Chandelles auriculaires: pouquoi elles ne sont pas une bonne idée

 

Lisa Roazen, M.D.

 

Les chandelles auriculaires sont utilisées pour ce qui est appelé "Ear Candling," ou "auricular candling" ou "coning." Il consiste à placer un cône dans l'oreille qui sert à extraire le cérumen (la cire du canal auriculaire) et d'autres impuretés avec l'aide de la fumée provenant d'une mèche de chandelle allumée. Les origines de cette procédure sont obscures. Au Tibet antique, en Chine, en Egypte, dans les amériques pré-colombiennes, et même dans la ville mythique d'Atlantis, on cite des contributeurs possibles. Les procédures créent supposément un vacuum discrèt qui ferait sortir le cérumen et autres débris du canal auriculaire. Certains partisans prétendent même que les impuretés sont enlevées de l'oreille moyenne, les sinus, et même du cerveau lui-même, le tout étant d'une façon quelconque en communication avec le canal auditif. Les partisans prétendent que les chandelles auriculaires peuvent:

Produits et procédures

La plupart des chandelles utilisées pour ces traitements aux Etats-Unis sont produits au pays ou au Canada et se vendent entre $2 et $10. Elles peuvent être faites de linge ou cotton (souvent non blanchi, parce que les pratiquants prétendent que le chlore est mauvais pour les oreilles) trempé dans la cire ou paraffine et laissé durcir. (De façon ironique, un manufacturier utilise que la cire d'abeilles, maintenant que la paraffine est dite carcinogène.) Certaines chandelles sont colorées, ce qui est un élément de contreverse dans le milieu, malgré que la couleur de la cire d'abeille puisse varier. Les variétés domestiques incluent le papier-journal trempé dans la cire et des cônes de poterie dans lesquels on souffle la fumée d'herbes. Certaines cires contiennent des herbes et d'autres substances, incluant le sauge, la camomile, la rose, le romarin, le burdock root (racine de bardane), la racine d'osha, la pervenche, le jojoba, l'écorce de quassia , la racine de yucca, ou le miel. Egret, Inc., de Dallas, au Texas, offrent des chandelles, des plaques protectrices, un livre de 73 pages, un vidéo de 30 minutes, des serviettes non-inflammables, de l'huile auriculaire, et un otoscope. Leur pamplet de vente en gros souligne que les chandelles sont vendues "pour le plaisir uniquement" et que l'ensemble présenté va "founir tout le nécessaire pour un plaisir sécuritaire et efficace." [1]

Les instructions en gros conseillent à la personne qui subit le traitement de s'étendre sur le côté. Un cabaret est placé au dessus de l'oreille, et la chandelle insérée dans le canal de l'oreille à travers une perforation du cabaret. La chandelle est allumée, et comme la mèche brûle, elle est raccourcie. Certains suggèrent d'utiliser un cure-dent pour maintenir un orifice au travers la chandelle durant la procédure. Une fois la chandelle éteinte et enlevée, on enlève le cérumen visible, et on applique dans bien des cas de "l'huile auriculaire". Certains pratiquants placent la chandelle encore chaude dans un bol contenant de l'eau, et maintiennent que tout ce qu'elle contient qui n'est pas évidemment de la cire d'abeille, serait le cérumen, des toxines, de la peau morte (squammes), des résidus de médicaments, ou des restants de mycoses (infections causées par les champignons) antérieures, malgré qu'aucune de ces prétentions aiet été vérifiée. Presque toutes les directives sur l'étiquette mentionnent que l'oreille va être chaude au toucher, légèrement, et que l'expérience va être relaxante et même spirituelle.

