Facteurs de risque de maladie cardio-vasculaire

 

Stephen Barrett, M.D.

 

Les maladies cardio-vasculaires sont en première place comme causes de décès aux Etats-Unis. La majorité des cas sont reliés à l'athérosclérose, une condition dans laquelle le cholestérol, le gras, et le tissu fibreux s'accumulent dans les parois des artères de grand et moyen calibre.

Dans la maladie coronarienne (coronary heart disease ou CHD), les artères du muscle cardiaque (le myocarde) sont rétrécies. L'apport sanguin au coeur réduit peut causer une douleur thoracique ou l'angine (angina pectoris) ou d'autres symptômes, provoqués habituellement par l'effort. Si un vaisseau sanguin rétréci est complètement bloqué par un caillot, la zone cardiaque en amont est dépourvue d'oxygène et de nutritifs, ce qui se traduit en une crise cardiaque (infarctus du myocarde.)

Comme d'autres processus de maladie dégénérative, l'athérosclérose peut prendre des années à se développer. La diète est un facteur puisque les dépôts dans les parois des vaisseaux contiennent des taux élevés de gras et de cholestérol. Des études faites chez les humains et animaux ont démontré des liens entre les habitudes alimentaires et l'athérosclérose.

Au moins dix facteurs de risque peuvent prédire les chances de CHD (maladie cardiaque coronarienne): l'hérédité, le sexe masculin, l'âge avancé, le tabagisme, l'hypertension, le diabète, l'obésité (surtout excès de gras abdominal), manque d'activité physique, et des taux élevés de cholestérol et d'homocystéine sanguins. Plus le nombre de facteurs de risques est grand, plus les chances sont grandes de développer la maladie cardiaque. L'hérédité, le sexe, et l'âge ne peuvent pas être modifiés, mais les autres peuvent être influencés par le comportement de l'individu.

Plusieurs de ces facteurs de risque sont étroitement liés. L'obésité, le manque d'exercice, et le tabagisme peuvent augmenter la pression artérielle et influencer de façon adverse les taux sanguins de cholestérol. Plusieurs études suggèrent que l'exposition à la fumée passive peut aussi augmenter les risques de développer la maladie cardiaque [1,2]. Certains experts croient que le stress émotionnel est un facteur de risque, mais l'évidence en faveur de ce facteur n'est pas catégorique.

L'exercice offre beaucoup de bénéfices. Les gens qui s'exercent tendent à vivre plus longtemps et avoir moins de maladie cardio-vasculaire que ceux qui ne font pas d'exercice [3]. Un programme d'exercice bien structuré peut augmenter l'énergie et l'endurance, baisser la pression artérielle, améliorer les taux sanguins de cholestérol, aider à contrôler le poids, diminuer les taux de sucre sanguin, réduire le stress, améliorer le sommeil, et aider à prévenir l'ostéoporose. L'exercice vigoureux est avantageux, mais même l'exercice modéré a des effets protecteurs importants [4].

Les taux sanguins de cholestérol devraient être déterminés par un test appelé analyse lipidienne (ou profil lipidien), qui mesure les taux de lipoprotéines de densité basse (LDL), les lipoprotéines de densité élevée (HDL), et les triglycerides, aussi bien que les taux de cholestérol total. Si le LDL est trop élevé ou le HDL trop bas, un programme médicalement supervisé devrait être amorçé. Le National Cholesterol Education Program recommande de mesurer les taux de cholestérol au moins aux cinq ans [5] plus souvent chez les gens avec des taux élevés.

Le U.S. Surgeon General's Office offre beaucoup d'information sur les moyens de cesser de fumer.

Références

1. Steenland K. Passive smoking and the risk of heart disease. JAMA
267:94-99, 1992.
2. Kawachi I and others. A prospective study of passive smoking and coronary
heart disease. Circulation 95:2374-2379, 1997.
3. Blair SN and others. Changes in physical fitness and all-cause mortality:
A prospective study of healthy and unhealthy men. JAMA 273:1093-1098, 1995.
4. Lee, I, Hsich C, Paffenbarger RS. Exercise intensity and longevity in
men. JAMA 273:1179-1184, 1995
5. Grundy SM and others. Summary of the second report of the National
Cholesterol Education Program (NCEP) expert panel on detection, evaluation,
and treatment of high blood cholesterol in adults. JAMA 269:3015&endash;3023, 1993.
 
Article mis à jour le 20 déc. 2000.
 
Traduction revisée et corrigée par M Robert Lesage, le 27 sept. 2005

Retour à la page d'accueil