Méfiez-vous de l'Acuponcture, du Qigong, et de la "Médecine chinoise"
 

Stephen Barrett, M.D.

 
La "Médecine Chinoise," souvent appelée "médecine orientale" ou médecine chinoise traditionnelle, couvre un vaste territoire de pratiques médicales folkloriques basées sur le mysticisme. Elle maintient que l'énergie vitale de l'organisme (chi ou qi) circule à travers de canaux, appelés méridiens, qui sont reliés aux organes et à des fonctions vitales. La maladie est attribuée à un déséquilibre ou interruption du chi.. Les pratiques anciennes comme l'acuponcture, le Qigong et l'utilisation d'herbes variées apparemment corrigeraient ce déséquilibre. 
 

L'acuponcture traditionnelle, comme elle est pratiquée aujourd'hui, consiste à insérer des aiguilles d'acier inoxydable dans différentes parties du corps. Un courant électrique de basse fréquence peut être appliqué aux aiguilles afin de produire une stimulation additionnelle. D'autres procédures peuvent être utilisées séparément ou conjointement avec l'acuponcture, incluant: la moxibustion (on brûle des herbes qui sont ensuite appliquées sur la peau), l'injection d'eau stérile, de procaïne, morphine, vitamines, ou de solutions homéopathiques à travers les aiguilles. On compte aussi l'application de rayons laser (laserponcture); le placement des aiguilles dans les pavillons d'oreilles (auriculothérapie); et l'acupression (la pression manuelle). Le traitement est fait sur des "points d'acuponcture" qui sont localisés partout sur le corps. Originalement il y avait 365 de ces points, correspondant aux jours de l'année, mais le nombre identifié par les partisans pendant les derniers 2000 ans a augmenté graduellement à plus de 2000 [1]. Certains praticiens placent des aiguilles sur ou près le site de la maladie. D'autres choisissent des points selon les symptômes présentés. Dans l'acuponcture traditionnelle, on utilise une combinaison de points.

Le Qigong est aussi associé à l'influence du courant de "l'énergie vitale". Le Qigong interne combine la respiration profonde, la concentration, et des techniques de relaxation qui doivent être pratiquées par les personnes elles-mêmes. Le Qigong externe est pratiqué par des "maîtres du Qigong" qui affirment guérir une grande variété de maladies en utilisant l'énergie émise par le bout de leurs doigts. Toutefois, des investigations scientifiques conduites en Chine et portant sur ces maîtres du Qigong n'ont permis de trouver aucune preuve de pouvoirs paranormaux mais plutôt des preuves de duperies. Les enquêteurs ont observé, par exemple, qu'une patiente couchée sur une table à peu près à huit pieds du maître Qigong bougeait de façon rythmique ou se débattait pendant que le 'maître' faisait des mouvements avec ses mains. Pourtant, lorsqu'on plaçait la patiente dans une position où elle ne pouvait plus voir le maître, les mouvements ne correspondaient pas aux siens [2]. Le Falun gong, que la Chine a bani il y a plusieurs années, est une variante du Qigong. Elle prétend être "un mécanisme puissant de guérison, de soulagement de tension et d'améliorations de santé."

La plupart des acuponcteurs adoptent le concept chinois traditionnel de la santé et la maladie et considèrent l'acuponcture, les herbes médicinales, et pratiques reliées comme approches valables à toute maladie. D'autres rejettent l'approche traditionnelle et simplement maintiennent que l'acuponcture soit un moyen simple pour soulager la douleur. Le procédé diagnostique utilisé par les praticiens de la médecine chinoise traditionnelle peut inclure le questionnaire (histoire médicale, style de vie), observation (de la peau, de la langue, du teint), l'écoute (des bruits respiratoires), et prendre le pouls. Six aspects du pouls apparemment reliés aux organes ou fonctions, sont vérifiés dans le but de déterminer quels méridiens seraient "déficients" dans le chi. (La médecine conventionnelle reconnaît qu'un pouls correspondant à la pulsation cardiaque, et qui peut être pris au poignet, au cou, aux pieds et aussi à d'autres endroits.) Quelques acuponcteurs déclarent que les propriétés électriques de l'organisme deviennent déséquilibrées des semaines ou même des mois avant l'apparition de symptômes. Ces praticiens affirment que l'acuponcture peut être employée pour traiter des conditions lorsque le patient "ne se sent pas bien," malgré qu'aucune maladie soit évidente.

