vie en rose alors que je constate que tu cherches à tout prix de ton côté des explications qui ne s'appuie que sur des suppositions afin que ça puisse être accepté par ton mental rationnel.

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Pepejul » 29 mai 2014, 12:28

Si par "expérimentation" tu parles de ce que tu as ressenti tu fais une double erreur : de vocabulaire d'abord mais aussi de raisonnement.

Tu as l'impression qu'il t'est arrivé des trucs incroyables.... mais si tu les expérimentais vraiment (vérification de tes hypothèses personnelles dans une protocole encadré, scientifique et rigoureux) tu pourrais alors affirmer leur véracité ou leur inexistence...

Demande à Mireille elle saura mieux que nous t'expliquer pourquoi ce que tu ressens n'est pas toujours la réalité et qu'il existe une façon simple de le vérifier.

Ton mental à toi n'accepte pas le hasard...essaie de chercher pourquoi tu refuses cette idée simple que TU N'Y ES POUR RIEN dans la plupart des phénomènes qui se produisent.. que ta pensée est inopérante sur la matière et que ton esprit parvient à peine à comprendre 1% de ce qui t'entoure... pourquoi ressens-tu le besoin de faire comme si tu maîtrisais tout ?

Quelle est cette angoisse qui t'habite ? Qui te pousse à inventer un contrôle de la réalité par ton petit cerveau inefficace ? Là on touche au cœur du problème...

Une dernière question encore : Que te dit ton "intuition" par rapport à ces trois champignons ?

ImageImageImage
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 29 mai 2014, 14:13

Ouais, je ressens aussi parfois un désir très fort lorsque j'ai vraiment envie de quelque chose. Si p. ex. je désire fortement une femme et qu'elle finit par se « donner à moi », ben je peux faire un lien entre mon ressenti, la situation et sa finalité et tout ça forme effectivement un certain sens a posteriori. Sauf que parfois entre le désir, l'envie, le ressenti et la situation qui ne se conclut pas comme je le voudrais, ben on en retire une autre interprétation. Reconnaissez-vous que nous serons tous portés à conclure à une synchronicité lorsque la finalité correspond à notre désir, mais que nous serons portés à n'y voir rien de spécial dans le cas inverse?

A condition que ce désir soit en résonnance avec ce que nous sommes.
Quand nous sommes dans "le juste" on le sent et dans ces moment là on ne peut pas se tromper. "Le juste" se ressent par des signaux internes. Ca peut être par un malaise ou une joie. ça ne passe pas par le mental, c'est juste un ressenti.

Ben c'est certain que plusieurs événements sont plus ou moins lié avec ce que vous pensez. Il n'y a rien de spécial à ça.

Comment expliquez vous ça vous ? Si c'était lié aux efforts que l'on fait afin d'obtenir ce que nous voulons il n'y aurait rien d'extraordinaire évidemment, sauf que là les événements qui arrivent sans lien de cause à effet et pourtant ces événements se suivent parfois en cascades pour nous amener à la solution.

Tu cherches trop a tout définir comme une suite de cause et d'effet et tu crois à la toute puissance de la causalité du coup ton mental rationnel te bloque.

La synchronicité de la rose
Dans Le désir d’être inutile, Hugo Pratt relate cette synchronicité qui le marqua profondément : « alors que les alchimistes recherchent la rosa alchemica, j’ai fait l’expérience de la rose qui venait à ma rencontre. Pendant mon séjour en Argentine, j’étais allé dans une petite station balnéaire au bord de l’Atlantique. C’était le mois de juin- et donc pour l’hémisphère sud, l’hiver. La ville, surpeuplée en été, était déserte. Les vitrines des boutiques étaient recouvertes de panneaux de bois, le sable envahissait les rues. J’aime me promener dans les villes désertes, et j’étais donc content de cette relation privilégiée. J’habitais seul dans une petite maison que j’avais louée. Un matin, en sortant, je trouve une rose accrochée dans le grillage autour de la maison. D’où pouvait venir cette rose ? Est-ce que quelqu’un l’avait mise là à mon attention ? Mais il n’y avait personne dans les environs… Cette rose reste pour moi un mystère. »

La rosa alchemica réapparait dans Les Scorpions du désert. C’est le titre du livre de William Butler Yeats que lit le personnage Judditah Canaan. Un traître assassinera la jeune fille en lui offrant un bouquet de roses empoisonnées.