Évaluation par les sceptiques

Le "traitement" est occasionnellement offert comme un service à des expositions de santé. Rebecca Long, présidente du Georgia Council Against Health Fraud, a fait les observations suivantes à l'Expo Discovery à Atlanta, en Georgie, de 1992:

Une exposition offrait le traitement pour $30. Les gens le
vendant disaient que la suction créée par la chadelle "éclairciçait
le cerveau et les sinus." J'ai questionné les responsables assez
pour conclure qu'ils croyaient sincèrement qu'il y a un orifice
entre les oreilles et le cerveau et les sinus. La dame qui était
en charge du kiosque disait: " Il nettoie le crâne entièrement,
le cerveau et tout - ils sont communiquants, vous savez!" Le
traitement était fait sur un table devant le kiosque, la
vue d'une personne étendue sur le côté avec une chandelle
sortant d'une oreille attirant beaucoup de spectateurs curieux.
Durant la procédure, un mélange grisâtre de suie et de cire
était cueilli dans un cabaret sous la chandelle. Le contenu
ne ressemblait pas être de la cire fondue provenant de la
chandelle, mais plutôt laid en apparence. On rapportait
aux clients qu'il s'agissait "d'impuretés" retirées, et les
clients les montraient à d'autres comparant leurs débris
à celui des autres. Le vendeur aussi faisait la promotion
de "lectures psychiques."

Après le spectacle, Long s'est procuré un ensemble de chandelles auriculaires dans un magasin d'aliments naturels et, avec l'aide d'un ami, a procédé à un essai selon les directives. Elle a trouvé que le chandellement poduisait un silement semblable à ce qu'on entend lorsque l'on met une coquille de mer (conch) à l'oreille, mais un peu plus fort. Toutefois, l'air dans le canal auditif devient tellement chaud qu'elle ne pouvait tolérer la chaleur et a du cesser la procédure.

Plus récemment, deux investigateurs ont évalué des chandelles pour apprécier si qui était accumulé après l'expérience venait de la chandelle exclusivement ou incluait de la cire qui provenait de l'oreille. Pour ce faire, ils ont allumé des chandelles (a) avec le bout dans l'oreille, (b) le bout à l'extérieur de l'oreille, pour que la cire puisse s'égoutter and un bol d'eau, et (c) dans l'oreille mais en utilisant un tube en place qui permetterait au cérumen d'aller dans le tube mais bloquerait la cire de la chandelle de descendre. Ils ont démontré que tout résidu provenait de la chandelle et qu'aucun cérumen n'ait été enlevé de l'oreille [2].

Pourquoi les chandelles n'ont aucun effet bénéfique

Puisque la cire est collante, pour retirer le cérumen du canal auditif, il faudrait une pression négative tellement élevée que la procédure rupturerait le tympan. Toutefois, la procédure ne produit pas de pression négative (ou vacuum). Les chercheurs qui ont mesuré la pression durant les essais des chandelles auriculaires ont trouvé qu'aucune pression négative était créée. Les mêmes investigateurs ont pratiqué la procédure à huit reprises et ont conclu qu'il n'y a pas eu d'enlèvement de cérumen et que la cire des chandelles aurait été déposée dans le canal auditif chez quelques-uns des sujets [3].

La notion que le canal auditif est en communication directe avec les structures au delà du tympan est fausse. Une revue d'un bon livre d'anatomie devrait prouver cela. Le canal auditif externe, avec un tympan intact, n'est pas lié au cerveau, aux sinus fronaux, cibles de la procédure, ou les trompes d'Eustache (les canaux entre l'oreille moyenne et le pharynx postérieur). Tandis que certains maintiennent que le tympan est poreux et rapidement permet les impuretés d'y pénétrer, ceci n'est pas vrai. Les "impuretés" qui apparaissent dans le plateau (habituellement fait de carton) ne sont rien d'autre que les cendres de la mèche brûlée et la cire du cône lui même.

Dangers rapportés

L'utilisation des chandelles auriculaires pose certains risques, le plus sérieux étant la brûlure causée par la cire chaude. Les manufacturiers des chandelles maintiennent que leurs chandelles vont couler à l'extérieur des oreilles, mais malheureusement peux recommandent aux utilisateurs de tenir la chandelle dans la position horizontale pour empêcher cela. Une enquête faite en 1996 de 144 oto-rhino-laryngologistes, a trouvé que 14 auraient vu des patients qui ont été blessés par le traitement, incluant 13 cas de brûlures externes, 7 cas d'obstruction du canal auditif avec la cire de chandelle, et un cas de tympan perforé [1].

