Trucs pratiques pour le contrôle du Syndrôme du Colon Irritable

Stephen Barrett, M.D.

Le syndrôme du colon irritable (SCI) -- aussi appelé colon irritable ou spastique -- est un problème fonctionnel intestinal caractérisé par un inconfort abdominal récurrent et une irrégularité. L'inconfort souvent débute après les repas et disparait après une selle. Les symptômes peuvent inclure des crampes abdominales, du ballonnement, de la constipation, de la diarrhée et une sensation d'évacuation incomplète.

Le SCI survient chez un sur cinq américains, surtout chez les femmes, et plus souvent durant des périodes de stress émotionnel. Il débute habituellement à la fin de l'adolescence ou au début de l'âge adulte et rarement après l'âge de 50 ans. Dans les cas sévères, il peut nuire au travail et aux activités sociales. Malgré de l'aide efficace, plusieurs personnes avec ce syndrôme son trop timides, pessimistes, ou sont réticents d'en parler à leur médecin. Pire encore, ceux qui consultent reçoivent peu de sympathie ou conseils et concluent qu'il n'y a rien à faire.

La cause des symptômes

Durant la digestion normale, les aliments sont métabolisés dans l'estomac et le petit intestin pour que les nutritifs soient absorbés par l'organisme. Les portions partiellemnt ou non digérées -- la plupart à l'état liquide -- entrent dans le gros intestin (le colon) où la majeure partie de l'eau est ré-absorbée. Le mouvement intestinale (péristalsis), une contraction des muscles des parois intestinales sous forme de vague fait progresser le contenu. Quand tout fonctionne bien, le résultat est une selle solide mais quand même assez molle pour être évacuée facilement.

La diète, les habitudes alimentaires, le stress et des facteurs environnementaux variés peuvent modifier le fonctionnement normal des intestins. Si les intestins se contractent trop ou pas assez, le mouvement des aliments partiellement digérés peut se faire trop rapidement ou trop lentement à travers le système digestif. Si ça bouge trop vite on a de la diarrhée, parce pas assez d'eau a été ré-absorbée. Si la fonction est trop lente, c'est la constipation, parce que trop d'eau est absorbée. Si la contraction est plus marquée, des spasmes sont créées et on a des crampes. Toutefois, la diarrhée peut se manifester sans crampes ou douleur.

Les symptômes du SCI surviennent après les repas à cause du réflèxe gastro-colique -- mouvement augmenté du contenu intestinal en réponse aux aliments entrant dans l'estomac. La force de ce réflèxe peut être influencée par le volume et la température des aliments et le nombre de calories. Des repas plus gros (particulièrement en teneur haute de gras) et des grandes quantités de boissons froides peuvent déclancher des crises de SCI.

Évaluation médicale

Un questionnaire détaillé et un examen physique sont nécessaires. Une évaluation additionnelle dépend de l'âge du patient, son état de santé, et ses symptômes. Si les symptômes sont présents depuis une longue période et typiques, le médecin peut se fier seulement sur la description du patient pour faire un diagnostic de SCI. Si les symptômes sont récents, des analyses sont nécessaires pour être certain qu'une infection, une inflammation ou une tumeur ne serait pas responsable. Les analyses peuvent inclure des analyses sanguines, des analyses des selles, des radiographies et une coloscopie (un examen du colon utilisant un instrument tubulaire endoscopique).

Trucs de contrôle

La première étape pour le contrôle du SCI devrait être d'identifier les éléments déclencheurs des symptômes. Les facteurs à considérer sont des intolérances alimentaires, des habitudes d'alimentation, des facteurs diététiques, le stress emotionnel, des habitudes d'exercice, l'emploi de laxatifs et la prise de vitamine C. Un quotidien peut aider pour faire leur lien avec les symptômes.

Plusieurs personnes avec le SCI ont de la difficulté à digérer le lactose (sucre contenu dans le lait). Cela est dû à une déficience de lactase, une enzyme normalement produite par les cellules de la paroi de l'intestin grêle (le petit intestin). Le lactase métabolise le lactose en substances plus simples qui sont absorbées dans le sang. Quand il n'y a pas suffisemment de lactase, le lactose non digéré peut fermenter dans le colon et causer des nausées, des crampes, du ballonnement, de la flatulence et de la diarrhée débutant près de 30 minutes à 2 heures après avoir consommé des aliments contenant du lactose. L'intensité des symptômes varie avec la quantité de lactose que le patient peut tolérer. Pour déterminer si l'intolérance du lactose est un facteur dans le SCI, le patient peut faire des expériences pour voir si ses symptômes seraient reliés à la consommation de lait. Des tests de laboratoire peuvent être utiles.  Si l'intolérance du lactose est significative, des gouttes ou comprimés de lactase peuvent être ajoutés au lait ordinaire, substituer le lait par des produits à faible teneur en lactose, ou on cesse les produits laitiers (dans ce cas, le patient devrait prendre des suppléments de calcium).

Le ballonnement ou des gazes excessifs peuvent aussi être associés aux habitudes d'alimentation et la diète. Boire des breuvages gazeux peut produire des gazes dans les intestins et causer des douleurs abdominales. Boire ou manger trop vite, mâcher de la gomme, fumer, avaler de l'air de façon nerveuse, ou avoir des prothèses dentaires mal ajustées peuvent faire avaler des grandes quantités d'air dont certaines peuvent atteindre le gros intestin. Certains aliments produisent de gazes, comme les fèves, les oignons, le broccoli et le chou. Manger plus lentement ou minimiser sur les ces aliments peut aider.

Puisque la cafféine peut augmenter la motilité intestinale, les personnes présentant le SCI devraient éviter ou restraindre les breuvages contenant de la cafféine comme le café et les colas cafféinés. Le fructose ou le sorbitol (un substitut pour le sucre) peut donner de la diarrhée chez certaines personnes. Puisque des suppléments de vitamine C de plus d'un gramme par jour peuvent causer la diarrhée, les patients ayant des selles relâchées chroniquement devraient être avisés de les éviter.

Le délai inutile dans la défécation devrait être évité. Lorsque le besoin est senti, laissant les selles demeurées dans le colon peut contribuer à la constipation parce que plus longtemps le contenu demeure, plus de liquide est absorbé. L'emploi de certains laxatifs peut perpétuer la constipation parce que le gros intestin peut en devenir dépendant. Les personnes avec le SCI ne devraient pas prendre des laxatifs puissants.

Augmenter le contenu de fibres dans la diète ou prendre des ramollisseurs de selles comme la methylcellulose ou le psyllium peut aider à régulariser les selles et réduire la constipation et la diarrhée. Augmenter les fibres diététiques devrait être fait graduellement pour donner à l'organisme le temps de s'adapter. Les médicaments sur prescription sont disponibles pour ralentir le péristalsisme et pour réduire le spasmes intestinaux.

Chez les patients avec douleur abdominale, de la médication, un bain chaud ou une bouillotte appliquée sur l'abdomen peut soulager une crise aigüe. Les antispasmodiques aussi peut prévenir les crises. Si une certain type d'activité est connu comme déclencheur

de crises, prendre un antispasmodique avant l'activité peut les prévenir. Si des sources de stress modifiables sont découvertes, les résoudre peut aider. L'exercice régulier peut aussi aider à la régularité.

Cet article a été affiché au site original le 7 juin, 2000. Traduction affichée que le 18 fév. 2010