Thérapie par massage: parsemée de charlatanisme

Stephen Barrett, M.D.

 

Le massage est habituellement défini comme une manipulation manuelle des tissus  mous du corps pour des fins  thérapeutiques, manipulation  sous forme de palpation,  pétrissage,  pression, percussion,  et/ou de vibration,  répétées. Les masso-thérapeutes peuvent aussi produire des mouvements au niveau des articulations, appliquer de la chaleur ou de froid, utiliser des techniques de soutien et/ou conseiller aux clients de faire des exercices pour améliorer le tonus musculaire et la mobilité. Les différentes formes de massage bien connues sont le massage sports, qui vise les systèmes musculaires reliés à un sport particulier, le massage Suédois qui consiste de techniques de manipulation plus étendue de palpation, pression, pétrissage ou travail des muscles avec mouvements actifs et passifs des articulations. Le terme ‘travail corporel’ (« bodywork ») comprend le massage conventionnel, d’autres thérapies par la palpation, et quelques méthodes qui impliquent la manipulation de forces imaginaires pour maintenir ou rétablir un « équilibre ».[1].

 

Le massage usuel et la pratique légitime de masso-thérapie ne devraient pas être catégorisés comme du charlatanisme. Le massage peu aider les personnes à se détendre, à diminuer les douleurs musculaires, et de façon temporaire rehausser l’humour. Toutefois, plusieurs thérapeutes maintiennent que le massage aurait des avantages additionnels. Pire encore, les écoles de formation de masso-thérapie, les publications, et des groupes de professionnels sont partie intégrale de cette déception..

Il n’y a pas de raison de croire, selon la littérature médicale, que le massage puisse influencer l’évolution d’une maladie. Toutefois, un article au site web de l’American Massage Therapy Association (AMTA) prétend que le massage thérapeutique peut aider les personnes ayant des allergies, de l’asthme, de la bronchite, un colon spastique, de la constipation, de la diarrhée et de la sinusite [2]. Le site suggère aussi que le « massage serait à l’organisme ce que la mise au point d’un moteur serait pour une auto » et que la « masso-thérapie devrait faire partie d’un régime de santé ». Un bulletin de 1997 de l’AMTA déclare faussement que le massage facilite la respiration, aide à éliminer les déchets métaboliques, renforcirait le système immunitaire et aiderait à prévenir la maladie [3].

Méthodes irrationnelles

Les méthodes décrites suivantes font partie intégrale du marché de la masso-thérapie. Aucune d’elles ne semble scientifiquement plausible ou n’a pu être démontrée comme ayant un effet favorable sur l’évolution d’une maladie physique quelconque. Plusieurs d’entre elles prétendent déceler et manipuler des « énergies » subtiles qui n’ont jamais été démontrées scientifiquement. Aucune d’elles (sauf peut-être l’utilisation d’huiles aromatiques si les clients aiment leur odeur) n’a une place dans la pratique de masso-thérapie.

Organizations douteuses et les normes

L’organisime principal établissant les normes des masso-thérapeutes est l’American Massage Therapy Association (AMTA),   qui a été fondée en 1943 représente près de 47 000 masso-thérapeutes dans 30 pays. [10]. La publication officielle de l’AMTA le Massage Therapy Journal, publie quatre fois par année. La majorité des numéros contiennent des articles qui préconisent des traitements charlatanesques, et tous contiennent des annonces de programmes de formation et de produits. Le deuxième groupe professionnel, l’Associated Bodywork and Massage Professionals (ABMP), comprend près de 37 000 membres et publie un magazine de qualité médiocre semblable appelé Massage & Bodywork. Une enquête faite en 2001 a trouvé que 44.6% des membres de l’ABMP utilisaient la réflexologie, 37.9% la ‘thérapie par énergie’, et 30.4% le shiatsu [11].

En 1982, l’AMTA a établi son Conseil Scolaire pour pouvoir offrir à ses membres un forum pour les écoles membres pour la discussion  du développement du sujet et pour la participation dans des ateliers et des colloques pour des enseignants. Les écoles participantes doivent fournir un programme minimum de 500 heures d’étude et se conformer aux règles légales locales d’opération. En ce moment, les membres se chiffrent à 350.

 