Un autre cas a été rapporté par le London Free Press, un journal canadien. Il s'agit d'une femme qui accusait de l'obstruction nasale et des douleurs aux oreilles durant la plongée sous-marine, et suite à une visite à un magasin d'aliments naturels a été référée à un pratiquand "qualifié" pour un traitement de chandelles auriculaires. Durant le traitement, elle aurait senti un brûlement intense à l'oreille. A la salle d'urgence, des tentatives pour enlever la cire qui avait coulé de la chandelle dans son oreille, se sont avérées futiles. La chirurgie était nécessaire et on a découvert une perforation de son tympan qui a été corrigée et l'ouïe a été conservée. Le pratiquant s'est excusé, a couvert les frais encourus et a cessé de pratiquer la procédure.

Le Fire Marshall Gray L. Powell d'Alaska a rapporté deux cas de feux associés aux chandelles auriculaires, un des deux ayant causé la mort de l'utilisateur. En janvieer, 2005, une femme de 59 ans a mis feu à sa literie lorsqu'elle a échappé une chandelle auriculaire qu'elle tentait d'introduire dans une oreille sans aide. Le feu s'est étendu aux rideaux et à d'autres combustibles de sa chambre. Elle a pu quitter les lieux mais a présenté une crise d'asthme et est décédée à l'urgence de l'hôpital [4].

Mesures régulatrices

Les chandelles vendues avec des prétentions médicales sont classifiées par le FDA comme gadgets médicaux. Comme tels, il est illégal de faire leur vente sans approbation de la FDA, que personne semble avoir. Durant les dernières années, l'agence a empêché l'importation des chandelles auriculaires produites par au moins quatre compagnies canadiennes [5]:

En 1993, la FDA a saisi près de $6,000 en valeur de chandelles, ingrédients, et pamphlets de Quality Health Products, de Fayette, Ohio. Un résumé de la FDA déclarait:
 
Falsifié - L'article est un gadget médical de classe III pour` lequel aucune demande formelle d'approbation est en vigeur; et, les méthodes utilisées, ainsi que les dispositions et contrôles, sa production, son emballage, et l'entreposage ne sont pas conformes aux pratiques normales actuelles de fabrication. Faussement étiqueté -- l'étiquetage de l'article représente et suggère qu'il est adéquat et efficace pour réduire le cérumen de l'oreille, la fièvre, et les infections associées avec une perforation du tympan, et qu'il peut être utilisé comme traitement alternatif aux tubes installés chirurgicalement dans le tympan, représentations et suggestions qui vont à l'encontre de la réalité. L'étiquetage de
l'article ne donne pas les directives adéquates pour son usage aux fins prévues. L'article est un risque à la santé lorsqu'utilisé selon les recommandations et suggestions apparaissant sur l'étiquette. L'article a été produit, préparé, lancé, formulé, ou manipulé dans un établissement non enregistré en bonne et due forme et n'était pas inclus sur une liste requise; un avis ou autre renseignement
requis n'a pas été fourni comme requis avant son lancement dans le commerce entr'états [6].

En 1998, la FDA a demandé au président de Earth Care, de Ukiah, en Californie, de cesser la production des Ear Candles annoncées dans le catalogue de la compagnie. La lettre mentionnait que le produit avait été annoncé comme "un remède pour les maux d'oreilles, les douleurs sinusales, l'otite du nageur, les allergies, et les problèmes auditifs. . . il enlève efficacement les impuretés des canaux auditifs en puisant le cérumen en excès, les levures, les champignons, et les bactéries. . .des sinus et les glandes lymphatiques." [7]. En sept. 1998, l'agence a publié un 'avertissement d'importation' qui déclarait:

Le Center for Devices and Radiological Health (CHRH), a démontré que les "chandelles auriculaires" sont des gadgets médicaux tels que définis par la section 201(h) du Federal Food, Drug, and Cosmetic Act (The Act). La chandelle auriculaire est un cylindre étroit de cire (approx. 10 pouces de long) utilisé pour enlever l'excédant de cérumen (cire d'oreille.) Ceci est fait en allumant le bout supérieur du produit qui a l'air d'une chandelle, ce qui créairait une pression négative ayant l'effet d'extraire la cire et d'autres impuretés du canal auriculaire.

