Accueil » Ressources » Quackwatch en français » La science doit combattre les pseudosciences

 

La science doit combattre les pseudosciences

Une position de 32 scientifiques et philosophes russes.

 

Les représentants de plusieurs disciplines scientifiques -- astronomes, physiciens, chimistes, biologistes, philosophes, avocats, psychologues -- sont inquiets d'observer une augmentation de la croyance à l'astrologie, les médecines alternatives, la chiromancie, la numérologie, et les pseudosciences mystiques en Russie et dans d'autres pays du monde. Nous voulons attirer l'attention de la population sur le danger que représente un manque d'esprit critique face aux prophéties et conseils des "adeptes des sciences occultes" modernes, que ces conseils soient formulés en privé ou dans les médias. Ceux qui croient que leur destin dépend des astres, de la magie, ou de la sorcllerie doivent comprendre que la science ne peut pas en aucune façon apporter son support à de pareilles croyances.

Anciennement, les gens croyaient à l'astrologie, ainsi qu'à l'alchimie, au mysticisme cabalistique, à la médecine folklorique alternative, et ils s'en prévalaient. Ces idées appartenaient à la culture mythologique et magique de l'époque et fournissant un "weltanschaaung" préscientifique et un but cognitif, la science n'étant encore qu'à ses débuts. Les gens croyaient que les astres étaient des manifestations des forces divines qui pouvaient magiquement influencer les objets terrestres. Les processus physiques semblaient être le produit de "propriétés cachées," et les réactions chimiques le résultat de la magie. Les gens ne comprenaient pas la nature des interactions chimiques et physiques. Aujourd'hui, avec la science qui comprend les causes principales par lesquelles les astres influencent les phénomènes terrestres, il n'y a pas de raisons scientifiques de maintenir encore que ces interactions occultes puissent influencer le destin de l'homme.

Les structures psycho-physiologiques d'une personne ne sont pas déterminées par la position des étoiles et planètes au moment et à l'endroit de sa naissance. Elles sont plutôt déterminées par le code génétique hérédutaire et les facteurs socio-culturels. L'astrologie interprète de façon mystique les variations du champ géomagnétique et l'activité solaire qui aurait d'après elle un effet sur le bien-être de la personne. Les irruptions solaires et les tempêtes magnétiques ont , en réalité, un effet sur le psychisme humain et sur le comportement humain, mais l'astrologie et la médecine des charlatans ne fournissent pas une compréhension de ces phénomènes.

Les organismes vivants présenent de faibles radiations électromagnétiques, mais il n'y a pas de preuve scientifique connue qui soutiennent l'existence de "champs bio" ou "d'énergie psychique". Le calendrier astrologique ne correspond pas à ce que nous enseigne la physique actuelle, mais fournit seulement des descriptions archaïques, métaphoriques d'évènements astronomiques. Les croyances superstitieuses et l'abcense d'esprit critique face aux coïncidences dans l'attribution des causes, diminuent notre autonomie, notre capacité humaine à faire face de façon réaliste aux évènements de la vie. Les astrologues, les parapsychologues, et les voyants affirment des choses, qui n'ont jamais été démontrées, en se basant uniquement sur des pseudosciences. Ils organisent pourtant des académiciens et décernent des diplômes de pacotille.

Plusieurs personnes se tournent vers la voyance, l'astrologie, et à d'autres superstitions pour répondre aux inconforts psychologiques provoqués par le stress des temps modernes. D'autres recherchent les conseils d'autorités externes pour prendre des décisions significatives. Les problèmes personnels et sociaux, pour lesquels nous éprouvons des difficultés, nous font rechercher des sorcières, des chamans, et des charlatans. Croire à des forces astrales nous donne une opportunité de fuir la responsabilité de choisir. C'est aussi une façon de se trouver un alibi pour les gens qui n'acceptent pas leurs propres erreurs.

