La DHEA: ignorez toute la publicité

 

P.J. Skerret

 

Les média ont appelé la DHEA "la mère de toutes les hormones." Un livre récent l'appelle une "superhormone." Sur l'Internet, elle est annoncée comme "l'hormone de la fontaine de jouvance."

Dans les différents média et l'opinion publique, la DHEA est la reine, une pilule qui peut nous faire: vivre plus longtemps, perdre du poids ou engraisser, prévenir le cancer, la maladie cardiaque et d'Alzheimer, et combattre le SIDA et autres maladies infectieuses. Le crescendo d'éloges pour cette hormone a noyé les sérieuses précautions que les plus grands chercheurs soulèvent:

"La première chose que vous devez dire à vos lecteurs est que l'on connait très peusur la DHEA. La publicité est hors de contrôle, et je dois souligner de façon
importante qu'elle doit être utilisée avec prudence, ou pas du tout, jusqu'à temps
qu'on la connaisse davantage," dit Samuel Yen, M.D., professeur de médecine
reproductive à l'Université de Californie, San Diego. Les rapports des média et les annonces citent ses études des gens qui ont utilisé les suppléments DHEA pendant trois mois comme preuve que l'hormone est efficace."
 
 
"Personne devrait prendre la DHEA sauf sous surveillance d'un médecin, qui devrait de routine vérifier les taux sanguins de stéroïdes et cholestérol, la tolérance au glucose, et l'état de la prostate chez les hommes," dit John Nestle, M.D., professeur d'endocrinologie et métabolisme à l'Universté de Virginia Commonwealth, qui étudit les effets de la DHEA sur le diabète et la coagulation.
 
"La DHEA est 'l'huile de serpent' des années '90. Le fait que les gens utilisent une drogue sur laquelle nous connaissons rien m'inquiète ("makes me very nervous"). Je ne la recommande pas," dit Elizabeth Barrett-Connor, M.D., professeur et titulaire du département de médecine familiale et préventive à l'Université de Californie, San Diego. Ses études des taux de la DHEA naturelle chez les personnes âgées suggèrent que des taux plus élevés pourraient protéger les hommes de maladie cardiaque.

"La vente d'hormones stéroïdes concentrées dans des magasins d'aliments naturels ou par la poste peut être un désastre en puissance. La DHEA devrait être classifiée comme une drogue sous investigation et utilisée seulement en recherche clinique jusqu'au moment où nous apprenions ses propriétés et effets secondaires," dit Peter Hornsby, Ph.D., professeur associé de biologie cellulaire au Collège de Médecine Baylor. Son équipe vient tout juste d'identifier les cellules de l'organisme qui produisent la DHEA.

Pourquoi de tels commentaires sérieux de chercheurs qui pensent que la DHEA puisse un jour avoir une indication médicale? A date, il n'y aucune preuve solide que des suppléments de la DHEA ont des effets bénéfiques chez l'homme. Il n'y a non plus de preuve qu'ils sont sans dangers. "Malheureusement, nous ne voyons pas les problèmes associés aux hormones que des années plus tard," dit Peter Casson, M.D., professeur associé d'obstétrique et gynécologie au Collège de Medecine Baylor. Il donna comme exemple le taux élevé de cancer du sein chez les femmes qui prenaient le diethylstilbestrol (DES) pour prévenir l'avortement, qui a été découvert seulement après de années d'utilisation

Qu'est-ce que la DHEA?

La dehydroépiandrostérone, ou DHEA, est une hormone stéroïde, une cousine chimique de la testostérone et l'estrogène. Elle est produite du cholestérol par les surrénales, situées au dessus des reins. Pour les premières années de vie, les surrénales produisent très peu de DHEA. Elles commencent à en produire vers l'âge de 6 ou 7 ans. . La production est au maximum dans le milieu de la vingtaine, quand la DHEA est la plus concentrée des hormones en circulation. Dès le début de la trentaine, il y a une décroisance progressive dans la production de la DHEA , et les personnes de 75 ans n'ont que 20% de la DHEA en circulation de ce qu'elles avaient 50 ans plus tôt. A tout âge, les hommes tendent à avoir des taux plus élevés que les femmes.

