Différence entre la science et la pseudoscience

 

Rory Coker, Ph.D.

 

Le préfixe "pseudo" signifie imitation ou faux. La meilleure façon de reconnaître quelque chose de truqué ou de faux est de connaître tout ce qu'on peut sur ce qui est réel -- dans le cas présent, sur la science elle-même. Connaître la science ne signifie pas seulement connaître les faits (comme la distance entre la terre et le soleil, l'âge de la terre, la distinction entre les mammifères et les reptiles, etc.). Cela signifie comprendre la nature de la science, comprendre les critères de preuve, connaître le "design" d'études sérieuses, être au courant du pour et du contre, de l'évaluation des hypothèses, de l'évolution des théories, des aspects nombreux des méthodes scientifiques qui rendent possible d'arriver à des conclusions fiables au sujet de notre univers physique.

Parce que les médias nous bombardent avec des absurdités, nous devons nous pencher sur les marques distinctives de la pseudoscience. La présence d'une seule de ces marques devrait nous rendre très méfiants. D'un autre côté, même le matériel où ces faiblesses sont absentes peut encore être de la pseudoscience car les adeptes des pseudosciences inventent chaque jour de nouvelles méthodes pour se leurrer mutuellement. La plupart des exemples dans cet article sont reliés à mon champ de spécialisation: la physique. Cependant,des croyances et comportement semblables sont présents dans l'iridologie, l'astrologie médicale, la thérapie méridienne, la réflexologie, la chiropratique basée sur les subluxations, la thérapie par l'imposition des mains et d'autres pseudo-sciences reliées à la santé

La pseudoscience manifeste une indifférence pour les faits

Plutôt que prendre le temps de consulter des études documentées ou d'investiguer activement, les partisans de la pseudoscience font jaillir des "faits" inventés lorsqu'ils en ont besoin. Ces faits fictifs sont souvent au centre des arguments et conclusions des pseudoscientifiques. De plus, les pseudoscientifiques ne font que rarement des vérifications. La première édition d'un livre pseudoscientifique est à peu près toujours la dernière, même s'il y a des réimpressions pendant des décénnies ou des siècles. Même les livres contenant des erreurs évidentes, dans le texte ou des erreurs d'imprimerie, sont réimprimés de fois en fois. Comparez cela avec des publications scientifiques qui sont mises à jour régulièrement à cause de l'accumulation rapide de faits nouveaux ou de nouvelles hypothèses.

La "recherche" en pseudoscience est invariablement pitoyable

Les pseudoscientifiques découpent des articles des journaux, collectionnent des rumeurs, citent des publications sur la pseudoscience qu'ils trouvent ici et là, et analysent des études anciennes religieuses ou mythologiques. Ils ne font que rarement ou jamais d'investigations indépendantes pour évaluer leurs sources d'informations.

La pseudoscience commence avec une hypothèse &endash; habituellement qui va être attrayante émotionnellement, et spectaculairement irrationnelle &endash; et va ensuite procéder à la recherche d'éléments qui vont l'appuyer.

Des preuves contradictoires sont complètement mises de côté. Généralement, le but de la pseudoscience est de rationaliser des croyances longtemps établies, plutôt qu'investiguer ou évaluer des possibilités alternatives. La pseudoscience se spécialise dans les sauts rapides vers des "conclusions agréables", dans le grincement idéologique, le pathétique recul aux idées préconçues et dans les grandes dissensions. 

La pseudoscience est indifférente devant les critères de preuves légitimes.

L'emphase n'est pas mise sur des expériences ou des études valables, bien structurées et reproductibles. On tend plutôt à souligner des témoignages non vérifiables, des histoires et des longs récits, des rumeurs, des opinions de bouche à oreille et des anecdotes douteuses. La littérature scientifique véritable est soit ignorée, soit mal interprètée.