La médecine chinoise traditionnelle (aussi bien que les pratiques médicales folkloriques de plusieurs pays asiatiques) est une menace, à certaines espèces animales. Par exemple, les ours noirs -- précieux pour leur vésicule biliaire -- ont été chassés presqu'à l'extinction en asie, et le braconnage (chasse illégale) des ours noirs est un problème croissant en Amérique du nord.

 

Déclarations douteuses

 
 

Les maladies présumément identifiées comme répondant bien à l'acuponcture incluent les douleurs chroniques (cervicales, et dorsales, céphalées migraineuses), la douleur aigue reliée à des blessures (entorses, déchirures musculaires ou ligamentaires), les problèmes gastro-intestinaux (indigestion, ulcères, constipation, diarrhées), les conditions cardio-vasculaires (haute ou basse pression), les conditions musculaires ou neurologiques (paralysie, surdité), les problèmes génito-urinaires (irrégularité menstruelles, la frigidité, l'impuissance), et les problèmes de comportement (suralimentation, dépendance médicamenteuse, le tabagisme). Toutefois, les preuves appuyant ces présomptions se limitent aux observations des praticiens et à des études pauvrement structurées. Une étude contrôlée aurait trouvé que l'électroacuponcture des pavillons d'oreilles n'avait pas plus d'effet bénéfique sur la douleur chronique que la stimulation placébo (palpation légère) [3]. En 1990, trois épidémiologistes hollandais ont fait l'analyse de 51 études contrôlées d'acuponcture comme traitement de la douleur chronique et ont conclu que "la qualité des études considérées les meilleures n'était que médiocre...(et que) l'efficacité de l'acuponcture comme traitement de la douleur chronique demeure douteuse"[4]. Ils ont aussi examiné des recherches où l'acuponcture était utilisée comme traitement de tabagisme, de la dépendance à l'héroïne et à l'alcool. Ils ont conclu que les affirmations à l'effet que l'acuponcture est efficace comme traitement pour ce genre de problèmes ne sont pas appuyées par la recherche clinique [5].

L'acuponcture comme forme d'anesthésie n'est pas employée pour la chirurgie en Orient autant que le suggèrent ses partisans. En Chine, les médecins font le triage des patients et éliminent ceux qui ne semblent pas des bons candidats. L'acuponcture n'est pas utilisée en chirurgie d'urgence et souvent elle est associée à de l'anesthésie locale ou à des médications narcotiques [6].

Comment l'acuponcture parvient à soulager la douleur n'est pas clair. Une théorie suggère que les pulsations de la douleur seraient bloquées à différentes "barrières" les empêchant d'atteindre le moëlle épinière ou le cerveau. Une autre théorie veut que l'acuponcture incite le corps à produire des substances de type narcotique appelées "endorphines" qui diminueraient la douleur. D'autres théories suggèrent que l'effet placebo, la suggestion externe (l'hypnose), et le conditionnement culturel seraient des facteurs importants. Melzack et Wall ont noté que le soulagement de la douleur produite par l'acuponcture peut aussi être produite par plusieurs autres types d'hyperstimulation sensorielle, comme l'électricité et la chaleur aux points d'acuponcture et ailleurs sur le corps. Ils concluent que "l'efficacité de toutes ces formes de stimulation indique que l'acuponcture n'est pas une procédure magique mais seulement un moyen, parmi plusieurs, de produire l'analgésie [soulagement de la douleur] par un apport sensoriel intense." En 1981, l'American Medical Association Council on Scientific Affairs a noté que le soulagement de la douleur ne survient pas de façon constante ou reproductive chez la plupart des gens et n'apparait pas du tout chez certaines personnes [7].

En 1995, George A. Ulett, M.D., Ph.D., professeur clinique de psychiatrie, à l'University of Missouri School of Medicine, observait que "une fois vidée de sa pensée métaphysique, l'acuponcture ne devient qu'une simple technique qui peut être utile comme méthode non-médicamenteuse de contrôle de la douleur." Il estimait que la variété chinoise traditionnelle était principalement un traitement placebo, mais que la stimulation électrique d'envrion 80 points d'acuponcture avait prouvé son utilité pour le contrôle de la douleur. [8].