Par définition, les hormones sont des messagers chimiques faits dans une glande ou tissu qui commence, arrête, ou formule une activité dans un autre tissu. Cela fait de la DHEA un hormone en nom seulement, puisque personne sait ce qu'elle a comme fonction dans l'organisme. Pendant des années on l'a considérée comme un produit chimique secondaire suite à la production des autres hormones. Aujourd'hui, "nous n'avons pas réussi de lui trouver un mécanisme d'action," dit le Dr. Casson.

En réalité, à peu près la seule chose sur laquelle les chercheurs s'entendent c'est que la DHEA est facilement convertie en d'autres hormones, spécialement l'estrogène et la testostérone.

La FDA (Food and Drug Administration) n'est pas sure quoi faire avec les suppléments de DHEA. Il y a dix ans, l'agence aurait dit aux compagnies de cesser la vente de DHEA, qui était commercialisée à l'époque pour la perte de poids, et classifiée comme une drogue nouvelle non approuvée, disponible seulement par prescription. Puis, en 1994, la DHEA a été re-classifiée comme un supplément diététique, permettant sa vente au comptoir.

L'évidence

Le plus gros de la réputation de la DHEA comme une hormone exceptionnelle vient des expériences dans lesquelles les souris ou rats ont été nourris de doses quotidiennes. De telles études ont démontré que la DHEA peut prévenir ou retarder le début du cancer, "le durcissement" des artères, des infections virales mortelles, diminuaient l'immunité, l'obésité, et le diabète. Mais ce qui fonctionne chez les rongeurs ne fonctionne pas nécessairement chez l'humain. Cela peut être spécialement vrai dans ce cas, parce que les rats et souris produisent à peu près 1/10,000 de la DHEA que nous produisons.

Une étude antérieure sur les humains qui soulignait des bénéfices possibles de la DHEA venait du groupe du Dr. Barrett-Connor. Ils ont mesuré les taux de DHEA dans des échantillons sanguins prélevés de près de 2,000 hommes et femmes entre 1972 et 1974 et ont noté combien sont morts de maladie cardiaque. En 1986, ils ont rapporté que les hommes avec des taux de DHEA élevés avaient beaucoup moins de chance de mourir de maladie cardiaque, tandis que les femmes avec des taux élevés de DHEA avaient un plus grand risque. Une analyse plus détaillée publiée tard l'an passé, toutefois, a démontré que les hommes avec des taux plus élevés que la moyenne de DHEA à l'âge de 70 et plus étaient seulement 15% moins susceptibles de mourir de maladie cardiaque, tandis qu'il n'y avait pas d'association entre les taux de DHEA et la maladie cardiaque chez les femmes.

L'évaluation la plus longue et possiblement la plus prudemment dirigée chez les humains vient du Dr. Yen et ses associés. Dans leur plus récente étude, publiée l'an passé dans un numéro spécial de Annals of the New York Academy of Sciences consacré à la DHEA et le veillissement, huit hommes et huit femmes âgés de 50 à 65 ans ont pris soit 100 milligrammes de DHEA ou un placébo identique par la bouche tous les soirs pendant trois mois. Pour les prochains trois mois, ils ont pris la pillule opposée.

Deux semaines après avoir commencé le traitement de DHEA, les taux sanguins de l'hormone étaient un peu plus élevés que la normale chez les jeunes adultes. La masse corporelle non graisseuse a augmenté chez les deux sexes, comme la force musculaire, qui ont aussi agumenté dans le groupe placébo. La masse corporelle graisseuse a diminué chez les hommes mais a augmenté légèrement chez les femmes. Il y avait aussi une augmentation dans certains marqueurs chimiques qui suggérait une amélioration dans la fonction immune, malgré que le nombre de rhumes ou autres maladies n'a pas été évalué.