La pseudoscience repose surtout sur la validation subjective

"Joe Blow" met du 'jell-o' sur sa tête et son mal de tête disparait. Pour la pseudoscience cela signifie que le 'jell-o' soulage les maux de tête. Pour la science, cela ne veut rien dire, puisque aucune étude n'a été faite pour prouver cet effet. Beaucoup de choses se sont passées lorsque le mal de tête de Joe Blow est disparu &endash; il y avait une pleine lune ce soir-là, un oiseau volait au dessus de Joe, la fenêtre était ouverte, Joe portait une chemise rouge, etc. &endash; et son mal de tête aurait disparu de toute façon. Une étude contrôlée metterait des sujets souffrant de céphalées dans des circonstances identiques, sauf pour le fait qu'un remède serait utilisé pour évaluer son effet, dans le but de pouvoir comparer les résultats qui auraient des chances d'être significatifs. Plusieurs personnes croient à l'astrologie parce que l'horoscope du journal quotidien les décrit parfaitement. Mais un examen minutieux va révéler que la description dans les horoscopes est si générale qu'elle peut s'applique à presqu'à tout le monde. Ce phénomène, appelé validation subjective, est une des bases fondamentales de l'appui populaire à la pseudoscience.

La pseudoscience dépend des conventions arbitraires de la culture humaine, plutôt que des régularités stables de la nature.

Les interprétations de l'astrologie, par exemple, dépendent de noms donnés aux astres, qui sont accidentels et qui varient d'une culture à l'autre.. Si les anciens avaient donné le nom de Mars à la planète que l'on appelle Jupiter, ou vice-versa, l'astronomie n'en serait probablement pas occupée. Pour l'astrologie, ce serait totalement différent, parce qu'elle dépend uniquement du nom et n'a rien à faire avec les propriétés physiques de la planète elle-même

Si on pousse l'analyse, la pseudoscience en arrive toujours à se réduire à une absurdité.

Il est possible que les sourciers  perçoivent  la présence d'eau ou de minéraux dans un champ, mais presque tous affirment qu'ils réussissent aussi bien en utilisant une carte topographique! Peut-être que Uri Geller est en effet un « médium », mais ses pouvoirs lui sont-ils réellement transmis par radio via une soucoupe volante de la planète Hoova, comme il l'a prétendu? Peut-être que les plantes sont psychiques , mais quelle est la raison qu'une motte de terre réagisse exactement de la même façon, à chaque « expérience »?

La pseudoscience s'arrange toujours pour éviter une bonne évaluation de ses affirmations.

Les pseudoscientifiques n'ont jamais eux-mêmes fait d'études bien structurées &endash; et ils n'acceptent pas habituellement les résultats des scientifiques qui en ont entrepris. Les pseudoscientifiques n'ont jamais fait de suivi à long terme. Si un pseudoscientifique affirme avoir fait une expérience (comme les études biorythmiques "perdues" de Hermann Swoboda, qui seraient à la base de la pseudoscience moderne des biorythmes), aucun autre pseudoscientifique tente de reproduire ou de la corroborer, même si les résultats originaux sont perdus ou seraient discutables!  De plus, lorsqu'un pseudoscientifique affirme avoir entrepris une expérience avec un résultat remarquable, jamais il ne va répéter l'expérience dans le but de vérifier ses résultats et les procédures. Cela est absolutment contraire à la science, où les expériences cruciales sont répétées par des scientifiques à travers le monde avec plus de précision.

La pseudoscience se contredit souvent elle-même, même selon ses propres critères.

De telles contradictions logiques sont simplement mises de côté ou rationalisées. Alors on ne devrait pas être surpris quand le premier chapitre d'un livre sur l'hydroscopie rapporte que les sourciers utilisent des branches fraîchement coupées, parce que le bois « vivant » peut acheminer et viser la « radiation terrestre » qui sent l'hydroscopie possible, tandis que le chapitre 5 du même livre affirme que presque tous les sourciers utilisent des baguettes de métal ou de plastique.

La pseudoscience crée délibérément un mystère où il n'en existe pas , en passant sous silence de l'information et des détails importants.

On peut rendre n'importe quoi  "mystérieux" en omettant ce qui est connu du sujet ou en présentant des détais imaginaires. Les livres sur le  « Triangle des Bermudes »  sont des exemples classiques de cette tactique.

La pseudoscience n'évolue pas.