La qualité de la recherche sur la médecine chinoise traditionnelle, en Chine, a été extrêmement pauvre. Une analyse en 1999 de 2 938 rapports d'études cliniques publiées dans les revues médcales chinoises aurait montré qu'aucune conclusion ne peut être tirée de la majorité de ces études. Les chercheurs ont déclaré:

 
Dans la plupart des études, la maladie était définie et diagnostiquée selon les critères de la médecine conventionnelle; les résultats des études ont été évalués par des méthodes objectives ou subjectives (ou les deux) de la médecine conventionnelle, souvent associées à des méthodes chinoises traditonnelles. Plus de 90% des études publiées dans des revues de médecine non-spécialisée ont investigué des traitements d'herbes médicinales qui étaient des médicaments chinois de marque déposée.

Malgré l'amélioration de la qualité méthodologique au cours des années, plusieurs problèmes persistent. La méthode de randomisation était souvent mal décrite, Le double insu n'était utilisé que dans 15% des études. Seulement quelques études avaient des groupes de 300 sujets ou plus. Plusieurs études utilisaient un groupe contrôle traité avec un autre traitement de médecine chinoise dont l'efficacité n'avait pas toujours été évaluée par des études contrôlées. La plupart des études étaient à cour ou moyen terme plutôt qu'à long terme. La plupart ne faisait pas mention de la conformité et du caractère complet du suivi. L'efficacité n'était que rarement définie ou rapportée quantitativement. Le traitement des analyses n'était jamais mentionné. Plus que la moitié ne donnait pas de données de base ou ne rapportait pas les effets secondaires. Plusieurs des études étaient publiées comme rapports brefs. Dans bien des études, on rapportait une efficacité du traitement ce qui indique que le biais de publication est fréquent; un ensemble de 49 études sur l'acuponcture comme traitement d'accidents cérébro-vasculaires confirmait des publicaltions sélectives des résultats positifs dans ce domaine ce qui suggère que l'acuponcture n'est pas plus efficace que les traitements des groupes contrôles [9].

Deux scientifiques de l'Universiy of Heidleberg auraient developpé une "pseudo-aiguille" qui permetterait aux chercheurs en acuponcture de concevoir de meilleurs canevas de recherche pour des études contrôlées. Le gadget est une aiguille avec un embout épointé qui bouge librement dans un manche en cuivre. Lorsque l'embout touche à la peau, le patient a la même sensation qu'il ressentirait s'il était piqué par l'aiguille d'acuponcture. Durant cette procédure, la partie visible de l'aiguille bouge à l'intérieur du manche et raccourcie donnant l'impression qu'elle pénètre la peau. Lorsque le gadget était essayé chez des volontaires, aucun ne se doutait qu'il n'avait pas la peau pénétrée [10].

En 2004, une équipe de l'Université de Heidelberg a démontré la valeur de la technique de leur 'fausse acuponcture' dans une étude sur la nausée et vomissements post-opératoires chez les femmes qui avaient subi une chirurgie mammaire ou gynécologique. L'étude portait sur 220 femmes qui ont subi soit l'acuponcture ou la 'fausse acuponcture' au point '6 péricardique' sur la face interne de l'avant-bras. Aucune différence n'a été démontrée entre les deux groupes en ce qui a trait aux nausées et vomissements ou à la médication utilisée pour les vomissements, ou chez celles qui ont eu le traitement avant ou durant l'anesthésie. [11]. Une analyse sous-groupe aurait trouvé que les vomissements ont été réduits de façon significative chez les patientes traitées par acuponcture, mais les auteurs ont conclu que cette différence aurait pu être reliée à l'étude de multiples conséquences. (Comme le nombre de mesures des différentes conséquences augmente, les chances qu'on arrive à une "conclusion significative"sont minimes.)Cette étude est importante puisque la réduction des nausées et vomissments serait un d'un petit nombre d'effets bénéfiquse attribué à l'acuponcture selon des publications scientifiques rapportées.

