Analyse des globules sanguins vivants (Live Blood Cell Analysis)

 

Stephen Barrett, M.D.

L'analyse des globules sanguins vivants est faite en plaçant une goutte de sang prélévé par micro-lance du bout d'un doigt du patient sur une lame microscopique, recouverte d'une lamelle de verre pour éviter qu'il sèche, et examiné au microscope à champ noir ('dark-field'). L'image est projetée sur un moniteur de télévision. Le pratiquant et le patient peuvent voir les globules, qui apparaîssent comme des corps noirs à contour blanc. Le pratiquant peut prendre des photos "polaroid" de l'image sur le moniteur ou enregistrer sur vidéo la procédure pour lui-même et/ou le patient. Les résultats sont alors utilisés comme base pour prescrire des suppléments. La procédure est aussi appelée analyse de cellules vivantes, analyse vidéo à champs noir, analyse sanguine nutritionnelle, et d'autres noms variés. La plupart de ceux qui l'utilisent sont des chiros, naturopathes, ou faux "consultants en nutrition."

Selon un flier ou annonce publicitaire d'un chiro de Los Angeles:

L'analyse des globules sanguins vivants est une procédure simple pour
obtenir une évaluation rapide et précise de votre sang. Avec seulement
une très petite quantité, prélevée avec peu de douleur du bout
du doigt, [l'analyse] peut fournir un composé d'environ 25 aspects
de votre sang vivant. La microscopie à champ noir nous permet
maintenant d'observer les déficiences multiples vitaminiques et
de minéraux, les toxicités, les tendances vers des réactions
allergiques, des excès de gras dans la circulation, des faiblesses
du foie et l'artériosclérose.

 

Le site web de l'Integrated Medical Center, Annandale,Virginia, déclare:

Le sang est visualisé au microscope grossi 30,000 fois, nous
permettant de documenter votre condition, suivre votre progression
pendant le traitement. Le sang est la voie aux tissus et nous dit tout.
Utilisant cette technologie nous permet un meilleur suivi pour pouvoir
ajuster le traitement au besoin. Votre sang est la meilleur place pour
trouver des résultats rapides et déterminer si votre traitement est
efficace. Une réponse rapide signifie résultat maximal.

Ces déclarations sont de la pure foutaise. La microscopie à champ noir est un outil scientifique valide par lequel on utilise un éclairage spécial pour examiner des échantillons de cellules et tissus. Les objets visualisés semblent en relief sur un arrière-plan foncé-l'opposé de qui arrive durant la microscopie usuelle. Ceci permet à l'observateur de voir des choses qui ne seraient pas visibles utilisant une lumière normale. Rattachant un moniteur de télévision à un microscope pour des fins diagnostiques est aussi une pratique légitime. Toutefois, l'analyse de cellules vivantes ne l'est pas. Malgré que certaines caractéristiques des globules sanguins (comme la dimension relative des globules rouges) peuvent être observées, les analystes des globules vivants invariablement interprètent faussement d'autres choses, comme l'étendue des agglomérats des globules rouges et les artéfacts qui apparaissent lorsque le sang sèche. De plus, la plupart des pratiquants qui utilisent l'analyse ne sont pas qualifiés à traiter les conditions qu'ils prétendent diagnostiquer.

Durant le milieu des années 1980, une compagnie qui faisait la promotion de matériel pour l'analyse cellulaire vivante projetait qu'un pratiquant qui peut convaincre un patient par jour d'accepter un régime de supplémentation basé sur l'analyse générerait plus de $60,000 annuellement pour les analyses et les ventes de suppléments. Une autre compagnie estimait qu'avec cinq nouveaux patients par jour (22 jours par mois) déboursant $30 pour l'analyse et $50 pour les suppléments, les pratiquants pouvaient générer plus de $100,000 par année seulement sur les visites initiales.

Le promoteur individuel le plus actif aujourd'hui de l'analyse des globules sanguins vivants est probablement James R. Privitera, M.D., de Covina, en Californie, qui maintient que la "dysfonction de la coagulation" ('clot malfunction') est la cause sous-jacente de beaucoup de maladies, qu'elle peut être diagnostiquée avec l'analyse des cellules vivantes, et peut être traitée avec des grandes doses de suppléments diététiques. Son livre, Silent Clots, décrit ses "directives générales [pour les suppléments] qui ont été efficaces pour plusieurs patients comme régime anti-coagulant." Le livre décrit aussi les régimes pour l'arthrite, l'asthme, la calvitie, les infections de la vessie, le cancer, les rhumes, la colite, les crampes, le diabète, la diarrhée, la diverticulose, l'eczema, et l'oedème, et inclut des histoires de cas de patients traités par lui pour plusieurs autres conditions [1]. Je ne crois pas qu'il y a preuve scientifique pour ces prétentions ou que ces régimes soient efficaces comme Privitera maintient. Son site Web offre plus de 150 produits de suppléments à vendre.