En 1989, l’AMTA a établi la Commission on Massage Therapy Accreditation (COMTA) qui est chargé de l’accréditation des programmes de formation en masso-thérapie[12]. Les normes d’accréditation de la COMTA ne comprennent pas que ce qui est enseigné soit scientifiquement valable ou que les prétentions charlatanesques soient accompagnées de décharge de responsabilité. En d’autres mots, si une école veut enseigner que les « énergies » non-matérielles ont un effet thérapeutique, il n’est pas requis d’informer les élèves que cela n’a jamais été prouvé scientifiquement. Pire encore, si une école décide d’offrir un programme de « thérapies corporelles asiatiques », on recommande qu’une foule de notions soient enseignées qui ne correspondent pas aux connaissances usuelles d’anatomie humaine, de physiologie, de santé et des maladies[13]. Des normes nouvelles sont cédulées pour le 1er mars, 2003 qui soulignent ces notions en détails plus minutieux incluant l’usage de thérapies de son et de lumière.[14]. Selon un porte-parole de COMTA, ces normes auraient été demandées par l’American Organization for Bodywork Therapies of Asia (AOBTA), qui représente les pratiquants de thérapies variées qui ont leurs racines dans la Chine ancienne. Depuis le 7 mai, 2002, 19 écoles étaient participantes du Council of Schools and Programs (COSP) d’AOBTA. Le site web d’AOBTA décrit 13 méthodes "basées sur des principes médicaux asiatiques traditionnels pour l’évaluation du système énergétique et la technique des méthodes utilisées des thérapies asiatiques traditionnelles pour équilibrer le système énergétique dans le but de guérir l’organisme, les émotions, le cerveau, le champ énergétique et l’esprit pour la promotion, l’entretien et le bien-être. » [15]. Dans le même ordre d’idées, un mémo du COMTA de 2001 inclut « un courant d’énergie équilibré » dans une liste d’effets bénéfiques du massage [16].

Près de 65 écoles possèdent l’accréditation COMTA, qui n’est pas reconnue par le Secrétaire de l’Education U.S, mais en déc. 2001 était recommandée pour approbation par le comité aviseur du département. Puisque le secrétaire a donné son approbation à une école d’astrologie, il n’y a aucune raison de croire que la formation non-scientifique que les écoles de thérapie par massage empêcherait l’approbation par le COMTA.

En 1992, l’AMTA a créé le National Certification Board for Therapeutic Massage and Bodywork (NCBTMB) qui comprend plus de 40 000 masso-thérapeutes certifiés [17]. La NCBTMB est reconnue par un organisme interdisciplinaire appelé le  National Commission of Certifying Agencies (NCCA). Toutefois, l’accréditation NCCA se limite à une revue de la structure du programme de certification et à la procédure suivie à mesurer la compétence. Cela ne signifie pas un endossement des bases de la profession ou le contenu des examens. [18].

Depuis mars 2002, 36 états ainsi que le District of Columbia ont la tâche de réglementation de la pratique de la masso-thérapie. La plupart d’eux ont un comité indépendant qui s’occupe du droit de pratique, mais quelques-uns se servent du département de santé de l’état ou d’un autre comité professionnel. Les critères sont 500 heures allant jusqu’à 1 000 hres d’instruction dans une école accréditée [19]. (Une formation de 500 heures va prendre habituellement 6 mois). Dans la plupart des cas, le «MCBTMB's National Certification Examination for Therapeutic Massage and Bodywork » est requis pour obtenir le droit de pratique. Toutefois, le NCBTMB semble avoir accepté plusieurs concepts charlatanesques! Leur dépliant portant sur des futurs candidats, par exemple, souligne que les candidats à la certification doivent avoir répondu approximativement 15 questions sur les ‘concepts métaphysiques de la médecine chinoise conventionnelle, sur la palpation pour évaluer les « pulsations craniosacrées », et sur les « blocages d’énergie », sur la touche thérapeutique, les ‘effets énergétiques de la nutrition’, contact ‘manuel’ et la manipulation manuelle affectant le ‘système énergétique’ et plusieurs autres pratiques basées sur des concepts charlatanesques [20].

Il y a plusieurs années, une jeune femme très intelligente m’a envoyé un rapport animé de son expérience récente comme étudiante. Les pratiques douteuses dont elle a été témoin incluaient l’acupression, la thérapie craniosacrée, les chandelles auriculaires, la réflexologie, les tests musculaires pour déceler les allergies, le massage lymphatique ‘pour enlever les toxines’, et plusieurs autres pratiques qui supposément désintoxiqueraient l’organisme. Malgré ne pas avoir l’intention de choquer ses collègues, elle m’a donné la permission d’afficher son récit de façon anonyme. [21].

Utilisant l’internet, j’ai examiné les cours offerts par une douzaine d’écoles de thérapie par massage et trouvé que chacune d’elles accepte et enseigne une ou plus des pratiques charlatanesques mentionnées dans cet article. Il serait intéressant de connaître si une ou d’autres écoles accréditées ont des cours totalement scientifiques.

Conclusion

Le massage ordinaire et la pratique légitime de la thérapie par massage peuvent aider les personnes à se sentir mieux. Toutfeois, plusieurs pratiquants maintiennent faussement de faire mieux, et les agences qui supervisent les systèmes d’enseignement et des droits de pratique ne semblent pas se soucier de cela. Si vous chercher un ou une masso-thérapeute, essayer de choisir celui ou celle qui n’incluent pas les pratiques douteuses mentionnées dans cet article. Al Wuthnow, MS, CMT, qui pratique à Mill valley, Californie, a résumé la situation bien succintement:

J'ai été bouleversé au long des années par les déclarations incroyables faites par plusieurs masseurs. Il est fantastique de recevoir un bon massage. Il aide à la circulation sanguine, donne un soulagment temporaire de la douleur, fournit un sens de bien-être et est relaxant, mais je ne connais rien qui a été guéri par le massage. Les gens doivent réaliser que parce que nous nous sentons mieux ce n'est pas de la bonne médecine. Quelques conseils aux consommateurs:

Références

1. Claire T. Bodywork: What Type of Massage to Get -- and How to Make the Most of It. New York: William Morrow and Co., 1995.