Harriet Hall, médecin de famille aujourd'hui retraitée qui est intéressée dans le charlatanisme, a résumé la signification de la recherche dans l'acuponcture d'une façon intéressante:

Les études sur l'acuponcture ont démontré que le site où les aiguilles sont insérées ne fait aucune différence, ou que vous injectez des aiguilles ou prétendez le faire (du moment que le patient croit que vous les utilisez). Plusieurs chercheurs sur l'acuponcture font ce que j'appelle de la science Tooth Fairy (la fée des dents) (?): tenir compte de combien d'argent est laissé par la fée sous l'oreiller sans se demander si cette fée existe.Il

 

 
Il existe des risques

L'acuponcture mal administrée peut causer des pertes de connaissance, des hématomes aux sites des injections (à cause d'hémorragies), des pneumothorax (perforation pulmonaire), des convulsions, des infections locales, l'hépatite B (aiguilles non stérilisées), l'endocardite bactérienne, la dermite de contact, et des blessures aux nerfs. Les herbes utilisées par les praticiens de l'acuponcture ne sont par réglementées pour ce qui est de la sécurité, de la puissance, ou de l'efficacité. Il y a aussi le risque que l'acuponcteur, dont l'approche diagnostique n'est pas basée sur des concepts scientifiques, puisse passer à côté du diagnostic d'une maladie sérieuse.

 
Les effets indésirables de l'acuponcture sont probablement reliés à la formation du praticien. Un sondage de 1 135 médecins norvégiens a révélé 66 cas d'infection, 25 cas de perforation pulmonaire, 31 cas de douleur aggravée et 80 autres cas ayant eu d'autres complications. Un sondage semblable de 197 acuponcteurs, qui sont plus aptes à noter les complications immédiates, a montré 132 cas de perte de connaissance, 26 cas de douleur aggravée, 8 cas de pneumothorax et 45 cas avec d'autres effets secondaires [12]. Toutefois, une étude d'une durée de 5 ans, portant sur 76 acuponcteurs dans un établissement médical japonnais a démontré 64 rapports de réactions adverses (incluant 16 aiguilles oubliées et 13 cas de baisse de pression transitoires) associées à 55 591 traitements d'acuponcture. Aucune complication grave ne fut rapportée. Les chercheurs ont conclu que des réactions secondaires sérieuses sont rares lorsque l'acuponcture est pratiquée par des praticiens ayant une formation médicale [13].

En 2001, des membres du British Acupucture Council qui ont participé à deux études prospectives ont rapporté un taux bas de complications et aucune complication sérieuse chez les patients qui ont subi plus de 66 000 traitements [14,15]. Un éditorial joint suggérait que chez les praticiens compétents, les chances de complications seraient minime [16]. Puisque les données ne sont pas disponibles, les études ne peuvent pas comparer les risques versus les bénéfices. Les études ne tiennent pas compte non plus les chances de diagnostic erronné (et le manque de soins médicaux appropriés) de la part des praticiens qui utilisent les méthodes chinoises traditionnelles.

Il y a aussi un risque monétaire. Des renseignements obtenus en ligne suggèrent que le coût par visite se situe entre 50$ et 100$, la visite initiale coûtant davantage. Les herbes médicinales, prescrits de routine par plusieurs praticiens, peuvent coûter de quelques dollars à quelques centaines de dollars mensuellement.

 
Normes douteuses

En 1971, on a vécu une vague aux Etats-Unis durant laquelle l'acuponcture a été popularisée suite à des histoires rapportées par plusieurs personnes haut-placées qui auraient fait des visites en Chine. Des réclames très voyantes avaient été préparées par des entrepreneurs médicaux et non médicaux sous forme de cliniques, colloques, démonstrations, publications, cours par courrier, incluant des trousses pour faire des essais soi-même. Aujourd'hui, il y a quelques états qui limitent la pratique de l'acuponcture aux médecins ou au personnel sous leur surveillance directe. Dans 20 états environ, toute personne sans formation médicale peut pratiquer l'acuponcture sans surveillance médicale. La FDA classifie maintenant les aiguilles utilisées dans l'acuponcture comme appartenant à la "classe II" des appareils médicaux nécessitant un étiquetage pour usage unique par des praticiens qui ont l'autorisation des utiliser [17]. L'acuponcture n'est pas couverte par Medicare. Le numéro de mars 1998 du Journal of the American Chriopractic Association contient un article spécial en cinq parties encourageant les chiropracticiens de prendre une formation en acuponcture ce qui, selon un des contributeurs, étendrait leur champ de pratique [18].