En 1975, Privitera a été condamné de complot dans la prescription et distribution de laetrile et a eu comme sentence 6 mois de prison. (Laetrile est un remède de cancer charlatanesque.) En 1980, après que le processus d'appel s'est terminé, il a passé 55 jours en prison, a été libéré suite à un pardon du gouverneur de la Californie, Jerry Brown. (Le pardon est survenu en réponse à une campagne d'envoi de lettres générée par le National Health Federation, un groupe qui appuit ce qui est appelé "liberté de choix en soins de santé" ("health freedom.") Par la suite, parce que Privitera prescrivait des substances non-approuvées (incluant le laetrile, le pangamate de calcium, et DMSO) pour le traitement du cancer, le California Board of Medical Quality Assurance (CBMQ) a révoqué son permis de pratique de médecine pour quatre mois et l'aurait placé en liberté surveillée pour dix ans avec surveillance du comité CBMQ. Durant cette période, Privitera était empêché de faire de la représentation qu'il est "habilité à traiter le cancer par la nutrition." On lui a interdit de dire aux patients qu'ils avaient le cancer à moins que confirmation écrite soit faite par un spécialiste certifié approprié. Ceci ne l'a pas empêché de commercialiser l'analyse des cellules vivantes et de fonder deux compagnies qui vendaient le nécessaire pour cette analyse. Silent Clots mentionne qu'en 1993, un juge de la cour fédérale a déposé un ordre autorisant l'Internal Revenue Service de visiter sa clinique dans le but de faire une saisie. Toutefois, le livre de donne pas plus de renseignements au sujet de ses difficultés reliées à l'impôt.

Rapports de critiques

Durant le milieu des années 1980, le vice-président du National Council Against Health Fraud, James Lowell, Ph.D., a assisté à une démonstration de l'analyse des cellules vivantes par trois pratiquants lors d'une exposition de soins de santé. Il nota:

* Aucun a pris les précautions nécessaires pour empêcher la sècheresse du sang ou
sa coagulation.
* Ils n'ont pas nettoyé les lames microscopiques d'un patient à l'autre, ce qui
signifie que la saleté sur les lames vue par le microscope serait interprétée
comme des composantes du sang.
* Certains des motifs qu'un pratiquant voyait était dus à une mauvaise mise au point
du microscope et sont disparues une fois que Lowell l'a ajusté [2].

L'analyse des globules sanguins vivants est aussi commercialisée par Infinity2, de Scottsdale, en Arizona, une compagnie à multiples paliers dont les distributeurs souvent font des démonstrations à des conventions de chiropratique. Infinity2 appelle le test "microscopie de cellules vivantes" (live cell microscopy) et recrute des professionnels de la santé licenciés pour utiliser la procédure afin de vendre leurs produits. En 1995, j'ai été testé lors d'une convention de chiropratique où deux équipes de distributeurs d'Infinity2 avaient un exhibit. Un des responsables de l'exhibit m'a dit que j'avais une "déficience légère de vitamine B12" et "mauvaise digestion" qui pourrait affaiblir mon système immunitaire et me causer de la fatigue. L'autre m'a dit que mes globules sanguins montraient des signes de "toxicité hépatique," "d'infection bactérienne," et "dommages de radicaux libres." Dans les deux cas le "traitement" recommandé était des pilules d'enzymes, que la compagnie vendait avec des fausses déclarations que la "déficience enzymatique" est prévalente chez les américains. Pour renforcir leur prétentions que les pilules peuvent m'aider, les deux pratiquants m'ont fait prendre des pilules d'enzymes, et ont répété la procédure plusieurs minutes plus tard, et ont dit que l'analyse ne montrait plus les problèmes. Je ne leur ai pas dit que j'ai seulement prétendu prendre leurs pilules, alors les "améliorations" qu'ils ont vues n'avaient rien à voir avec les pilules.

Références

1. Privitera J, Stang A. Silent Clots: Life's Biggest Killers. Lockstep
Medicine's Conspiracy to Suppress the Test That Should Be Done in Emergency
Rooms Throughout The World. Covina, Calif.: The Catacombs Press, 1996.
2. Lowell JA. Live cell analysis: High-tech hokum. Nutrition Forum 3:81-85,
1986.

 

Retour à la page d'accueil ||| D'autres épreuves diagnostiques douteuses