Diètes à basse teneur en glucides

 

Stephen Barrett, M.D.

 

Plusieurs promoteurs  de régimes alimentaires voudraient nous faire croire qu'une substance spéciale ou une combinaison d'aliments va automatiquement se traduire par une perte de poids. C'est absolument faux. Pour perdre du poids, on doit manger moins, faire plus d'exercice ou les deux.

On considère qu'une livre de poids corporel correspond à 3 500 calories. Si on espère perdre une livre de poids par semaine, on doit consommer 500 calories de moins à métaboliser par jour. La plupart des diètes à la vogue, si suivies de très près, vont produire une perte de poids &endash; simplement avec la réduction en calories consommées. Mais elles deviennent monotones trop souvent et sont parfois dangereuses à long terme. De plus, ceux qui suivent ces diètes vont négliger d'améliorer leurs exercices et avec leurs habitudes alimentaires le poids va revenir à ce qu'il était  -- et va même augmenter. Mon conseil aux personnes qui considèrent une diète basse en glucides est de ne pas l'essayer soi-même en lisant un livre mais de consulter un médecin qui va pouvoir faire un suivi approprié.

La façon la plus catégorique de réduire la consommation calorique est de cesser de manger complètement. Après quelques jours, les lipides et les protéines sont métabolisés pour produire l'énergie. Les lipides sont réduits à des acides gras qui peuvent être utilisés comme combustible. Avec moins de glucides, les acides gras peuvent être métabolisés partiellement ce qui va produire des corps cétoniques et un état de cétose. Le jeûne prolongé est dangereux parce qu'il cause le métabolisme des protéines corporelles des muscles, du coeur et d'autres organes vitaux.

Une diète réduite en glucides peut aussi produire une cétose, mais si structurée proprement, elle peut combler les besoins nutritionnels de l'organisme avec les protéines et lipides diététiques, les lipides de l'organisme, ainsi que le glycogène pour que les muscles soient conservés [1]. Au début, il se produit une très grande perte d'eau donnant l'impression à la personne qui suit cette diète qu'elle perd déjà du poids. Toutefois, le plus gros de la perte est de l'eau plutôt que du gras, qui va être temporaire, cancellée avec le prochain repas. L'appétit, souvent réduit durant la cétose, aussi revient lorsque l'on reprend une diète équilibrée. Autrefois, on croyait que les patients réduisaient leur apport calorique parce que les restrictions d'aliments rendaient la diète basse en glucides monotone. Toutefois, les théories courantes suggèrent que la diminution de l'appétit soit hormonale [2].

Le régime bas en glucides le plus utilisé est celui préconisé par  Robert C. Atkins, M.D. de la ville de New York, récemment décédé. Des millions de copies de son livre publié en 1972, Dr. Atkins' Diet Revolution ont été vendus dans les deux premières années. Une mise à jour de son livre en 1992, Dr. Atkins' New Diet Revolution, s'est vendu encore plus. La dernière version de son régime consiste en quatre étapes: une phase ¨d'intégration¨ de 2 semaines, durant laquelle le but est de réduire la consommation de glucides à en dessous de 20 grammes par jour, et de trois phases durant lesquelles la consommation de glucides est progressivement augmentée mais quand même gardée en dessous de ce que Atkins appelle ¨votre niveau critique de glucides¨pour la perte ou le maintien du poids [3]. La personne qui suit ce régime peut manger des aliments non-glucides autant qu'elle veut ¨quand elle a faim¨, mais la cétose tend à diminuer l'appétit. Le régime comprend une vérification des corps cétoniques dans l'urine pour assurer le taux désiré de cétose. Atkins recommande aussi des grandes quantités de suppléments nutritifs.

Résultats de recherche

Le AMA Council on Foods and Nutrition [4], Consumer Reports [5], et plusieurs experts sont d'accord dans leur avertissement que la consommation illimitée de lipides saturées comprise dans le régime d'Atkins serait un risque de maladie cardiaque. En 2000, des experts à l'Unversity of Kentucky ont fait une analyse informatique d'échantillons des menus d'une semaine et voici ce qu'ils ont rapporté:

Une autre étude a été entreprise par des chercheurs au Bassett Research Institute à Cooperstown, New York, qui ont fait un suivi de 18 personnes sur le régime de Atkins pendant un mois. Durant la phase d'intégration de la diète, les sujets auraient consommé 1 419 calories par jour, comparés à 2 481 calories par jour avant d'entreprendre le régime, et auraient perdu une moyenne de 8 livres . Dans la seconde phase, ils consommaient en moyenne 1 500 calories par jour et auraient perdu 3 livres additionnelles en deux semaines. Dans la phase suivante, les sujets dans les deux phases ont réduit leurs glucides par plus de 90%, mais la quantité réelle ne changeait rien. Certains patients se sentaient fatigués, et d'autres présentaient des nausées sur ce régime. La majorité avait hâte de retourner à leur diète régulière [7].