Plus tard, Hugo Pratt s’est rendu sur la tombe de Yeats en Irlande. Une personne dans une taverne près de Dublin lui a lancé : « Hugo Pratt ? – Oui – Vous venez pour Yeats ? ». C’était bien le cas. Et une autre qu’il ne connaissait pas lui a dit, alors qu’il se tenait près de la tombe du poète, à Drumcliff: « Comment ça va ? Ca fait longtemps qu’on ne s’est pas vu. » Le transfert entre Yeats et Pratt s’était effectué, comme il y a un transfert permanent entre Pratt et son héros Corto Maltese.
http://www.inrees.com/articles/Synchron ... n-sens/#n1

Ben ouais, sans stress, sans tension et sans être attaché « possessivement » à tout prix au résultat, ben c'est sûr qu'on se sent mieux peu importe ce qui arrive. Sauf que c'est incorrect de dire que tout se passe toujours bien dans ces situations. Ça se passe forcément mieux, parce que nous pouvons le gérer mieux qu'une personne stressée et attachée coûte que coûte au résultat, mais cela ne change pas forcément le cours de tout ce qui arrive et ça n'empêche pas des malheurs ou des accidents hors de notre contrôle d'arriver pour autant. Parce qu'il y a des trucs qui sont complètement hors de portée de notre contrôle. Si un tremblement de terre se prépare et que ce dernier fait s'effondrer complètement votre demeure, que vous soyez zen ou non à ce moment, n'y changera pas grand-chose (vous serez gravement blessé). Et vous ne pourrez pas dire que « tout se passe bien » du moment que vous êtes zen.
Si des choses nous dépassent comme tu dis c'est peut être parce que nous les laissons nous dépasser. Nous sommes dans 90 % de notre temps en mode "automatique" Nous faisons une chose en pensant à tout autre chose. Tu dis bien "hors de contrôle" si nous étions exercés à vivre pleinement ce que nous faisons, peut être que nous éviterions les accidents et les tremblements de terre dont tu parles sont peut être liés à cela aussi par l'effet papillon où tout est lié par l'énergie. Après tout au milieu d'un champ de bataille, qui vous dit que l'énergie et le lâcher prise que vous laisser entrer en vous ne pourrait pas vous sauver la vie ? Vous est il jamais arrivé de ressentir une telle confiance, une telle assurance, une telle force que vous saviez que rien ne pourrait vous arriver dans cette situation pourtant critique ? Et à tous les coup quand nous ressentons ça, c'est vraiment très particulier mais nous ne nous trompons jamais. On ressent le petit signal de force à l'intérieur.


Oui, plus on est calme et attentif, plus on est en mesure de saisir les opportunités potentielles (ou de faire des liens utiles) qui se présentent près de nous. C'est en ce sens qu'on peut effectivement dire qu'on les « attire à nous », mais ce n'est qu'une expression. On attire rien littéralement, stricto sensu. C'est juste qu'on est plus attentif à ce qu'on aurait raté sinon. C'est comme lorsqu'on joue le 5e coup à un jeu (échec p. ex), si l'on est attentif, on risque beaucoup plus de faire un bon coup que si l'on pense aux comptes à payer, mais rendu à ce 5e tour de jeu, qu'on soit attentif ou non, les pièces du dernier coup de l'adversaire ne bougeront pas magiquement selon votre attention ou votre degré de stress ou de calme. Vous saisissez la nuance?

Vous savez, il y a des gens, comme vous, qui ont tendance à trop voir la vie en rose et à croire qu'il suffit d'être positif et zen, mais qui se suicident ou qui tombent en profondes dépressions après avoir expérimenté un drame horrible. ...parce qu'ils ne comprennent pas pourquoi ça leur arrive à eux. Leurs attitudes et comportements ne justifiaient pas ce qui leur arrive. De fait, ils ne comprennent pas l'injustice et perdent tous leurs repères et croyances d'un coup. J'espère sincèrement que ça ne vous arrivera jamais parce que votre univers va complètement s'effondrer d'un coup.

Pourquoi vous vous rétractez, vous dites tout d'abord "ON DIT que l'on attire à nous" PUIS mais c'est une expression.

Si vous gagnez, il faut peut être que vous preniez conscience que c'est peut être parce que vous avez confiance (effectivement) et à partir de là, vous ne bloquez pas votre énergie. Les événements peuvent alors vous soutenir, et jouer en votre faveur.
En ce qui concerne les drames, quand nous travaillons sur soi, ils nous apportent au contraire beaucoup de force. En général, ils nous rendent plus fort. Ce sont plutôt les personnes qui ne sont pas bien en eux qui ne se sentent pas en confiance à l'intérieur qui ne savent pas trop qui ils sont, qui ont le plus de risques de tomber en dépression. La spiritualité apporte une force car elle nous permet l'apaisement en entrant dans le moment présent ou nous devenons la seconde que nous vivons.
Il y a L'expérience d'une femme qui a vu son enfant sous les roues d'une voiture.
Elle s'est précipitée et a soulevé la voiture pour libérer son enfant. Comment a-t-elle pu soulever une voiture alors que c'était impossible dans un moment de calme.
La pensée a tellement été forte dans l'urgence que ce ne sont pas ses muscles qui sont venus à son secours mais son énergie.


Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Pepejul » 29 mai 2014, 15:13

Vous croyez vraiment à toutes les histoires farfelues qu'on vous raconte ? Votre intuition fait-elle un tri dans tout ce fatras de légendes ?
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 2777
Inscription : 06 mai 2009, 08:40
Localisation : Montréal

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Dash » 30 mai 2014, 01:52

Cézame a écrit :Il me semble qu'il vous manque une chose : l'expérimentation. C'est dans l'expérimentation que l'on peut vraiment faire la part des choses. .

Sauf que vous ne savez pas que vous vous adressez à un ancien zozo. J'ai passé mon adolescence et ma vingtaine à concevoir les choses comme vous et à expérimenter exactement ce dont vous me parlez. J’étais même doué et j'ai aussi influencé plusieurs personnes à s'ouvrir à ce dont vous nous parlez. :? Moi aussi, je rencontrais les « bonnes personnes » au bon moment et je croyais que ma pensée et mon attitude affectaient « quantiquement~énergétiquement » les choses et la vie. Je ressentais même tout ceci très profondément.

Cézame a écrit :Je vois que tu me reproches de voir la vie en rose alors que je constate que tu cherches à tout prix de ton côté des explications qui ne s'appuie que sur des suppositions.

Étant donné que j'ai expérimenté les deux « modes de vie » ou les deux façons de concevoir les choses (spirituelle/rationnelle), je pense que j'ai acquis suffisamment d'expérience pratique pour pouvoir raisonnablement faire la part des choses sans que ce ne soit que de simples suppositions sans expérimentations.

Cézame a écrit : Ca peut être par un malaise ou une joie. ça ne passe pas par le mental, c'est juste un ressenti.]

Alors comment faites-vous pour y associer les mots ressentis, malaises et joies si cela ne passe pas par votre mental? Votre mental doit nécessairement analyser et évaluer ces sensations pour que vous puissiez les définir et les interpréter comme étant un malaise ou une joie (et nous en parler). Vous ne faites pas encore la différence entre ce que vous ressentez et l'interprétation que vous faites de ce que vous ressentez.

Cézame a écrit :...tu crois à la toute puissance de la causalité du coup ton mental rationnel te bloque.

Pas du tout! Même qu'à l'état naturel ou « par défaut », mon mental a même l'habitude et l'aptitude à faire les mêmes genres de liens que vous faites! Vous ne semblez pas saisir que votre façon d'interpréter et de concevoir les choses n'est pas du tout une façon « undeground » de faire, mais que c'est en fait la façon la plus rependue ou la plus « mainstream » de procéder parce que notre mental à tous est prédisposé pour faire un paquet de faux liens (confondre corrélation et causalité, entre autres). Vous, vous pensez que les personnes comme moi se sont fait bourrer le crâne par la science « officielle » depuis l'enfance, mais c'est en fait tout le contraire. Au départ, mon crâne était bourré de truc paranormaux et spirituels que l'on voit dans les films, qu'on lit dans les livres new-ages et de toutes les histoires et croyances que les gens comme vous racontent (histoire de la mère qui soulève une voiture...). C'est le contraire Cézame, c'est la pensée rationnelle et scientifique qui est minoritaire et qui est « l'underdog » dans la population en général (pour M. & Mme tout le monde) dans toute cette histoire.

Pendant des milliers d'années, l'homme ne fonctionnait que par sentiments, que par ressentis, impressions et croyances et peu de choses concrètes en sont sortit! C'est bizarre, non? Mais depuis quelques siècles, depuis que l'on a élaboré une méthode pour éviter les impressions, la pensée naturelle et les biais, ben nous arrivons à créer plein de trucs, à manipuler notre environnement et à comprendre comment notre corps et notre cerveau fonctionnent. Si les ressentis et les sentiments sont si populaires chez les gens comme vous (et que cela a pris des siècles avant de s'apercevoir et d'accepter qu'ils nous trompent trop souvent), c'est justement parce qu'on les expérimente tous personnellement et que nous les ressentons profondément. Ce sont eux qui ont donné naissances à plein de truc faux et de croyances pendant des siècles (et qui nous ont donc bourré le crâne de génération en génération) et non pas la science et la méthodologie scientifique. C'est presque incroyable que certains comme vous (et moi, à une autre époque) ne réalisent pas cela et inversent le tout!

