Suppléments de minéraux colloïdaux: Inutiles et possiblement nuisibles

 

James Pontolillo

 

Les promoteurs de minéraux colloïdaux aimeraient vous faire croire qu'une déficience en minéraux est la principale cause de maladies. Pour combattre ce supposé problème, ils font la commercialisation de produits qui apparemment ont été "filtrés du schiste argileux" au Emery Coal Field de l'Utah central. Selon les réclâmes, un propriétaire de ranch, appelé Thomas Jefferson Clark aurait appris de Chief Soaring Eagle, un sorcier ainé Paiute, qu'il y avait une rigole avec des propriétés curatives. Les eaux miraculeuses étaient bien connues des membres de la tribue locale qui en ont bénéficié depuis des centaines d'années [1]. Clark a bu de cette eau et a guéri rapidement de sa maladie. Intrigué, il suivit la rigole jusqu'à son origine organiquent riche en "schistes argileux." Vers 1931, suite à plusieurs années d'expérimentation, il vendait sa propre marque de tonique riche en "minéraux colloïdaux." Comme la nouvelle s'est répandue, c'était la naissance d'une légère légende. Light Energy Productions a enregistré un récit des aventures nombreuses de Clark [2]. Curieusement, selon un article dans le magazine Self, les Paiutes d'aujourd'hui n'ont jamais entendu parlé soit de Chief Soaring Eagle ou des pouvoirs curatifs renommés de leurs eaux ancestrales [3].

Le promoteur le plus connu des minéraux colloïdaux est Joel D. Wallach, DVM, ND, qui dit que les américains ont absolument besoin de ses minéraux. Wallach a une longue histoire d'implication dans des manigances de soins de santé douteuses, comme le traitement du cancer avec le laetrile, ainsi que les thérapies de chélation et de péroxide pour la maladie coronarienne. Il avait aussi un programme "causeries" à la radio AM à San Diego appelé "Let's play doctor" ("Jouons au médecin") et pour un court temps a pratiqué comme naturopathe au Kurt Donsbach's Hospital à Santa Monica. Sa casette audio distribuée un peu partout "Dead Doctors Don't Lie!" ("les médecins décédés ne mentent pas!") [4] cite du Senate Document 264:

[L'érosion et méthodes d'agriculture non recommandées] ont causé sols réduits en minéraux donnnant naissance à des plantes, des animaux et population déficientes en minéraux. . . le fait alarmant étant que les récoltes faites sur des millions d'acres de terrain qui ne contiennent plus assez de certains minéraux nous mettent en famine -- même si on en consomme en grande abondance. Personne aujourd'hui ne peut manger assez de fruits et de légumes pour fournir à son organisme les minéraux qu'il a besoin pour une bonne santé parce son estomac n'est pas assez volumineux pour tous les contenir. . . .Des tests de laboratoire ont prouvé que les fruits, légumes, grains, oeufs, et même le lait et les viandes d'aujourd'hui ne sont pas ce qu'ils étaient il y a quelques générations. . . C'est une mauvaise nouvelle d'apprendre des autorités que 99% des américains sont déficients en ces minéraux [74th Congress, 2nd Session, 1936].

La référence citée existe, mais la conclusion n'était pas, comme les partisans des minéraux colloïdaux prétendent, le résultat d'une étude de recherche de la part du gouvernement. En effet, c'est une reproduction d'une opinion sans évdence quelconque publiée dans le magazine Cosmopolitan de Juin 1936 qui a été déposée dans les minutes du Congress par un sénateur de la Floride [5]. La majorité des américains ne sont pas en voie de mourir de faim ou d'une déficience en minéraux.

Certains promoteurs utilisent des "questionnaires de symptômes" frauduleux pour évaluer des problèmes de santé supposément reliés à une déficience en minéraux. Le test demande plus de 1000 questions au sujet de symptômes physiques et psychologiques.Selon moi, tout le monde qui décide de prendre le test sera avisé de prendre des suppléments diétiques. Le test coûte 125$ mais il est gratuit si l'on achète des minéraux colloïdaux.