Une autre étude aurait démontré que (a) 41 personnes obèses qui ont suivi la diète de Atkins pendant 6 mois auraient perdu une moyenne de 10% de leur poids initial; (b) la plupart ont vu leur cholestérol baisser de 5%; (c) certains ont augmenté leur taux de cholestérol; et (d) 20 sujets qui ont persisté avec le programme auraient maintenu leur perte de poids pendant un an [8].

Dans une autre étude, les chercheurs qui s'occupent du National Weight Control Registry ont analysé les régimes de 2 681 membres qui ont maintenu au moins une perte de 30 livres pendant un an ou plus. Parce que la diète de Atkins était utilisée depuis plus de 30 ans, le raisonnement des chercheurs était, que si la diète était efficace, cette efficacité aurait du être très bien représentée. Toutefois, ils ont trouvé que moins de 1% de ces sujets ayant réussi avec le régime de Atkins avaient suivi la diète en consommant moins que 24% de leurs calories sous forme de glucides. La durée moyenne de la perte de poids maintenue dans ce groupe était de 19 mois, tandis que la durée moyenne des sujets qui consommaient plus que 24% de leurs calories quotidiennes sous forme de glucides était de 36 mois. Parce que si peu de sujets sur la diète Atkins se trouvaient dans le registre, les chercheurs ont conclu que le régime Atkins ne puisse pas créer ¨l'avantage métabolique¨ qu'on lui prétendait [9], 

Le comité sur la nutrition de l'American Heart Association a émis un avertissement scientifique consultatif soulignant que les diètes à haute teneur en protéines n'ont jamais été démontrées comme efficaces et seraient un risque à la santé. Le rapport portait sur les diètes Atkins, Zone, Protein Power, Sugar Busters et Stillman. Le comité a noté que: 

En 1999. Atkins a créé sa foundation pour assurer des fonds pour la recherche et l'éducation sur le rôle de protocoles nutritionnels avec contrôle des glucides dans le traitement et prévention d'une foule de maladies¨[11]. La disponibilité de fonds a généré de la recherche sérieuse.

En 2002, une étude d'une durée de 6 mois subventionnée par Atkins a démontré que les partisans de la diète Atkins auraient perdu plus de poids qu'un groupe comparable sur un régime à haute teneur en glucides et leurs taux de cholestérol ainsi que des triglycérides étaient améliorés[12]. Toutefois, le taux de sujets qui abandonnaient l'étude était plus élevé dans le groupe sur la diète à basse teneur en glucides et l'amélioration des taux sanguins de lipides ne signifiait pas nécessairement que la diète aurait un effet cardio-protecteur à la longue [13]. En réponse à la publicité au sujet de l'étude, l'American Heart Association a émis cet avertissement:

En 2003, des experts ayant évalué des études dans MEDLINE depuis 1966 ont trouvé que la perte de poids était associée à une durée plus longue de la diète et à une restriction calorique plutôt qu'à la réduction de consommation de glucides. Ils ont conclu que: 

Il n'y a pas assez de preuves permettant des recommandations pour ou contre des diètes à basse teneur en glucides, surtout chez les personnes âgés de plus de 50 ans, pour une durée de plus de 90 jours, ou pour ce qui est des diètes de 20 g ou moins de glucides par jour. Des études publiées, la perte de poids des participants suivant des diètes à teneur basse en glucides était reliée principalement à la consommation réduite de calories et à la durée plus longue de la diète, et non à la réduction des glucides [15].

En juillet 2003, des chercheurs à l'University of Pennsylvania ont rapporté les résultats d'une étude contrôlée de 63 personnes qui étaient choisis au hasard pour suivre la diète d'Atkins ou une diète conventionnelle. Le groupe qui ont suivi la diète basse en glucides d'Atkins ont perdu 4% de plus de poids pendant les premiers 6 mois, mais il n'y avait pas de différence significative entre les deux groupes après un an. La diète basse en glucides semblait améliorer les facteurs de risque pour maladie cardiaque, mais les auteurs ont conclu qu'il fallait plus de recherche sur la sécurité et l'efficacité de ce régime [16]. En juin 2004, Philippe O. Szapary, M.D., professeur adjoint qui a fait partie de l'équipe de l'étude, m'a dit:

