Poursuites contre l'opérateur du Rife Machine

 

Le procureur général du Wisconsin, James Doyle a annoncé que son bureau poursuit Shelvie Rettman, une femme non licenciée de Prior Lake, Minnesota, pour l'empêcher de de déclarer qu'elle peut guérir le cancer [1]. Doyle a dit qu'une résidente du Wisconsin diagnostiquée avec un cancer avancé du colon et du foie aurait utilisé les services de Rettman après qu'on lui a dit qu'elle pouvait guérir son cancer. Malgré que les médecins auraient recommandé la chimiothérapie, Rettman l'a avisé autrement.

A leur première rencontre, Rettman supposément aurait photographié la patiente et sa fille avec une caméra Polaroid et placé les photos dans un contenant rattaché à une machine radionique. Après avoir dit à la mère qu'elle avait le cancer du colon et du sang et dit à la fille qu'elle avait un cancer du sein, Rettman aurait conseillé aux deux des traitements avec le Rife Frequency Generator, une diète spéciale, des suppléments diététiques, des bains, des massages spéciaux des pieds ("zoning" qui est supposé de briser des dépôts accumulés aux bouts des terminaisons nerveuses des pieds pour aider à guérir l'organisme.)

Les deux femmes ont subi des traitements multiples. La mère a payé Rettman un total de $1,778.85 pour elle et sa fille a déboursé $495.30. A leur dernière rencontre, Rettman a dit à la mère qu'elle était guérie. Dans un mois, toutefois, la mère a eu de la douleur intense la forçant à consulter un médecin, qui lui a dit que son cancer a progressé considérablement et que le pronostic était 'il n'y avait plus d'espoir.' Elle est décédé peu après cette consultation. Sa fille a été par la suite examinée par son médecin qui lui a dit qu'elle n'avait pas de cancer du sein.

Rettman en plus dirigeait des séminars au sujet de ses produits à Ellsworth. Elle annonçait aux utilisateurs de ses services qu'elle a traité avec succès plus de 1,000 patients.

Un homme d'Anoka au Minnesota, diagnostiqué avec cancer pancréatique et du foie, aussi reçu des traitements de Rettman et acheta des appareils et des vitamines d'elle. Rettman aurait convaincu l'homme de cesser ses traitements de chimiothérapie. Lui aussi est décédé. Le procureur général du Minnesota lui aussi poursuit Rettman.

Selon Doyle, Rettman disait aux patients que le gouvernement ne voulait pas guérir le cancer et ne comprenait pas ce qu'elle faisait. Elle fournissait aux clients des livres et des vidéos qui maintenaient qu'il y avait un complot pour empêcher l'approbation par la FDA de son appareil Rife, et que le gouvernement a eu tort dans l'incident de Waco et celui d'Oklahoma (la destruction de l'édifice par une bombe avec des centaines de morts). Elle vendait l'appareil Rife $3,500 et la machine radionique pour $1,700. Elle vendait aussi les suppléments qu'elle prescrivait.

Les gadgets que Rettman utilisaient n'ont pas l'approbation de la FDA, leur vente est illégale, et ils sont inutiles pour faire un diagnostic de cancer ou pour le traiter. Le Wisconsin Department of Justice demande une décision judicière pour empêcher Rettman de commercialiser ses services aux résidents du Wisconsin, pour qu'elle rembourse les clients, et pour qu'elle soit pénalisée pour ses contreventions.

Historique

La radionique est une pseudo-science basée sur la notion que les maladies peuvent être diagnostiquées et traitées en synchronisant sur des fréquences type radio (hertziennes), supposément émises by les agents causant les maladies et par les organes atteints. La théorie sous-jacente a été commençé par Albert Abrams, M.D. (1864-1924), qui aurait développé treize appareils qu'il maintenait pouvait déceler de telles fréquences et/ou guérir les gens en équilibrant leurs fréquences. Abrams a fait des milliards de dollars avec la location de ses appareils et était considéré par l'American Medical Association comme le "doyen des gadgets des charlatans." Il maintenait que:

* Toutes les parties de l'organisme émettent des pulsations électriques avec différentes fréquences qui changent avec la santé et la maladie.
* Les maladies -- comme l'âge, le sexe, la religion, et la localisation -- peuvent être diagnostiqués en "synchronisant" sur le sang du patient ou sur des échantillons de son écriture en utilisant un de ses appareils.
* Les maladies peuvent être traitées en ajoutant des vibrations dans l'organisme avec un autre de ses appareils.

Durant les années 1950, une investigation par la FDA a montré que certains des gadgets d'Abrams produisaient des champs magnétiques provenant de circuits comme ce que l'on voit dans les sonnettes de portes, tandis que d'autres avaient des circuits d'ondes courtes ressemblant ceux dans les transmetteurs de taxis [2]. Des appareils semblables ont été produits par beaucoup d'autres et sont encore en usage aujourd'hui.

Un de plusieurs imitateurs d'Abrams était Royal Raymond Rife (1888-1971), un américain qui maintenait que le cancer était causé par les microbes. Durant les années 1920, il déclara avoir développé un microscope puissant qui pouvait déceler des microbes vivants par la couleur des auréoles émises par leurs degrés de vibration. Son Rife Frequency Generator supposément génère des ondes radiophoniques avec la même fréquence précise, causant les microbes en cause d'être fracassés de la même manière qu'un verre de crystal va briser en réaction à la voix d'une chanteuse d'opéra. L'American Cancer Society a souligné que malgré que les ondes sonores puissent produire des vibrations qui brisent le verre, les ondes radiophoniques n'ont pas assez d`énergie pour détruire les microbes [3].

Des renseignements additionnels sur les idées de Rife sont disponibles des partisans comme la Royal Rife Research Society, Rife Technologies, Horizon Technology et JW Labs, qui commercialise les gadgets Rife. Le traitement avec cet appareil est disponible dans des cliniques au Mexique et au Canada.

 

Références

1. Wisconsin Department of Justice. Attorney General files suit against marketer of cancer cures; Doyle says machines and treatments are medical quackery. News release, December 2, 1997.
2. Janssen W. The gadgeteers. In Barrett S, Jarvis WT. The Health Robbers: A Close Look at Quackery in America. Amherst, N.Y.: Prometheus Books, 1994:321-335.
3. Questionable methods of cancer management: Electronic devices. CA - - A Cancer Journal for Clinicians 44:115-127, 1994.
 

Autres renseignements  

Message spécial pour les cancéreux ||| Retour à la page d'accueil