En ce moment, cinq mines [6[ au Emery County, Utah, sont les fournisseurs de trois manufacturiers principaux [7] de schiste argileux filtré en vrac qui est remballé et vendu comme produits spécifiques par un réseau de distributeurs à multiples paliers croissants. La mine Daddy Dearest 19/Blackhawk de la compagnie T. J. Clark & Co., qui a tout débuté à la fin des années 1920, est la source de "BHI Lifeminerals," "Toddy," "Golden Minerals," et d'autres lignes de produits. La compagnie Clark contrôle des baux qui totalisent près de 20 acres et a établi des bases de distributeurs outre-mer. Dans le but de se différencier d'un grand nombre de compétiteurs, elle minimise l'origine du schiste argileux de leurs produits et le décrit comme "Polyfloramin TM" (signifiant 'plusieurs minéraux de plantes'). Son compétiteur principal, la Body Toddy Mine de Rockland Corporation a ouvert ses portes en 1985 et offre des produits pour l'American Longevity, Body Systems Technology, Source of Health and LifePlus. Rockland possède actuellement 1,000 acres de schiste argileux sous forme de baux dans l'Emery County et une installation nouvelle de production et embouteillage à Tulsa, au Oklahoma. Ses réserves sont estimées être 320 millions de tonnes métriques de schiste argileux, assez pour 950 milliards de gallons du produit. Rockland n'hésitent pas de dévoiler la source de leurs produits: plusieurs photos de couleur des opérations minières sont exposées sur leur page web sur Internet.New Vision International, Nature's Sunshine, et Higher Ideals refusent de dévoiler la source du filtrat utilisé dans leurs produits.

Dans toutes les opérations, la schiste argileux (souvent appelé "un ancien dépôt spécial de la forêt tropicale humide" est extrait, écrasé, moulu en poudre, et placé dans des larges contenants d'acier inoxydable. Les contenants sont alors submergés dans de l'eau "tiède, non contaminée, de température basse." Plusieurs distributeurs soulignent ces détails pour prévenir des prétentions que les acides, les solvents, et des températures élevées vont détruire les propriétés spéciales des minéraux. Des compétiteurs non-identifiés sont accusés régulièrement d'utiliser de telles méthodes plus rapides dans le but de forcer l'extraction des minéraux. Après 3-4 semaines, durant lesquelles les ingrédients hydro-solubles du schiste argileux sont en solution, l'extrait d'un goût amer est siphoné, filtré, et prêt pour la production sous forme de tonique, capsules, ou préparations pour vaporisation buccale. Relié à la procédure de filtration utilisée, un montant variable de substance particulaire insoluble en suspension dans l'extrait va être présent dans le produit final. Les réclâmes déclarent que les suppléments colloïdes contiennent 75 "minéraux." En réalité, ils sont des éléments sous forme variable: Ag, Al, As, Au, B, Ba, Be, Bi, Br, C, Ca, Cd, Ce, Cl, Co, Cr, Cs, Dy, Er, Eu, F, Fe, Ga,Gd, Ge, H, Hf, Hg, Ho, I, In, Ir, K, La, Li, Lu, Mg, Mn, Mo, N, Na, Nb, Nd,Ni, O, Os, P, Pb, Pd, Pr, Pt, Re, Rh, Ru, S, Sb, Sc, Se, Si, Sm, Sn, Sr, Ta, Tb, Te, Th, Ti, Tl, Tm, V, W, Y, Yb, Zn, et Zr. Certains distributeurs modifient leurs toniques avec des saveurs et/ou additifs nutritionnels, mais la plupart les vendent tels quels et soulignent leur qualité "toute naturelle."