Une étude antérieure du groupe du Dr Yen a démontré que trois mois de 50 mg de DHEA par jour aurait amélioré de façon significative la sensation de "bien-être," n'a pas amélioré le libido, comme les annonces pour la DHEA souvent maintenaient.

Une autre étude dans laquelle les volontaires ont pris la DHEA a suggéré que cette hormone pourrait aider à traiter la maladie auto-immune, le lupus. Des essais visant à évaluer la capacité de la DHEA de remonter le système immunitaire et conserver la fonction mentale chez les adultes plus âgés sont en marche.

Des expériences sur quelques douzaines de personnes sur une période de six mois n'est pas suffisante pour prouver que le traitement est efficace. "Ce que l'on a besoin réellement à ce point c'est des études cliniques à long terme pour identifier clairement les bénéfices et risques," dit le Dr. Nestler.

Une raison pourquoi de telles expériences sont cruciales c'est que la DHEA a des effets secondaires, dont certains peuvent être irréversibles. Puisque la DHEA est convertie en testostérone, certaines femmes que en prennent vont avoir de l'hirsutisme sur le corps (poils) et au visage (barbe) et, si elles sont plus jeunes que 50 ans, peuvent arrêter de menstruer. La DHEA a aussi été démontrée comme réduisant les taux du cholestérol HDL ("le bon") chez les femmes, et pourrait augmenter le risque de maladie cardiaque, la cause de décès la plus fréquente chez les femmes plus âgées. "On a aucune idée ce que la DHEA pourrait contribuer au risque de cancer du sein," dit le Dr Nesler.

Chez les hommes, les taux augmentés de testostérone observés avec de la DHEA prise tous les jours pourrait stimuler la croissance d'une toute petite tumeur de la prostate qui autrement aurait restée dormante. Un excès de testostérone pourrait aussi causer l'hypertrophie de la prostate, rendant la miction difficile.

Le bas de la page

Beaucoup d'intérêt populaire et scientifique dans la DHEA origine de l'importance que l'on attache à la jeunesse dans notre culture. Si les taux de cette hormone diminue avec l'âge, la pensée est, on pourrait éviter les problèmes de santé qui accompagne le vieillissement -- ou même augmenter notre longévité -- en gardant les taux de la DHEA élevés. Plusieurs personnes déjà prennent de la DHEA en cas que ceci soit vrai. Ca ne serait pas un problème si cette substance était sans danger comme la vitamine C. Mais étant une hormone puissante, la DHEA a le potentiel d'effets secondaires étendus à travers l'organisme.....

Avec la DHEA et le veillissement, il n'y a pas de bénéfices prouvés et quelques risques potentiellement sérieux. Néanmoins, les gens se présentent en foule pour essayer cette substance virtuellement non règlementée, ce qui rend Arthur Feinberg, M.D., éditeur associé de HealthNews craintif:

"Le potentiel d'effets secondaires irréversibles est réel," il dit. "Alors, considérant qu'il n'y a pas d'évidence convainquante d'un bénéfice quelconque ave la DHEA, je crois sincèrement que les gens ne devraient pas l'utiliser."

_____________________

Cet article est reproduit avec permission du numéro du 19 nov. 1996, de HealthNews, un bulletin des publieurs du New England Journal of Medicine.

Avertissement

Durant les deux dernières années, j'ai vu plusieurs cas de problèmes de rythme cardiaque associés à des doses élevées de DHEA et la pregnenolone. J'ai rapporté un tel cas chez un homme qui prenait 50 mg par jour dans le numéro d'oct. 1998 des Annals of Internal Medicine (vol.129, page 588). D'autres effets secondaires incluent l'acné, l'hirsutisme, perte de cheveux, des irrégularités mentruelles, de l'irritabilité et de l'aggressivité. En ce qui me concerne, la DHEA, l'androstenedione ou la pregnenolone ne devraient pas être disponibles au comtoir des pharmacies à des doses plus élevées que 5 mg.

Ray Sahgelian, M.D.

Octobre 1998

Cet article a été revisé le 27 janvier, 2004; mise à jour de la version française faite le 8 déc. 2009.

Retour à la page d'accueil