Deux études d'un an qui comparaient la diète Atkins avec plusieurs autres diètes populaires ont trouvé que chacune pouvait faire perdre du poids légèrement et diminuer les risques cardiaques des participants qui suivaient leur diète relativement bien [18]. Dans la première étude, la perte moyenne de poids allait de 4.6 livres pour ceux qui suivaient la diète Atkins à 7.3 livres pour ceux qui suivaient la diète Ornish. Dans la seconde étude, la moyenne de perte de poids était entre 10.3 livres pour le groupe Atkins versus 4.8 livres pour le groupe Ornish [19]. Une meta-analyse qui incluait la première de ces études avec quatre autres études a conclu:

Les diètes basses en glucides sans restriction d'énergie semblent au moins aussi efficaces que les diètes basses en lipides sans restrictions d'énergie pour perdre du poids si suivies jusqu'à un an. Toutefois, les changements potentiels favorables dans les taux de triglycerides et le cholestérol HDL doivent être comparés aux changements potentiels non favorables des taux de cholestérol LDL lorsque les diètes basses en glucides pour la perte de poids sont considérées [20].

L'importance d'un suivi prudent est illustré dans le cas de Jody Gorran, un homme d'affaires de la Floride, membre exécutif, qui a poursuivi Atkins Nutritionals, Inc. et la succession Atkins pour présentation déformée négligeante, responsabilité du produit, et des pratiques de commerce injustes. La poursuite en 2004 accusait que le total de cholestérol et le taux de LDL ont changé de très bas à anormalement élevés dans l'espace de deux mois après qu'il a commencé la diète d'Atkins, qu'il a continué à suivre quand même puisque le livre d'Atkins ainsi que le site web d'Atkins le réassuraient que la diète était sans danger. Près de deux ans plus tard, il a développé de l'angine et a nécessité une angioplastie pour débloquer une artère coronarienne qui était presque fermée. Sa poursuite demandait des dommages en plus d'une ordonnance de la cour pour forcer les livres d'Atkins et ses sites web ainsi que la promotion de son produit de prévenir le public que les diètes basses en glucides peuvent être un risque à la santé et augmenter les taux sanguins de cholestérol LDL [21]. La cour a déclaré que la diète consiste en "idées et conseils" qui sont protégés par le First Amendment [22]

En juilet 2008, le New England Journal of Medicine a publié les résultats de la première étude de deux ans portant sur la diète basse en glucides. L'étude a comparé une diète basse en glucides avec une diète de 30% de réduction en lipides recommandée par L'American Heart Association, et une diète "Méditerranéenne" de 35% de réduction de lipides qui incluait des portions d'huile d'olives et de noix. Des 272 participants qui ont complété l'étude, la moyenne de perte de poids était près de 6.3 livres pour le group de la diète basse en lipides, 9.7 livres pour le groupe de la diète "Méditerranéenne", et 10.3 livres pour le groupe de la diète basse en glucides, et le groupe de la diète réduite en lipides aurait montré moins d'amélioration que les deux autres groupes  pour ce qui est des taux sanguins de cholestérol [23]. Plusieurs rapports des médias ont représenté cette étude comme démontrant qu'Atkins avait raison et sa diète s'est avéré plus efficace que les autres deux diètes. Toutefois, de telles conclusions sont simplistes. La moyenne réelle des lipides diététiques dans les trois diètes se situait à 30% pour le groupe 'basse en lipides', 33% pour le groupe Méditerranéen et 40% pour le groupe Atkins. La perte de poids était basse, les différences entre les groupes n'étaient pas trop grandes, et l'étude a été faite avec suivi strict et ne reflète probablement pas ce qui arrive lorsque les personnes suivent une diète eux-mêmes. L'étude ne fait que démontrer qu'une diète 40% réduite en lipides et basse en glucides peut être une option alternative à une diète 30% réduite en lipides, ce que je considère être une diète 'modérément' basse en lipides plutôt que basse en lipides. Malgré que la diète basse en glucides était considérée basée sur la diète Atkins, utilisant les livres d'Atkins pour se construire une diète va probablement donner une diète qui sera réduite en lipides de 45 à 60%.

 

Conclusion

Atkins préconisait sa diète pendant plus de 30 ans et affirmait que plus de 60 000 patients traités dans son centre avaient utilisé sa diète comme protocole primaire. Toutefois, il n'a jamais publié aucune étude durant laquelle les personnes qui utilisaient son régime avaient été suivies sur une période de plusieurs années. Il aurait facile pour lui de cataloguer des donnée simples, mais je n'ai vu aucune évidence qu'il aurait fait cela. Des études récents allant jusqu'à deux ans auraient trouvé que les diètes basses en glucides peuvent causer une perte de poids modeste et réduction des facteurs de risque cardiaques, ce qui signifie qu'elles sont plus sécuritaires qu'on les considérait autrefois. Toutefois, il n'a pas été déterminé si de telles diètes sont sans danger si suivies pour des longues périodes ou si elles peuvent réduire l'incidence de maladie coronarienne.