Beaucoup de brouhaha

Les partisans de Wallach souvent le décrivent comme un candidat au prix Nobel [8]. En réalité, il a été "suggéré" en 1991 pour sa "recherche" sur la fibrose kystique par l'Association of Eclectic Physicians, un groupe de naturopathes sans renom scientifique. Ses découvertes de recherche [9] étaient sans valeur, parce que les sujets qu'il a évalué étaient choisis directement, non au hazard; il n'a pas suivi le protocol de recueil des données; ses diagnostics étaient faits selon un questionnaire; et son rapport était relié à d'autres données qui étaient sans preuve ou sans références. Le Comité Nobel n'a pas donné de crédibilité à sa "nomination" et, dans un geste sans précédent, a nié officiellement qu'il ait été un candidat légitime [10-11].

Wallach prétend que (a) nou vivons dans une 'soupe chimique' et sommes bombardés par un stress électronique, magnétique, physique et mental auquel nos ancêtres n'avaient pas à faire face; (b) "la plupart des maladies sont des symptômes de déficience de minéraux qui peut être prévenue à 100%"; (c) "la majorité des gens qui meurent de cause naturelle, en réalité meurent de déficience en minéraux"; et (d) "en effet, la plupart de nous lentement meurent de faim." [4]. Apparemment, seuls les minéraux colloïdaux vont nous sauver de ce malheur.

Wallach a une approche sympathique et est un excellent conférencier. Durant "Dead Doctors Don't Lie!" il demande, "est-ce que ces minéraux colloïdaux sont importants? Définitivement, sans aucun doute" il répond, "et chaque fois que vous evitez d'en prendre tous les jours, vous coupez votre vie de quelques heures ou de quelques jours." [4]. On rapporte qu'il reçoit 0.25 cents de royauté sur chacun des enregistrements audio vendus par millions à des distributeurs et clients [3].

John H. Renner, M.D. président du National Council Against Health Fraud, a défini l'enregistrement audio de Wallach comme rempli de contradictions, de science trompeuse, et de mensonges flagrants [3]. Les déclarations fantasques que Wallach a enregistré et qu'il répand dans ses conférences ouvertement incluent:

Lorsque l'ensemble des fausses déclarations de Wallach sont devenues connues de la population, la compagnie T. J. Clark a mis fin à l'association qu'elle avait avec lui. Jusqu'à ce moment-là, Wallach déclarait que seulement l'extrait provenant de la mine Clark était efficace comme traitement des déficiences en minéraux. Suite à cette désaffiliation, Wallach a revisé son opinion "scientifique" et a rapidement recherché de nouveaux partenaires.Suite à d'autres problèmes, Soaring Eagle Ventures ont cessé leur affiliation avec Wallach au début de 1997 et ont interdit l'utilisation de ses matériels promotionnels par leurs distributeurs. Wallach actuellement collabore avec Ma Lan, un médecin formé en Chine qui, je soupçonne, n'a pas de permis de pratique de médecine aux Etats-Unis [11]. Wallach a aussi commencé sa propre entreprise, American Longevity, sa photo apparaissant sur la page d'accueil de son site Internet, habillé en cowboy, avec une chemise faite avec le drapeau américain et un grand sourire. Sous sa photo est la recommandation de la compagnie, "Si vous ne voyez pas mon visage sur l'étiquette du contenant, vous ne connaissez pas ce que vous avez en main."

La documentation remise par les autres distributeurs de minéraux colloïdaux est aussi également fausse. Plusieurs, par exemple, confondent les mots 'élément' et 'minéraux.' Les éléments sont des constituents de base qui forment toutes les substances. Les minéraux sont trouvées dans la nature, substances inorganiques homogènes, avec une composition chimique spécifique ayant des propriétés caractéristiques, de structure crystalline, de couleur et solide [15]. Les minéraux sont composés d'éléments. Par exemple, le minéral silica est composé des éléments silicon et oxygène. Ceux qui font la promotion des minéraux colloïdaux utilisent ces mots comme équivalents. Ils utilisent aussi l'appellation fausse, "minéraux mélalliques" pour distinguer les produits de supplément usuels (supposément inefficaces) de leurs minéraux colloïdaux "produits en établissements." La distinction est de valeur douteuse, parce que la plupart des minéraux colloïdaux en extrait proviennent de la matrice sédimentaire du schiste argileux lui-même (i.e. les mêmes "minéraux métalliques" que ces gens-là condamnent.) Le point principal caché dans tout cela est qu'il n'y a absolument rien de spécial avec les minéraux colloïdaux. Un colloïde est tout simplement une substance dont les particules sont de dimension assez petite pour qu'elles puissent être suspendues dans un liquide ou un gaz, toutefois assez grosses pour empêcher ou diminuer leur passage à travers une membrane semi-perméable [15].