Il y a des modes, et le pseudoscientifique va sauter de l'une à l'autre (des fantômes à la recherche en ESP, des soucoupes volantes à des études psychiques,  de la recherche en ESP à la recherche de Big Foot). Mais à l'intérieur d'un sujet spécifique, il n'y a pas de progrès qui soit enregistré. Peu ou pas d'information nouvelle ne vient faire une mise à jour. Des nouvelles théories sont rarement proposées, et les anciens concepts sont rarement modifiés ou simplement mis de côté à la lumière de nouvelles « découvertes », puisque la pseudoscience elle-même ne fait de nouvelles « découvertes » que rarement. Plus l'idée est vieille, plus elle commande le respect. Il n'y a jamais eu de phénomènes ou de processus naturels inconnus de la science qui ait été découverts par des pseudoscientifiques. En réalité, les pseudoscientifiques presque toujours s'impliquent dans des phénomènes très bien connus des scientifiques, quoique peu connus par la population &endash; ce qui fait que la population va accepter tout ce que les pseudoscientifiques veulent bien dire. Des exemples sont la marche sur le feu et la photographie « Kirliane ».

La pseudoscience cherche à persuader avec la rhétorique, la propagande et la fausse représentation plutôt que des preuves valides (qui n'existent pas, apparemment.)

Les livres de pseudoscience présentent des exemples de presque toutes les sortes de falsifications de la logique et du raisonnement connus des lettrés. Ils ont même inventé de nouvelles sortes eux-mêmes. Une de leur formule favorite est le "non sequitur". Les pseudoscientifiques aiment aussi « l'argument Galileo ». Cela consiste pour le pseudoscientifique à se comparer à Galileo. Le pseudoscientifique affirme que ses idées ne sont pas reconnues comme c'était le cas des idées de Galileo en son temps. Comme les idées de Galileo étaient valides, le pseudoscientifique laisse entendre que le fait que ses propres idées sont contestées est la preuve de leur validité. Il est clair que l'on ne peut pas tirer cette conclusion! Les théories de Galileo ont été évaluées, vérifiées, et acceptées rapidement par ses collègues. Le rejet venait de la religion établie qui favorisait la pseudoscience contredite par Galileo

L'ignorance est à la base des arguments de la pseudoscience.

Les prétentions de plusieurs pseudoscientifiques sont basées sur une mauvaise connaissance de la nature, plutôt que sur l'état actuel des connaissances. Mais aucune prétention ne peut être appuyée par le seul manque d'informations. Le fait que les gens ne reconnaissent pas ce qu'ils voient dans le ciel signifie simplement qu'ils n'ont pas reconnu ce qu'ils ont vu. Cela n'est pas une preuve que les soucoupes volantes viennent de l'espace. La déclaration « La science ne peut pas expliquer que...»  est courante dans la littérature des pseudosciences. Dans bien des cas, la science n'a pas d'intérêt dans les supposés phénomènes parce qu'il n'y a aucune preuve de leur existence. Dans d'autres cas, l'explication scientifique est bien connue et bien établie, mais le pseudoscientifique ne sait pas cela ou l'ignore intentionnellement pour simplement créer un élément de mystère.

Les exceptions probables, les erreurs, les anomalies, les évènements étranges et les prétentions suspectes sont utilisés comme arguments dans la pseudoscience, plutôt que les régularités établies de la nature.

L'expérience des scientifiques depuis plus de 400 ans montre que les affirmations qui décrivent des comportements étranges et incompréhensibles se rapportant à des objets bien établies,, une fois investigués,  tendent à être réduits à des fraudes intentionnelles, des erreurs honnêtes, des réçits obscures, des mauvaises interprétations, des fabrications évidentes, et des erreus stupides. Il n'est pas sage d'accepter de tels rapports comme véridiques sans les avoir vérifiés. Les pseudoscientifiques considèrent toujours ces rapports comme véridiques d'emblée, sans vérification indépendante.

La pseudoscience fait appel à la fausse autorité, aux émotions, aux sentiments, ou à la méfiance vis-à-vis les faits établis.