Cézame a écrit :...si nous étions exercés à vivre pleinement ce que nous faisons, peut être que nous éviterions les accidents

Certains, mais pas tous! Ceux qui ne sont que la faute de notre manque d'attention, ben ouais.

Cézame a écrit :et les tremblements de terre dont tu parles sont peut être liés à cela aussi par l'effet papillon où tout est lié par l'énergie...

C'est là que vous commettez une lamentable erreur et que vous dépassez le seuil. Ce n'est qu'un faux lien que votre mental effectue par extrapolation. À ce compte, vous pouvez extrapoler encore plus loin et prétendre que toute la réalité n'est en fait qu'une énorme « matrix » virtuelle qui n'existe qu'en fonction de ce que vous pensez! (et je vous fais remarquer que vous utiliser le mot « peut-être » alors que vous me reprochiez de faire des suppositions, c'est dingue!). Lorsqu'un cataclysme naturel affecte 5000 personnes ou plus dans une région, pensez-vous vraiment que dans ces 5000 personnes il n’y avait que des sceptiques ou des partisans de la science et de la pensée rationnelle et qu'aucune ne pensait comme vous?

Cézame a écrit :Après tout au milieu d'un champ de bataille, qui vous dit que l'énergie et le lâcher prise que vous laisser entrer en vous ne pourrait pas vous sauver la vie ?

C'est trop simpliste, vague et imprécis comme raisonnement Cézame. Premièrement, le « lâcher-prise », ça n'entre ni ne sort (ce n'est pas un objet ou du fluide), ce n'est qu'un état d'esprit, une attitude. Et si cela peut être un facteur qui influe (comme plusieurs autres) sur le résultat, tout lui mettre sur le dos est une erreur. Et « l'énergie » n'est en fait qu'un mot que vous utilisez parce que vous ne savez pas vraiment ce qui se passe (ou croyez qu'il se passe) et que vous avez du mal à expliquer comment opérerait précisément votre conception idéale. C'est comme si à quelqu'un qui me demandait comment fonctionnent les technologies de la communication (smartphones, routeurs, réseaux, radios, etc.), je lui répondais sur un ton enfantin :
« ben ils communiquent par une énergie qui les relie tous ensemble ». :calimero:

...Ça serait très inexact et imprécis. Votre utilisation du mot « énergie » est simpliste, caricaturale et le fait d'une extrapolation faite par quelqu'un qui se représente les choses avec le peu de connaissances qu'il dispose.

Cézame a écrit : Vous est il jamais arrivé de ressentir une telle confiance, une telle assurance, une telle force que vous saviez que rien ne pourrait vous arriver dans cette situation pourtant critique ?

Oui, et en effet, ce sentiment et tellement puissant et fort, qu'on a l'impression de pouvoir vaincre la mort (je le connais bien)! Ce n'est pas tout le monde qui l'expérimente, mais ce n'est pas si rare que ça. Lorsqu'on expérimente ce genre de sentiment, la peur du danger disparaît, et, en effet, cette absence de peur peut parfois permettre à certains d'être plus efficient pour effectuer une tâche ou un truc que d'autres échoueraient à cause du stress causé par la peur de la mort ou de l'échec. Sauf que ce n'est qu'un sentiment et bien qu'il peut avoir une incidence psychologique qui se répercute sur la résultante de certaines actions concrètes, ce sentiment n'empêchera jamais le feu de brûler la peau ou la gravité, de faire tomber ceux qui seraient prêts à se jeter dans le vide croyant pouvoir défier la mort (et, par conséquent, aller contre les lois de la science). S’il y a parfois un fond de vérité dans ce que vous dites, ce sont les nuances que vous ne saisissez pas du tout.

Cézame a écrit :Et à tous les coup quand nous ressentons ça, c'est vraiment très particulier mais nous ne nous trompons jamais.

Il est normal que vous croyiez cela si, jusqu'à présent, cela ne vous a jamais trompé. Plusieurs personnes pensent comme vous tout simplement parce qu'ils n'ont encore jamais expérimenté de situations (extrêmes) lors desquels ils ne peuvent plus nier que, malgré leurs incroyables sentiments d'invulnérabilité, tout a foiré. C'est pourquoi je disais que le jour où vous vous sentirez invulnérable, mais qu'à cause d'une erreur d'appréciation ou qu'à cause des circonstances, vous vivrez un véritable drame, vous allez vite redescendre sur terre.