 
La National Certification Commission for Acupuncturists and Oriental Medicine (NCCAOM) a rédigé des normes de certification volontaire, et aurait certifié plusieurs milliers de praticiens de medecine orientale, d'acuponcture, d'herbologie chinoise, et d 'Asian Bodywork Therapy'. En 2007, il aurait rapporté que leurs progammes de certification ou d'examens étaient reconnus pour l'obtention de droit de pratique dans 40 états ainsi que dans le District of Columbia et que plus de 20 000 practiciens sont licenciés aux États-Unis [19]. Voir (The Acupuncture.Com. Website provides information o the licensing status of each state.)   Les certificats utilisés par les acuponcteurs incluent le C.A. ('certified acupuncturist'), Lic. Ac. (licensed acupuncturist), M.A. ("master acupuncturist'), Dip. A. (diplomate of acupuncture) , Dipl. O. M. (diplomate of Oriental medicine) et O.M.D. (doctor of Orientaal medicine). Certains ont une signification légale, mais ils ne signifient pas que le détenteur a la compétence de poser des diagnostics adéquats ou administrer un traitement approprié.

En 1990 le U.S. Secretary of Education reconnaissait ce qui est maniteant appelé Accreditation Commission for Acupuncture and Oriental Medicine (ACAOM) comme une agence d'accréditation. Toutefois, une telle reconnaissance n'est pas basée sur la validité de ce qui est enseigné mais sur d'autres critères [15]. Ulett a noté:

L'accréditation des acuponcteurs est une comédie. Bien que quelques-uns de ceux qui sont certifiés soient des médecins naïfs, la plupart sont des gens sans vraie formation médicale qui jouent au docteur et se servent de leur certification comme parapluie pour une foule de traitements non prouvés, des foutaises du Nouvel Age. Malheureusement, quelques établissements appelés HMO (health management organizations), des hôpitaux et même des facultés de médecine succombent à l'appât et exposent les patients à des faux traitements de ce genre alors qu'ils ont pourtant besoin de vrais soins médicaux.

 
Le National Council Against Health Fraud (Conseil national contre la fraude dans le domaine de la santé) a conclut:
Le fiasco du NIH

En 1997, la conclusion de "Consensus Development Conference", subventionnée par le NIH (National Institutes of Health) et plusieurs autres agences, était que: "il y suffisamment de preuves. . . de la valeur de l'acuponcture pour étendre son emploi en médecine conventionnelle et encourager des études futures de sa physiologie et de sa valeur clinique" [22]. Les membres du panel ont aussi suggéré que le gouvernement fédéral et les compagnies d'assurance étendent leur couverture pour inclure l'acuponcture pour que la population puisse y avoir accès davantage. Ces conclusions n'étaient pas basées sur la recherche faite depuis que la position du NCAHF (National Council Against Health Fraud) fut publiée. Elles reflètent plutôt l'opinion biaisée des participants qui avaient été choisis par un comité de planification dominé par des partisans de l'acuponcture [23]. Le directeur du comité NCAHF, Wallace Sampson, M.D., a décrit la conférence comme "un consensus de partisans, non pas un consensus d'opinion scientifique valable."

 
Bien que le rapport faisait état de sérieux problèmes, il négligeait de les placer dans une perspective appropriée. Les participants étaient d'accord sur le fait que "la vaste majorité des publications portant sur l'acuponcture se limitaient à des histoires de cas, des séries de cas ou des études d'intervention mal structurées pour évaluer l'efficacité". Ils étaient également d'avis que "relativement peu" d'études cliniques comparatives de qualité, et démontrant les effets de l'acuponcture, avaient été publiées. Mais le rapport souligna que "l'Organisation Mondiale de la Santé" avait énuméré plus de 40 [conditions] pour lesquelles l'[acuponcture] pourrait être indiquée. Cette phrase aurait dû être suivie par un commentaire à l'effet que cette liste n'est pas valide.

Une erreur encore plus sérieuse, bien que le rapport porte sur la thérorie chinoise de l'acuponcture, il oubli de souligner le danger et le gaspillage économique qu'impliqe le fait d'aller consulter des praticiens qui sont incapables de poser des diagnostics appropriés. Le rapport a noté:

 
En termes simples, cela signifie que si vous allez consulter un praticien de médecine chinoise traditionnelle, vous courrez des chances de ne pas être diagnostiqué de façon appropriée. Très peu de publications le mentionnent, ce qui me frappe comme très étrange. Même le magazine Consumer Reports recommande à ses lecteurs de consulter un practicien qui est certifié par la NCCAOM, s'ils veulent un traitement d'acuponcture. Je conseille toute personne d'éviter les practiciens 'certifiés'. Parce que la formation nécessaire à la certification est basée sur des théories TCM (Médecine Chinoise Traditionnelle), la façon la plus sécure d'avoir de l'acuponcture devrait provenir d'un médecin conventionnel qui fait de la recherche dans le domaine dans une école de médecine universitaire et qui n'accepte pas de telles théories.

