Glucosamine et Chondroïtine pour l'Arthrite:

Effet Bénéfique peu Probable

 

Stephen Barrett, M.D.

 

L'ostéoarthrite (OA), la forme d'arthrite la plus courante, est une maladie dégénérative des articulations. Malgré parfois pouvant causer une inflammation aigue, l'évolution est la plupart du temps une dégénérescence progressive du cartilage des articulations avec la formation de saillies osseuses dans certaines articulations. Des facteurs de risque sont le traumatisme aux articulations, la répétition de fonctions occupationnelles, et l'obésité. La maladie affecte les personnes de plus de 60 ans le plus souvent et près de 16 millions nécessitent des soins médicaux. Le but principal du traitement est le soulagement de la douleur.

Dans les dernières années, la glucosamine et la chondroïtine ont été popularisés comme traitement de l'OA. La glucosamine, un sucre aminé, serait considéré efficace pour promouvoir la formation et la réparation du cartilage. La chondroïtine, une hydrate de carbone, est une composante du cartilage qui aiderait à l'hydratation et à l'élasticité et inhibirait les enzymes responsables de la dégénérescence du cartilage. Les deux composés sont produits par l'organisme. Les suppléments de glucosamine sont dérivés des carcasses de crustacés; les suppléments de chondroïtine sont habituellement fait à partir du cartilage de bovins.

Résultats de recherche

Des études de laboratoire suggèrent que la glucosamine puisse stimuler la production de protéines nécessaires à la formation du cartilage. D'autres études suggèrent que la chondroïtine empêcherait la prodution d'enzymes responsables de la destruction du cartilage et aurait un effet anti-inflammatoire. Des études chez les humains auraient démontré que l'un ou l'autre produit soulagerait la douleur de l'arthrite ainsi que la raideur avec moins d'effets secondaires que les médicaments conventionnels pour l'arthrite. D'autres études n'ont pas démontré d'effet bénéfique. Comme les recherches s'accumulaient, des organismes d'experts dans leur évaluation ont été prudents parce que, malgré des reportages positifs étaient plus nombreux que des  reportages négatifs, les conclusione négatives étaient basés sur des études plus élaborées et mieux structurées [1]. De plus, la conclusion que les effets bénéfiques de la glucosamine soient supérieurs aux médicaments conventionnels comme l'acétaminophène, les AINS traditionnels, ou les inhibiteurs Cox-3 sélectifs n'a pas été établie [2].

L'étude la plus élaborée et la mieux structurée d'essais cliniques est la Glucosamine/chondroitin Arthritis Intervention Trial (GAIT), qui est subventionnée par le National Institutes of Health. À date, le GAIT a produit deux ensembles de résultats négatifs.  En 2006, les chercheurs ont fait leur rapport après une étude de 24 semaines portant sur 1583 patients choisis au hasard qui prenaient soit 500 mg de chlorhydrate de glucosamine trois fois par jour, soit 400 mg. de sulfate de chondroïtine sodique trois fois par jour, soit 500 mg de glucosamine avec 400 mg de sulfate de chondroïtine trois fois par jour, soit 200 mg. de celecoxib (Celebrex) par jour, ou un placebo. L'étude a démontré que la glucosamine et la chondroïtine, seule ou ensemble, n'a pas réduit la douleur ostéo-arthritique du genou plus qu'un placébo. Le groupe prenant le médicament était amélioré près de 17% comparé au groupe placébo [3].

Le rapport ci-haut était accompagné de l'éditorial suivant qui concluait:

[Se basant sur cette étude], il semble prudent d'avertir nos patients que comme traitement d'ostéo-arthrite symptomatique du genou, ni le chlorhydrate de glucosamine ni le sulfate de chondroïtine a été démontrée comme étant plus efficace qu'un placébo. Si les patients choisissent de prendre des suppléments diététiques pour contrôler leurs symptômes, ils devraient être avisés de prendre le sulfate de glucosamine plutôt que le chlorhydrate de glucosamine et, pour ceux présentant une douleur plus intense, prendre le sufate de chondroïtine avec le sulfate de glucosamine aurait un effect additif. Trois mois de traitement serait une période suffisante pour évaluer son effet; s'il n'y a pas de réduction clinique significative des symptômes après cette période, les suppléments devraient être cessés. De plus, il n'y a aucune évidence que ces agents préviennent l'ostéo-arthrite chez les personnes en bonne santé ou chez celles présentant de la douleur aux genoux ayant des radiographies normales [4].