Cézame a écrit :Pourquoi vous vous rétractez, vous dites tout d'abord "ON DIT que l'on attire à nous" PUIS mais c'est une expression.

Je comprends pas. Lorsqu'on dit « on dit que l'on attire à nous », ben on se sert souvent de ça comme expressions, mais ça ne veut pas dire qu'on attire les choses à l'aide d'une « force magnétique » ou d'une « énergie » qui agit sur les objets physiques, hein. En tenant des propos rationnels p. ex., ben mes propos sont susceptibles d'attirer l'attention (dans un groupe) de ceux qui accordent de l'importance au fait de penser de façon rationnelle, ce qui pourra, en effet, les inciter à m'approcher en privé par la suite. Je pourrai donc dire que « j'attire » ce que je considère être les « bonnes personnes » dans ma vie. Sauf qu'il n'y a pas « d'Énergie » qui entre en jeu dans ça, c'est juste que ceux qui partagent des intérêts communs sont naturellement portés à se rapprocher.

Cézame a écrit :Si vous gagnez, il faut peut être que vous preniez conscience que c'est peut être parce que vous avez confiance (effectivement) et à partir de là, vous ne bloquez pas votre énergie. Les événements peuvent alors vous soutenir, et jouer en votre faveur.

Oui, l'attitude et le « mental toughness » ont assurément une grande incidence dans les réussites et les échecs d'une personne, mais cela ne fait pas tout! Et parler « d'énergie » est simplement inapproprié. Tsé, entre deux athlètes olympiques, ça peut faire toute la différence, mais entre vous et votre confiance (et vos sentiments d'invulnérabilité, etc.) et un athlète, vous pouvez être sûr de faire moins bien si vous ne prenez pas en compte tout un tas d'autres facteurs qui ont autant, sinon plus d'incidence (comme la pratique et l'entraînement, entre autres). Vous attribuez beaucoup trop d'importance et de pouvoir aux ressentis et aux sentiments, comme tous les hommes l'ont fait pendant des siècles. Comme plusieurs, vous ne vous vous êtes simplement pas « mis à jour ». Vous faites partie des retardataires qui croient encore que leurs sentiments, ressentis et impressions sont plus sûr(e)s que les méthodologies qu'on mise au point les personnes les plus intelligentes et connaissantes au cours des derniers siècles pour vérifier et valider objectivement nos hypothèses et suppositions.

Cézame a écrit :En ce qui concerne les drames, quand nous travaillons sur soi, ils nous apportent au contraire beaucoup de force.

Oui, encore une fois, c'est une question d'attitude et même de stratégie : on peut s'apitoyer et passer son temps à se plaindre ou alors décider de gérer le tout constructivement et d'exploiter créativement ce que cela peut nous apporter de mieux.

Cézame a écrit :La spiritualité apporte une force car elle nous permet l'apaisement...

Oui, toute croyance de ce genre apporte en effet un certain apaisement, parce qu'elle nous permet de tout expliquer facilement et simplement. Croyant alors que tout fonctionne à merveille et que seul n'arrive que ce qui doit arriver et que seul ce qui est mérité nous arrive (ou arrive aux autres), l'on se créer alors une espèce de « paix intérieure artificielle », qui, en effet, peut fonctionner tant que rien de trop dramatique ne la remette en question. C'est d'ailleurs pourquoi plusieurs croyances sont si populaires. Pouvoir tout expliquer par le karma et la réincarnation p. ex. ben ça permet d'éviter d'être confronté au fait que la vie est injuste et parfois cruelle. C'est évident que ça permet de dormir beaucoup plus paisiblement, mais c'est une solution de facilité et de lâcheté. C'est la « drogue du pauvre » pour fuir la réalité.

Cézame a écrit :La pensée a tellement été forte dans l'urgence que ce ne sont pas ses muscles qui sont venus à son secours mais son énergie.!

Et jusqu'a quel point, selon vous, cette énergie peut-elle contraindre les lois de la physique?

Aurait-elle pu soulever une fourgonnette? Une remorque de plusieurs tonnes? Est-ce que c'était vraiment au-delà de ce que son corps pouvait soulevé de toute façon? Avec une décharge d'adrénaline (provoqué par un danger ou une situation stressante, etc.,), on peut parfois faire des trucs qu'on ne ferait habituellement pas, mais jamais au delà de ce qui est possible physiquement ou scientifiquement. Vous faites encore l'erreur d'utiliser le mot « énergie » quand vous ne savez pas comment fonctionne quelque chose (ce que sécrète le cerveau dans certaines conditions).