L'étiquetage du produit est erronné et trompeur puisqu'il n'y a pas d'évidence scientifique réelle pour appuyer l'efficacité du produit utilisé tel que conçu. Alors, l'étiquette du produit contient des directives inadéquates pour son emploi puisque des directives précises et adéquates ne peuvent pas être définies pour son utilité prévue. Le CDRH considère le produit comme dangereux lorsque utilisé tel que décrit, parce que la chandelle allumée près du visage d'une personne devient un risque de brûlure potentiellement grave des cheveux, de la peau ainsi que de l'oreille moyenne.

De plus, il n'y a eu aucune démarche d'avis enregistré pour ces produits qui semblent avoir été faits dans des établissements qui n'ont pas l'appui de la FDA [8]

En nov. 1998, la FDA a prévenu Nature's Way, de West Columbia, de la Caroline du Sud, qu'il est illégal de continuer à faire la vente des chandelles auriculaires parce qu'elles ne sont pas approuvées et sont dangereuses à utiliser tel que suggérées dans le catalogue [9].

Les  chandelles auriculaires ne peuvent pas être vendues légalement au Canada. Santé Canada, Médicaments et produits de santé, section Instruments médicaux, déclare que des appareils de ce genre doivent être licenciés par Le Programme de Produits avant la vente du produit. Aucune licence n'a été accordée pour ce produit. Certains promoteurs, dans un but de s'éloigner des règles reliées, annoncent les chandelles auriculaires comme des "produits de divertissement seulement". Toutefois, Santé Canada considère que ce produit est vendu pour des buts médicaux puisqu'elles ne peuvent pas être utilisées pour d'autres raisons. Santé Canada a émis des directives empêchant l'importation de chandelles auriculaires [10].

Malgré ces démarches, les chandelles auriculaires sont toujours disponibles aisément sur l'Internet et dans les magasins d'aliments naturels. De 1998 à 2005, le Awareness Institute of Lake Wales, en Floride, non seulement vendait les produits mais offre un cours à pris abordable par correspondance donnant droit à un "certificat comme auriculoconologue (earconologist)."

Conclusion

Pour la majorité des gens, le cérumen dans les oreilles éventuellement s'élimine spontanément, emportant avec lui toute accumulation de saletés ou d'autre matériel. Dans les cas de bouchons de cire dans les canux audifis externes, ils devraient être enlevés par un médecin ou autre professionnel de la santé utilisant les instruments appropriés. Les chandelles auriculaires sont à la fois inefficaces et dangereuses.

Références:

1. Flyer mailed to health-food retailers in September 1998 by White Egret,
Inc., of Dallas, Texas.
2. Kaushall PP, Kaushall JN. On ear cones and cancles. Skeptical Inquirer
24(5):12-13, 2000.
3. Seely DR, Quigley SM , Langman AW. Ear candles: Efficacy and safety.
Laryngoscope 106:1226-1229, 1996.
4. The London Free Press, London, Ontario
5. FDA Import Alert 80-06. Automatic Detention of Fraudulent and Deceptive
Medical Devices, Attachment. Issued, Sept 28, 1992, revised May 9,
1997.
6.FDA Enforcement Report, Dec 15, 1993.
7. Gill LJ. Warning letter to John Schaesser, Jan 20, 1998.
8. FDA Import Alert #77-01. Detention without Physical Examination of Ear
Candles. Sept 1, 1998.
9. Gill LJ. Warning letter to John Fisher, November 18, 1999.
10. Ear candling. Health Canada Web site, Revised Dec. 15, 2006
 

Voir commentaires des lecteurs au site original: Why Ear Candling is Not a Good Idea

 

Au sujet de l'auteur:

Le docteur Roazen est urgentologue à New York, NY.

Cet article a été revisé le 18 sept. 2007; et mise-à-jour en français le 9 déc. 2009

 

Retour à la page d'accueil