Lutte contre le charlatanisme: conseils pour les militants

 

Stephen Barrett, M.D.

 

Beaucoup de gens inquiets au sujet du charlatanisme se demandent ce qu'ils peuvent faire pour le combattre de façon positive. Le premier pas important est de mettre de côté toute idée négative de leur implication. Alors, avant de discuter de toute technique, voyons quels sont les problèmes auxquels les militants auraient à faire face.

Presque tout le monde qui pense à lutter contre le charlatanisme a peur d'avoir des répercussions légales, de se faire poursuivre pour diffamation ou calomnie. Le fait est, toutefois, que si l'on comprend la loi et suit les règles de bon sens on ne risque rien. Pour être diffamatoire, une déclaration doit être méchante, ou fausse, et doit être publiée. La calomnie est semblable mais s'applique à des déclarations verbales et nécessite la preuve de torts réels. Une déclaration diffamatoire est une qui accuse quelqu'un d'être malhonnête, criminel, ou incompétent professionnellement. Celle qui est méchante est faite pour une raison inappropriée, soit par connaissance que la déclaration est fausse ou par un mépris insouciant de la vérité. Il est possible qu'une déclaration soit fausse mais pas diffamatoire. Dans tous les cas, la vérité est une défense complète contre une diffamation ou calomnie. Une déclaration publiée est une qu'une tierce personne voit ou entend dans une lettre, un article, un livre, un enregistrement, ou d'autre medium fixe. Il est possible de diffamer un individu, un petit groupe d'individus, ou un organisme. Mais on ne peut pas diffamer une grande classe d'individus (comme tous les "médecins") ou toute une industrie.

Évitez d'utiliser des noms

Il n'est jamais diffamatoire de critiquer une idée. Alors, il n'y a pas de danger d'attaquer des idées ou d'énumérer des idées caractéristiques de charlatanisme. Il est illégal de mentionner des faits adverses-comme des convictions criminelles ou des pièces d'identité douteuses-au sujet de personnes qui se présentent à la population en déclarant d'avoir des connaissances d'experts. Mais évitez des déclarations au sujet de la motivation (comme "il fait ça uniquement pour l'argent") parce que ça peut être impossible à prouver. L'apparence de malice peut habituellement être évitée en investiguant soigneusement et citant des sources fiables d'information. Aussi, évitez de mentionner les gens par leur nom; et surtout, ne jamais appeler quelqu'un par un qualificatif (comme un "charlatan," un "voleur", ou "un fraudeur") à moins que vous soyez prêts à défendre cette déclaration en cour.

Il devrait être évident suite à cette discussion que les actions anti-charlatanisme basées sur des faits et faites pour des raisons légitimes ne peuvent pas aboutir à des poursuites qui vont réussir. Mais que dire des poursuites dont le but est l'intimidation? Elles surviennent, mais elles sont rares. Il y a très peu de chance d'être poursuivi si personne est nommé et le message que vous transmettez n'est pas fait d'un ton insultant.

Évidemment, pour être plus à l'aise, évitez de critiquer des individus ou des organismes. Critiquez seulement les idées avec lesquelles vous êtes en désaccord, et apportez les bons renseignements. Pour être encore plus sûr, utilisez des mots comme "douteux" (e.g., "Cette idée me paraît douteuse'), ce qui n'est pas diffamatoire.

Certains ont peur que prendre une position contre le charlatanisme va les amener dans des situations publiques de controverse non plaisantes. Malgré que cela peut arriver, beaucoup de gestes efficaces nécessitent aucune exposition à la population. Par exemple, vous pouvez (1) offrir des renseignements ou documentation à un reporter avec une demande de ne pas être cité; (2) envoyer des lettres aux médias en indiquant "pas pour être publiées"; (3) vous plaindre d'annonces fausses aux agences appropriées; (4) encourager les victimes de charlatanisme à procéder avec des poursuites; (5) communiquer avec des législateurs et encourager les autres à le faire aussi; (6) contribuer en temps et/ou en argent à des organismes anti-charlatanisme. Tout cela peut être fait de façon privée et sans risque.

Un manque de confiance peut aussi gêner l'implication. Les non-experts souvent croient que seulement les experts sont efficaces. Même les experts hésitent quand ils ne sont pas sûrs quelle action serait la plus efficace. Néanmoins, malgré que l'expertise soit souhaitable, le nombre de gens qui s'impliquent est souvent plus important que le contenu de ce qu'ils font. De plus, plusieurs actions anti-charlatanisme ne nécessitent pas d'expertise quelconque.

La lutte contre le charlatanisme peut prendre beaucoup de temps. Mais rappelez-vous que s'impliquer (comme dénonçer des réclames qui sont fausses) ne prend que quelques minutes.