La pseudoscience peut reconnaître comme expert en archéologie un "dropout", qui n'a pas complété l'école secondaire est qui n'a jamais étudié!  Un psychanalyste est accepté comme expert sur tout aspect de l'histoire humaine, incluant la physique, l'astronomie et la mythologie, malgré l'inconsistance de ses affirmations sur ces sujets. Une star du cinéma jure que c'est vrai, alors ça doit être vrai. Un physicien dit qu'un "médium" ne peut l'avoir déjoué avec des simples trucs de magie, bien que le physicien n'ait pas de connaissance de la magie et des trucs de magicien. Les appels à l'émotion sont courants. ("Si vous vous sentez mieux, ça doit être vrai." "Dans votre coeur, vous savez que c'est vrai ".) Les pseudoscientifiques aiment les complots imaginaires. ("Il y a beaucoup de preuves de l'existence des soucoupes volantes, mais le gouvernement garde le tout  secret!") Et leurs arguments proviennent de choses non reliées. Lorsqu'ils sont confrontés par des faits qui ne leur conviennent pas , ils répondent simplement, "Les scientifiques ne connaissent pas tout!"

La pseudoscience fait des affirmations extraordinaires et avance des théories fantastiques qui contredisent ce qui est connu sur la nature.

Non seulement ils n'apportent pas de preuves pour appuyer leurs prétentions, mais ils ignorent aussi toutes les données qui contredisent leurs conclusions. (« Les soucoupes volantes doivent venir de quelque part &endash; alors la terre est vide, et ils viennent de l'intérieur de la terre. » « Cette étincelle électrique que je fais avec cet appareil électrique n'est pas réellement une étincelle, mais plutôt une manifestation surnaturelle d'énergie psycho-spirituelle ». « Tout humain est entouré d'une lueur impalpable d'énergie électromagnétique, l'oeuf avec le halo des voyants Indoux, ce qui reflète l'humeur et la condition humaine ».)

Les pseudoscientifiques inventent leur propre vocabulaire lequel contient beaucoup d'expressions et de définitions imprécises, ambigües, ou un manque de définition.

L'auditoire est souvent forcé d'interpréter les commentaires selon leurs propres préconceptions. Par exemple,  « l'énergie biocosmique »  c'est quoi?  Ou, « un système d'amplification psychotronique? »  Les pseudoscientifiques essaient souvent d'imiter le jargon des champs scientifiques et technologiques en claironnant de la foutaise qui paraît scientifique et technologique.  Les « charlatans» charlatanesques seraient perdus sans le mot « énergie », mais leur utilisation de ce mot n'a rien à faire avec le concept d'énergie utilisé par les physiciens.

La pseudoscience fait appel aux critères de vérité de la méthodologie scientifique tout en niant simultanément leur validité.

Un exemple de cette contradiction est le fait de présenter des résultats d'une mauvaise recherche, méthodologiquement invalide, parce qu'elle semble démontrer que l'astrologie est fondée alors qu'on ignorera les milliers d'expériences solides ayant démontré le contraire. Un autre exemple est le fait de rapporter qu'un individu a réussi des trucs simples de magie durant une expérience dans un laboratoire pour « prouver »  qu'il est un surhomme psychique, alors qu'on ignorera intentionnellement qu'il a été pris à tricher dans d'autres laboratoires.

La pseudoscience maintient que les phénomènes qu'elle évalue sont « timides ».

Les phénomènes ne se manifestent que dans certaines conditions vaguement spécifiques mais vitales (lorsque les sceptiques ou les experts ne sont pas présents, , lorsqu'il n'y a personne pour les voir; lorsque les « vibrations » sont correctes, ou seulement à une occasion durant l'histoire humaine). Pour sa part, la science ne maintient l'existence de phénomènes que lorsqu'ils peuvent être observés par n'importe quelle personne disposant de l'appareillage approprié. Toutes les études méthodologiquement valides doivent pouvoir démontrer des résultats uniformes. Aucun phénomène ne serait  par conséquent « timide ». Il n'y a aucun téléviseur ou radio qui ne fonctionne qu'en l'absence de sceptiques!  Une personne qui se prétend violoniste de concert mais qui n'a jamais possédé un violon et qui refuse de jouer devant un auditoire, est probablement une personne qu ne dit pas la vérité.