En 2007, une autre étude bien structurée portant sur 71 patients avec ostéo-arthrite du genou, suvis pendant un an. L'étude n'a pas trouvé de différences significatives dans la fonction et la douleur entre le groupe traité comparé au groupe recevant un placébo [5]. Plus tard dans l'année en question, une méta-analyse a conclu: "Des essais cliniques élaborés de méthodologie saine indiquent que l'effet symptomatique bénéfique de la chondroïtine est minime ou inexistant. L'usage de la chondroïtine dans la pratique clinique courante devrait alors être découragée."[6]

Pour évaluer si la glucosamine et/ou la chondroïtine diminue les dommages structurels de l'ostéo-arthrite, les patients du GAIT intéressés étaient offerts l'opportunité de poursuivre l'étude originale pour 18 autres mois, pour un total de 2 ans [7]. Près de 570 patients ont pris part à l'étude. En 2008, les chercheurs ont rapporté qu'aucun des groupes traités a montré un effet bénéfique structurel (ralentissement du rétrécissement de l'espace articulaire.) Les  chercheurs ont exprimé de l'espoir que des recherches additionnelles puissent trouver un sous-groupe de patients qui pourraient bénéficier du traitement, mais je ne partage pas leur optimisme.

 

Produits

Aux Etats-Unis, la glucosamine et la chondroitine sont vendues comme des "suppléments diététiques." La glucosamine est disponible sous plusieurs formes, incluant le sulfate, d'hydrochlorure, et le N-acetylglucosamine (NAG), et elle peut contenir le chlorure de potassium ou du NaCl. Cependant, il n'y a pas de preuve quelconque qu'une forme soit meilleure qu'une autre. La chondroïtine est typiquement vendue sous forme de sulfate.

En déc. 1999 et janv. 2000, ConsumerLab.com aurait évalué 25 marques de glucosamine, de chondroitine et des produits de combinaison de ces deux produits et a trouvé que (a) les dix sortes de glucosamine ont réussi l'épreuve mais deux sortes de chondroitine et six des 13 combinaisons des deux produits n'ont pas passé l'épreuve (à cause du niveau de chondroitine qui est était trop bas). En janv. 2001, une combinaison des deux produits a été enlevé du marché à cause du contenu trop élevé de manganèse.[8] Un rapport plus récent de ConsumerLab déclare que 8 des 8 produits de glucosamine évalués contenaient la quantité qui paraîssait sur l'étiquette, mais 2 de 2 produits de chondroïtine ne le contanait pas [9].

En 2001, Consumer Reports a évalué 19 produits et a rapporté:

La plupart. . . était raisonnablement normalisés, livrant au moins 90 % de la quantité de glucosamine et de chondroitine annoncée sur l'étiquette, permettant la norme pour les suppléments proposée par la U.S. Pharmacopea, responsable des normes pour les médicaments qu"elle propose aussi pour les suppléments. Mais quatre produits --Now Double Strength Glucosamine & Chondroitin, ArthxDS Glucosamine Chondroitin, Solgar Extra Strength Glucosamine Chondroitin Complex, et le Now Chondroitin Sulfate -- n'ont pas été jugés conformes aux normes. Deux produits -- Solgar Extra Strength Glucosamine Chondroitin Complex et Twinlab CSA (Chrondroitin Sulfate) -- ne recommandaient pas assez de comprimés par jour selon les études cliniques favorables. Plusieurs autres donnaient la dose quotidienne recommandée comme marge permettant les consommateurs de prendre une dose possiblement inadéquate [10].

 

 Considérations de sécurité

Aucune étude n'aurait trouvé d'effets secondaires sérieux avec l'utilisation de la glucosamine et de la chondroitine. Les effets secondaires les plus courants sont l'augmentation de gases intestinaux et des selles plus molles. Toutefois, la recherche chez des animaux a soulevé la possibilité que la glucosamine puisse aggraver la résistance à l'insuline, une cause majeur du diabète. À date, des études chez les humains n'ont pas confirmé ce risque. Toutefois, les diabétiques devraient vérifier leur glycémie plus étroitement s'ils utilisent ce supplément. Il n'y a eu aucun rapport de réactions allergiques à la glucosamine. Mais puisqu'ellle provient de carapaces de fruits de mer, les gens allergiques aux fruis de mer devraient l'utiliser prudemment,, se méfier de réactions, ou l'éviter complèment. Pour ce qui est de la chondroitine, elle peut causer des saignements chez des gens qui présentent un temps de saignement anormal ou s'ils prennent des anti-coagulants.

En 2001, Vital Nutrients ont rappelé deux produits (Vital Nutrients Joint Ease et Verified Quality Joint Comfort) qui apparemment contenaient l'acide aristolochique, une substance qui peut causer une toxicité rénale et le cancer [11].

En 2008, un journal écossais a rapporté que des personnes seraient mortes de défaillance rénale dans des semaines après avoir pris de la glucosamine [12]. Malgré qu'aucune preuve à l'appui, des médecins locaux ont émis un avertissement.

Conclusions:

 La chondroïtine semble inutile. Si la glucosamine serait utile n'est pas clair, mais les meilleures études publiées à date ne semblent pas en faveur. Cela signifie que l'évidence négative va éventuellement être acceptée. La décision de prendre la glucosamine doit être basée sur des données actuellement moins concluantes que désirées. De plus, le contrôle de qualité du produit peut être un problème. Voici mes recommandations:

 

 Références:

1. Bausell RB. Snake Oil Science: The Truth about Alternative and Complementary Medicine. New York: Oxford University Press, 2007, pp 251.
2. Update on glucosamine for osteoarthritis. Medical Letter 43:111-112, 2001.
3. Clegg DO and others. Glucosamine, chondroitin sulfate, and the two in combination for painful knee osteoarthritis. New England Journal of Medicine 354:795-808, 2006.
4. Hochberg MC. Nutritional supplements for knee osteoarthritis—Still no resolution. New England Journal of medicine 354:848-850, 2006.
5. Sawitzke AD and others. The effect of glucosamine and/or chondroitin sulfate on the progression of knee osteoarthritis: A report from the Glucosamine/chondroitin Arthritis Intervention Trial. Arthritis & Rheumatism 58:3183-3191, 2008.
6. Reichenbach S, and others. Meta-analysis: chondroitin for osteoarthritis of the knee or hip. Annals of Internal Medicine 146:580-590, 2007.
7. Messier SP and others. Glucosamine/chondroitin combined with exercise for the treatment of knee osteoarthritis: a preliminary study. Osteoarthritis Cartilage 15:1256-1266, 2007.
8. Product review: GLUCOSAMINE and CHONDROITIN. ConsumerLab Web site, accessed Jan 22, 2002.
9. Product review: Joint supplements (glucosamine, chondroitin, and MSM). ConsumerLab Web site, updated Sep 22, 2007.
10. Joint remedies. Consumer Reports, Jan 2002.
11. Vital Nutrients recalls Joint Ease & Verified Quality Brand Joint Comfort Complex because of adverse health risk associated with aristolochic acid. News release, May 24, 2001.
12. MacDermid A. Death sparks safety concern over popular pain remedy. The Herald (Glasgow, Scotland) , March 4, 2008. 

 

Cet article a été revisé originalement le 14 déc. 2008. La version française le 20 nov. 2009

Retour à la page d'accueil