Sept signes d'une science factice

Robert L. Park, Ph.D.

 

Le National Aeronautics and Space Administration investit près d'un million de dollars dans un appareil obscure d'un scientifique russe, malgré qu'il n'a pas résussi à passé aucun test et qu'il va à l'encontre de la plupart des lois fondamentales de la nature. Le Patent and Trademark Office a émit récemment un brevet no 6 362 718 pour un générateur électromagnétique immobile physiquement impossible, qui est supposé s'accaparer de l'énergie libre d'un vide. De plus, des compagnies importantes dans le domaine de l'énergie ont eux-aussi contribué financièrement des dizaines de millions de dollars dans un plan de production d'énergie en mettant des atomes d'hydrogène dans un état sous leur propre état, un accomplissement équivalent à l'organisation d'une expédition pour explorer la région au sud du pôle sud.

Il y a, hélas, aucune prétention scientifique si invraisemblable qu'un scientifique ne peut être trouvé pour la confirmer. Et plusieurs de telles déclarations finissent en cour après qu'elles ont coûté beaucoup d'argent à un individu ou à une corporation. Comment peut un jury les évaluer?

Avant 1883, toutefois, avec la décision unique du Supreme Court dans le cas de Daubert v. Mellerl Dow Pharmaceuticals, Inc., la situation a commencé à changer. Le cas portait sur Bendectin, la seule médication jamais approuvée par le Food and Drug Administration pour les nausées matinales de la grossesse. La médication a été utilisée par des millions de femmes, et plus de 30 études ont été publiées n'avaient trouvé aucune évidence qu'elle avait des effets secondaires. Pourtant, huit dénomés experts ont accepté de témoigner, en échange d'un paiement de la famille Daubert, que la Bendectin pouvait causer des malformations congénitales.

Avec la décision que tel témoignage n'était pas crédible par maque d'évidence en appui, la cour a donné des instructions aux juges fédéraux de siéger comme "portiers", trier de sorte les juries les évitant de considérer sérieusement des témoignages basés sur des foutaises scientifiques. Reconnaissant que les juges ne sont pas des scientifiques, la cour a invité les juges de faire des expériences avec des moyens pour remplir leurs responsabilité comme portiers.

Le juge Stephen G. Breyer a encouragé les juges impliqués dans les poursuites de nommer des experts indépendants pour les aider. Il a noté que les cours peuvent se pencher vers des organismes scientifiques, comme le National Academy of Sciences et l'American Association for the Advancement of Science, pour identifier les experts neutres qui pourraient faire un tour d'horizon des témoignages scientifiques douteux et aviser le juge si le jury devrait y être exposé. Les juges sont encore inquiets au sujet de leurs responsabilités suite  à la décision Daubert, et un group d'eux m'a demandé comment reconnaître des déclarations scientifiques douteuses.

Quels sont les signes avertisseurs? J'ai identifé sept indicateurs qu'une déclaration scientifique repose bien en dehors des limites d'une dissertation scientifique raisonnable. Évidemment, ils sont seulement des indicateurs  --  même une déclaration avec certains de ces signes serait légitime.

1. Le découvreur lance la déclaration directement aux médias.

L'intégrité de la science repose sur la bonne volonté des scientifiques d'exposer de nouvelles idées et résultats à d'autres scientifiques. Alors, les scientifiques s'attendent à ce que leurs collègues leur révèlent des nouveautés initialement. Un tentative de contourner une revue de ses paires en prenant une nouvelle idée aux médias, d'où au grand public, suggère que le travail a des gandes chances de ne pas être accepté suite à un examen de près par d'autres scientifiques.

Un exemple flagrant est la prétention faite en 1989 par deux chimistes de l'Université d'Utah, aux États-Unis, G. Stanley Pons et Marin Fleischmann, qu'ils avaient découvert la fusion froide -- un moyen de produire la fusin nucléaire sans équipement coûteux. Les scientifiques n'ont pas été mis au courant de la découverte avant d'avoir lu des rapports d'une conférence de presse. De plus, l'annonce portait surtout sur le potentiel économique de la découverte et ne contenait pas la sorte de détails qui auraient pu permettre d'autres  scientifiques de juger de l'impact de la découverte ou de répéter l'expérience. (L'annonce d'Ian Wilmut qu'il a réussi de cloner un mouton était aussi publique que celle de Pons et Fleischmann, mais dans le cas de clonage, des détais scientifiques en abondance ont permis aux scientifiques de pouvoir juger de la validité de la déclaration.)