La popularité des diètes basses en glucides a encouragé les compagnies dans le domaine alimentaire de commercialiser des aliments de basse teneur de glucides pour les personnes voulant "suveiller leur glucides". La plupart de ces aliments contiennent des lipides en plus grande concentration que les aliments qu'ils doivent remplacer. Je crois que les annonces 'low-carb' (teneur de glucides réduite) encouragent ceux qui sont sur une diète ou non de consommeer des aliments en teneur élevée de lipides, ce qui est l'opposé de ce que les autortités médicales et en nutrition ont préconisé pendant des décénies. Suivre une diète basse en glucides sous surveillance médicale peut être raisonnable pour certaines personnes, mais une augmentation de consommation de lipides pour la population en général ne le serait pas. Mon conseil pour les personnes qui considèrent une diète basse en glucides est de ne pas l'essayer soi-même en lisant un livre, mais d'en discuter avec un médecin qui pourrait contrôler ce qu'elles font.

Pour informations additionnelles

Références:

   1. Westman E and others. Low-carbohydrate nutrition and metabolism. American Journal of Clinical Nutrition 86:276-284, 2007.
   2. Boden G and others. Effect of a low-carbohydrate diet on appetite, blood glucose levels, and insulin resistance in obese patients with type 2 diabetes. Annals of Internal Medicine 142:403-411, 2005.
   3. Four steps to a healthy new lifestyle. Atkins Center Web site, accessed April 2001 through February 2005.
   4. White PL. A critique of low-carbohydrate ketogenic weight reduction regimens: A review of Dr. Atkins' diet revolution. JAMA 224:1415-1419, 1973.
   5. Top-selling diets: Lots of gimmicks, little solid advice. Consumer Reports 63:60-61, 1998.
   6. Anderson JW and others. Health advantages and disadvantages of weight-reducing diets: a computer analysis and critical review. Journal of the American College of Nutrition 19:578-590, 2000.
   7. Miller BV and others. Effects of a low carbohydrate, high protein diet on renal function. Obesity Research 8(supplement 1):82S, 2000.
   8. Hellmich N. Success of Atkins diet is in the calories. USA Today, Nov 8, 2000.
   9. Wyatt HR and others. Long term weight loss and very low carbohydrate diets in the National Weight Control Registry. Obesity Research 8(suppl 1):87S., 2000.
10. St. Joer TS and others. Dietary protein and weight reduction. Circulation 104:1869-1974, 2001.
11. Robert C. Atkins, M.D., world-famous nutrition expert and best-selling author dies at 72. Atkins Center news release, April 17, 2003.
12. Westman EC and others. Effect of 6-month adherence to a very low carbohydrate diet program. American Journal Medicine 113:30-36, 2002.
13. Fumento M. Hold the lard: The Atkins diet still doesn't work.
14. American Heart Association statement on high-protein, low-carbohydrate diet study presented at scientific sessions. American Heart Association press release, Nov 19, 2002.
15. Bravata DM and others. Efficacy and safety of low-carbohydrate diets: A systematic review. JAMA 289:1837-1850, 2003.
16. Foster GD and others. A multicenter, randomized, controlled trial of a low-carbohydrate diet for obesity. New England Journal of Medicine 348:2082-2090, 2003.
17. Szapary P. Telephone interview by Dr. Stephen Barrett, June 24, 2004.
18. Dansinger ML and others. Comparison of the Atkins, Ornish, Weight Watchers, and Zone diets for weight loss and heart disease risk reduction: a randomized trial. JAMA 593:43-53, 2005
19. Gardner CD and others. Comparison of the Atkins, Zone, Ornish, and LEARN diets for change in weight and related risk factors among overweight premenopausal women. The A TO Z Weight Loss Study: A randomized trial. JAMA 297:969-977, 2007.
20. Nordmann AJ and others. Effects of low-carbohydrate vs low-fat diets on weight loss and cardiovascular risk factors. A meta-analysis of randomized controlled trials. Archives of Internal Medicine 166:285-293, 2006.
21. Complaint. Jody Gorran v. Atkins Nutritionals Inc. Palm Beach (Florida) County Court, filed May 26, 2004.
22. Opinion. Jody Gorran v. Atkins Nutritionals Inc. U.S. District Court for the Southern District of New York. Case No. 05 Civ. 10679 (DC). Filed Dec 11, 2006.
23. Shai and others. Weight loss with a low-carbohydrate, Mediterranean, or low-fat diet. New England Journal of Medicine 359:229-241, 2008.

Cet artilcle a été revisé le 18 avril, 2003. Article revisé et corrections apportées par M Robert Lesage le 24 avril, 2006. Mise à jour le 7 janv. 2010.