2. Massage therapy: Enhancing your health with therapeutic massage. AMTA, 1999.

3. A Guide to Massage Therapy in America. Evanston, IL: American Massage Therapy Association, 1997.

4. Barrett S. Aromatherapy: Making dollars out of scents. Quackwatch, Aug 22, 2001.

5. Barrett S. Gastrointestinal quackery: Colonics, laxatives, and more. Quackwatch, Nov 26, 2001.

6. Barrett S. Craniosacral therapy. Quackwatch, Aug 21, 2001.

7. Kennedy ED. Polarity therapy: "Going wireless." Massage Therapy Journal 40(4):60, 2002.

8. Barrett S. A close look at reflexology. Quackwatch, May 6, 2002.

9. Rosa L, Rosa E, Sarner L, Barrett S. A Close Look at Therapeutic Touch. JAMA 279:1005-1010, 1998.

10. AMTA home page, accessed May 5, 2002.

11. Member profile/Survey results. ABMP Web site, accessed May 7, 2002.

12. AMTA fast facts. AMTA Web site, accessed May 5, 2002.

13. Policies, Procedures, and Standards Manual. Evanston, IL: COMTA, Oct 2000, pp 21-23.

14.  New competency standards (effective 3/1/03), pp 1-5.

15.  General definition and scope of practice. AOBTA Web site, accessed May 7, 2002.

16.  Schwartz J, Ostendorf C. Memo to COMPTA school owners/directors and other interested parties. Aug 21, 2001.

17. Consumers' guide to therapeutic massage and bodywork. NCBTMB Web site, accessed May 5, 2002.

18. Frequently asked questions. National Organization of Certifying Agencies Web site, accessed May 6, 2002.

19. Massage practice laws information guide. AMTA Web site, accessed May 5, 2002.

20. NCBTMB National Certification Examination Candidate Handbook. McLean, VA: National Certification Board for Massage and Bodywork, 1999-2001.

21. Anon. A massage school experience. Submitted to Quackwatch in 1997.

Réaction d’un visiteur

J’ai bien aimé votre article sur les mythes au sujet du massage. Je suis actuellement un pratiquant de massage et ne suis pas d’accord avec les idées de l’ AMTA, ABMP et autres, qui essaient de contrôler l’industrie. La motivation des groupes impliqués est plutôt guidée par l’augmentation des disponibilités reliées à la certification ce qui se traduit par plus de candidats pour les écoles. C’est le seul bénéfice.

 Je ne veux pas vous induire en erreur, je continues à étudier, mais je veux choisir ce que je veux apprendre. Je ne crois pas au Reiki, et je ne crois pas à la plupart de ce qu’ils pensent devrait être inclu dans leur programme de certification. La médecine chinoise? Ca ne m’intéresse pas. Toutefois, ces organismes consacrent beaucoup de temps à essayer d’influencer le gouvernement qu’ils soient ceux en charge de faire de moi un professionnel. Cela est très grave sur bien de points et me tracasse énormément.

Ces personnes veulent être ‘médecins’ sans aller aux écoles de médecine. Plusieurs d’eux ont eu très peu de formation en physiothérapie n’ayant pas accepté de poursuivre des cours appropriés. La situation est dégueulasse. Ils essaient de rehausser leur crédibilité en soulignant que plusieurs pratiquants de thérapie par massage sont sous la protection de départements policiers. Certaines personnes se disant des masseurs sont en réaclité des prostituées. Voilà la réalité, selon moi, et c’est ce que je me vois de tolérer si je veux continuer à œuvrer dans un domaine que j’adore.

Le fait est que la plupart des pratiquants sont représentés par ces organismes. Ils sont extrèmement indépendents de nature et probablement peu au courant de ce que l’AMTA et l’ABMP essaient d’accomplir, du moins jusqu’il soit trop tard.

Je souhaiterais que l’on puisse demander à ceux en charge de faire une enquête réelle de tous les pratiquants pour connaître ce que sont leurs désirs. Evidemment, ils ne le feront pas parce que ça irait à l’encontre de leurs buts. Dans mon livre, un bon massage est seulement un bon massage. Nos ‘leaders’ essaient d’en faire une ‘science spatiale’ tout simplement dans un but pécunier.

___________________________________________________________________

Cet article a été révisé le 27 sept. 2002, aussi le 9 mars, 2006. Traduction mise à jour le 10 janv. 2010.