Dans une période de grande diffusion de l'éducation et de grands progrès scientifiques, nous ne pouvons plus prétendre que les superstitions vont disparaître par elles-mêmes. Au contraire, la société est maintenant inondée par les "sciences occultes". Les promoteurs des pseudosciences et des "connaissances cryptiques" tendent même à prendre le contrôle de la situation, à assujettir les conditions et des méthodes de la vraie science. L'astrologie, par exemple, essaie d'influencer des décisions politiques et économiques et de s'infiltrer, sans aucune gêne, dans la vie privée des gens. Cette sitution est, pour beaucoup, encouragée par les médias ui exploitent et jouent avec les faiblesses humaines.

Les pseudosciences représentent une véritable maladie internationale qui a affecté plusieurs pays dans le monde. Cette situation a incité, en 1975, un groupe de 186 scientifiques (comprenant 18 récipiendaires du Prix Nobel) à faire une déclaration condamnant l'astrologie. Cette déclaration a été reçue favorablement à travers le monde entier.

Aujoutd'hui. il est grand temps pour la communauté des scientifiques Russes de faire face à ces questions avec toutes leurs forces.

Une des plus grandes réalisations des dernières années, est, sans aucun doute, l'opportunité pour la population d'exprimer son opinion librement. Malheureusement, plusieurs personnes sont prises au piège par le pouvoir de persuasion des superstitions absurdes et dangereuses. Ces personnes ne doivent pas être séduites par l'attrait des pseudoscies. Aucun effort pour rendre la pensée magique scientifiquement respectable ne peut effacer de façon quelconque leur incompatibilité totale avec la science.

 

Signée par:

Vice-présidents et membres du Conseil de l'Académie Russe des Sciences (RAS):

  • V. Kudryavtsev (vice-président, RAS)
  • O. Nefedov (vice-président, RAS)
  • R. Petrov (vice-président, RAS)
  • B. Topornin (secrétaire, Department de Philosophie, Sociologie, Psychologie, et de Droit, RAS)

 

Directeurs des instituts de recherche:

  • A. Boyarchuk, Institut d'Astronomie, membre de RAS
  • A. Brushlinskii, membre correspondant de RAS, Institut de Psychologie
  • A. Cherepashchuk, membre correspondant de RAS, Sternberg State Institute for Astronomy, Moscow State University
  • V. Skulachev, membre de RAS, Institute of Physical and Chemical Biology, Moscow State University
  • V. Stepin, membre deRAS, Institute of Philosophy
 
Membres de l'Académie russe des Sciences
 
  • I. Atabekov (biologie)
  • A. Bogdanov (biologie)
  • G. Dobrovolskii (biologie)
  • E. Feinberg (physique)
  • Y. Ginzburg (physique)
  • D. Gvishiani (études des systèmes)
  • N. Kardashev (astronomie spatiale)
  • V. Laptev (droit)
  • T. Oizerman (philosophie)
  • M. Ostrovskii (biologie)
 
Membres correspondants de l'Académie Russe des Sciences
  • N. Bikkenin (philosophie)
  • E. Chekharin (droit)
  • V. Chkhikvadze (droit)
  • A. Guseinov (philosophie)
  • N. Lapin (philosophie)
  • V. Lektorskii (philosophie)
  • L. Mitrokhin (philosophie)
  • V. Nersesyantz (droit)
 
Docteurs en Science:
  • Yu. Efremov (astronomie)
  • I. Kasavin (philosophie)
  • A. Ogurtsov (philosophie)
  • B. Pruzhinin (philosophie)
  • M. Rozov (philosophie)

___________________________

Cette déclaration a été publiée dans Izvestia le 17 juillet, 1998, et de nouveau dans le numéro de Janv/Fév. 1999 du Skeptical Inquirer.

 

 Cer article a été revisé et corrections apportées par M Georges-André Tessier le 16 janv. 2004.

Retour à la page d'accueil

 

Haut de page
© 2017 Dr Stephen Barrett (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)