Les « explications » pseudoscientifiques  ne sont qu'un scérario.

La pseudoscience nous raconte une histoire, et rien de plus! Elle ne nous offre jamais de description d'un processus physique quelconque. Par exemple,  Immanuel Velikovsky (1895-1979) un psychanalyste, maintenait qu'une autre planète passant près de la terre aurait causé le renversement de son axe de rotation. C'est tout ce qu'il aurait dit. Il n'avança aucun mécanisme. Mais, le mécanisme impliqué est très important, parce que les lois de la physique connues concluent plutôt que cette hypothèse est impossible. Si Velkovsky avait découvert un moyen quelconque par lequel une planète puisse renverser l'axe de rotation d'une autre planète, il aurait sûrement décrit le mécanisme impliqué. La déclaration en elle-même ne nous donne aucune information. Velkovsky aurait aussi dit que Vénus a déjà été une comète qui a été vomie par un volcan sur Jupiter. Puisque les planètes ne ressemblent pas aux comètes (débris ayant l'apparence de boules de neiges rocheuses qui n'ont rien à avoir avec les volcans) et puisque Jupiter apparemment n'a pas de volcans (ou même une surface solide!), aucun processus physique ne peut valider les affirmations de Velkovsky. Il nous a laissé des mots, reliés les uns aux autres dans une phrase, mais ces mots sont étrangers à l'univers dans lequel nous vivons, et aucune explication ne vient soutenir leur existence. Il a fournit une histoire et non pas des théories véritables.

Les pseudoscientifiques font appel souvent aux anciennes habitudes de pensées magiques.

La magie et la sorcellerie sont basées sur une similitude fallacieuse, sur une fausse analogie, ou sur de faux liens de cause à effet. Ce sont de semblables influences inexplicables qu'évoquent les pseudosciences: des connections faites à partir de préposés -- non des conclusions faisant suite à une investigation.   (Si vous mettez le pied sur une séparation sur un trottoir sans avoir dit un mot magique, votre mère va avoir une fracture; manger des feuilles en forme de coeurs est efficace contre les malaises cardiaques; éclairer une lumière rouge sur le corps améliore la circulation sanguine; les béliers de ferme sont aggressifs alors une personne née sous le signe du bélier doit être aggressive; manger du poisson améloire l'intelligence  à cause de sa ressemblance de la chair de poisson à du tissu de cerveau, etc.)

La pseudoscience repose largement sur une pensée anachroniste.

Plus l'idée est vieille, plus elle est attrayante pour la pseudoscience &endash; c'est la sagesse des anciens!  -- particulièrement si l'idée paraît fausse et a été mise de côté depuis longtemps par la science. Plusieurs journalistes ont de la difficulté à comprendre ce point. Un reporter typique écrivant sur l'astrologie peut penser qu'un travail minutieux est possible en ayant une entrevue avec six astrologues et un seul astronome. L'astronome va dire que c'est de la foutaise; les six astrologues vont dire que c'est véridique et efficace et pour 50$ ils seront heureux de vous donner votre horoscope. (fort probabablement!). Pour beaucoup de journalistes, et apparemment pour les éditeurs et beaucoup de leurs lecteurs, les astrologues l'emportent sur les astronomes par une marge de six pour un!

