Accueil » Ressources » Quackwatch en français » Libre choix en santé

 

"Libre choix en santé"

William T. Jarvis, Ph.D.
Stephen Barrett, M.D.

 

Si les charlatans ne peuvent pas gagner en jouant selon les règles, ils essaient de les modifier en passant de l'arène scientifique à l'arène politique. En science médicale, une affirmation est considérée fausse jusqu'à preuve raisonable du contraire. Mais en politique, la même affirmation est acceptée jusqu'à ce qu'elle soit démontrée comme fausse ou dommageable. C'est pour cette raison que les partisans du laetrile, de la chiropratie, de la psychiatrie orthomoléculaire, de la thérapie par chelation, etc. présentent leurs cas et méthodes aux législateurs plutôt qu'à des groupes scientifiques.

Les charlatans utilisent le concept de "libre choix en santé" ("health freedom") afin de détourner l'attention de leurs manoeuvres et l'oritenter du côté des victimes de maladie pour lesquels nous avons une sympathie naturelle. "Ces pauvres gens devraient avoir la liberté de choisir les traitements qu'ils veulent", crient les charlatans - avec des larmes de crocodiles. Ils veulent que nous évitions de regarder deux choses. La première est que personne n'accepte d'être dupé, surtout en ce qui concerne la vie et la santé. Les victimes de maladie ne demandent pas les traitements de charlatans parce qu'elles y ont "droit", mais parce qu'elles ont été trompées et conduites à croire que ces traitements leur offraient un espoir. Deuxièmement, les lois qui nous protègent des traitements ou méthodes sans valeur ne sont pas dirigées vers les victimes de maladie mais vers les promoteurs qui essaient de les exploiter.

Toute menace à la liberté frappe profondément les valeurs culturelles américaines. Mais on doit aussi réaliser que la liberté totale ne serait approuvée que dans une société où tout le monde serait parfaitement honnête - et une telle société n'existe pas. L'expérience nous a enseigné que le charlatanisme peut aussi mener les gens à s'empoisonner ou à empoisonner leurs enfants et amis.

Les lois de la protection du consommateur ont été votées pour protéger les personnes désespérément malades et vulnérables. Ces lois commandent simplement que les produits et services offerts dans le domaine de la santé soient sécuritaires et efficaces. S'il ne s'agissait que de la sécurité, tout produit ou service qui ne vous tue pas sur le coup serait vendu aux crédules. Pour affaiblir la protection, les promoteurs de charlatanisme recherchent des lois pour protéger leurs activités et forcent les compagnies d'assurance à payer.

Il y a des gens qui déclarent que nous sommes soumis à trop de régulation gouvernementale. Mais l'élément important devrait être la qualité et non pas la quantité. Des bonnes lois régulatrices sont importantes. Notre opposition devrait être dirigée vers les mauvaises régulations qui etouffent notre économie et nuisent à notre style de vie inutilement. Les lois de protection du consommateur devraient être préservées.

Malheureusement, quelques politiciens sont aveugles en ce qui a trait à ces principes de base et élargissent le concept de "libre choix en santé" comme s'ils faisaient une faveur à leurs commettants. En réalité, ce "libre choix" constitue "un permis de chasse" pour les charlatans, une "saison ouverte" contre les malades, les effrayés, les abandonnés et les désespérés. Elle représente un retour à la loi de la jungle où les plus forts mangent les faibles.

__________________

Cet article est tiré de The Health Robbers: A Close Look at Quackery in America, édité par Stephen Barrett, M.D., et William T. Jarvis, Ph.D., publié en 1994.

 

Revision et corrections faites par Georges André Tessier le 1er nov. 2003

Retour à la page d'accueil

 

Haut de page
© 2017 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)