Et d'ailleurs, cette légende urbaine (d'une mère qui soulève la voiture pour libérer son enfant...), c'est exactement le genre de bourrage de crâne qui fait que plusieurs personnes croient en ce que vous croyez! Avez-vous jamais effectué des recherches sérieuses pour savoir si cette histoire était réellement arrivée et dans quelle circonstance elle s'était produite?
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 30 mai 2014, 03:08

Alors comment faites-vous pour y associer les mots ressentis, malaises et joies si cela ne passe pas par votre mental? Votre mental doit nécessairement analyser et évaluer ces sensations pour que vous puissiez les définir et les interpréter comme étant un malaise ou une joie (et nous en parler). Vous ne faites pas encore la différence entre ce que vous ressentez et l'interprétation que vous faites de ce que vous ressentez.

Rien que ce petit paragraphe ci-dessus, me dit que vous n'avez rien expérimenté du tout (ou alors vous vous êtes fait manipulé et c'est ça votre seule expérimentation)....
Quand on goute à la liberté, on ne veut pas retourner s'enfermer..
Excusez moi mais je ne vous crois pas.

(pour la femme, il s'agit bien d'un poids impossible à déplacer) le poids n'a pas d'importance car il ne s'agit pas ici de muscles mais d'énergie.
Une petite fille pourrait se défendre d'un gros lourdeau de 90 kg s'il elle savait utiliser l'énergie.
Nous pourrions tous le faire tout le temps, même si nous ne sommes pas dans l'urgence, en nous exerçant pendant des années et des années..

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 2777
Inscription : 06 mai 2009, 08:40
Localisation : Montréal

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Dash » 30 mai 2014, 04:05

Cézame a écrit :Quand on goute à la liberté, on ne veut pas retourner s'enfermer.. Excusez moi mais je ne vous crois pas.

Vous ne réalisez pas que cela confirme ce que je vous disais : à savoir que quand vous serez confronté à des situations dramatiques qui iront totalement à l'encontre de ce que vous croyez, elles vous atteindront profondément (si elles sont extrêmes). Pour l'instant, cela se manifeste par le fait que vous préférez ne pas me croire parce que vous pensez qu'il est impossible de revenir en arrière après avoir expérimenté ce que vous vivez. Donc je dois forcément être un menteur ou un sot qui s’est fait manipuler. Cette contradiction (que j'ai été comme vous, mais que j'ai changé) n'étant pas très impliquante ou souffrante (émotionnellement) pour vous, vous avez encore de la marge de manoeuvre pour nier et mettre ça sur le dos du mensonge ou de la manipulation, mais certaines situations ne vous offrirons pas cette marge de manoeuvre : vous sombrerez alors dans la folie ou la dépression.

Cézame a écrit : (pour la femme, il s'agit bien d'un poids impossible à déplacer)

Vous avez des sources sur ce cas précis?

Cézame a écrit :Nous pourrions tous le faire tout le temps, même si nous ne sommes pas dans l'urgence,

Donc, si je comprends bien votre raisonnement, en situation d'urgence, il est possible de le faire sans s'entraîner au préalable pendant des années? Comme la femme, j'imagine?

Pourquoi n'est-ce pas plus fréquent alors?

Pourquoi ça ne se produit jamais, même rarement, lors des accidents et des drames?

Pourquoi les services de premiers soins ont-ils besoin d'utiliser des pinces de désincarcération pour sortir les victimes des voitures accidentées alors que la femme de votre légende urbaine est loin d'être la seule à avoir été dans la même situation d'urgence (envers un être aimé) dans toute l'histoire de l'humanité?

Pourquoi les maîtres qui utilisent le chi/ki/qi sont incapable de démontrer son effet sur autres que leurs propres adeptes (qui sont fasciné par ce dernier)?

Pourquoi il n'y a pas plus que 3 ou 4 vidéos sur l'ensemble de la planète qui démontre (clairement et sans ambiguïté, hein) ce genre d'effets? Aujourd'hui, avec tous les smartphones à caméra intégrés et tous les sites de diffusion comme YouTube, il est pratiquement impossible (pour les hypothétiques « méchants gouvernements secrets ») de filtrer en temps réel et d'empêcher la diffusion de ces vidéos. Si cela existait, ça serait comme les vidéos de petits chatons mignons, il y en aurait des milliers et des milliers et personne ne pourrait nier qu'il se passe effectivement un truc!

