Quelques mots sur les programmes "Anti-vieillisement"

 

Robert N. Butler, M.D.

 

Il y a des personnes et organismes qui aimeraient nous faire croire que le vieillissement n'est pas inévitable et que le "l'immortalité est une chose possible". Ces mêmes personnes croient qu'il existe des 'bio-marqueurs' de vieillissement bien légitimes qui pourraient être utilisés pour réaliser des programmes "anti-vieillissement". Cette approche est dispendieuse et inclut des interventions peu validées comme l'amélioration du statut des antioxidants et le remplacement de l'hormone de croissance (GH), la testostérone, le DHEA (dehydroepiandrostérone) et la mélatonine.

Bien que les taux sanguins de l'hormone de croissance tend à diminuer avec l'âge, on n'a pas prouvé que tenter de garder les niveaux que l'on voit chez les jeunes soit bénéfique. Il est concevable que les changements hormonaux reliés à l'âge puissent servir comme des marqueurs utiles du vieillissement physiologique. Toutefois, cela n'a pas été démontré dans des expériences chez les humains ou chez des animaux. Malgré les résultats favorables de remplacement hormonal selon certaines études (au moins à court terme), il est clair que des effets secondaires négatifs puissent aussi survenir sous forme de risque plus élevé pour le cancer, les maladies cardi-vasculaires et les changements de comportement

Il se peut que les taux inférieurs de l'hormone de croissance soient un indicateur de bonne santé. Les recherches en laboratoire semblent suggérer que les souris qui produisent plus d'hormone de croissance ne vivent pas longtemps, donnant l'impression que la déficience en hormone de croissance ne cause pas une accélération du vieillissement, mais que le contraire soit vrai.

La thérapie de remplacement d'estrogène chez la femme a été démontrée avoir des avantages définitifs, particulièrement dans sa prévention de fractures reliées à l'ostéoporose, bien que certaines études récentes tendent à souligner que l'estrogène ne devrait pas être utilisée chez les femmes ayant one maladie cardiaque connue. Mais les rapports risque/bénéfice pour le remplacement de la testostérone et le traitement avec l'hormone de croissance n'ont pas été établis chez les personnes âgées, et les essais de DHEA n'ont pas donné de bénéfices cliniques significatifs dans le vieillissement normal.

Des essais cliniques de l'investigation de risques et bénéfices de ces interventions et d'autres sont encore en marche, ou à date n'ont pas donné de réponses définitives. Il est important d'être prudent et attendre que des études soient publiées et analysées. 

Il est important d'étudier des produits qui pourraient avoir un effet bénéfique sur la santé (comme la possibilité que les hormones anaboliques protègeraient, au moins à court terme, contre les fragilité du vieillissement). Toutefois, il est mauvais de commercialiser de tels produits avec des prétensions non prouvées. De plus, il n'y a aucune intervention de la FDA pour assurer que les produits hormonaux vendus comme des "suppléments diététiques" soient sans danger ou efficaces ou même qu'ils contiennent les ingrédients décrits sur leurs étiquettes.

Le concept de "médecine anti-vieillissement"  va à l'encontre de la gérontologie moderne qui distingue le vieillissement comme un phénomène naturel des maladies, et le rôle du vieillissement en soi comme un facteur de risque de maladies. La médecine anti-vieillissement n'est pas reconnue comme une spécialité par la médecine conventionnelle ou les compagnies d'assurance. Ses praticiens doivent être considérés différents des cliniciens conventionnels préoccupés par la promotion de la santé et la prévention de la maladie. La recherche de styles de vie plus favorables avec une emphase sur la nutrition, l'exercice, la cessation du tabagisme et l'identification précoce de facteurs de risque, un bilan du statut fonctionnel et des signes de maladie est un but souhaitable et possible. Par exemple, il est timportant de diminuer le taux du cholestérol avec exercice ou en prenant des médicaments comme les statines, et reconnaître et traiter adéquatement l'hypertension ou le diabète précocement pour prévenir les complications reliées souvent fatales. Mais les médecins qui affirment avoir les connaissances pour pouvoir mesurer les « bio-marqueurs du vieillissement » et les manipuler de façon positive n'ont pas de formation scientifique quelconque.

___________________

Le docteur Butler est un gérontologue reconnue, fondateur et directeur de l' International Longevity Center,USA, un centre de recherche appliquée dont la mission est d'aider les personnes et les organismes de façon positive dans le domaine du vieillissement. Ils ont un bulletin intitulé "Biomarkers of Aging: From Primitive Organisms to Man", soulignant les nouveautés dans la recherche du mécanisme et les signes avant coureurs du vieillissement.