Variabilité des diagnostics

En 1998, suite à sa conférence à laquelle j'ai assisté dans un collège local, un praticien d'expérience en médecine chinoise traditionnelle m'a diagnostiqué en prenant mon pouls et en regardant ma langue. Il m'a dit que mon pouls indiquait des signes de "stress" et que ma langue montrait que je souffrais de "congestion sanguine." Quelques minutes plus tard, il a examiné une femme et lui a dit que son pouls montrait des contractions ventriculaires prématurées (habituellement un trouble bénin du rythme cardiaque, ou significatif si la personne souffre déjà de maladie cardiaque). Il nous a suggéré de suivre un traitement d'acuponcture avec herbes - - qui nous aurait coûté à peu près 90$ la visite. J'ai par la suite pris le pouls de la dame en question et il était tout à fait normal. Je crois que la majorité des acuponcteurs sans formation médicale pratiquent de cette façon. Le consensus du NIH aurait dû souligner le caractère sérieux du problème.

Des recherches subséquentes ont confirmé qu'un diagnostic fait en médecine chinoise traditionnelle (MCT) n'a très peu à faire avec les problèmes médicaux des gens. Au moins 6 études ont trouvé que lorsque plusieurs practiciens voient le même patient, leurs diagnosics MCT varient considérablement.

Dans une étude publiée en 2001, une femme âgée de 40 ans avec une douleur lombaire chronique qui aurait consulté sept acuponcteurs durant une période de deux semaines a été diagnostiquée de "stagnation du Qi" par six d'entre eux, "stagnation sanguine" par cinq, "déficience du Qi rénal" par deux, "déficience yin" par l'un d'eux, et "déficience hépatique Qi" par un autre. Les traitements proposés variaient encore plus. Parmi les six qui tenaient un dossier, les praticiens prévoyaient utiliser entre 7 et 26 aiguilles insérées dans 4 à 16 "points spécifiques d'acuponcture" dans le dos, une jambe, un bras, et un pied. Des 28 points d'acuponcture choisis, seulement 4 (14%) avaient été prescrits par deux ou plus d'acuponcturistes. [24]. L'étude semble avoir été structurée pour rendre les résultats aussi uniformes que possible. Tous les acuponcturistes avaient été formés dans une école de médecine chinoise traditionnelle. Six autres bénévoles étaient exclus parce qu'ils utilisaient des "pratiques très atypiques", et trois autres parce qu'ils n'étaient en pratique que moins de 3 ans. Les auteurs de l'étude déclarent que les conclusions démontraient une" cohérence considérable" parce que presque tous les praticiens ont trouvé une stagnation du Qi ou du sang. Toutefois, l'explication la plus plausible est que ce diagnostic est posé chez presque tous les patients.

Dans une autre étude, six acuponcteurs MCT auraient évalué les mêmes six patients la même journée. Vingt diagnostics et 65 acupoints ont été utilisés au moins une fois. Le diagnostic de "stagnation sanguine ou déficience rénale Qi"  et l'acupoint UB23 ont été utilisés pour tous les patients par la plupart des acuponteurs.Toutefois, la consistance des acuponcteurs en ce qui a trait aux détails diagnostiques et d'autres acupoints était pauvre. Aucun diagnostic, et seulement un acupoint, ont été utilisés de préférence pour un sous groupe de patients. Quelques diagnostics et recommandations thérapeutiques dépendaient plus sur le practicien que sur le patient. Des diagnostics précis et la plupart des acupoints n'étaient pas reliés au patient ou au practicien. Les chercheurs ont conclu que les diagnostics MCT et les recommandations de traitement pour des patients chosis avec douleur lombaire chronique varient largement d'un practicien à un autre [25].