Quelques déclarations scientifiques évitent même l'examen minutieux des journalistes par des annonces commerciales payées. Une compagnie d'aliments naturels a commercialisé un supplément diététique appelé Vitamine O dans des annonces de page entière dans les journeaux. La Vitamine O n'était que de l'eau salée ordinaire.

2. Le découvreur dit qu'un organisme puissant essaie de supprimeer son travail.

L'idée est que l'établissement ou les pouvoirs établis sont prêts à tout faire pour supprimer des découvertes qui pourraient remuer l'équilibre de la richesse et le pouvoir dans la société. Souvent, le découvreur décrit la science courante comme faisant partie d'un complot plus grand qui inclut l'industrie et le gouvernement. Des déclarations que les compagnies pétrolières frustrent l'invention d'une automobile qui fonctionne avec de l'eau, par exemple, sont un signe réel que l'idée d'une telle automobile est de la foutaise. Dans le cas de la fusion froide, Pons et Fleischmann ont mis le blâme de leur réception froide sur des physiciens qui protégeaient leur propre recherche sur la fusion chaude.

3.  L'effet scientifique impliqué est toujours à la limite de détection.

Hélas, il n'y a jamais de photo claire d'une soucoupe volante, ou du monstre Loch Ness. Toutes les investigations scientifiques doivent faire face à des bruits environnants ou à des fluctuations statistiques. Mais si le ratio de signal au bruit ('signal-to-noise ratio') ne peut pas être amélioré, même en principe, l'effet n'est probablement pas réel et le travail non de la science.

4. Les preuves d'une découverte sont anecdotiques.

Si la science moderne a appris une chose dans le dernier siècle, c'est de se méfier de l'évidence anecdotique. Parce que les anecdotes ont un impact émotional très puissant, elles servent à garder les croyances superstitieuses en vie dans un âge de science. Les vaccins ou les antibiotiques ne sont pas la découverte la plus importante de la médecine moderne, l'étude à double insu et aveugle est la découverte la plus importante utilisée pour connaître ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Contrairement au dicton, "données" n'est pas le plusieur "d'anecdote."

5. Le découvreur dit qu'une croyance est plausible parce qu'elle a duré des siècles.

Il y a un mythe persistant qu'il y a des centaines ou même des milliers d'années, longtemps avant qu'on sache que le sang circule à travers notre corps, ou que les microbes causent des maladies, nos ancêtres possédaient des remèdes miraculeux que la science moderne ne peut pas comprendre. Beaucoup de ce qui est étiqueté "médecine alternative" fait partie de ce mythe.

La sagesse folklorique ancienne, re-découverte et re-emballée, ne peut pas se comparer au rendement des laboratoires scientifiques modernes.

6. Le découvreur a travaillé tout seul.

L'image d'un génie isolé qui lutte en secret dans un laboratoire dans le grenier et fini par faire une découverte révolutionnaire est la matière première des films de science-fiction d'Hollywood, mais il est difficile de trouver des exemples dans la vraie vie. Les découvertes scientifiques aujourd'hui sont presque toujours des synthèses du travail fait par plusieurs scientifiques.

7. Le découvreur doit proposer des nouvelles lois de la nature pour expliquer une observation.

Une nouvelle loi de la nature, invoquée pour expliquer un résultat extraordinaire, ne doit pas être en conflit avec ce qui est déjà connu. Si on doit changer des lois existantes de la nature ou proposer des nouvelles lois comme raisonnement d'une observation, il est fort probablement erroné.

J'ai commencé cette liste de signes avertisseurs pour aider les juges fédéraux à détecter de la foutaise scientifique. Mais comme je finissais la liste, j'ai réalisé que dans notre société technologique grandissante, le repérage de la science vaudoo est un talent que nous devrons tous développer.

__________________

Le docteur Park est un professeur de physique à l'Université du Maryland at College Park et directeur de l'information publique pour l'American Physical Society. Il est aussi l'auteur de Voodoo Science: The Road From Foolishness to Fraud (Oxford University Press, 2002). Cet article a été originalement publié dans The Chronicle of Higher Education, Jan 31, 2003.

Cet article a été affiché le 5 mars, 2003. Traduction faite le 24 janv. 2010