C'est fou comme toutes ces questions ne réveillent pas un minimum de suspicions en vous!
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 30 mai 2014, 04:45

Non je n'ai pas de source pour ce point précis, l'information par un formateur en kinésiologie.
Il y a tellement de possibilités de tester des choses extraordinaires. Les expériences à faire ne manquent pas..
Je ne sais pas moi, voyagez ! Ouvrez-vous ! Le monde ne s'arrête pas à vos frontières... Il y a des tas de cultures bien plus avancées que nous...

Mais il n'y a même pas besoin de voyager pour s'en rendre compte. La kinésiologie par exemple est une possibilité. Le corps nous renseigne par des tests forts ou faibles. J'en ai parlé déjà ici
De toute manière nous tournons en rond car vous ne faites que supposer que tout ça n'est que de l'imagination alors que vous pouvez tester vous même avant de discréditer. e pense que vous avez peur de devoir revoir tout votre mode pensées et il est possible que cela vous fasse peur car ça vous obligerait aussi a abandonner beaucoup de choses dans votre vie. Tout le monde n'est prêt à faire cela.

Avatar de l’utilisateur
Cartaphilus
Modérateur
Modérateur
Messages : 5706
Inscription : 23 sept. 2008, 14:54
Localisation : France

Toujours pas de preuves.

Messagepar Cartaphilus » 30 mai 2014, 05:23

Salut à tous, bonjour Cézame.

Cézame a écrit :La kinésiologie par exemple est une possibilité. Le corps nous renseigne par des tests forts ou faibles. J'en ai parlé déjà ici

Je suppose que vous faits allusion à ce message de votre cru.

Je redonne le lien du dictionnaire sceptique sur la kinésiologie appliquée :
L'auteur du dictionnaire sceptique a écrit :Aucun journal scientifique réputé n'a publié d'article soutenant la validité de la kinésiologie appliquée.
Le sommeil de la raison engendre des monstres. Francisco de Goya.

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 3741
Inscription : 09 déc. 2006, 16:31
Localisation : France

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Wooden Ali » 30 mai 2014, 05:26

Tout le monde n'est prêt à faire cela.

Toi la première, assurément, encroûtée comme tu es dans tes certitudes nouillageuses.
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Shaken, not stirred ! Samuel Hahnemann

Il est souvent facile de voir quelque chose qu'on ne peut expliquer et d'en rendre responsable quelque chose qu'on ne peut voir" Wladimir Lyra

Avatar de l’utilisateur
switch
Messages : 1854
Inscription : 18 nov. 2010, 04:46
Localisation : n. f. [Didactique] Action de localiser, de se localiser

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar switch » 30 mai 2014, 05:59

J'ai jamais compris si Cesamm c'est un homme, une femme ou un troll
« La Science est une méthode pour décider si ce que nous choisissons de croire se base ou non sur les lois de la Nature ».

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Pepejul » 30 mai 2014, 06:17

Cézame a écrit :Je pense que vous avez peur de devoir revoir tout votre mode pensées et il est possible que cela vous fasse peur car ça vous obligerait aussi a abandonner beaucoup de choses dans votre vie. Tout le monde n'est prêt à faire cela.


Voilà une parole sage..... dis-nous dans quelle mesure tu es prête à abandonner tes certitudes.... 10% ? 50% 100% ? Après avoir réfléchi à cette question POUR TOI reviens nous voir....

Moi en tant que sceptique je suis prêt à remettre en question 100% de mes certitudes A CONDITION D'AVOIR DES ARGUMENTS PROBANTS ! A toi la balle....
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 3741
Inscription : 09 déc. 2006, 16:31
Localisation : France

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Wooden Ali » 30 mai 2014, 07:36

J'ai jamais compris si Cesamm c'est un homme, une femme ou un troll

Je pense que c'est une troll.

Voilà une parole sage..... dis-nous dans quelle mesure tu es prête à abandonner tes certitudes.... 10% ? 50% 100% ? Après avoir réfléchi à cette question POUR TOI reviens nous voir....

Pourquoi remettre en cause ses certitudes quand on détient, comme Cézame, la VéritéTM ? Elle serait bien folle de s'imposer à elle même ce qu'elle nous demande de faire. Cette Bienheureuse a déjà fait le dur chemin qui conduit aux certitudes spirituelles et aux extases mystiques révélées par YouTube. Elle veut qu'on la suive, c'est tout.

Je me pose une question sur le besoin qu'ont ces révélés de frais d'exposer leur démarche sur un forum a priori difficile. Les gourous le deviennent souvent par pure vénalité. Ce qui n'est pas le cas de Cézame qui serait bien incapable de faire un sou avec son brouet mystico-nouillageux. Un désir un peu pervers d'en entraîner d'autre dans leur néant intellectuel pour s'y sentir moins seul ? L'attraction qu'ont les croyants pour la persécution ? La bêtise qu'il ne faut jamais sous-estimer ?

