Trucs de propagande reliés aux craintes environnementales.

 

Paul R. Lees-Haley, Ph.D.

 

Les psychologues ont étudié plusieurs facteurs associés au phénomène de perception qui aident à expliquer pourquoi des gens raisonnables en viennent à conclure qu'ils ont eu subi des effets toxiques ou des blessures quand ils n'en ont pas eu. Ces facteurs incluent la preuve sociale, des affirmations répétées, des appels aux autorités, la clarté, la confusion de probabilités inverses, les techniques de confusion, et de distraction.

La preuve sociale désigne la tendance à croire ce que la plupart des gens croient Si un défenseur crée l'impression que "tout le monde sait" que quelqu'un ment et cache des faits, cela implique subtilement que ceux qui ne sont pas d'accord se trompent et manquent de crédibilité. En identifiant quelques personnes qui croient en une proposition, et en les encourageant à rendre leurs pensées publiques (spécialement de façon répétée) on crée l'impression que beaucoup de gens vivent quelque chose de réel. Des affirmations répétées créent l'impression que l'assertion est vraie.

Les appels aux autorités ajoutent au pouvoir de persuasions. Si une personne (ou plusieurs) affirme une croyance et est considérée comme une autorité, par exemple, un médecin ou un chef politique, plus de gens seront persuadés. Il importe peu que l'expert soit la seule personne dans l'univers à avoir cette opinion, pourvu que seule son opinion soit entendue. Parfois les politiciens vont adopter une rhétorique fausse mais politiquement avantageuse. Si nous aimons la personne qui formule une opinion, nous avons plus de chance de nous laisser convaincre. Si un acteur populaire, une figure médiatique, un politicien, ou un héros local se joinent au procédé, plus de personnes adopteront cette perception de la réalité.

Des exemples éclatants , ou des histoires de cas spécialement dramatiques, vont souvent influencer les jugements plus que ne le font des exemples ennuyants mais plus précis ou ayant plus de poids. Par exemple, inviter le seul enfant du quartier avec une malformation congénitale à une réunion à l'hôtel de ville va avoir un impact plus marqué que le fait de montrer qu'il y a moins de malformations congénitales dans le quartier que dans la plupart des zones résidentielles.

Les techniques de confusion peuvent créer des perceptions de toxicité, de blessures, ou de maladies. Par exemple, une rhétorique illogique mais éloquente, présentée avec un air de certitude peut créer de telles perceptions et quelques phrases alarmantes sont introduites dans le message. Si le déversement d'une substance inoffensive pour les humains est annoncé au moment de discussions sur le cancer, les malformations congénitales, ou les blessures cérébrales chez les animaux, cela peut provoquer des peurs et même une réaction de panique. Une technique classique consiste à poser une question alarmante au début d'un discours, d'un article, ou d'une diffusion à la radio. Par exemple, "Vos enfants sont-ils en danger?" Nous entendons souvent des annonces suivant lesquelles des "produits chimiques dangereux" ou des "cancérigènes connus" sont présents dans notre environnement, sans donnée objective précisant si le genre, la quantité, ou localisation de la substance est, en effet, dangereuse. Quand quelqu'un met en doute la vraisemblance de la supposée exposition toxique, les tenants de cette campagne de peur peuvent répondre avec les meilleures intentions, que les personnes raisonnables ont le droit de s'inquiéter, -- comme si les gens qui tendent à apaiser la crainte inutile allaient à l'encontre des droits des autres.

Les manipulateurs annoncent de façon dramatique que des gens dans la communauté ont le cancer, des malformations congénitales, ou d'autres problèmes de santé inquiétants, comme si cela était une découverte, ou quelque chose d'étrange. Les données au sujet de la prévalence de ces maladies sont rarement diffusées ou comparées avec les chiffres donnés dans ces annonces sensationnelles. Avez-vous déjà vu une manchette, "Les taux de cancer et de malformations congénitales exactement normaux dans Notre Ville, USA?"

Ignorer les coïncidences et attirer l'attention sur quelques personnes malades peut être très trompeur. Dans toute grande population, par exemple, il est facile de trouver quelques personnes qui ont différentes maladies sérieuses, incluant certaines maladies assez rares. Lorsqu'on les confronte à des données au sujet d'une toxine environnementale, par exemple, les adeptes manipulateurs peuvent répondre avec des techniques de confusion comme: "Un enfant malade c'est déjà trop, et nous nous opposons à l'idée qu'il est normal d'empoisonner nos enfants" ou "combien de sacs de cadavres vont être nécessaires pour que vous soyez convaincus?" Dans d'autres cas on passe au dessus de la probabilité et on va directement à l'impossible -- utilisant les paroles d'un parent inquiet à une réunion d'hôtel de ville, "Comment allez-vous nous assurer que mes enfants n'auront pas le cancer dans vingt ans?"