Quelques promoteurs ne sont pas d'accord sur la "science" de base de leurs suppléments. T.J. Clark & Co. maintiennent que les minéraux colloïdaux "produisent les fréquences électriques appropriées compatibles avec les fréquences électriques du cerveau et du système nerveux de l'organisme. . . et attirent les toxines et métaux lourds les débarrassant de l'organisme." Des déclarations de ce genre sont de la foutaise pseudo-scientifique. De façon ironique, Clark aurait accusé ses compétiteurs d'avoir utilisé cette même foutaise psudo-scientifique dans leurs annonces. La plupart des compétiteurs de Clarke maintiennent que les minéraux colloïdaux renforcent et rajeunissent l'organisme d'une façon quelconque, augmentent la longévité, et augmentent le niveau d'énergie. La plupart des manufacturiers aussi laissent sous-entendre que c'est seulement eux qui ont les meilleurs minéraux et le processus enregistré secret qui rend possible le produit efficace, et que les autres sont frauduleux. Clark remet à ses distributeurs un "certificat d'autorisation", signé comme assurance qu'ils ont acheté le vrai produit. Avant d'être désassocié avec la compagnie T.J. Clark, Wallach se présentait comme "un expert sans préjudice" pendant qu'il faisait la promotion de la mine dans laquelle il avait des intérêts financiers [11]. Aujourd'hui, plusieurs distributeurs indépendants circulent des copies de la cassette audio de Wallach dont les dernières deux minutes ont été supprimées, durant lesquelles Clark précisait que ses produits étaient les seuls efficaces.

Les manufacturiers aussi ne sont pas d'accord sur la nature du schiste argileux utilisé pour l'extraction. T.J. Clark & Co. assurent que leurs produits ne contiennent ni l'humus ou le schiste argileux, malgré qu'il est enregistré avec l'état de Utah comme une entreprise de mine de schiste argileux humique[6]. Certains promoteurs maintiennent que les dépôts de schiste arglieux n'étaient que légèrement enduits de 20-30 pieds de grès, "juste assez pour protéger le dépôt, mais pas assez pour causer une chaleur excessive et pression qui aurait pu modifier cet état pur des minéraux." D'autres déclarent qu'anciennement les forêts étaient couvertes par des dépots épais de sable, boue, et de lave qui mettaient une grande pression sur les plantes mais qui ne les modifiaient pas. Toutes ces idées sont soit fausses, imprécises, ou simplement insensées. Malgré des prétentions contraires, tous puisent leur produit d'une épaisseur de 30 pieds de schiste argileux carbonée entremêlée de charbon bitumeux qui a été déposé durant l'ère cretacée il y a près de 90 millions d'années [16,17] Le degré butamineux des charbons interposés indiquent que ces formations ont été soumises à des pressions et températures considérables d'au moins 100-150 degreés Celsius pour des périodes assez longues [18]. Au moins un distributeur maintient que le matériel de source crétacée de son produit, l'élixir de la compagnie, remonte à près de 2 000 ans.

Les distributeurs conçoient avec raison que le consommateur conscient de sa santé va trouver que les expressions telles que "forêt vierge d'antant," "original," et "naturel" plus aguichantes que "charbon," "schiste," et "exploitation minière de surface." LifePlus, fabriquants d'extrait en poudre, les capsules MICRO-MINS et la liqueur extaite BERRY'D TREASURE, se ventent que leurs minéraux sont les mêmes que ceux responsables de splendeur spectaculaire des arbres et dinosaures crétacés. Comme les annonces le soulignent, "C'était l'ère quand la plus grande partie de notre terre était comme le 'Paradis Terrestre', très riche, vibrante, et d'un état parfait." Les promoteurs aimeraient vous faire croire que si ces minéraux pouvaient produire une flore et faune préhistorique fabuleuse, alors ils peuvent vous procurer des bénéfices de santé. Certains distributeurs offrent une analyse de laboratoire de leurs produits [19-24].