 . . . . . la science et la pseudoscience sont opposées en ce qui a trait à notre vue de la nature. La science dépend et exige un auto-questionnaire, une expérimentation et un raisonnement analytique qui rendent la duperie ou la confrontation des faits difficiles. Au contraire, la pseudoscience conserve les modes de raisonnement ancients, naturels, erronnées, et non objectifs des centaines de milliers d'années plus vieilles que la science. Ces processus de raisonnement ont donné lieu à des superstitions et à d'autres idées fausses et illusoires au sujet de l'homme et la nature &endash; en partant du vaudouisme jusqu'au racisme, de l'idée que la terre est plate jusqu'à l'idée d'un univers en forme de maison avec Dieu vivant dans le grenier, Satan dans le sous-sol et l'homme au rez-de-chaussée. Des processus qui conduisent à des dances de pluie et à la torture et la brutalisation des malades mentaux dans le but de chasser les démons qui les possèdent. La pseudoscience encourage la population à croire tout ce qu'elle veut. Elle fournit des « arguments » farfelus pour nous tromper avec l'idée que toutes les croyances sont véridiques. La science commence en disant , oublions ce que l'on croit comme véridique, et essayons d'investiguer ce qui est véritable. Ces chemins ne se croisent pas, ils mènent à des directions complètement opposées

Une certaine confusion sur ce point  est le résultat de ce qu'on pourrait appeler un « chevauchement ». La « science » n'est pas une étiquette symbolique que l'on porte, c'est une activité. Lorsqu'on cesse cette activité, on cesse d'être un scientifique. Une quantité déprimante de pseudoscience est générée par les scientifiques qui ont été bien formés dans un champ d'activité mais qui s'embarquent dans un autre champ qui leur est inconnu. Un physicien qui affirme avoir trouvé un nouveau principe de biologie, ou un biologiste qui affirme avoir mis à jour un nouveau principe de physique, est fort probablement un praticien de pseudoscience. Aussi, sont-ils ceux qui falsifient des données, ou qui suppriment des données qui ne correspondent pas à leurs préconceptions, ou qui refusent de laisser les autres avoir accès à leurs données pour une évaluation indépendante. La science est comme un haut sommet d'intégrité intellectuelle, d'honnêteté, et de raisonnement. Le sommet est glissant et lisse. Il requiert un effort immense pour demeurer tout près. Si l'effort est réduit, on est entraîné dans la pseudoscience. Une part de la pseudoscience est générée par des individus ayant un peu de formation scientifique et technologique spécialisée qui ne sont pas des scientifiques professionnels et qui ne comprennent pas la nature des efforts scientifiques &endash; mais qui se disent « scientifiques ».

On peut se demander s'il y a des exemples de « chevauchement » dans l'autre direction? En d'autres mots, des personnes qui ont été instruites par des psudoscientifiques peuvent-elles être acceptées comme des praticiens de science légitime et leurs idées être conséquemment acceptées par les scientifiques? De ce qu'on vient de présenter, on pourrait s'attendre que cela arrive très rarement, ou jamais. En réalité, ni moi, ni aucun de mes collègues bien informés, ne s'est questionné sur cela, ou serait au courant d'un seul cas où cela aurait pu arriver durant les centaines d'années de connaissances des méthodes scientifiques complètes utilisées par les scientifiques. Il y a  beaucoup de cas où un scientifique a été contredis par des collègues pour ensuite -- avec l'arrivée de nouvelles informations &endash; être confirmé dans ses vues. Comme tout le monde, les scientifiques peuvent avoir des pressentiments que quelque chose soit possible sans avoir des preuves suffisantes pour convaincre leurs collègues qu'ils ont raison. De telles personnes ne deviennent pas des pseudoscientifiques, à moins qu'elles continuent de maintenir que leurs idées sont bonnes devant un nombre croissant de preuves contradictoires. Être dans l'erreur ou avoir tort n'est pas évitable; nous somme tous humains, et nous commettons des erreurs ou des gaffes. Les scientifiques véritables, toutefois, vivent avec la possibilité d'erreurs et  les corrigent rapidement. Les pseudoscientifiques au contraire, utilisent la  « méthode d'excuses, de défenses et la conservation des erreurs ».

La pseudoscience va souvent s'attaquer aux personnes éduquées, raisonnables, naïves,  par plaisir plutôt que par  peur. Malheureusement, ce n'est pas une attitude sage. La pseudoscience peut être dangereuse.

Références recommandées :

 

________________________

 Dr. Coker est professeur de Physique, University of Texas à  Austin.

 Cet article a été affiché dans sa version originale le 30 mai, 2001.

Traduction revisée et corrections apportées par M Georges-André Tessier le 31 déc. 2003.