La confusion, la distraction, et d'autres techniques de propagande peuvent être utilisées pour faire des accusations farfelues qui inspirent la rage contre des groupes opposants. En réponse à des critiques récentes contre les psudo-sciences, les arguments anti-science sont en hausse. Leurs défenseurs nous disent, "Nous ne pouvons pas attendre que la science nous fournissent des réponses concluantes. Nous devons agir tout de suite!" et "les scientifiques veulent que nous ne fassions rien! Combien de gens doivent mourir avant que XYZ fasse ce qui doit être fait?" Un tel critique aurait déclaré sarcastiquement, "Nous ne pouvons pas attendre que la science nous fournisse des réponses concluantes. Nous devons agir à la lumière des faits qui nous sont apparents! Evidemment nous prenons des décisions le plus souvent dans la vie sans entreprendre d'études scientifiques au préalable. Toutefois, l'hypothèse qu'une toxine environnementale ait pu causer du tort au cerveau d'un groupe spécifique de personnes est une question qui ne peut être résolue qu'en regardant les données objectives et non à travers des réactions émotionnelles suscitées par des spéculations, le sensationnalisme ou des sous-entendus.

Les manipulateurs essaient de nous éloigner des faits. Plutôt que de nous encourager à examiner l'évidence et le raisonnant des gens qui semblent être en désaccord avec nous, ils bloquent la communication et ouvertement ou indirectement essaient de nous persuader que les gens qui n'acceptent pas leurs idées sont malhonnêtes, non fiables, incompétents, biaisés, racistes, seulement préoccupés par l'argent, insultant notre intelligence, corrompus, des traitres du rêve américain, etc. Le sous-entendu est: "Ne considérez pas les idées alternatives. Faites ce que nous vous disons, sans réaliser que nous vous contrôlons." Comme des chefs de sectes religieux, les manipulateurs nous encouragent de se rassembler et fermer le rang et à former un groupe homogène qui se méfie de ceux qui questionnent la "ligne du parti".

Les manipulateurs essaient souvent de contrôler les croyances et les gestes en exploitant les émotions des gens. Une rhétorique émotionnelle incendiaire durcit les attitudes contre l'adversaire, et justifie de façon subtile les règles d'un combat contre un adversaire de mauvaise foi. La rhétorique qui caractérise l'adversaire comme une puissante brute (par exemple, que l'AMA persécute les praticiens "alternatifs") donne lieu à un désir de supporter le perdant, et fournit la justification émotionnelle pour l'abandon de règles d'éthique.

La confusion des probabilités inverses est une autre forme classique d'interprétations erronée des faits qui provoque une réaction de panique inutile. Par exemple, supposons que l'annonce de la fuite d'un produit chimique toxique est suivie d'information à l'effet que le produit chimique en question puisse causer des problèmes des voies respiratoires, des malaises et douleurs, ou d'autres symptômes usuels. Certaines personnes avec ces symptômes vont conclure que la substance chimique en était la cause. Cela peut être vrai. Toutefois, il peut être vrai aussi que seulement 10% des personnes qui ont été exposées ont développé de tels symptômes, et seulement 1% de la population y était exposée. Alors la probabilité qu'une personne particulière ait été empoisonnée n'est qie de un sur mille. Ces détails importants peuvent passer inapperçus dans le brouhaha qui suit une telle exposition toxique dramatique.

Les gens tendent à penser que des termes sensationnels représentent la réalité. La sensibilité aux produits chimiques multiples et le syndrôme de la guerre du Golfe sont des exemples particuliers. L'existence d'im nom ne veut pas nécessairement vouloir dire qu'il y a un évènement réel correspondant. Néanmoins, des accusations douteuses peuvent paraître plausibles si elles sont associées à des symptômes communs chez les humains, surtout s'ils sont décrits par un expert.

Une autre technique trompeuse est l'usage de mots catégoriques s'ils sont utilisés pour détourner notre attention d'une réalité quantitative plus rassurante (et plus raisonnable). Par exemple, un témoin expert dans une cause peut parler longuement sur les effets de dommages toxiques cérébraux en témoignant sur une blessure légère. Ou, au lieu de déclarer qu'un plaignant a une diminution cognitive subtile qui probablement n'affectera pas sa vie beaucoup, l'expert décrit le plaignant comme "ayant une atteinte cérébrale." Et plutôt que dire que le plaignant a moins que 1/10 de 1 pour cent de plus de chance que la moyenne de développer un cancer, l'expert va laisser croire que le plaignant a "un risque plus élévé de développer du cancer" due au fait qu'il a été exposé. Les deux déclarations sont techniquement correctes mais elles ne sont pas présentées de façon identique. Les interruptions, les objections, les changements de sujets, et les arguments ad hominem peuvent aussi être employés pour détourner l'attention des faits fondés scientifiquement.

____________________

Le docteur Lees-Haley est un psychologue de pratique privée de la région de Los Angeles.

Les chercheurs dirigeant des études sur des sujets reliés peuvent communiquer ave lui à 21331 Costanso Street, Woodland Hills, CA 91364. Téléphone: 818-887-2874 ||| Télécopieur: 818-887-9034 ||| Courrier électronique: plh@ix.netcom.com

Cet article a été tiré de Lee-Haley PR. Manipulation of perception in mass tort litigation. Natural Resources & Environment 12:64-68. 1997

Cette traduction a été revisée et corrigée par M Georges-André Tessier le 5 avril, 2004.

Retour à la page d'accueil