Les premiers chrétiens avaient les lions pour les bouffer, Cézame se contente d'être crucifiée par les SdQ. Sic transit ...
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Shaken, not stirred ! Samuel Hahnemann

Il est souvent facile de voir quelque chose qu'on ne peut expliquer et d'en rendre responsable quelque chose qu'on ne peut voir" Wladimir Lyra

Avatar de l’utilisateur
Samuel_
Messages : 303
Inscription : 26 mars 2014, 05:37
Localisation : Québec

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Samuel_ » 30 mai 2014, 08:18

Switch a écrit :J'ai jamais compris si Cesamm c'est un homme, une femme ou un troll


Cézame a écrit :Je suis désolée

Cézame a écrit :Je ne me permets rien, j'essaie d'être cohérente.

Cézame a écrit :Je croyais être assez claire dans mes écrits.


Pour le troll, je ne crois pas malheureusement.

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Pepejul » 30 mai 2014, 08:18

Peut-être qu'au fond d'elle elle est en détresse et espère être détordue.... comme Mireille. Les vrais zozos sûr d'eux ne viennent pas ici... ;)
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 2777
Inscription : 06 mai 2009, 08:40
Localisation : Montréal

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Dash » 30 mai 2014, 08:22

Wooden Ali a écrit :Ce qui n'est pas le cas de Cézame qui serait bien incapable de faire un sou avec son brouet mystico-nouillageux.

C'est pourquoi, entre autres, que je n'ai pas l'impression que c'est un troll (dans le sens de quelqu'un qui ne croit pas à ce qu'il dit, qui serait plus brillant que son personnage, mais qui ne ferait qu'exprès pour nous faire parler). Il y a trop d'aspects naïfs, candides et crédules chez elles pour que je penche pour ce type de troll. Un troll ne réussirait pas à faire aussi bien qu'elle! :? :lol:

Sinon, c'est bien un troll dans le sens qu'elle vient prêcher (maladroitement) ses trucs sur un forum sceptique sans aucun argument pour les étayer et qu'elle a l'attitude de quelqu'un qui pense que c'est impossible qu'il puisse se tromper.
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 31 mai 2014, 16:56

Il me semble que vous auriez tout intérêt à équilibrer un peu mieux vos deux hémisphères cérébraux par des exercices.
Travailler votre hémisphère droit qui est un peu "faiblard" afin d'être moins rigide et vous permettre de lâcher un peu…

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9054
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Pepejul » 31 mai 2014, 18:03

Pffff tu ne vas pas nous sortir aussi ce mythe éculé du cerveau droit / gauche quand même ?

http://www.futura-sciences.com/magazine ... che-48433/

http://www.charlatans.info/droitetgauche.shtml

Instruis-toi un peu je t'en prie....
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 05 juin 2014, 07:54

Une nouvelle intervention de Corine Sombrun pour tous ceux qui ce sont intéressé au sujet :
http://www.inrees.com/videos/585/

Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 05 juin 2014, 18:16

Une suite : Développer des capacités chamaniques
http://www.inrees.com/videos/587/

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 18620
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22
Localisation : Montréal

Une image vaut mille mots

Messagepar Denis » 06 juin 2014, 00:15


Salut Cézame,

Image


:ouch: Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Cézame
Messages : 441
Inscription : 11 févr. 2014, 14:50

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar Cézame » 06 juin 2014, 02:21

Vous avez quand même du soucis à vous faire... Il se pourrait bien que vous soyez obligé de vous rendre compte que vous n'êtes pas que des robots...

http://www.youtube.com/watch?v=4KFlyh6hDnU

Avatar de l’utilisateur
arcanes
Messages : 187
Inscription : 18 juin 2013, 23:27
Localisation : 421

Re: Que savons-nous de notre cerveau ?

Messagepar arcanes » 07 juin 2014, 21:51

Cézame a écrit :Vous avez quand même du soucis à vous faire... Il se pourrait bien que vous soyez obligé de vous rendre compte que vous n'êtes pas que des robots...

http://www.youtube.com/watch?v=4KFlyh6hDnU


Je te propose une base: nous avons tous une base mentale identique, plus ou moins développée, et nous la développons pour nous fournir une identité.
est tu d’accord ?
je retiens immunité comme une défense
Oh Papy, tu nous as déjà oubliés ?


Revenir vers « Clairvoyance »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit