La fibromyalgie

Deborah A. Barrett

La fibromyalgie est une condition chronique caractérisée surtout par de la douleur généralisée. Le nom introduit par Muhammad Yunus M.D. et ses collègues en 1981, veut tout simplement dire douleur dans les muscles et les tissus. "Fibro" se réfère au tissus, "my" aux muscles et "algia" à la douleur. D'autres malaises reliés à la fibromyalgie incluent la fatigue, le sommeil dérangé, difficulté de concentration, sensibilité à la lumière, le bruit et le froid, et un colon irritable.

Au moins 2% de la population peut être affectée par cette condition. Aucun groupe ethnique semble plus apte à présenter la fibromyalgie; toutefois les femmes sont touchées 8 fois plus que les hommes.

Puisque la communauté médicale de comprend pas la pathologie sous-jacente de la fibromyalgie, la condition semble de plus en plus reconnue. Les chercheurs continuent à tenter de trouver la cause, les mécanismes impliqués et les meilleurs traitements de cette maladie et conditions reliées. Pour être au courant des études scientifiques sur la fibromyalgie, conultez les résumés d'articles sur internet: MEDLINEplus, (the National Library of Medicine database of medical journal articles.)

Critères diagnostiques

En 1990, le diagnostic de fibromyalgie a fait son entrée aux États-Unis. Voici les critères établis par l'American College of Rheumatology (ACR):

1. douleur généralisée pendant au moins trois mois dans trois quarts du corps, et

2. sensibilité anormale à la palpation à au moins 11 des 18 points sensibles (tel que décrits dans l'illustration)

Ces critères diagnostiques fournissent une base importante empirique pour faire un diagnostic de fibromyalgie. Durant l'examen physique, un médecin fait une pression légère (seulement jusqu'à ce que l'ongle pâlit) sur les pointes sensibles spécifiques ainsi que sur des points de contrôle pour évaluer la réponse du patient. Les personnes présentant la fibromyalgie peuvent ne pas réaliser qu'ils ont des points sensibles jusqu'au moment qu'une personne qui connait la condition applique de la pression sur ces sites. Les grimaces, les sauts, ou toute autre réaction visible ou orale de douleur décrivent la sensibilité excessive. Il arrive que cinq différents médecins puissent être consultés avant d'arriver à un diagnostic approprié, mais comme les médecins deviennent plus au courant de cette évaluation des points sensibles, le diagnostic est fait plus rapidement. Le nombre de points sensibles qui produisent de la douleur peut varier et quelqu'un présentant de la douleur généralisée mais ayant que neuf ou dix points sensibles ne devrait pas être éliminé. Le diagnostic de fibromyalgie dépend non seulement sur les points sensibles mais sur un questionnaire détaillé et des tests de laboratoire appropriés pour un diagnostic différentiel.

La fibromyalgie n'est pas un syndrôme nouveau; de l'évidence de son existence remonte à plusieurs siècles. Jusqu'à récemment, toutefois, le groupe de symptômes impliqués dans la fibromyalgie, ou fibrosite (une des anciennes appellations) ont été largement considérés comme psychogéniques. Dans bien des cas, des médecins qui n'ont pas une explication physiologique des symptômes ont tendance à les attribuer à des problèmes mentaux ou imaginaires. Cela a été le cas de la fibromyalgie parce qu'aucun test spécifique existe pour vérifier son existence, les sujets affectés ont l'air en bonne santé, habituellement des femmes, un groupe suspecte. Le scepticisme a commencé à changer vers la fin des années '70 et au début des années '80 suite à plus de recherche au sujet des anomalies de sommeil et la reproduction des points sensibles reliés à la fibromyalgie. Un groupe important de rheumatologues (la spécialité médicale qui traite l'arthrite) a réalisé que ce groupe de patients n'avait pas le profil des hypochondriaques. Les rheumatologues ont alors commencé à mettre plus d'attention à la souffrance décrite par ces patients qui constituent jusqu'à 20% de leur pratique.

Les critères diagnostiques ACR pour la fibromyalgie ont été établis suite à une large étude par 25 chercheurs portant sur plus de 500 patients dans 16 sites nord-américains. L'étude à double insu a investigué plus de 300 facteurs différents chez les patients avec multiples plaintes. De cette étude, ils ont conclut que les meilleurs éléments suggérant la fibromyalgie étaient la prévalence des points sensibles et la douleur répendue (Wolfe et al., 1989)

Au début des années '90, le World Health Organization aurait déclaré que la fibromyalgie était un problème médical significatif et l'incluait dans le 10th International Classification of Disease (ICD-10).

Des sceptiques existent quand même aujoud'hui, certains médecins qui ne considèrent pas la maladie comme réelle du moment que la cause et la guérison demeurent indéterminées. Heureusement, leur nombre tend à diminuer. Des conférences d'experts sont présentées régulièrement pour partager leurs connaissances. Des publications sur la condition ont augmenté en nombre de façon significative nous donnant plus de compréhension sur la fibromyalgie. Tandis que les rheumatologues étaient les premiers à traiter cette condition, les médecins de famille deviennent plus aptes dans son diagnostic et traitement. Les physiâtres (spécialistes en médecine physique) souvent deviennent des spécialistes dans le traitement de la fibromyalgie et d'autres conditions reliées à la douleur.

Théories médicales

Le terme 'fibromyalgie' peut changer plus nos connaissances sur le sujet augmentent. Il se peut que plusieurs conditions différentes avec symptômes semblables s'ajoutent à ce syndrôme ou que la fibromyalgie fasse partie d'une plus grande famille de conditions d'amplification de la douleur comme les migraines ou celle de l'articulation temporo-mandibulaire ou TMJ (temporomandibular joint).

Des théries nombreuses, appuyées par des conclusions empiriques, essaient d'expliquer la pathologie de la fibromyalgie. L'explication la plus simple est une prédispositon génétique, comme dans les allergies, les maladies cardiaques, le diabète ou le cancer, rendant certaines personnes plus susceptibles que d'autres. La fibromyagie se développe lorsqu'un 'incident provocateur' affecte le fonctionnement de l'organisme. Il pourrait s'agir d'un virus, une traumatisme physique ou émotionnel, un stress récurrent, manque de sommeil, ou d'une combinaison de ces éléments. (Une petite proportion de personnes semblent naître avec la fibromyalgie.) Ce qui change dans l'organisme fibromyalgique pour causer de la douleur et de la fatigue n'est pas élucidé. Les théories scientifiques plus récentes considèrent que la pathologie soit localisé dans le système nerveux central, où les signaux de douleur seraient amplifiés ou filtrés anormalement, causant des stimuli bénins de devenir de la douleur intense. Les chercheurs ont trouvé que les personnes présentant la fibromyalgie auraient des taux élevés de neuro-transmetteurs signalant des réponses douloureuses (Substance P), ainsi que des taux abaissés d'analgésiques naturels (sérotonine) et des hormones reliés à la régénérescence musculaire (l'hormone de croissance). D'autres conclusions incluent des anomalies du sommeil, surtout une diminution des taux profonds de la phase lente reliés au sommeil qui sont les relaxants musculaires majeurs. Ces éléments représentent des pièces importante du casse-tête.

Traitements de la fibromyalgie

La bonne nouvelle au sujet de la fibromyalgie est qu'il ne semble pas y avoir de pathologie sous-jacente qui progresse. Les traitements, alors, misent sur le soulagement des symptömes de douleur et de manque de sommeil. Les difficultés dans la fibromyalgie tendent à être cycliques. Quand la douleur est intense, elle dérange le sommeil ce qui augmente la douleur, l'humeur, l'habilité cognitive, etc. Les traitements consistent à briser ce cycle et inverser sa direction. En d'autres mots, en diminuant la douleur, le sommeil est plus facile, ce qui réduit la douleur et la fatigue davantage, etc.

Les traitements de la fibromyalgie semblent faciles comme des bons conseils pour être bien. Ils incluent: (1) un programme d'exercices planifiés avec soin sous forme d'étirement léger et progression graduelle vers du conditonnement aérobique; et (2) des médicaments, surtout pour améliorer le sommeil. La thérapie physique peut aider et devrait inclure des techniques comme la chaleur, la glace, des massages, des bains tourbillons, et la stimulation électrique pour aider à contrôler la douleur. Certains patients bénéficient d'analgésiques. Toutefois, chez l'organisme fibromyalgique l'exercice et le sommeil deviennent un défi. Néanmoins, avec de la patience et une bonne compréhension des réactions corporelles de soi, les cas de  fibromyalgie peuvent améliorer leur bien-être.

L'exercice peut sembler pour tout le monde un antidote facile. Toutefois, quand vous avec de la douleur, l'exercice n'est pas facile. De plus, les gens avec la fibromyalgie de réagissent pas bien à l'exercice comme d'autres et ont besoin d'approcher la tâche graduellement. En y faisant face de façon appropriée et graduelle, l'exercice peut agir comme un analgésique naturel, améliorer la force, l'endurance et la forme physique. Un programme régulier d'exercice peut diminuer la douleur et améliorer le bien-être, la qualité du sommeil, et la vigueur. Voir mon article sur l'exercice.

Un bon sommeil est la base du traitement de la fibromyalgie. Des études ont démontré que la perte de sommeil peut causer des symptômes d'allure fibromyalgiques. Plusieurs personnes présentant la fibromyalgie souffre d'anomalies reliées au sommeil eet souvent vont se réveiller comme si elles n'avaient pas dormi du tout. Il s'agit de sommeil non-reconstituant. Il y a plusieurs médicaments qui peuvent améliorer la qualité du sommeil. Il s'agit de faire des essais pour trouver celui qui va être le plus efficace. Il s'agit de commencer avec une petite dose pour apprécier si bien toléré, et augmenter la dose au besoin. Le but est d'améliorer le sommeil avec le moins d'effets secondaires possibles. Parlez à votre médecin au sujet des différents médicaments. La routine au coucher sont aussi importantes pour améliorer le sommeil. Mettez une bonne fin à votre journée avec quelque chose de plaisant comme un bain chaud. Essayez d'organiser vos journées pour vous permettre le meilleur repos possible. Diminuez vos petits sommes durant la journée. L'exercice améliore la qualité du sommeil, mais il est mieux de ne pas en faire avant de se mettre au lit. Assurez-vous que votre matelas apporte un bon support et les oreillers soient coussineux. Des boules Quiès (earplugs) peuvent aider pour bloquer des bruits environnants. Ajustez votre environnement de sommeil avec une température ambiante, degré d'humidité et noirceur que vous préférez. Créer un rituel relaxant dans le but d'avoir un bon huit heures de sommeil.

Le soulagement de la douleur est essentiel. Comprendre ce qui vous aide en dosant votre douleur vous permet d'accumuler des stratégies pour prévenir et soulager la douleur. La chaleur sous toutes formes apaise des muscles douloureux comme l'étirement léger. Les boules quies (bouchons d'oreilles), les vêtements légers mais doux, et des lunettes de soleil peuvent éloigner des bruits, courants d'air, et lumières éblouissantes. La méditation, l'hypnothérapie et l'auto-hypnose, la rétroaction biologique, et des exercices de respiration diaphragmatique peuvent tous diminuer le degré de la douleur. Pour certains, la thérapie par massage fait des miracles. Les médicaments contre la douleur aident assez pour pouvoir faire ce qui faut en plus pour améliorer la vie. Quelques médecins prescrivent des médicaments contre la douleur à prendre au besoin. Les effets analgésiques des médicaments sont plus efficaces avant que la douleur commence. Discutez avec votre médecin si médicaments à action immédiate seraient préférables à ceux à action prolongée. Pour certains, des médicaments disponibles sans prescription sont suffisants. Pour d'autres, des médicaments plus puissants comme des narcotiques sont nécessaires. Certains médecins sont réticents à prescrire des narcotiques pour emploi à long terme, de peur d'accoutumence et dépendance sur le narcotique. L'évidence a démontré que les personnes présentant de la douleur n'abusent pas des analgésiques - nous voulons jouir de la vie, non pas en fuir. Il y a une importante distinction entre la dépendance physique et la drogue. Il est important de porter attention à l'effet obtenu de la médication. Tranquillement notre société réalise le besoin de traitements plus complets contre la douleur chronique dans des conditions qui ne sont pas fatales.

Avoir un rythme de sa condition ("pacing") est un aspect très important quand on doit vivre avec la fibromyalgie. Vous allez trouver que prendre un 'break' (un repos momentané) aux quelques heures va vous permettre de gagner un peu plus d'énergie. En tenant compte de votre bien-être et de vos activités, vous pouvez organiser votre journée et vos semaines pour profiter le plus possible avec l'énergie que vous avez. Se céduler de façon créative peut permettre aux personnes affectées par la fibromyalgie de vivre leur vie au maximum. Savoir quand prendre un petit repos et quand reprendre vos activités rend cette condition plus contrôlable.

Cet article a été traduit et affiché le 16 déc. 2009.

L'amélioration en demeurant en forme

Trucs pratiques


Une maladie débilitente "Invisible"

Vivre avec tout le monde

Maintenir une attitude positive

Au sujet de l'auteur