Plusieurs des distributeurs fournissent des témoignages de personnes prenant des minéraux colloïdaux rapportant une amélioration de conditions telles que l'hypertension artérielle, brûlements gastriques, entorses des chevilles, le SIDA, la perte de cheveux, ulcères perforés, le rhumatisme, des éruptions, la leucémie, et l'impuissance. Faire usage de témoignages reliés à la maladie pour proumouvoir des suppléments diététiques est illégal. La FDA (Food and Drug Administration) a proposé d'interdire la vente au comptoir des produits d'argent colloïdal [25].

Malgré qu'il est vrai que la bonne santé est reliée à une consommation adéquate de nutritifs essentiels, moins que 20 éléments de la famille des minéraux sont requises chez l'homme [26-30] Le rôle exact des traces d'autres éléments, comme celui de ces micro-nutritifs qui sont fournis par les repas préparés, reste à préciser [30]. Il n'y aucune évidence, toutefois, que la déficience en minéraux soit à la bas de maladies. En réalité, des données disponibles nient la prétention que notre alimentation soit "déficiente en minéraux" et démontrent qu'une diète normale contient des quantités de ces éléments en plus grande quantité que celles apportées par les suppléments de minéraux colloïdaux [19-24,31-33]. En terminant, disons que ma propre recherche dans les bases de données de littérature médicale et en nutrition durant les dernières 40 années n'a pas réussit à dévoiler une seule étude qui démontrait que les suppléments de minéraux colloïdaux soient utiles.

Risques possibles

Evidemment, cela n'est veut pas dire que ces suppléments soient sans dangers pour nous. La consommation de quantités non-nécessaires de ces éléments de trace doit être évitée à cause que plusieurs ne sont pas aisément excrétés et toutes peuvent causer des effets toxiques si pris en grande quantité ou sur une longue période [3,34]. Plus important encore, toutefois, les promoteurs de minéraux colloïdaux semblent inconscients du fait que leurs produits puissent contenir des composés organiques dangeureux. Par exemple, une dose quotidienne de "Doc' Mineral Rocks" contient 7.2 mg de carbone organique total non-identifié [20]. Il est bien connu que la nappe peut filtrer des composés organiques toxiques provenant de dépots sédimentaires comme le charbon, le schiste argilique, et le lignite. Dans bien des endroits, les conditions géo-chimiques spécifiques ont mené à la filtration de composés organiques toxiques dans les réserves d'eau potables avec maladie éventuelle. Par exemple:

Les extraits de minéraux colloïdaux ont une teinte jaune bien évidente, indiquant la présence de matière organique non-dissoute. Au moins un manufacturier, la Rockland Corporation, est fière de la couleur or foncé de son produit. Malgré que les concentrations de composés organiques dangeureux soient basses, l'exposition à long terme et/ou son accumulation dans les tissus de l'organisme peuvent éventuellement mener à la maladie. Des carcinogènes soupçonnés et prouvés tels que les PAH, les amines aromatiques, et les aminophénols sont le résultat de charbonification des substances aromatiques dans des tissus d'arbustes [41,44,45] De tels composés peuvent déclancher des mutations de gènes et/ou de chromosomes et modification de l'expression des gènes, les deux éléments étant des facteurs dans le développement du cancer. Les PAH aussi ont l'habilité de moduler la transduction cellulaire, qui peut avoir des effets sérieux négatifs sur la santé [46]. En plus de carcinogénicité, les extraits de schiste argileux ont des propriétés estrogènes légères. Plusieurs composés organiques peuvent aussi contribuer à l'activation non-désirée du système immunitaire. Puisque les maladies peuvent être causées par plusieurs facteurs, des effets adverses à long terme des produits minéraux colloïdaux ne sont pas identifiables spontanément. De façon ironique, tandis que les toniques eux-mêmes ne soient pas règlementés, l'eau qui découle des installations minières est remédiée de façon routinière à cause des dangers possibles aux plantes et animaux.

Des dizaines de miliers d'américains sont actuellement des cobayes dans un essai non documenté de la sécurité de ces produits. Certains scientifiques sont particulièrement inquiets au sujet de l'administration de façon générale de ces produits aux enfants. Malheureusement, puisque les minéraux colloïdaux sont classés comme des suppléments diététiques, aucune étude de sécurité ou efficacité est requise avant qu'ils soient commercialisés. Des démarches pour interdire leur vente peuvent être entreprises que si l'on peut démontrer que les produits sont modifiés (i.e. toxiques), mal étiquettés, ou qu'on ait fait des prétentions sur leurs effets sur la maladie. Le premier supplément de minéraux colloïdaux vendu, lancé par Rockland Corporation en 1984, a été interdit à cause de sa toxicité [47]. Appelé "Body Toddy," il a été reformulé, son nom changé à "Mineral Toddy," et est actuellement disponible comme "Body Booster" (rehausseur d'énergie.)

La dépendence sur des suppléments de valeur douteuse et sur des opinions de soins de santé non prouvées retardent la consultation et traitement de la population malade. Ils sont aussi un gaspillage d'argent. La dose moyenne recommandée de la plupart des minéraux colloïdaux coûte environ 360$ par année par personne. Finalement, le charlatanisme répendu associé aux minéraux colloïdaux empêche les professionnels de la santé de faire un examen de la personne sans aucun doute tout simplement à cause du stigmate qui y est rattaché.

Selon les données récentes disponibles, l'industrie minière est la plus grande industrie dans le comté Emery, contribuant un tiers de ses revenus [48]. Si l'on juge selon les récentes améliorations des mines et les procédures d'extraction [16], aussi des statistiques des ventes brutes durant les dernières années, les minéraux colloïdaux sont une excellente source de revenus. Eagle Ventures en pleine production rapporte un revenu brut de 3 millions de dollars par mois; New Vision maintient des ventes 2 ou 3 fois ce chiffre [3]. Les produits sont annoncés comme une façon définitive d'un succès financier sur des centaines de sites sur Internet. L'encouragement est toujours le même: devenez un distributeur indépendant, travail à temps partiel, et gagnez beaucoup d'argent additionnel. Des nouveaux sites surgissent à tout bout de champs comme des champignons, tandis que des indications nouvelles (comme des minéraux colloïdaux pour vos animaux de compagnie, ainsi que pour votre jardin!) sont offertes pour plus de profit. Un contenant de 16 onces de l'extrait de schiste argileux acheté directement au plant à Emery pour 12$ peut apporter un profit de 20$ à Salt Lake City et plus de 30$ sur Internet [1,16]. Tout cela malgré un produit non prouvé, des risques à la santé, des prétentions de réclâme fausses, et une presse récente, scandaleuse (poursuites, accusation d'avoir dilué des toniques, etc ) [10]

Quelques distributeurs de minéraux colloïdaux ont élargie leur marge d'activités. Un individu entrepreneur a déjà commencé à promouvoir la plus récente des "nouveautés spectaculaires dans le domaine de la santé". Tonique minéral WaterOz ionique (produit par un "procédé révolutionnaire, très technique") qui va remplacer les minéraux colloïdaux qui ne sont pas efficaces comme suppléments minéraux "normaux." Et encore une fois le "Vaisseau des Idiots" prépare son voyage encore une fois. . . .

Au sujet de l'auteur:

Mr. Pontolillo est un scientifique de recherche avec plus de 10 ans d'éxpérience dans le domaine de géologie, pétrologie organique, et géochimie organique. Une version antérieure de cet article a été publiée comme: "Pontolillo J. Better Living through Shale Leachate?" TSOP Newsletter 14(1)1:4-7,1997.

 

Références

 

1. Assorted promotional literature downloaded from the Internet (LifePlus,KareMor, New Vision, Higher Ideals, Soaring Eagle Ventures, Advanced BioCompany, Organic Planets, Thomas J. Clark & Company, The Rockland
Corporation, etc.). When quoting from these materials no distinction has
been made as to the exact source, since most manufacturers and distributors
employ virtually identical literature. Uncredited quotations hereafter refer
to this note.
2. The Legend of T.J. Clark (90-minute audiocassette). Light Energy
Productions.
3. Alexander B. Colloidal minerals are flying off the shelves of health food
stores -- and could be dangerous, Self Magazine, March 1997.
4. Wallach J. Dead Doctors Don't Lie! Audiotape, 1995.
5. "Dead Doctors" doesn't die. National Council Against Health Fraud
Newsletter, Jan/Feb 1998.
6. Body Toddy/Rockland Mine (Miracle Rock Mining & Research); Miller
Rock/Bret Clark Mine (Hub Research & Development Co.); Daddy Dearest
1-9/Blackhawk Mine (Thomas J. Clark and Co.); Co-op Placer Project Mine
(Co-op Mining Company/Stoddard); and Number 1 Clark Mine (Robert L. Clark).
Source: Utah Division of Oil, Gas & Mining; Shale Operators in Emery County;
and correspondence to author from Joelle Burns dated 10/21/98.
7. Soaring Eagle Ventures (San Diego, CA); New Vision International (Tempe,
AZ); The Rockland Corporation (Tulsa, OK).
8. "Who is Dr. Joel Wallach?" (An Internet posting of biographical excerpts
from the preface to Rare Earths : Forbidden Cures? by J.D. Wallach & M. Lan
[no date], publisher?).
9. Wallach JD, Garmaise B. Cystic fibrosis - A perinatal manifestation of
selenium deficiency. In Hemphill DD, editor. Trace Substances in
Environmental Health XIII. Proceedings of the 13th Annual Conference on
Trace Substances in Environmental Health, University of Missouri-Columbia,
June 4-7, 1979, pp 469-476.
10. Joel D. Wallach, The Mineral Doctor. In Carroll RT. The Skeptic's
Dictionary.
11. Dead doctors don't lie! But this living veterinarian does! National
Council Against Health Fraud Newsletter, March/April 1996.
12. Goodman LJ. Longevity and mortality of American physicians, 1969-1973.
Milbank Memorial Fund Quarterly: Health and Society 53(3):353-375, 1975.
13. Evans D and others., Estimated prevalence of Alzheimers Disease in the
United States. Milbank Memorial Fund Quarterly: Health and Society
68(2):267-287, 1990.
14. Colloidal minerals. National Council Against Health Fraud Newsletter,
Jan/Feb 1997.
15. Webster's II University Dictionary. Boston: Riverside Publishing
Company, 1988.
16. Garrison J. Correspondence to the author. The Ferron Group (Emery,
Utah).
17. Doelling HH. Central Utah Coal Fields (Sevier-Sanpete, Wasatch Plateau,
Book Cliffs and Emery). Utah Geological and Mineralogical Survey, Monograph
Series No. 3, 1972.
18. Stach E and others. Stach's Textbook of Coal Petrology. Berlin: Gebruder
Borntraeger, 1975.
19. MIN RA SOLTM, Jacob's Enterprises Certificate of Analysis #88-008094
(downloaded from Internet -- no longer accessible).
20. Laboratory analysis of Doc's Mineral Rocks, Higher Ideals. Western
Analysis, Inc.; Salt Lake City, UT; sample #57898.
21. Laboratory analysis of Source of Health Colloidal Trace Minerals.
Western Analysis, Inc.; Salt Lake City, UT; sample #53416.
22. Laboratory analysis of Clark's Original Mineral Formula. Western
Analysis, Inc.; Salt Lake City, UT; sample #54225.
23. Laboratory analysis of Soaring Eagle Ventures Mineral Toddy.
24. Laboratory analysis of Mike's Choice Concentrate.
25. Federal Register 61:53685-53688, 1996.
26. Codex Alimentarius Commission. Contaminants: Joint FAO/WHO food
standards program. Codex Alimentarius 17(1):1-33, 1984.
27. National Research Council. Recommended Dietary Allowances, Tenth
Edition. Washington, DC: National Academy Press, 1989.
28. Joint FAO/WHO Expert Committee on Food Additives. Evaluation of certain
food additives and contaminants. WHO Technical Report Series 837. Geneva:
World Health Organization, 1993.
29. Trace Elements in Human Nutrition and Health. Geneva: World Health
Organization, 1996
30. Abdulla M and others. Trace element requirements, intake and
recommendations. In Prasad AS, editor. Essential and Toxic Trace Elements in
Human Health and Disease: An Update. New York: Wiley-Liss, 1993, pp 311-328.
31. Oehme FW, editor. Toxicity of Heavy Metals in the Environment, New York:
Marcel Dekker, 1979.
32. Nriagu JO, editor. Changing Metal Cycles and Human Health. Berlin:
Springer Verlag, 1984.
33. United Kingdom Ministry of Agriculture, Fisheries and Food. MAFF UK -
1994 Total diet study: Minerals and other elements. Food Surveillance
Information Sheet #131, 1997.
34. Fischer P and others. Trace Elements in Man and Animals - 9. Proceedings
of the Ninth International Symposium on Trace Elements in Man and Animals,
Banff, Alberta, Canada, May 1996. Ottawa: National Research Council of
Canada, 1997.
35. Edmunds WM, Smedley PL. Groundwater geochemistry and health: An
overview. In Appleton JD and others, editors. Environmental Geochemistry and
Health.Geological Society of London Special Publication No. 113, 1996, pp
91-105.
36. Gaitan E. and others. Antithyroid and goitrogenic effects of coal-water
extracts from iodine-sufficient goiter areas. Thyroid 3(1):49-53, 1993.
37. Lindsay RH and others. Antithyroid effects of coal-derived pollutants.
Journal of Toxicology and Environmental Health 37:467-481, 1992.
38. Venso EA, Mollhagen JJ. Lignite and hydrocarbon accumulations as sources
of 222 Radon in drinking water supplies. Northeastern Geology and
Environmental Science 18:185-194, 1996.
39. Dunn CE, Irvine DG. Relevance of a lithogeochemical database to
epidemiological studies in central Saskatchewan, Canada. Applied
Geochemistry Suppl. Issue No. 2, pp 215-222, 1993.
40. Irvine DG and others. Geotoxicology of multiple sclerosis: Correlation
of groundwater chemistry with childhood homes and prevalence of MS patients,
Saskatchewan, Canada. Applied Geochemistry Suppl. Issue 2:235-240, 1993
41. Tatu CA and others. The etiology of balkan endemic nephropathy: Still
more questions and answers. Environmental Health Perspectives 106:689-700,
1998.
42. Theisen J. Balkan turmoil delays BEN research: Disease links to low-rank
coals remain speculative. TSOP Newsletter 12(3): 5-7, 1995.
43. Keller EA. The geologic aspects of environmental health. Environmental
Geology, 4th Edition. Columbus, OH: C.E. Merrill Publishing Company, 1985,
pp 279-306.
44. Pashin YV, Bakhitova LM. Mutagenic and carcinogenic properties of
polycyclic aromatic hydrocarbons. Environmental Health Perspectives
30:185-189, 1979.
45. Boffetta P and others. Cancer risk from occupational and environmental
exposure to polycyclic aromatic hydrocarbons. Cancer Causes Control
8(3):444-472, 1997.
46. Upham BL and others. Modulated gap junctional intercellular
communication as a biomarker of PAH epigenetic toxicity: structure-function
relationship. Environmental Health Perspectives 106 Supp 4:975-981, 1998.
47. FDA Enforcement Report, 10/4/89.
48. Economic Analysis of Emery, Utah 1995-1996. Utah Bureau of Economic
Analysis, Regional Economic Information System, May 1998.
 
Renseignements additionnels disponibles au Skeptic's Dictionary

Retour à la page d'accueil