Une autre étude a examiné les diagnsotics MCT et traitements pour patients avec douleur lombaire chronique utilisant des dossiers de deux ensembles séparés de traitement. L'information de plus de 150 visites initiales était disponible pour analyse. Un diagnostic de "Qi et de stagnation sanguine" ou de "Stagnation Qi" a été posé dans 85% des patients. D'autres diagnosics spécifiques ont été posé chez moins de 20% des patients. En moyenne, 12-13 aiguilles ont été utilisées pour chaque traitement. Malgré plus de 85 acupoints furent utilisé dans chaque ensemble de données, seulement 5 ou 6 acupoints ont servi dans plus de 20 de ces traitements. Seulement deux de ces acupoints (UB23, UB40) étaients les mêmes  pour les deux sources de données. Plus de la moitié des patients ont reçu des traitements additionnels, incluant la chaleur (35%-67%), et "cupping" (en forme de tasse) chez 16%-21%. Il y a eu une variabilité considérable dans les traitements parmi les practiciens [26].

Dans une plus grande étude publiée en 2004, trois acuponcteurs MCT ont éxaminé les mêmes patients souffrant d'arthrite rhumatoïde séparément à l'University of Maryland General Clinical Research Center. Chaque patient a rempli un questionnaire et ont eu un examen médical qui incluait un diagnostic basé sur l'exament de la langue et du pouls. Par la suite chaque practicien a fourni un diagnostic MCT et une prescription d'herbes médicinales. Un consensus sur les diagnostics MCT parmi les trois paires de practiciens MCT était entre 25.6% et 33.3%. Le degré de consensus entre les prescriptions d'herbes et les pratiques recommandées par les textbooks pour chaque diagnostic MCT allait de 97.2% et 100%. Les auteurs de l'étude ont conclu:

L'accord total des diagnostics MCT des patients atteints d'arthrite rhumatoïde parmi les trois practiciens MCT était bas. Lorsque les critères moins sévères, mais théoriquement justifiables, étaient utilisés, un consensus plus grand était atteint. . . . .La correspondance entre les diagnostics MCT et les formules d'herbes prescrites était élevée, malgré  le peu d'accord des trois practiciens en ce qui a trait aux formules d'herbes prescrites pour les patients individuels [27].

Les chercheurs de l'University of Maryland ont alors répété l'étude ci-haut utilisant 40 patients atteints d'arthrite rhumatoïde et trois practiciens qui avaient au moins 5 ans d'expérience. Les résultats étaient presqu'identiques aux conclusions prédédentes [28]

Dans une autre étude, 37 participants présentant des céphalées fréquentes ont été évlulés indépendamment par trois acuponcteurs licenciés apparemment ayant eu une formation de haute qualité en MCT. Les acuponcteurs ont identifié les méridiens et le type de dysfonction qu'ils croyaient contribuaient aux symptômes des participants. Les acuponcteurs aussi ont posé un ou plus de diagnostics MCT à chaque participant et

ont choisi huit points d'acuponcture pour l'insertion des aiguilles. On a observé une variation dans le pattern diagnostique MCT et dans la sélection des points pour tous les sujets. Un diagnostic de 'Yang hépatique' et "Dysfonction Qi" a été posé dans plus des deux tiers des sujets. Les acupoints Foie 3, Gros intestin 4, et Vaisseau sanguin gouveernant (DU) 20 étaients les points les plus choisi pour traitement [29].

Il serait fascinant de voir ce qui pourrait arriver si une personne en bonne santé ne nécessitant aucun traitement serait examinée par plusieurs acuponcteurs.

Conclusion

La thérie et la pratique MCT ne sont pas basées sur l'ensemble des connaissances reliées à la santé, la maladie, et les soins de santé longtemps acceptés par la communauté scientifique. Les practiciens MCT ne s'entendent pas comment poser un diagnostic à des patients et quels traitements seraient appropriés au diagnostics. Même s'ils pouvaient s'entendre, les théories MCT sont tellement nébuleuses qu'aucune étude scientifique ne permetterait à la médecine chinoise traditionnelle d'offrir des soins de santé raisonnables.

Pour renseignements additionnels:

 

Références:

1. Skrabanek P. Acupuncture: Past, present, and furure. In Stalker D, Glymour C, editors. Examining Holistic Medicine. Amherst, NY: Prometheus Books, 1985.

2. Kurtz P, Alcock J, and others. Testing psi claims in China: Visit by a CSICOP delegation. Skeptical Inquirer 12:364-375, 1988.