Faire face aux média

Beaucoup peut être accompli pour cesser la prolifération de fausse information.

* Si vous vous objectez à une émission, mettez le réalisateur ou le gérant du poste
au courant en lui écrivant ou l'appelant au téléphone. Insistez jusqu'au moment où
vous apprenez la réaction des gens que vous avez rejoints. Si vous rencontrez de la
résistance, demandez à autant de personnes que possible de faire des démarches
semblables. Ne soyez pas découragés si aucune rectification est entreprise; des
protestations peuvent quand même influencer ce qui va arriver dans l'avenir.
 
* Si vous vous objectez à un article dans un journal ou un magazine, écrivez une
lettre à l'éditeur et demandez à d'autres de faire la même chose. Si la publication
est locale, des appels téléphoniques peuvent être utiles parce qu'ils confirment ce
que la personne à qui vous parlez pense de votre plainte. Communiquer avec l'auteur
peut aider à prévenir des difficultés dans l'avenir. Si vous avez des connaissances
d'expert et aimeriez donner une entrevue ou être demandé comme consultant,
transmettez votre intérêt et envoyez des idées et de la documentation pertinente
aux reporters ou éditeurs. Quand la bonne information est publiée, les
expressions d'accord vont encourager d'autres à faire autant.
 
* Les objections aux annonces publicitaires peuvent être faites aux gérants de
publicité, aux éditeurs, et/ou gérants de postes de radio ou télévision. Malgré que
les revenus de publicité puissent avoir plus de poids que votre opinion, les
protestations sont parfois efficaces. Si vous rapportez une fausse réclame à une
agence réglementaire, avisez les média. Les reporters qui croient à la crédibilité
de la presse, vont jouir de la possibilité d'embarrasser leur propre département de
publicité en soulignant votre geste.
 
* Les objections reliées à des sites Web sur l'internet peuvent être envoyées par le
courrier électronique au propriétaire du site ou au gérant. Cela est
particulièrement utile si vous décelez un lien de charlatan sur un site dont
l'information est fondamentalement raisonnable.
 
* Le National Advertising Division (NAD) of the Council of Better Business Bureaus
peuvent avoir un impact sur les messages trompeurs dans la publicité nationale.
Son adresse est 845 Third Avenue, New York, NY 10022.

Faire connaître les activités illégales

Les activités d'apparence suspectes peuvent être rapportées aux agences gouvernementales. Certains hésitent à le faire de peur qu'il seront impliqués dans des controverses légales. Cette peur est inutile, toutefois. Les agences réglementaires font leurs propres investigations et obtiennent des experts d'en dehors si nécessaires. Toute personne a le droit de se plaindre aux agences règlementaires. Si vous le faites, s.v.p. envoyez une copie, dactylographiée, à Quackwatch à B.P. Box 1747, Allentown, PA 18105. Nous allons pouvoir investiguer de notre côté et en parler sur le site.

Les pratiquants non-scrupuleux peuvent être poursuivis par les autorités de l'état, mais une poursuite par un individu blessé peut être plus efficace. Le truc c'est de trouver un avocat intéressé à s'attaquer au charlatanisme qui va déposer une plainte sur une base de contingentement. Dans cet arrangement, l'avocat est rémunéré par un pourcentage des gains mais ne facture pas si la cause est perdue. Le National Council Against Health Fraud's Task Force on Victim Redress peut aider à trouver un avocat approprié.

Lien avec d'autres

Les efforts individuels contre le charlatanisme peuvent être énormément multipliés quand coordonnés avec ceux des autres. Le National Council Against Health Fraud (NCAHF) a actuellement plus de 1,000 membres et est représenté dans 13 états. Ses activités courantes incluent un bureau de conférenciers, une section de triage des média, des services de référence des plaintes des consommateurs, des aviseurs légaux, des témoignages d'experts, de l'aide des autorités pour la mise en vigueur, de la recherche sur des méthodes de soins de santé non prouvées, et des colloques pour les professionnels ainsi que pour la population. Le conseil aussi nomme des groupes de tâches particulières qui dirigent des investigations élaborées et publient les prises de position.

D'autres groupes qui mettent une priorité élevée sur la lutte contre le charlatanisme sont le Committee for the Scientific Investigation of Claims of the Paranormal (CSICOP), qui s'occupe des pratiques occultes, et l'American Council on Science and Health, qui se spécialisent dans des sujets alimentaires et chimiques.

Rappelez-vous que pour ce qui a trait à la santé, il ne devrait pas y avoir de tolérance de la tromperie. Vos efforts dans l'opposition au charlatanisme peuvent empêcher des torts à la population -- et même sauver une vie!

Cet article a été révisé et corrections apportées par M Robert Lesage le 5 déc. 2005.

Retour à la page d'accueil