3. Melzack R, Katz J. Auriculotherapy fails to relieve chronic pain: A controlled crossover study. JAMA 251:1041?1043, 1984
4. Ter Reit G, Kleijnen J, Knipschild P. Acupuncture and chronic pain: A criteria-based meta-analysis. Clinical Epidemiology 43:1191-1199, 1990.
5. Ter Reit G, Kleijnen J, Knipschild P. A meta-analysis of studies into the effect of acupuncture on addiction. British Journal of General Practice 40:379-382, 1990.
6. Beyerstein BL, Sampson W. Traditional Medicine and Pseudoscience in China: A Report of the Second CSICOP Delegation (Part 1). Skeptical Inquirer 20(4):18-26, 1996.
7. American Medical Association Council on Scientific Affairs. Reports of the Council on Scientific Affairs of the American Medical Association, 1981. Chicago, 1982, The Association.
8. Ulett GA. Acupuncture update 1984. Southern Medical Journal 78:233?234, 1985.
9. Tang J-L, Zhan S-Y, Ernst E. Review of randomised controlled trials of traditional Chinese medicine. British Medical Journal 319:160-161, 1999.
10. Streitberger K, Kleinhenz J. Introducing a placebo needle into acupuncture research. Lancet 352:364-365, 1998.
11. Streitberger K and others. Acupuncture compared to placebo-acupuncture for postoperative nausea and vomiting prophylaxis: A randomised placebo-controlled patient and observer blind trial. Anesthesia 59:142-149, 2004.

12. Norheim JA, Fennebe V. Adverse effects of acupuncture. Lancet 345:1576, 1995.

13. Yamashita H and others. Adverse events related to acupuncture. JAMA 280:1563-1564, 1998.
14. White A and others. Adverse events following acupuncture: Prospective survey of 32,000 consultations with doctors and physiotherapists

BMJ 323:485-486, 2001
15. PacPherson H and others. York acupuncture safey study: Prospective survey of 24,000 treatments by traditional acupuncturists. BMJ 323:486-487, 2001
16. Vincent C. The safety of acupuncture. BMJ 323:467-468, 2001
17. Acupuncture needle status changed. FDA Talk Paper T96-21, April 1, 1996
18. Wells D. Think acu-practic: Acupuncture benefits for chiropractic.Journal of the American Chiropractic Association 35(3):10-13, 1998.
19. NCCAOM 25th Anniversary Booklet. Burtonsville, MD: NCCAOM, 2007.

20. Department of Education, Office of Postsecondary Education. Nationally Recognized Accrediting Agencies and Associations. Criteria and Procedures for Listing by the U.S. Secretary For Education and Current List. Washington, D.C., 1995, U.S. Department of Education.

21. Sampson W and others. Sampson W and others. Acupuncture: The position paper of the National Council Against Health Fraud. Clinical Journal of Pain 7:162-166, 1991.
22. Acupuncture. NIH Consensus Statement 15:(5), November 3-5, 1997.
23. Sampson W. On the National Institute of Drug Abuse Consensus Conference on Acupuncture. Scientific Review of Alternative Medicine 2(1):54-55, 1998.
24. Kalauokalani D and others. Acupuncture for chronic low back pain: Diagnosis and treatment patterns among acupuncturists evaluating the same patient. Southern Medical Jounal 94:486-492, 2001

25. Hogeboom CJ and others. Variation in diagnosis and treatment of chronic low back pain by traditional Chinese medicine acupuncturists. Complementary Therapies in Medicine 9:154-166, 2001.
26. Sherman KJ and others. The diagnosis and treatment of patients with chronic low-back pain by traditional Chinese medical acupuncturists. Alternative and Complementary Medicine 7:641-650, 2001.
27. Zhang GG and others. The variability of TCM pattern diagnosis and herbal prescription on rheumatoid arthritis patients. Alternative Therapies in Health and Medicine 10:58-63, 2004.
28. Zhang GG and others. Variability in the traditional Chinese medicine (TCM) diagnoses and herbal prescriptions provided by three TCM practitioners for 40 patients with rheumatoid arthritis. Alternative Therapies in Health and Medicine 11:415-421, 2005.
29. Coetaux RR and others. Variability in the diagnosis and point selection for persons with frequent headache by traditional Chinese medicine acupuncturists. Alternative and Complementary Medicine 12:863-872, 2006.

 
Cet article a été mis à jour le 12 janv. 2011(traduction mise-à-jour le 18 mai, 2011)
                                                                                                                                                 Au site original de Quackwatch, une partie de cet article parait dans une version revisée le 2 fév. 2014 d'un article relié du Dr Barrett, intitulé: Why Traditional Chinese Medicine Diagnosis Is Worthless.

 

retour à la page d'accueil